En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Dans le dos
Baisse surprise des dotations aux collectivités territoriales : le très mauvais coup porté par le gouvernement à la décentralisation et à la démocratie local
Publié le 03 août 2017
Un décret passé le 20 juillet priverait les collectivités locales d'un pactole de 300 millions d'euros. On est très loin des annonces faites par le gouvernement quelques semaines avant, et la colère gronde.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un décret passé le 20 juillet priverait les collectivités locales d'un pactole de 300 millions d'euros. On est très loin des annonces faites par le gouvernement quelques semaines avant, et la colère gronde.

Atlantico : Selon le quotidien Libération un décret passé le 20 juillet dernier prive les collectivités locales de dotations pour un montant de 300 millions d’euros, à l'inverse des promesses faites par l’exécutif à la mi-juillet. Alors que les collectivités seront privées de la taxe d'habitation, quelles pourraient être les conséquences d'une telle décision ? 

Jacques Bichot : Ne pas s’en tenir à ce qui avait été convenu, sauf raison majeure, est toujours mauvais pour la confiance ; or il est nécessaire pour la France que les collectivités territoriales puissent faire confiance à l’État (et réciproquement). De plus, faire des économies à la dernière minute coûte souvent plus cher, à moyen terme, que de maintenir les programmes engagés, car ce sont en général des fournisseurs qui sont mis à contribution : ils doivent accepter des renvois à plus tard ou des annulations de commandes, et ils en supportent les conséquences financières, ce qui les affaiblit, après quoi il faudra que l’État organise de nouvelles aides aux entreprises. 300 M€ de commandes annulées ou reportées, ce n’est pas une économie de 300 M€, c’est pour une bonne part un crédit qui coûte 20 % ou 50 % d’intérêt, tout ça pour éviter d’avoir à emprunter (à des taux proches de 0 %) sous une forme qui mettrait la puce à l’oreille aux autorités européennes. L’hypocrisie coûte en fait très cher !   

D'un point de vue plus général, que reflète une telle décision ? Quelle est la logique poursuivie et que traduit-elle dans le rapport entre Etat et collectivités locales ? 

Cette décision révèle que l’attitude gouvernementale et élyséenne vis-à-vis des collectivités territoriales ne tient pas compte de deux principes d’importance capitale : la subsidiarité et la responsabilité.

La subsidiarité – principe officiellement reconnu par Bruxelles – correspond au fait que les décisions sont généralement meilleures quand elles sont prises par les intéressés eux-mêmes. Dans le cas présent, cela veut dire qu’il vaut mieux laisser les communes, les départements et les régions prendre leurs responsabilités. Pour cela, ces entités doivent décider elles-mêmes de leurs dépenses, limitées à ce que les citoyens qui les peuplent sont disposés à payer. Un maire, un président de conseil départemental ou régional, ne devrait pouvoir compter que sur des impôts locaux, dont il devrait rendre compte à ses « administrés ». Tant que les collectivités vivront pour une bonne part des subsides de l’État, la démocratie locale sera un slogan creux.

La malheureuse décision étatique correspond à une déresponsabilisation des élus locaux qui est tout-à-fait regrettable (inefficace économiquement, et peu démocratique). La Présidence de la République, Matignon et la Représentation nationale seraient bien inspirés de prévoir sans tarder une réforme des relations entre l’État et les collectivités destinée à donner une entière responsabilité aux dirigeants de ces dernières.  

Alors que les sommes concernées étaient, selon les informations publiées, destinées à des dépenses d'investissements, dans quelle mesure peut également apparaître comme un handicap économique pour le long terme, venant poursuivre ce qui a pu se produire sous le quinquennat précédent, c'est à dire une baisse des dépenses d'investissements des collectivités locales plutôt que des dépenses de fonctionnement ?

La réponse est contenue dans la question : bien sûr, il est bécasson de stopper ou retarder des programmes d’investissements au moment même où chacun, depuis l’homme de la rue jusqu’au sommet de l’État, en passant par les économistes, sait et dit que nous devons produire davantage, et pour cela investir davantage.

Les perspectives économiques au niveau européen ne sont pas mauvaises, mais la reprise est fragile. La France, à nouveau mal dirigée, va différer la production d’aménagements routiers ou urbains, comme celle de matériels militaires nécessaires à nos armées, comme celle de prisons et de systèmes informatiques convenables indispensables à la justice, de systèmes de soins utiles à nos hôpitaux, ou encore comme celle d’équipements qui seraient très utiles à nos policiers et gendarmes pour faire baisser le taux de la délinquance. Cela parce que nos dirigeants ne sont pas capables de faire ce qui est leur mission de base : améliorer le travail des administrations, motiver et diriger convenablement le personnel. La productivité de l’administration est globalement faible ; tous les efforts des princes qui nous gouvernent devraient viser à l’améliorer : ce n’est évidemment pas en faisant des économies de bouts de chandelle, très coûteuses à terme, qu’ils y parviendront. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 03/08/2017 - 17:26
Ce qui est le pus grave,
c'st qu'aucun français ne peut plus croire en la parole du Petit Caporal. Avoir un menteur à la tête du pays n'est pas le meilleur moyen de relancer la confiance et l'économie.
Ex abrupto
- 03/08/2017 - 15:33
A rapprocher
de ce que Neymar va couter aux footeux.....
vangog
- 03/08/2017 - 14:42
Réforme des relations entre état et collectivités????
Cela se nomme "décentralisation" , et elle a commencé avec Mitterand-l'hypocrite et Deferre-le mafieux en 1982...vous voulez dire que 35 ans de décentralisation gauchiste ont abouti à un échec total et qu'il faut tout recommencer? Ben oui, malheureusement! Il faut repartir de la feuille blanche, mais pas avec les mêmes, reconvertis en Macronistes...