En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 10 min 15 sec
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 56 min 39 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 14 heures 7 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 14 heures 41 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 16 heures 32 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 17 heures 41 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 18 heures 51 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 28 min 59 sec
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 15 heures 20 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 17 heures 5 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 18 heures 26 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 22 heures 58 min
Lutte gréco-européenne

Dette grecque : l'absence de solidarité européenne a fait les (gros) profits de quelques spéculateurs

Publié le 20 mars 2012
Ce lundi, le déclenchement des CDS - des contrats d'assurance financière - sur la dette publique grecque a mis fin à une longue crise. Reste à savoir qui en bénéficiera et quelles leçons on peut en tirer.
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi, le déclenchement des CDS - des contrats d'assurance financière - sur la dette publique grecque a mis fin à une longue crise. Reste à savoir qui en bénéficiera et quelles leçons on peut en tirer.

Ce lundi, le déclenchement des fameux CDS sur la dette publique grecque marque la fin du feuilleton. Chaque souscripteur de dette grecque a eu la possibilité de s’assurer contre le défaut éventuel de la Grèce. Ce défaut, de négociation en négociation, de requalification en requalification, a fini par être entériné. Notamment par un organisme mystérieux, l’ISDA (international swaps and derivatives association) dont les responsables surveillent les émissions de ces contrats d’assurance que sont les CDS.

Il appartenait à l’ISDA de déterminer s’il y avait défaut, c'est-à-dire si l’annulation d’une partie de la dette grecque reposait sur un accord des créanciers – et là il n’y a pas de défaut  – ou sur un acte de force des Grecs – et là il y a défaut. Si l’ISDA a prononcé le défaut sans que personne ne s’en émeuve, c’est que les transferts de fonds qui vont se faire après compensation vont se limiter à 2 milliards d'euros pour une annulation de 80 milliards. Dans ce jeu étrange où tout le monde se couvre auprès de tout le monde, où la finance tient la finance par la barbichette, tout finit par s’annuler. Au moment de la faillite de Lehman Brothers, l’évaluation de la mobilisation des CDS se chiffrait à 400 milliards de dollars ; puis on regarda tout cela de plus près et finalement, ce furent 7 milliards qui furent mobilisés. Simplement quelques habiles auront dans la faillite grecque fait des bénéfices substantiels. Pour l’instant, nul ne sait qui ils sont ni combien chacun aura encaissé.

La leçon à tirer reste que l’absence de solidarité entre les Européens aura fait marginalement la fortune de quelques audacieux alors que le respect de quelques règles économiques élémentaires auraient permis de l’éviter.

Souvenons-nous : en septembre 1992, George Soros rentre dans la légende pour avoir spéculé avec succès contre la livre sterling alors membre du SME. Les règles étaient pourtant claires : chaque fois qu’un détenteur de livres se présentait sur le marché des changes pour obtenir des Deutsche mark, il appartenait à la Bundesbank de fournir les Deutsche mark en question, au taux de change alors en vigueur. Elle ne le fit pas et entraina la chute de la livre. Soros fit fortune moins grâce à une analyse fine des fondamentaux de l’économie britannique que par une juste appréciation des rancoeurs entre Anglais et Allemands.

Souvenons nous : en 2007, les taux d’intérêt sont partout les mêmes en zone euro ; il paraît évident que l’euro est un et qu’il n’y a aucune différence entre l’euro grec et l’euro allemand. Quiconque détient de la dette grecque ne court aucun risque car cette dette, libellée en euros, sera rachetée sur le marché secondaire par la BCE. On peut donc penser que les CDS n’ont aucun sens. Mais à partir de fin 2009, les dirigeants européens et singulièrement allemands vont faire comprendre aux marchés qu’en fait il y a des différences entre l’euro grec et l’euro allemand. Et que l’automaticité du rachat des titres par la BCE ne va pas de soi. Ceux qui aujourd’hui encaissent les CDS sont ceux qui, indépendamment des raisonnements économiques sur la réalité grecque, ont fait un raisonnement politique judicieux sur la réalité européenne.

Depuis la création des banques centrales, un Etat endetté dans sa propre monnaie ne doit pas faire défaut. La Grèce était endettée en euro qui est sa devise. Elle a pourtant fait défaut. Pour les futurs acheteurs de CDS la question qui se pose désormais est la suivante : l’édifice financier qui fait de la dette publique exprimée en monnaie nationale un actif sûr si bien que se couvrir par des CDS n’a guère de logique est-il mort, mettant systématiquement l’incertitude au centre de la gestion des dettes publiques ? Ou simplement l’euro n’était pas en réalité la monnaie de la Grèce et dès lors, de qui est-il la monnaie ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mani
- 20/03/2012 - 17:01
"l'absence de solidarité
"l'absence de solidarité européenne" - plus c'est gros, plus ça passe ! Cette ânerie décrédibilise tout le reste.
pecqror
- 20/03/2012 - 15:05
Grèce:Tonneau des danaides de l'Europe
L’Europe a été généreuse : les derniers 130 milliards d’euros de prêt portent à 350 milliards la somme des aides à la Grèce depuis deux ans, soit l’équivalent de sa dette.
http://goo.gl/oteiS
Et après on va nous parler de "absence de solidarité européenne " quelle foutaise!
Jaedena
- 20/03/2012 - 14:30
Felicitations monsieur
Vous avez decouvert en 2012 que la banque centrale européenne était indépendante, et que l'euro est une monnaie étrangère pour les pays de la zone.