En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

06.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 16 min 43 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 25 min 20 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 1 heure 17 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 11 heures 44 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 18 heures 46 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 21 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 21 heures 33 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 21 min 19 sec
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 32 min 28 sec
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 11 heures 22 sec
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 12 heures 27 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 22 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Dans le dos

Baisse surprise des dotations aux collectivités territoriales : le très mauvais coup porté par le gouvernement à la décentralisation et à la démocratie local

Publié le 03 août 2017
Un décret passé le 20 juillet priverait les collectivités locales d'un pactole de 300 millions d'euros. On est très loin des annonces faites par le gouvernement quelques semaines avant, et la colère gronde.
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un décret passé le 20 juillet priverait les collectivités locales d'un pactole de 300 millions d'euros. On est très loin des annonces faites par le gouvernement quelques semaines avant, et la colère gronde.

Atlantico : Selon le quotidien Libération un décret passé le 20 juillet dernier prive les collectivités locales de dotations pour un montant de 300 millions d’euros, à l'inverse des promesses faites par l’exécutif à la mi-juillet. Alors que les collectivités seront privées de la taxe d'habitation, quelles pourraient être les conséquences d'une telle décision ? 

Jacques Bichot : Ne pas s’en tenir à ce qui avait été convenu, sauf raison majeure, est toujours mauvais pour la confiance ; or il est nécessaire pour la France que les collectivités territoriales puissent faire confiance à l’État (et réciproquement). De plus, faire des économies à la dernière minute coûte souvent plus cher, à moyen terme, que de maintenir les programmes engagés, car ce sont en général des fournisseurs qui sont mis à contribution : ils doivent accepter des renvois à plus tard ou des annulations de commandes, et ils en supportent les conséquences financières, ce qui les affaiblit, après quoi il faudra que l’État organise de nouvelles aides aux entreprises. 300 M€ de commandes annulées ou reportées, ce n’est pas une économie de 300 M€, c’est pour une bonne part un crédit qui coûte 20 % ou 50 % d’intérêt, tout ça pour éviter d’avoir à emprunter (à des taux proches de 0 %) sous une forme qui mettrait la puce à l’oreille aux autorités européennes. L’hypocrisie coûte en fait très cher !   

D'un point de vue plus général, que reflète une telle décision ? Quelle est la logique poursuivie et que traduit-elle dans le rapport entre Etat et collectivités locales ? 

Cette décision révèle que l’attitude gouvernementale et élyséenne vis-à-vis des collectivités territoriales ne tient pas compte de deux principes d’importance capitale : la subsidiarité et la responsabilité.

La subsidiarité – principe officiellement reconnu par Bruxelles – correspond au fait que les décisions sont généralement meilleures quand elles sont prises par les intéressés eux-mêmes. Dans le cas présent, cela veut dire qu’il vaut mieux laisser les communes, les départements et les régions prendre leurs responsabilités. Pour cela, ces entités doivent décider elles-mêmes de leurs dépenses, limitées à ce que les citoyens qui les peuplent sont disposés à payer. Un maire, un président de conseil départemental ou régional, ne devrait pouvoir compter que sur des impôts locaux, dont il devrait rendre compte à ses « administrés ». Tant que les collectivités vivront pour une bonne part des subsides de l’État, la démocratie locale sera un slogan creux.

La malheureuse décision étatique correspond à une déresponsabilisation des élus locaux qui est tout-à-fait regrettable (inefficace économiquement, et peu démocratique). La Présidence de la République, Matignon et la Représentation nationale seraient bien inspirés de prévoir sans tarder une réforme des relations entre l’État et les collectivités destinée à donner une entière responsabilité aux dirigeants de ces dernières.  

Alors que les sommes concernées étaient, selon les informations publiées, destinées à des dépenses d'investissements, dans quelle mesure peut également apparaître comme un handicap économique pour le long terme, venant poursuivre ce qui a pu se produire sous le quinquennat précédent, c'est à dire une baisse des dépenses d'investissements des collectivités locales plutôt que des dépenses de fonctionnement ?

La réponse est contenue dans la question : bien sûr, il est bécasson de stopper ou retarder des programmes d’investissements au moment même où chacun, depuis l’homme de la rue jusqu’au sommet de l’État, en passant par les économistes, sait et dit que nous devons produire davantage, et pour cela investir davantage.

Les perspectives économiques au niveau européen ne sont pas mauvaises, mais la reprise est fragile. La France, à nouveau mal dirigée, va différer la production d’aménagements routiers ou urbains, comme celle de matériels militaires nécessaires à nos armées, comme celle de prisons et de systèmes informatiques convenables indispensables à la justice, de systèmes de soins utiles à nos hôpitaux, ou encore comme celle d’équipements qui seraient très utiles à nos policiers et gendarmes pour faire baisser le taux de la délinquance. Cela parce que nos dirigeants ne sont pas capables de faire ce qui est leur mission de base : améliorer le travail des administrations, motiver et diriger convenablement le personnel. La productivité de l’administration est globalement faible ; tous les efforts des princes qui nous gouvernent devraient viser à l’améliorer : ce n’est évidemment pas en faisant des économies de bouts de chandelle, très coûteuses à terme, qu’ils y parviendront. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 03/08/2017 - 17:26
Ce qui est le pus grave,
c'st qu'aucun français ne peut plus croire en la parole du Petit Caporal. Avoir un menteur à la tête du pays n'est pas le meilleur moyen de relancer la confiance et l'économie.
Ex abrupto
- 03/08/2017 - 15:33
A rapprocher
de ce que Neymar va couter aux footeux.....
vangog
- 03/08/2017 - 14:42
Réforme des relations entre état et collectivités????
Cela se nomme "décentralisation" , et elle a commencé avec Mitterand-l'hypocrite et Deferre-le mafieux en 1982...vous voulez dire que 35 ans de décentralisation gauchiste ont abouti à un échec total et qu'il faut tout recommencer? Ben oui, malheureusement! Il faut repartir de la feuille blanche, mais pas avec les mêmes, reconvertis en Macronistes...