En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 min 47 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 4 heures 16 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 17 heures 18 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 1 jour 22 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 4 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 16 heures 47 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 18 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 1 jour 36 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Bernard Arnault, une des premières fortunes mondiales, a construit son empire du luxe en une génération

Publié le 12 août 2017
C’est l’histoire d’un héritier pas comme les autres. D’abord parce qu’il hérite de peu de chose au départ comparé à ce qu’il possède aujourd’hui. Mais s’il est né dans une famille d’entrepreneurs, il a tout recrée de lui-même. Il est devenu l’homme le plus riche de France et il a mis sa famille à l’abri pour des générations et des générations. A lui maintenant de préparer ses héritiers à perpétuer son œuvre.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est l’histoire d’un héritier pas comme les autres. D’abord parce qu’il hérite de peu de chose au départ comparé à ce qu’il possède aujourd’hui. Mais s’il est né dans une famille d’entrepreneurs, il a tout recrée de lui-même. Il est devenu l’homme le plus riche de France et il a mis sa famille à l’abri pour des générations et des générations. A lui maintenant de préparer ses héritiers à perpétuer son œuvre.

"Nard-Bé Arnault, muchodinero (beaucoup d'argent, ndlr), yo te amo (je t'aime)" Cet extrait est le refrain d’un morceau du rappeur Booba, en hommage au patron de LVMH. Car Nard-Bé, Bernard en verlan, c’est l’entrepreneur préféré des français et une référence qui fait rêver beaucoup de jeunes.

Il y a beaucoup d’inattendu autour de Bernard Arnault. Et beaucoup de culot. Aux concours des écoles d’ingénieurs, il est admis aux Mines, pas à Polytechnique. Personne ne refuse les Mines, école si prestigieuse ! Bernard le fait, car lui, c’est Polytechnique ou rien. Son coup de poker lui donnera raison l’année suivant et l’école Polytechnique l’acceptera dans ses rangs.

Ou encore quand, à la tête de LVMH depuis une dizaine d’années, son groupe rachète secrètement des actions Hermès, en dépit de certaines règles financières, jusqu’à en obtenir plus de 20%. Cette fois-ci, il ne mettra pas la main sur Hermès, mais même sans ça, on peut voir la détermination de l’homme.

Bernard Arnault et sa famille aurait une fortune évaluée par Challenges à 49, 9 milliards d’euros, c’est la première fortune de France et une des dix premières mondiales . C’est toujours selon Challenges 5 milliards de plus que Liliane Bettencourt , l’actionnaire principale de l’Oréal

Bernard Arnault était destiné (programmépresque)à avoir une vie de notable paisible, celle d’un entrepreneur à rayonnement régional, mais l’on ne s’attendait à guère plus. Enfant du baby-boom, il vient du nord de la France et a grandi à Roubaix. Le père de Bernard, Jean,  est ingénieur. Il intègre une entreprise de travaux publics, Ferret-Savinel. Jean épate, par son diplôme, par son talent. Tout le monde va le remarquer, en particulier une jeune fille, Marie-Josèphe Savinel.  En se rapprochant d’elle, Jean Arnault n’a pas seulement gagné la main de la fille du patron, mais aussi la direction de l’entreprise familiale. D’une PME de province, il fera de Férinel – contraction de Ferret et Savinel - une entreprise de 1500 personnes, construisant bâtiments publics ou lotissement de maisons individuelles.

Quand Bernard, est en âge de travailler après ses études, Jean Arnault l’embauche. Il ne prend pas franchement de risque, il embauche un X. Un Polytechnicien, ça ne peut pas être mauvais. Bernard lui indique surtout le tournant à prendre, celui de se concentrer sur l’immobilier de tourisme. Ca marche et plutôt bien. A l’heure où les stations balnéaires ou de montagne se développent à vitesse grand V, c’est une bonne stratégie. Son père lui fait confiance, Bernard reprend la présidence quatre ans plus tard. C’est déjà une belle histoire puisque la petite entreprise familiale sera rachetée en 1995 par un grand groupe, la Générale des Eaux et deviendra Nexity, acteur majeur de l’immobilier aujourd’hui.

Mais 1981 va passer par là. La gauche au pouvoir, Bernard Arnault s’en méfie au point de choisir de quitter la France. Il a surtout étudié le programme économique du nouveau président, et il le trouve aux antipodes de ce qui pourrait être un bon environnement pour développer son business. Lui veut investir et ne pas perdre de temps, il va choisir les Etats-Unis comme destination d’expatriation. Sa justification est toute trouvée : il veut développer l’immobilier de tourisme de l’autre côté de l’Atlantique, notamment en Floride. Il s’installe à New-York dans le fameux Rockefeller Center. Rockefeller, le nom de cette dynastie de milliardaires américains, le fait surement rêver. Mais Arnault, ça ne fait pas très américain et les affaires ne marchent pas très bien. Aux Etats-Unis, il fait des erreurs de débutant, comme celle de construire une tour d’habitation à 15 kilomètres d’une centrale nucléaire. Il s’adapte mal à cette culture qu’il admire pourtant tellement.

Alors, chose inattendue, Bernard Arnault retraverse l’Atlantique en 1984 et revient en France.  Et plus surprenant encore, les socialistes vont l’y aider. Dans le monde des affaires, on ne cesse de parler de Boussac, ce groupe de textile au bord de la faillite. Arnault monte une offre de reprise, avec un consortium de banques prêt à l’aider. Le gouvernement socialiste approuve et il devient PDG de la Compagnie Boussac-Saint Frères. L’affaire Boussac est une pochette surprise, car le groupe racheté possède un beau panel de marques : les couches Peaudouce, Conforama – qu’il revendra bien vite -  et quelques pépites comme Christian Dior Couture et Le Bon Marché. Dior deviendra son emblème.

Dans le même temps, Bernard Arnault reste attentif à ce qui se passe dans le monde des affaires. Il garde un œil sur une fusion qui a eu lieu en 1987 entre deux fleurons français : Louis Vuitton, l’entreprise de maroquinerie et sa fameuse toile, celle d’Henri Racamier, et Moet-Hennesy, les champagnes et spiritueux. Ce qui l’intéresse, c’est le portefeuille de LVMH. On y retrouve Céline, Christian Lacroix et Dior Parfums. Ca pourrait compléter sa collection alors ça le titille. Mais ce n’est pas si simple, cette fois, une simple offre d’achat ne suffit pas. Alors, Bernard Arnault va,  par le biais d’une nouvelle société, acquérir des actions, au compte-gouttes et profitant des baisses boursières pour faire des coups. Il en rachète jusqu’à être détenteur de 40% du capital. A ce niveau-là, il devient actionnaire majoritaire. Facile de se hisser à la tête du groupe, et d’en débarquer les deux anciens dirigeants.

Des 10 marques de départ de LVMH en 1987, Bernard Arnauld a construit un groupe qui en a plus de 70 aujourd’hui. Il n’est pas collectionneur d’art pour rien. Chaque marque, c’est un peuun tableaude Mondrian ou de Basquiat à posséder, pour laquelle il se bat bec et ongles. Certes, il connaitra quelques échecs, en laissant filer Gucci à son concurrent François Pinault, et quand il ne parviendra pas à racheter Hermès car la cellule familiale se liguera contre lui. Mais il réalise tout de même de formidables acquisitions : Kenzo, Guerlain, Marc Jacobs, Bulgari, Loro Piana… pour les maisons de mode et de joaillerie. Mais LVMH, c’est aussi la distribution, Le Bon Marché, la Grande Epicerie, bientôt la Samaritaine qui donnera lieu à un magasin et à un hôtel, son nouveau credo.

Bernard Arnault n’était pourtant pas prédestiné à réussir dans le luxe. Il a commencé en rachetant Dior. Mais c’est un collectionneur, et un businessman avec le sens des affaires. Il a 68 ans aujourd’hui. Alors, qui de Delphine, Antoine, Alexandre ou Frédéric atteindra la première place ? Ses enfants sont clairement destinés à prendre les rênes, mais leur seul nom ne suffira pas. Il les a mis a « L’école Arnault »qui est réputée difficile. Il leur faudra du travail et de la patience, tous les enfants ont effectué des stages de vente, des diplômes aussi et des défis. Prendre les rênes d’une marque pour la faire vivre et évoluer, réussir de nouvelles acquisitions, dans d’autres secteurs peut-être. Bernard Arnault s’intéresse beaucoup à la technologie, il n’est pas absent de ce secteur même s’il reste très prudent . Il compte bien se faire aider, par Alexandre, son fils à la tête du bagagiste Rimowa, tout nouveau rachat, et aussi par les relations qu’il a tisse dans le monde des nouvelles technologies.

Des enfants placés dans l’entreprise, une carrière commencée dans l’immobilier, un homme connu pour son sens aiguisé des affaires... Ça rappelle quelqu'un de l'autre côté de l’Atlantique. Bernard Arnault a d'ailleurs des points communs avec Donald Trump. Peut être attrapera-t-il, lui aussi un jour, le virus de la politique. Lui assure qu’il n’y pense pas. C’est en effet peu probable.le seul ministère pour lequel il aurait un coup de cœur , celui  de la Culture, à la rigueur…

Car on ne peut parler de Bernard Arnault sans parler d’art et de culture. Ici encore, on le retrouve en rôle principal. La musique ? Il l’aime passionnément. Pianiste depuis son plus jeune âge, il a hésité sur son choix de carrière. Aujourd’hui, il se console en jouant au coté de sa seconde épouse, pianiste de profession.

Mais c’est aussi un grand passionné d’art contemporain, il offre à la ville de Paris la fondation Vuitton, cet édifice de verre et d’acier en plein cœur du Bois de Boulogne dans lesquelles il expose ses collections ou des œuvres qu’il se fait prêter, comme pour l’exposition Chtchoukine, qui avait battu tous les records de fréquentation.

En fait, les milliardaires sont peut-être les commanditaires d’art des temps modernes. Pas tous, mais Bernard Arnault en est assurément un.

A revoir le numéro de Visites privées, réalisé par Stephane Berget diffuse sur France 2 ,pour découvrir le Bernard Arnault collectionneur d’art :

https://www.youtube.com/watch?v=t5PtUafj-Qo

une histoire racontée et écrite par Aude Kersulec. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires