En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Au secours, elle revient !!

Pourquoi il faut s’inquiéter du retour de la désinflation en zone euro

Publié le 11 août 2017
Alors que l'inflation en zone euro avait touché le seuil de 2% en début d'année, celle-ci s'est retournée depuis lors pour atteindre le niveau de 1.3%, bien loin de l'objectif de la BCE, c'est à dire un seuil proche mais inférieur de 2%.
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Dembik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'inflation en zone euro avait touché le seuil de 2% en début d'année, celle-ci s'est retournée depuis lors pour atteindre le niveau de 1.3%, bien loin de l'objectif de la BCE, c'est à dire un seuil proche mais inférieur de 2%.

Atlantico : Quelles sont les causes de cette baisse depuis le début de l'année ? Que traduit cette baisse de l'inflation ?

Christopher Dembik : Le consommateur considère qu’une inflation basse est une bonne nouvelle puisqu’elle ne va pas rogner son pouvoir d’achat. Cependant, objectivement, nous aurions besoin d’une inflation plus élevée, peut être autour de 3% à 4% par an, pour faire face à notre niveau d’endettement élevé. Actuellement, la dynamique d’inflation est fortement influencée par l’évolution du prix du baril de pétrole. Dans la comptabilité nationale, le pétrole créé de l’inflation importée. Plus son prix sera bas, plus cela voudra dire qu’il y a moins d’inflation importée. C’est ce qui se produit actuellement. L’effet pétrole est massif ces dernières années sur l’évolution de l’inflation. Le problème, on le comprend rapidement, c’est que la BCE n’a aucune prise sur cette donnée exogène. Même le cartel de l’OPEP peine à contrôler les prix, c’est ce qui explique que les fluctuations importantes constatées au niveau de l’inflation dernièrement. Enfin, c’est ce qui explique aussi pourquoi les banques centrales, pas seulement la BCE, n’arrivent pas à atteindre leurs objectifs d’inflation nonobstant les liquidités nombreuses déversées dans l’économie mondiale dans la foulée de la crise financière.

Quels sont les moyens dont disposent encore la BCE pour que celle ci parvienne à remplir son objectif ? Quelle est la position du conseil des gouverneurs de la BCE sur ce point, sont ils prêts à aller "plus loin" pour satisfaire à leur mandat ?

En fait, la tâche de la BCE est très compliquée. Autant sur la question de la croissance économique, son action a été incontestablement bénéfique. Il y a cinq ans, lorsque Mario Draghi a annoncé le Quantitative Easing (programme de rachats d’actifs) à Jackson Hole aux Etats-Unis, le taux de chômage en zone euro était à 11,5%. Il n’est plus qu’à 9,1% de nos jours. En revanche, sur l’inflation, le bilan est plus mitigé. En effet, l’indice des prix à la consommation pour la zone euro a chuté de 2,6% à 1,3% sur cette période et l’inflation sous-jacente (donc hors effet pétrole) a aussi baissé, passant de 1,5% à 1,1%. On est donc très loin de l’objectif d’une inflation « inférieure mais proche de 2% ». En fait, seulement quatre pays sont dans les bornes (Lituanie, Estonie, Lettonie, Autriche) mais ils comptent pour moins de 4% du PIB de l’Union. Concrètement, la BCE n’a pas beaucoup de marge de manoeuvre. Comme la croissance est incontestablement de retour, avec une hausse du PIB qui pourrait atteindre entre 2% et 2,2% cette année, elle va progressivement retirer ses mesures extraordinaires sous la pression des Allemands. Cela ne veut pas dire que les taux d’intérêt de la banque centrale vont remonter. Nous sommes dans une progressive sortie du QE qui va prendre beaucoup d’années. Concrètement, cela veut dire que les taux vont rester encore bas, en comparaison historique, y compris pour les chefs d’entreprise et les ménages qui vont emprunter auprès de leurs banques, et que l’argent facile va subsister sur les marchés financiers ce qui devrait permettre encore de belles hausses en bourse. En ce qui concerne l’inflation, je fais partie de ceux qui considèrent que dans les prochaines décennies, l’inflation va certainement demeurer basses en raison de changements structurels, que j’attribue à la dynamique démographique et au progrès technique. Dans ce contexte, les banques centrales ont peu de marge de manœuvre, à moins de complètement revoir les outils qu’elles utilisent.

Au regard des dernières statistiques et de la hausse de l'euro constatée ces derniers mois, à quoi faut-il s'attendre pour le reste de l'année ?

La hausse de l’euro n’est pas une bonne nouvelle pour l’inflation. En effet, les prévisions de juin plutôt optimistes de la BCE se basaient sur un taux de change EURUSD à 1,09. Force est de constater que la dynamique de croissance positive en zone euro contribue à apprécier la monnaie unique ce qui veut dire concrètement qu’on importe moins d’inflation. Pour la BCE, cela voudra dire une nouvelle fois que ses prévisions d’inflation ne seront pas atteintes et qu’elle va devoir les revoir à la baisse pour les prochaines années. A moins d’un bond du baril de pétrole, qui pourrait être lié à une dégradation complètement inattendue de la situation géopolitique au Moyen-Orient, je vois mal ce qui pourrait créer plus d’inflation. En outre, si on exclut les facteurs externes qui jouent sur l’inflation (le pétrole, comme on le sait déjà, ou encore le taux de change), on constate très bien qu’il n’y a pas d’inflation au niveau domestique. Pas de hausse des salaires importantes en zone euro. C’est là le principal point noir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires