En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
SOS renforts politiques

Premiers doutes dans les rangs : ceux qui pourraient sauver Emmanuel Macron et ceux dont la défection pourrait le plomber lourdement

Publié le 04 août 2017
Les mécontentements parmi les alliés de la campagne d'En Marche sont le signe d'un certain mécontentement, mais bien plus le signe d'une tempète que le capitaine Macron devra passer en septembre s'il souhaite gouverner sereinement.
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les mécontentements parmi les alliés de la campagne d'En Marche sont le signe d'un certain mécontentement, mais bien plus le signe d'une tempète que le capitaine Macron devra passer en septembre s'il souhaite gouverner sereinement.

Atlantico : Les réserves émises à l'égard d'Emmanuel Macron se multiplient depuis quelques semaines, notamment par Jean-Yves Le Drian ou Corinne Lepage. Quels seraient les soutiens à ne pas perdre pour Emmanuel Macron ? Quelles défections le Président doit-il le plus craindre pour la stabilité de son gouvernement et qui pourrait représenter une "alerte rouge" pour le Président ?

Alexis Massart : Dans une logique d'alliance et de coalition, il est quand même assez récurrent dans la vie politique que les alliés puissent émettre de la sorte des réserves, au contraire des membres du parti du Président qui ont pour reflexe de soutenir mordicus tout ce que le Président peut dire. Ce n'est donc pas en soi totalement inhabituel. Mais effectivement, il faut être honnête, ce ne sont pas des signes très positifs. Surtout de la part de Jean-Yves Le Drian, qui est dans une situation peu confortable en ce moment. On a connu l'épisode du départ du Chef d'État-Major des Armées. Jean-Yves Le Drian était un ministre de la Défense particulièrement investi, reconnu et apprécié. De fait, au regard de ce qui se passe dans son ancien périmètre, il n'aurait pas agi de la même manière. Et ce n'est pas quelque chose de très agréable à suivre pour lui, cela me parait évident. Il est légitime qu'il puisse avoir quelques doutes et réserves

De plus c'est une situation compliquée pour Jean-Yves Le Drian qui n'est pas de la même génération qu'Emmanuel Macron. Il a une histoire politique assez ancienne, avec des habitudes et modes de fonctionnement qui ne corresponde par forcément à ceux du pouvoir aujourd'hui. On est toujours mine de rien sur ce point dans une période de calage.

Quant à Corinne Lepage, j'ai lu ses déclarations sur votre site : elle n'est pas d'une violence extrême. Elle émet quelques réserves et sur ce point est dans son rôle. Elle n'est pas dirigeante de LREM et n'est qu'un soutien précoce d'Emmanuel Macron. Elle a toujours eu cette liberté de parole, et ne s'est jamais vraiment attaché à un parti, l'épisode de son passage au Modem en est la preuve.

Mais ce qui serait en effet inquiétant c'est que ce type de propos en viennent à se multiplier.

A l'inverse quels seraient les nouveaux soutiens les plus utiles au Président ? Quels seraient les profils politiques les plus utiles au Président pour redresser la barre d'une popularité en berne, et gagner en efficacité politique ?

De mon point de vue, ce qui manque aujourd'hui dans le mouvement général lancé par Emmanuel Macron, c'est une présence un peu plus visible de l'UDI. Le parti centriste a été mis sur le côté depuis le début. Il y a eu un certain nombre de soutiens, notamment d'anciens socialistes – majoritairement d'ailleurs. On a senti la volonté d'accueillir un certain nombre de républicains avec pour but derrière de dynamiter un peu la machine. Le grand absent depuis le départ me semble être l'UDI. De fait, depuis le départ de Jean-Louis Borloo, on ne peux pas dire qu'il y ait eu de figures marquantes à l'UDI qui du jour au lendemain serait capable d'apporter une popularité plus importante à Emmanuel Macron. 

Ceci étant, et en vue des sénatoriales, il faut prendre en compte un réseau d'élus locaux assez dense. Et ce que ce soit ceux qui sont directement encartés à l'UDI ou ce qu'on appelle plus classiquement les Divers Droite qui sont plus proches de l'UDI qu'ils ne peuvent l'être des Républicains ce qui permettrait à Emmanuel Macron d'avoir un meilleur relais sur le terrain. Pour la perspectives des sénatoriales du mois de septembre, si Emmanuel Macron souhaite avoir non pas une majorité des deux tiers mais une majorité sur le Congrès en cas de réunion des deux chambres, je crois que cela pourrait être intéressant pour lui de regarder dans cette direction. 

À 36% d'opinion favorable au cœur de l'été, le Président n'est-il pas déjà dans une situation particulièrement défavorable pour aborder la cote de la rentrée, notamment en raison de la loi travail ? Y a til déjà urgence pour le Président pour parvenir à retrouver une position plus favorable, et notamment en parvenant à capter de nouveaux soutiens ? 

C'est en effet important qu'il puisse retrouver une popularité plus importante car la chute de sa cote de popularité a été assez rapide. Maintenant on est en période estivale, et il est assez compliqué de bien mesurer les choses puisque autant les Français ont été particulièrement investi avec les primaires, la campagne et un intérêt réel pour ce que proposait l'actualité politique, autant cette période est peu propice à un réel enthousiasme. Cela va permettre à sa cote de rebondir, de retrouver une vraie dynamique à la rentrée. Mais ici, plus que la question des défections, ce qui va jouer c'est la capacité au parti de la République en Marche de se structurer et de répondre aux exigences de ses adhérents. On sent que sur ce point, cela se tend depuis quelques temps. Et donc que pour porter la politique annoncée, notamment sur la réforme du code du travail, il faut des soutiens sur le terrain qui soient réellement importants. A mon sens, c'est le point le plus problématique pour Emmanuel Macron aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 05/08/2017 - 16:46
"ON NOUS IMPOSE UN DEVOIR DE SILENCE"
"avec des consignes strictes!! qui consiste à passer son temps sur les bancs de l 'assemblée à ne rien dire" selon J.Michel Clément (ex/PS) qui exprime un désintérêt total en proclamant : « De toute manière, il n'y a aucun intérêt à siéger dans cette majorité pléthorique"!!!!!! J'appelle cela ETRE PAYE à ne RIEN FAIRE. Drôle de façon de mener les "troupes MACRON" comme les "cars" du même nom
kelenborn
- 05/08/2017 - 07:24
Pfouie
Ouais!!! on sent qu'on est au creux de la période estivale! On bouche les trous et Massart fait l'affaire!Qu'est-ce que vous avez appris que vous ne saviez déjà après l'avoir lu ? Dans la presse il y avait déjà les marronniers, la c'est plutôt le thuya : en isolé c'est acceptable! En haie dans un lotissement!!!Bon remarquez, y a pire!!! les photinias!
Anouman
- 04/08/2017 - 17:10
Sauvetage
Ce qui pourrait le sauver est de changer de politique puisque ce qu'il propose ne semble pas convaincre grand monde même chez ceux qui ont voté pour lui. Quand je dis sauver c'est en terme d'image car pour le reste il est là pour cinq ans et quoiqu'il fasse il va y rester.