En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Pour une poignée de dollars

Avec Trump, le dollar s’effondre. Conséquence : l’euro n‘a jamais été aussi cher depuis deux ans

Publié le 25 juillet 2017
Pendant un an, les prévisionnistes nous ont annoncé que l’euro et le dollar allaient se retrouver à parité. Un pour un. Ils se sont tous trompés.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant un an, les prévisionnistes nous ont annoncé que l’euro et le dollar allaient se retrouver à parité. Un pour un. Ils se sont tous trompés.

Jamais, la parité entre l’euro et le dollar dont les économistes rêvaient et que certains prévisionnistes n'annonçaient, jamais, cette parité n’a été aussi loin. 

L’euro vaut désormais entre 1,16 dollars et 1,17 dollars. Il faut revenir plus de deux ans en arrière pour retrouver un tel niveau. 

L’explication est comme toujours simple et compliquée. 

Disons que l’euro est fort parce que le dollar est faible. Mais pas seulement, l’euro est fort parce que la monnaie européenne le mérite. 

 

1e Le dollar est faible, parce qu’il est épuisé par les tergiversations du président Donald Trump. La valeur d’une monnaie dépend du degré de confiance que les agents économiques mettent dans le système de production et dans la stratégie d'un Etat ou d'une zone monétaire. Les agents économiques mondiaux ont assez peu confiance en Donald Trump pour conduire une stratégie gagnante. D’abord, aucune de ses promesses électorales n’a pu voir le jour à cette heure-ci. Du coup, son indice de popularité s’est effondré. Il n’a même pas réussi à sortir les réformes fiscales qui auraient permis de booster la machine. 

Quant à l'organisation du travail présidentiel, il laisse très dubitatif tous les observateurs. La semaine dernière, l'annonce de la démission du porte parole du président américain Sean Slicer a encore accentué le repli du dollar US. Ce type de décision, ajoutée aux différents Tweets qui sortent de la Maison Blanche sans beaucoup de cohérence, alimente les inquiétudes sur les dysfonctionnements, alors même qu'il n’y a pas d’informations économiques majeures. Le dollar souffre de toutes les nouvelles. Des soupçons qui pèsent sur la famille Trump, aux différentes procédures dans lesquelles il pourrait être enferré, en passant par les échecs successifs de discussions avec le Sénat pour revenir sur les réformes Obama. En fait, Trump n’a pas de majorité solide et sa notoriété s’effrite.  

Le seul élément de solidité réside à la banque centrale où la présidente retarde le moment de l'atterrissage en douceur dans un paysage monétaire plus normal avec des vrais taux, une vraie création monétaire fondée sur la croissance de richesse et pas sur un rachat de créances pourries.

Cette pression sur le dollar chasse automatiquement les capitaux sur d’autres monnaies et principalement l’euro. 

2e Mais l’euro remonte aussi parce qu’il le mérite. Globalement, l’Union européenne autour de l’euro est sortie de la crise et reprend un peu de croissance et d’activité. Certains pays, dont la France, sont à la traine, mais ça devrait s’arranger. La gouvernance française a donné des garanties qu'elle allait restaurer des structures compétitives. Et quand Emmanuel Macron ou son Premier ministre oublient les projets ou les promesses électorales, la chancelière allemande et le président de la BCE rappellent au président français qu'il n'a pas forcement intérêt à sortir des clous qu’il a lui même plantés. 

C’est exactement ce qui s’est passé au lendemain du discours de politique générale d’Edouard Philippe. Alors que le Premier ministre a donné un programme assez laxiste en matière de réformes, le président de la République a été obligé de le recadrer et de revenir au projet du départ. 

D’où le sentiment de couac. En réalité, le président de la République a sans doute été sensible à la presse et aux parlementaires qui ne reconnaissaient plus leur programme, mais Emmanuel Macron a surtout été sensible au coup de téléphone d’Angela Merkel et aux signaux venus de la BCE. Les entourages de Mario Draghi et de la chancelière étaient furieux. D’où la correction de trajectoire très rapide, ce à quoi les marchés ont été très sensibles.  

Mais l’euro remonte aussi face au dollar, parce que la BCE continue de faire le job de le soutenir. Mario Draghi, contrairement à la présidente de la FED, n’a pas annoncé publiquement qu’il changerait de politique monétaire. Il va laisser au temps le temps qu’il faut, comme disait Giscard.

Le résultat se traduit dans la solidité de l’euro. 

 

C’est un bon signal, mais à terme, ça peut peser sur le commerce extérieur. Alors ça n‘est pas très gênant pour la France dont la balance est très déficitaire. Ça l’est beaucoup plus pour les allemands qui sont très excédentaires. Avec un dollar faible et un euro fort, les voitures allemandes vont avoir plus de mal à se vendre. 

C’est gênant pour les conservateurs allemands. Et c’est gênant pour les européens. Pas sur, l’Europe toute entière pâtit de la surcompétitivité allemande. Si l’Allemagne perd un peu de ses parts de marché, ça ne troublera personne en Europe. Au contraire. Quant à l’opinion publique allemande, elle va pouvoir se desserrer la ceinture. Là encore, ça n’est pas une si mauvaise nouvelle. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

05.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 26/07/2017 - 23:16
"Galvanisée par les résultats
"Galvanisée par les résultats d'entreprises, Wall Street finit à des records" (voir dépèches)
RSS
Caramba ! encore raté! Sylvestre nous disait pourtant que c'était l'apocalypse!!!! Ils sont salauds, Atlantico de lui faire des coups tordus
0 0

kelenborn
- 26/07/2017 - 23:13
oui
oui ça c'est exact
"Seul le pétrole reste bas, grâce au gaz de schiste américain et à D. Trump qui a autorisé le développement de la recherche et l’ouverture de nouveaux forages. Ce qu'avait interdit ce socialo d'Obama."
Et....merci Trump!!!
kelenborn
- 26/07/2017 - 23:11
ah ah ah
Voila un puissant raisonnement économique:"C’est un bon signal, mais à terme, ça peut peser sur le commerce extérieur. Alors ça n‘est pas très gênant pour la France dont la balance est très déficitaire. Ça l’est beaucoup plus pour les allemands qui sont très excédentaires. Avec un dollar faible et un euro fort, les voitures allemandes vont avoir plus de mal à se vendre". A chaque billet il recule les bornes du baise patin! .
Ah bon!! un euro fort gêne l'exportation des voitures allemande mais pas celle des voitures françaises !!!! parce que c'est pas le même euro sans doute ? Et puis, l'Allemagne fait 250MM d'excédents soit 8% du PIB et l'équivalent de 3 millions d'emplois! Et l'Euro fort ne l'a pas gêné parce que cet excédent est d'abord structurel et qu'ensuite elle fait fabriquer à bas prix en Europe de l'ESt!! Vous pouvez fair un concours d'âneries avec JMS mais ne faites pas exprès de le faire perdre!