En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 50 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 7 heures 38 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 11 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 12 heures 5 sec
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 6 heures 35 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 7 heures 12 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 8 heures 26 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 9 heures 12 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 15 heures 5 min
© wikipédia
© wikipédia
L'un et l'autre

Classement de Shanghai : l’Université française pourra-t-elle concilier réussite des étudiants et élévation du niveau général ?

Publié le 16 août 2017
Deux problèmes se posent lorsque l'on évoque le sujet des universités : le classement de Shanghai, c’est-à-dire comment améliorer le niveau de nos universités au niveau mondial, et comment faire pour améliorer les taux de réussite des étudiants sans que la qualité ne soit nécessairement revue à la baisse.
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux problèmes se posent lorsque l'on évoque le sujet des universités : le classement de Shanghai, c’est-à-dire comment améliorer le niveau de nos universités au niveau mondial, et comment faire pour améliorer les taux de réussite des étudiants sans que la qualité ne soit nécessairement revue à la baisse.

Atlantico : Pensez-vous qu'il soit possible d'améliorer le niveau de nos universités tout en améliorant les taux de réussite des étudiants ? L'un agit-il nécessairement sur l'autre ?

Jean-Paul Brighelli : Les pôles universitaires français présents dans le top 100 (Pierre-et-Marie Curie, Paris-Sud — Orsay — et l'ENS Ulm) sont les uns et les autres des pôles d'excellence (et l'ENS Lyon, présente un peu plus loin dans le classement, et qui existe sur les mêmes critères extrêmement sélectifs, progresse fortement cette année). Et peut-être faut-il en déduire, en ces temps où les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur ont entamé des négociations (comme si c'était négociable !) avec les "syndicats" étudiants pour introduire une dose de sélection à l'entrée de nos universités, que seule une sélection un peu stricte amène nécessairement l'excellence.

Quel est votre avis sur les critères de notations du classement de Shanghai ?

Commençons par émettre les plus fortes réserves sur le classement de Shanghai : basé sur le nombre d'articles publiés dans des revues scientifiques prestigieuses, et sur le nombre de prix Nobel ou de médailles Fields rattachés à telle ou telle université, il ignore complètement, entre autres, les sciences humaines ou le Droit, et n'a été inventé que pour faire la promotion des facs américaines, qui répondent exactement aux critères énoncés. Un peu comme si l'on vous recrutait sur un poste défini préalablement en fonction de vos compétences particulières, et que l'on feigne de s'étonner ensuite que vous y ayez si bien répondu. Les universités provinciales françaises, dont le réseau est pourtant essentiel, n'ont aucune chance d'y figurer un jour, étant entendu qu'elles n'atteindront jamais la taille critique qui leur permettrait de l'envisager. Que l'on veuille bien imaginer ce que serait le classement d'une "Université de Paris" qui, comme avant 1968, regrouperait l'ensemble des pôles universitaires de la capitale et de sa proche banlieue, grandes écoles comprises.

Ajoutons que les universities américaines commencent au niveau Bac + 2, vire Bac + 3 : les colleges sont par définition hors classement, alors que les facs françaises portent le poids énorme d'un Bac généreusement distribué à des lycéens très mal formés et souvent inaptes. Peut-être faut-il en tirer quelques conséquences, et dissocier nous aussi un cycle préparatoire — qu'il faudrait calquer sur le mode des Classes préparatoires aux grandes écoles, dont le système exigeant profite si bien aux ENS — et un cycle universitaire, orienté plus spécifiquement vers la recherche, en créant parallèlement une voie distincte pour les métiers de l'enseignement.

Enfin, les facs américaine sou anglaises sont des entités privées, un auto-financement, et les grandes entreprises sont fortement encouragées, dans les pays anglo-saxons, à contribuer à la Recherche. On en est très loin en France, où l'on devrait s'inspirer davantage du système chinois, où le gouvernement met le paquet depuis des décennies sur l'enseignement supérieur (au prix d'une sélection absolument impitoyable), et ne s'aviserait pas de demander à ses facs de faire des économies en leur coupant les vivres, comme c'est le cas cette année, où l'on coupe 331 millions d'euros de crédits : l'excellence a un  prix, et l'on ne monte pas des repas de fêtes avec des clopinettes.

Ce palmarès mondial (classement de Shangai) est attendu et scruté avec beaucoup d'angoisse par les présidents d'universités. Mais les universités concernées ressentent-elles les effets d'une baisse ou d'une hausse dans le classement ?

Il est évident que la présence des universités dans le classement de Shanghai est un encouragement à aller dans le sens de l'exigence académique — et nécessairement dans le sens d'une ré-sélecion drastique, au moins au niveau Master, ce qui se fait de plus en plus. J'ajoute qu'à la nécessité de trier les étudiants devrait correspondre le tri des enseignants, recrutés trop souvent sur des critères qui n'ont rien à voir avec l'excellence — voir ce qui se passe en "Sciences" de l'Education — mais qui doivent beaucoup au copinage et à la conjuration des médiocres. Le niveau Bac / Bac + 3 devrait être confié à des enseignants polyvalents recrutés sur d'autres critères que ceux de la recherche, qui n'a aucun sens à ce niveau, alors qu'à partir de Bac + 3 ou 4, c'est justement sur une recherche de qualité (et elle devrait être appréciée par une instance indépendante de l'université, non susceptible d'obéir à des petits arrangements syndicaux ou des combines locales) que le recrutement devrait se fonder. On en est loin, sauf dans les cursus les plus dynamiques, qui en ce sens montrent ce qu'il faut faire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 17/08/2017 - 08:53
Les profs de fac (et de grandes écoles) en question
ENFIN un article qui commence à jeter un rai de lumière sur cet animal nuisible du bestiaire français qu'est l'enseignant chercheur. A mettre dans le même sac que le juge rouge et le haut-fonctionnaire capitaliste connivent. Des nuisibles, il y en a d'autres (le bolcho beuglard, l'islamo-gauchiste, le bobo urbain mondialisé ) mais la différence est que l'enseigant chercheur, comme ses deux comparses, est profondément enkysté dans ses petits privilèges et son statut. Pas de rebond national possible sans élimination de ce gang.
vangog
- 16/08/2017 - 21:34
Lente dégradation des universités françaises...aussi!
Bon! Faut arrêter le massacre Français, là...Depuis que les neo-trotskystes ont colonisé l'enseignement, et y ont imposé leur idéologie sectaire anti-entreprises, anti-selection, anti-excellence.. enfin bref! Anti-tout ce qui fonctionnait autrefois et assurait à nos universités une certainé renommée internationale, celles-ci ne font que descendre le fossé creusé par la gauche. "Négocier avec les syndicats étudiants (c'est-à-dire les futurs Cambadelis-le mafioso grec, ou les futurs Melenchouille-la-fripouille...) une certaine dose de sélection à l'entrée des universités"....non mais on rêve, là! Il y a des élus au Parlement, non? Alors qu'ils prennent leurs responsabilités et laissent les syndicats faire leur œuvre de marchepieds à la nomenklatura gauchiste...