En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© wikipédia
L'un et l'autre
Classement de Shanghai : l’Université française pourra-t-elle concilier réussite des étudiants et élévation du niveau général ?
Publié le 16 août 2017
Deux problèmes se posent lorsque l'on évoque le sujet des universités : le classement de Shanghai, c’est-à-dire comment améliorer le niveau de nos universités au niveau mondial, et comment faire pour améliorer les taux de réussite des étudiants sans que la qualité ne soit nécessairement revue à la baisse.
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux problèmes se posent lorsque l'on évoque le sujet des universités : le classement de Shanghai, c’est-à-dire comment améliorer le niveau de nos universités au niveau mondial, et comment faire pour améliorer les taux de réussite des étudiants sans que la qualité ne soit nécessairement revue à la baisse.

Atlantico : Pensez-vous qu'il soit possible d'améliorer le niveau de nos universités tout en améliorant les taux de réussite des étudiants ? L'un agit-il nécessairement sur l'autre ?

Jean-Paul Brighelli : Les pôles universitaires français présents dans le top 100 (Pierre-et-Marie Curie, Paris-Sud — Orsay — et l'ENS Ulm) sont les uns et les autres des pôles d'excellence (et l'ENS Lyon, présente un peu plus loin dans le classement, et qui existe sur les mêmes critères extrêmement sélectifs, progresse fortement cette année). Et peut-être faut-il en déduire, en ces temps où les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur ont entamé des négociations (comme si c'était négociable !) avec les "syndicats" étudiants pour introduire une dose de sélection à l'entrée de nos universités, que seule une sélection un peu stricte amène nécessairement l'excellence.

Quel est votre avis sur les critères de notations du classement de Shanghai ?

Commençons par émettre les plus fortes réserves sur le classement de Shanghai : basé sur le nombre d'articles publiés dans des revues scientifiques prestigieuses, et sur le nombre de prix Nobel ou de médailles Fields rattachés à telle ou telle université, il ignore complètement, entre autres, les sciences humaines ou le Droit, et n'a été inventé que pour faire la promotion des facs américaines, qui répondent exactement aux critères énoncés. Un peu comme si l'on vous recrutait sur un poste défini préalablement en fonction de vos compétences particulières, et que l'on feigne de s'étonner ensuite que vous y ayez si bien répondu. Les universités provinciales françaises, dont le réseau est pourtant essentiel, n'ont aucune chance d'y figurer un jour, étant entendu qu'elles n'atteindront jamais la taille critique qui leur permettrait de l'envisager. Que l'on veuille bien imaginer ce que serait le classement d'une "Université de Paris" qui, comme avant 1968, regrouperait l'ensemble des pôles universitaires de la capitale et de sa proche banlieue, grandes écoles comprises.

Ajoutons que les universities américaines commencent au niveau Bac + 2, vire Bac + 3 : les colleges sont par définition hors classement, alors que les facs françaises portent le poids énorme d'un Bac généreusement distribué à des lycéens très mal formés et souvent inaptes. Peut-être faut-il en tirer quelques conséquences, et dissocier nous aussi un cycle préparatoire — qu'il faudrait calquer sur le mode des Classes préparatoires aux grandes écoles, dont le système exigeant profite si bien aux ENS — et un cycle universitaire, orienté plus spécifiquement vers la recherche, en créant parallèlement une voie distincte pour les métiers de l'enseignement.

Enfin, les facs américaine sou anglaises sont des entités privées, un auto-financement, et les grandes entreprises sont fortement encouragées, dans les pays anglo-saxons, à contribuer à la Recherche. On en est très loin en France, où l'on devrait s'inspirer davantage du système chinois, où le gouvernement met le paquet depuis des décennies sur l'enseignement supérieur (au prix d'une sélection absolument impitoyable), et ne s'aviserait pas de demander à ses facs de faire des économies en leur coupant les vivres, comme c'est le cas cette année, où l'on coupe 331 millions d'euros de crédits : l'excellence a un  prix, et l'on ne monte pas des repas de fêtes avec des clopinettes.

Ce palmarès mondial (classement de Shangai) est attendu et scruté avec beaucoup d'angoisse par les présidents d'universités. Mais les universités concernées ressentent-elles les effets d'une baisse ou d'une hausse dans le classement ?

Il est évident que la présence des universités dans le classement de Shanghai est un encouragement à aller dans le sens de l'exigence académique — et nécessairement dans le sens d'une ré-sélecion drastique, au moins au niveau Master, ce qui se fait de plus en plus. J'ajoute qu'à la nécessité de trier les étudiants devrait correspondre le tri des enseignants, recrutés trop souvent sur des critères qui n'ont rien à voir avec l'excellence — voir ce qui se passe en "Sciences" de l'Education — mais qui doivent beaucoup au copinage et à la conjuration des médiocres. Le niveau Bac / Bac + 3 devrait être confié à des enseignants polyvalents recrutés sur d'autres critères que ceux de la recherche, qui n'a aucun sens à ce niveau, alors qu'à partir de Bac + 3 ou 4, c'est justement sur une recherche de qualité (et elle devrait être appréciée par une instance indépendante de l'université, non susceptible d'obéir à des petits arrangements syndicaux ou des combines locales) que le recrutement devrait se fonder. On en est loin, sauf dans les cursus les plus dynamiques, qui en ce sens montrent ce qu'il faut faire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 17/08/2017 - 08:53
Les profs de fac (et de grandes écoles) en question
ENFIN un article qui commence à jeter un rai de lumière sur cet animal nuisible du bestiaire français qu'est l'enseignant chercheur. A mettre dans le même sac que le juge rouge et le haut-fonctionnaire capitaliste connivent. Des nuisibles, il y en a d'autres (le bolcho beuglard, l'islamo-gauchiste, le bobo urbain mondialisé ) mais la différence est que l'enseigant chercheur, comme ses deux comparses, est profondément enkysté dans ses petits privilèges et son statut. Pas de rebond national possible sans élimination de ce gang.
vangog
- 16/08/2017 - 21:34
Lente dégradation des universités françaises...aussi!
Bon! Faut arrêter le massacre Français, là...Depuis que les neo-trotskystes ont colonisé l'enseignement, et y ont imposé leur idéologie sectaire anti-entreprises, anti-selection, anti-excellence.. enfin bref! Anti-tout ce qui fonctionnait autrefois et assurait à nos universités une certainé renommée internationale, celles-ci ne font que descendre le fossé creusé par la gauche. "Négocier avec les syndicats étudiants (c'est-à-dire les futurs Cambadelis-le mafioso grec, ou les futurs Melenchouille-la-fripouille...) une certaine dose de sélection à l'entrée des universités"....non mais on rêve, là! Il y a des élus au Parlement, non? Alors qu'ils prennent leurs responsabilités et laissent les syndicats faire leur œuvre de marchepieds à la nomenklatura gauchiste...