En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 3 heures 11 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 3 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 5 heures 7 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 8 heures 53 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 15 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 3 heures 38 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 4 heures 31 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 9 heures 24 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 3 heures
Constrictor ?

Jean-Luc Mélenchon : sauveur ou fossoyeur du PCF ?

Publié le 18 mars 2012
Alors que le candidat du Front de gauche est sur une courbe ascendante dans les sondages, il appelle ce dimanche à un rassemblement à la Bastille au rendez vous duquel il espère 30 000 militants. Mais quel est maintenant le rapport de force entre Mélenchon, l'ancien socialiste, et le PC qu'il représente ?
Vincent Tiberj
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tiberj est chargé de recherche à Sciences Po. Diplômé et docteur en science politique de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il est spécialisé dans les comportements électoraux et politiques en France, en Europe et aux Etats-Unis et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le candidat du Front de gauche est sur une courbe ascendante dans les sondages, il appelle ce dimanche à un rassemblement à la Bastille au rendez vous duquel il espère 30 000 militants. Mais quel est maintenant le rapport de force entre Mélenchon, l'ancien socialiste, et le PC qu'il représente ?

Atlantico : Alors que Jean-Luc Mélenchon battra le pavé lors d’une manifestation-meeting ce dimanche à la Bastille, estimez-vous que le transfuge du PS a sauvé ou tué le Parti communiste ?

Vincent Tiberj : C’est une vraie question. Le Front de gauche est l’alliance de deux partis avec des caractéristiques bien différentes qui renvoient à des façons de penser la politique et la démocratie bien différentes. D’un côté le PC, qui reste ancré dans une logique de militants, avec une organisation forte et l’idée d’un collectif. Et de l‘autre le Parti de gauche, qui, pour l’instant, n’est pas un parti de militants. Il est numériquement moins fort et c’est surtout un parti d’écurie présidentielle. C’est-à-dire un parti en adéquation avec la présidentialisation de la Ve République : le parti ne compte plus en tant que tel mais  il devient une organisation au service du candidat. Le but du jeu pour le candidat est donc d’obtenir un parti.

A ce compte-là, il est difficile de dire qui l’emportera du candidat ou du parti. Mais dans la logique de personnification de la vie politique, le Front de gauche est clairement en train de devenir le Front de Mélenchon…

C’est d’autant plus intéressant que c’était le deal au moment des primaires organisées au printemps de l’année dernière : à Mélenchon la candidature présidentielle et aux communistes leurs législatives. Mélenchon est en train de réussir son pari.

Marine Le Pen accusait Jean-Luc Mélenchon d’être un leurre du PS. Partagez-vous ce point de vue qui juge que le patron du Front de gauche siphonne les voix de gauche pour François Hollande ?

Pour l’instant, Jean-Luc Mélenchon profite pleinement des réseaux militants du PC et de cette « proximité » avec les mouvements sociaux. Le PC peut encore mobiliser. C’est sans doute le seul candidat capable de mettre en place une manifestation en pleine campagne électorale !

Siphonne-t-il les voix de l’extrême-gauche ? Une partie du succès de Mélenchon tient au fait qu’il n’y a pas de concurrent à la gauche de la gauche. Cela aurait été très différent à l’époque de Olivier Besancenot. Ils se seraient sans doute plus marché sur les pieds… Mélenchon a phagocyté tout le monde : Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Eva Joly… Et il empiète maintenant sur les voix de François Hollande. Il a réussi à exister dans un contexte extrêmement concurrentiel depuis 2002.

Son succès pourrait-il faire de l’ombre à François Hollande ?

Pour le moment la marche de manœuvre du candidat PS est assez confortable. Avant d’être éliminé du premier tour, il a encore dix points à perdre !  Mais le fait que Jean-Luc Mélenchon soit aussi haut dans les sondages et que François Hollande ne relance pas sa campagne et reste dans un schéma d’explications des mesures qu’il a proposées, crée une espèce d’attente mais certainement pas d’adhésion. Il risque de rallumer un phénomène à gauche qui était très fort en 2002 : le vote d’influence. On vote pour quelqu’un de plus à gauche pour que le programme du PS change. En 2002, Lionel Jospin ne recueillait même pas la moitié du soutien de la moitié des proches du PS qui préféraient voter Laguiller ou Besancenot. Hollande doit revoir le barycentre de sa campagne. Il lorgnait jusque-là vers les électeurs de Bayrou. Avec un Mélenchon à 11%, qui se rapproche des scores du Modem, contre toute attente, il doit « regauchir » le discours.

 

A part Jean-Luc Mélenchon qui pourrait reprendre les rênes du Parti communiste ?

Le problème est que le PC est encore à la recherche d’un Georges Marchais. Ils n’ont plus eu de figure charismatique depuis Marchais ! Marie-Georges Buffet était une bonne responsable de parti. Elle l’a renouvelé et ouvert. Robert Hue n’a pas non plus démérité. Mais ni l’un ni l’autre n’avait l’aura de Marchais. Le PC d’autre part, ressemble de plus en plus au Parti radical de gauche : un parti de militants mais surtout un parti d’élus - de la même manière que les radicaux de gauche conservaient des élus dans des zones spécifiques avec des personnalités et des fiefs. Ce qui leur permettait de tenir et d’être réélus.

En 2002, une étude de mon confrère Pierre Martin, démontrait que le PC avait des élus aux législatives, non pas grâce au PS, mais grâce à leurs militants. Le PC garde ses députés sur les forces propres de ceux-ci. On se retrouvait ainsi avec des députés PC qui étaient les plus âgés de l’Assemblée nationale.

Jean-Luc Mélenchon est fort, mais en politique le plus dur est de durer ! Il y a deux ans, le PC n’existait plus. Le Front de gauche n’était pas grand-chose, et les Verts avaient enfin acquis leur statut de « membre de la première ligue » ! on a bien vu que cela est retombé. Besancenot s’imposait comme le second pôle à gauche. Il était le seul à ne pas avoir perdu de voix entre 2002 et 2007 ! A gauche plus qu’à droite, les succès arrivent mais ne durent pas…


Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 18/03/2012 - 22:30
Je l'adorrrrrrrrrrrrrrrrre...
Comme c'est parti le petit père du peuple de gauche va faire perdre "couille molle" en le disqualifiant dès le premier tour..allez les coco votez utile votez Melanchions..
Equilibre
- 18/03/2012 - 21:53
Melenchichion, le meilleur ami de NS
L'animal est menteur, pas vraiment démocrate, a le sens de la formule, surtout celle des ya ka, fo con. Parce que cet animal a, il faut le reconnaître, un certain charisme. Et ce charisme, allié à une mauvaise foi, un sens de la démagogie unique donnée par une idéologie mortifère présentée comme "progressiste", et à un parler qui semble franc et souvent indigné, plait. Et commence à attaquer sérieusement l'électorat de malentendu flamby. Qui lui a le charisme d'une huitre.
S'il pouvait faire disparaître pays-bas du premier tour, cela serait parfait.
veryliberalguy
- 18/03/2012 - 21:17
Ah la la... Tout ces extrêmes... Ils valent rien tous autant
qu'ils sont. Ce systême multipartiste ridicule, tout ça pour la gloire de quelques petit politicards corrompus qui se moquent des electeurs, en leur proposant des programmes qui caressent les electeurs naïfs, dans le sens du poil. Ils en ont rien à foutre des gens pauvres ou aux chômage ou de relancer notre economie.
"Faut taxer les riches" A partir de quel seuil on est riche, soit precis.
"Faut sortir de l'Europe, passoire à immigration, et rester souverain" Comme si la France n'avait pas besoin d'immigration, vu le vieillissement massif de la population. Comme si hors d'Europe, on serait une nation forte, alors que le Texas est même légèrement plus riche que la France. Et ca c'est juste un seul etat des USA.

On devrait exiger un parrainage de 1000 signatures rien que ça, pour se présenter aux presidentielles.