En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Progrès

Une puce électronique implantée dans le poignet pour payer à la cafet' : les projets pratiquo-effrayants des géants de la tech

Publié le 27 juillet 2017
La pratique est de plus répandue auprès des transhumanistes mais une entreprise du Wisconsin a décidé de surfer sur la vague. L'entreprise Three Square Market propose à ses employé(e)s de s'implanter des puces sous-cutanées pour, par exemple, payer à la caféteria de l'entreprise. Evidemment il ne faut y voir qu'une démarche pour faciliter la vie du personnel...
Geneviève Bouché est consultante.Elle est spécialiste de l'innovation et des nouveau médias. Elle est l'auteur de Je vais monter ma boîte (Editions d'organisation). Elle est vice-présidente, en charge des études, du think tank Le Club Jade. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geneviève Bouché
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Geneviève Bouché est consultante.Elle est spécialiste de l'innovation et des nouveau médias. Elle est l'auteur de Je vais monter ma boîte (Editions d'organisation). Elle est vice-présidente, en charge des études, du think tank Le Club Jade. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pratique est de plus répandue auprès des transhumanistes mais une entreprise du Wisconsin a décidé de surfer sur la vague. L'entreprise Three Square Market propose à ses employé(e)s de s'implanter des puces sous-cutanées pour, par exemple, payer à la caféteria de l'entreprise. Evidemment il ne faut y voir qu'une démarche pour faciliter la vie du personnel...

Atlantico : Outre le risque évident d’être traqué par les autorités ou notre employeur, quels sont les risques de ces puces implantées ? (Par exemple, serons-nous tenus pour responsables de nos maladies par les assureurs si les puces révèlent des insuffisances en matière d’alimentation, d’activité physique ou de sommeil ?) 

Geneviève Bouché : La littérature de science-fiction de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle a fait la part belle à une certaine idée du progrès technique promettant une utopie selon laquelle la vie matérielle serait facile. C’était le temps du « bien être pour tous grâce au progrès technique ». Rappelons tout de même que ces mêmes auteurs ont décrit les risques de dystopie, nous invitant ainsi à réfléchir avant d’adopter de manière inconsidérée les idées folles de certains décideurs peu enclins aux messages de porteurs de sagesse.

Sur cette base, des stratégies géopolitiques et industrielles ont néanmoins été mises en œuvre. Cela nous donne, par exemple, la GAFA et les tentations en matière d’homme augmenté. Dans cette littérature, il y a le désir d’appartenir à la caste qui devient le maître du monde. Autrement dit, une vision centralisatrice et contraignante.

Actuellement, notre vision collective du monde change. Nous prenons conscience des principes organiques qui régissent notre univers et la vie sur cette terre. Dans cette vision, le maître du monde n’a pas lieu d’être. En revanche, les hommes doivent penser autrement leur désir d’efficacité. C’est ce qui nous amène à privilégier par exemple l’économie circulaire et les modes de gouvernance coopératives.

Pour moi, la puce RFID s’inscrit dans la prolongation de la pensée du 20ème siècle alors que nous entrons dans le 21ème siècle avec d’autres priorités.

Dans cette question de puce sous cutanée RFID (ou autre), il faut bien distinguer le pourquoi et le comment.

Pourquoi implanter une puce, alors que nous allons pouvoir identifier la signature biologique de chaque individu puisque nous sommes tous biologiquement uniques. Nous ne pouvons pas brouiller cette signature alors qu’une puce se pose, s’enlève, se brouille et se pirate ? De plus, nous ne sommes pas capables de mesure les effets secondaires sur certains métabolismes dans la durée.

Que je sache, nous ne circulons pas tout nu dans les lieux que nous partageons avec nos congénères. La puce RFID dont nous pourrions avoir besoin pour être identifiés ou payer nos achats peut se porter en boutonnière ou avec tout autre peut support décoratif.

Comment se fait-il que nous ayons besoin d’être suivi dans l’ensemble de nos déplacements et de nos gestes. Actuellement, nous faisons la chasse aux formulaires pour obtenir une administration plus efficace. Nous remplissons des formulaires lorsque nous sommes demandeurs d’une démarche. La puce qui, en quelque sorte, remplis un formulaire ubiquitaire nous est insupportable.

Alors, nous devons nous poser la question de ce qui fait sens. Dans la nature, les organismes échangent entre eux des tas d’informations, mais ces échanges sont utilitaires : la bonne information au bon moment au bon organisme.

Votre question porte sur les relations entre un assuré et son assurance santé. Nous n’avons pas tous la même résistance à l’alcool ou à d’autres substances dont la consommation excessive produit des dégâts. Il y a des règles qui fixent des seuils et il commence à exister des tests qui permettent d’évaluer son état de dangerosité pour soi-même et pour les autres.

L’assureur qui a besoin de savoir ce qu’il en est peut déjà connaître pas mal de chose sur ses assurés et d’ailleurs il commence à développer des outils coopératifs qui permettent de se prendre en charge. Cela se fait avec des objets connectés qui ne sont pas intrusifs, ce qui facilite la souplesse contractuelle et les échanges.


Politiquement et psychologiquement, comment gérer ce futur possible de puces implantées ? Comment gagner sur le côté pratique sans perdre toute autonomie et toute liberté ?

Comme nous venons de l’évoquer, le plus insupportable dans cette histoire, telle qu’elle nous est présentée ici, c’est cette idée de faire allégeance à une espèce de « maître du monde » que nous n’avons pas choisi et qui nous dépasse.

Dans le sens de l’Histoire tel qu’il se dessine actuellement, ceci ne sera pas accepté, même à travers des actions coercitives. Les penseurs de cette proposition doivent revoir leur copie.

Déjà la révolte gronde sur le net…

Hormis un gain de praticité, pour quels avantages ces puces mériteraient que l’on prenne ce risque ? Cette puce peut-elle vraiment devenir indispensable à notre quotidien ?

La praticité n’est pas démontrée. Je serai plutôt favorable à la signature biologique. Mais en amont de la mise en place de cette forme de signature, nous devons réfléchir aux modalités de mise en œuvre.

L’Union Européenne demande aux entreprises de se préparer à la mise en œuvre du RGPD (règlement général de la protection des données). La philosophie est basée sur celle qui se pratique dans la nature : limiter les échanges à la bonne information au bon moment entre les bons organismes.

Mais bon, je m’intéresse tout de même à ces puces. C’est dans les tentatives essais-erreur que nous progressons !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

07.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

Dérives de l’antiracisme : Lilian Thuram, la maladresse qui cache la forêt des décoloniaux, indigénistes et racisés assumés

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 27/07/2017 - 20:36
Puce
Il faut arrêter de chercher midi à quatorze heures. Si le système peut être produit et qu'on arrive à l'imposer comme une nécessité (par mode ou voie réglementaire) alors il y a un super marché à prendre, donc de bons dividendes. Après, ça sert à quelque chose ou pas, ce n'est pas le problème: si quelqu'un invente un truc il essaye de le vendre, c'est humain et pas post-humain.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 27/07/2017 - 18:24
Je ne vois pas ou est le
Je ne vois pas ou est le problème..... On fixe bien une puce sur le corps de certains animaux, pouquoi pas sur les humains.....
En y réfléchissant ça aurait même d'énormes avantages pour retrouver les enfants perdus.
Avec ça le petit poucet n'aurait pas déformé ses poches de pantalon avec des petits cailloux blancs........On l'aurait géolocalisé....
Il y aurait aussi moins d'erreurs judiciaires, et quasiment plus de terroristes. Finalement un type bien comme moi n'aurait rien à craindre de ce genre de mesure..... Maintenant, pour les autres.... j'dis pas !!!
De toute façon, la messe est dite, la puce derrière l'oreille c'est pour demain.
kelenborn
- 27/07/2017 - 14:36
Mais enfin!!!
Ce qui m'étonne toujours c'est le nombre de bavards braillant contre la restriction des libertés quand on ne les entend pas quand il s'agit de la ceinture de sécurité, du casque ou des vaccinations!