En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

07.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

01.

L'alcool pire que l'héroïne

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

06.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 4 heures 52 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 6 heures 20 min
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 21 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 3 heures 23 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 4 heures 52 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Economie
La démocratie

Matt Stoller : « Nombre d’institutions mondiales, à commencer par l’Union européenne, sont dominées par des gens qui n’aiment pas la démocratie »

il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 22 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Poker menteur

La Commission met la Pologne à l'index mais l'UE pourrait-elle se permettre un Poxit ?

Publié le 21 juillet 2017
Les conservateurs au pouvoir en Pologne ont défié la Commission européenne en votant une loi plutôt controversée sur la Cour suprême.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les conservateurs au pouvoir en Pologne ont défié la Commission européenne en votant une loi plutôt controversée sur la Cour suprême.

Atlantico : Dénoncée par l’opposition comme un « coup d’Etat » réduisant l’indépendance de la justice. Ce n'est pas la première fois que l'UE est en froid avec le gouvernement polonais. Aujourd'hui, Varsovie risque-t-elle d'être mise au ban de l'UE ?

Florent Parmentier : En Pologne comme dans tout pays en transition, la question de l'indépendance de la justice reste un problème fondamental pour tout Etat s'acheminant vers un système démocratique. L’indépendance de la justice du pouvoir politique est l’une des conditions de l’avènement d’un Etat de droit dans les anciennes démocraties populaires. 

Comme j’avais pu le montrer dans mon ouvrage Les chemins de l’Etat de droit (Presses de Sciences Po, 2014), cette émergence de l’Etat de droit concerne tant des institutions que des hommes, une mécanique qu’un esprit ; or, si changer de Constitution peut prendre seulement quelques mois, changer d’état d’esprit peut réclamer plus de temps. En changeant les règles de fonctionnement de la Cour suprême, le pouvoir polonais ne joue plus selon les règles, mais avec les règles. Il contribue à créer un terrain de jeu inégal entre la majorité, qui estime avoir tous les droits de par l’onction du suffrage universel, et l’opposition qui dénonce depuis le retour du PiS au pouvoir les reculs de l’Etat de droit. Là où au cours des années 1990 les élites d’Europe Centrale voyaient une opinion publique considérer l’Europe comme un moyen de les contrôler, une partie des élites centre-européennes jouent aujourd’hui l’humeur de la population (et notamment des déclassés de la transition) contre les institutions de Bruxelles. Ce trait ne se limite pas aux pays centre-européens, mais ils font valoir cette ligne au niveau européen. 

 

L’arrivée du PiS au pouvoir en automne 2015 a suscité une certaine méfiance de la part des institutions européennes. Le Commissaire Frans Timmermans s’est exprimé clairement ces derniers mois à ce sujet, au point de devenir pour Gazeta Wyborcza l’homme de l’année 2017, qui voit en lui le « porte-parole de la démocratie » en Pologne. 

Varsovie risque-t-elle pour autant de se retrouver mise au ban de l’UE ? Rien n’est moins sûr, tant la Pologne reste un Etat important. Le pays pourrait toutefois se trouvé marginalisé par rapport à un duo franco-allemand en passe de retrouver une certaine efficacité. 

Cyrille Bret : Sur le plan idéologique, le parti conservateur PiS au pouvoir en Pologne, a choisi de placer le pays à la pointe de plusieurs débats et combats internes à l’Union européenne. En matière de protection des minorités (politiques, sexuelles, etc.), le PiS défend un modèle démocratique divergent de l’Etat de droit : le contrôle par les institutions judiciaires, les contre-pouvoirs attribués à l’opposition parlementaire, les garanties apportées aux médias sont affaiblies, au nom d’un culte tout rousseauiste de la majorité. En d’autres termes, les minorités ont tort du fait même qu’elles ne sont pas la majorité. Cela se traduit sur le plan institutionnel et géopolitique au sein de l’UE : la Pologne du PiS a repris le flambeau du souverainisme, de l’anti-fédéralisme et de l’euroscepticisme laissé par le Royaume-Uni après  le Brexit alors même que la Pologne sort de deux décennies d’europhilie aiguë matérialisée par le fait que le pays est le premier récipiendaire des fonds structurels européens.

En d’autres termes, sur le plan idéologique et géopolitique, le PiS à choisir d’animer un front interne à l’UE, en rupture avec les précédents gouvernements polonais.

 

Quelles seraient les conséquences pour l'Union Européenne si la Pologne venait à quitter l'UE ? L'UE peut-elle vraiment se le permettre un "Poxit" ?

Florent Parmentier : Il est vrai que les dirigeants polonais actuels ont fait part de leurs divergences politiques avec les autorités de Bruxelles, préférant proposer le modèle d'une Europe des nations. Ce constat n'est guère surprenant si l'on considère que la Pologne pense avoir recouvert son indépendance en 1989, en sortant du bloc de l’Est. 

Toutefois, si la critique de Bruxelles est facile, les dirigeants polonais au pouvoir ne pensent en aucun cas à sortir de l’Europe, ce qui constituerait un problème de sécurité et affaiblirait son discours euro-atlantique. Sans l’Union européenne, la Pologne ne pourrait ni espérer influencer le jeu de l’Allemagne, ni espérer infléchir la position européenne à l’égard de la Russie, obsession polonaise par excellence. Le scénario d’un « Poxit » paraît de fait hautement improbable. La Pologne cherche davantage à peser sur l’Union européenne qu’à l’infléchir. 

 

Cyrille Bret : Une Europe sans la Pologne serait sur le point d’éclater. Le miracle économique polonais est un des plus grands succès des politiques d’intégration de l’UE. Aucun autre pays ayant adhéré en 2004 ne peut rivaliser avec la Pologne. Le pays est devenu tout à la fois un moteur économique pour l’Europe orientale, un poste avancé de la résistance à l’activisme russe, un vivier de renouvellement des élites bruxelloises avec la nomination de Donald Tusk, un facteur de puissance à l’est, un gage de l’atlantisme de l’UE… Le PiS sait que l’UE ne peut se passer de la Pologne et en joue. Qu’il n’oublie pas non plus que la Pologne ne peut pas davantage se passer de l’UE.

 
 

Outre l'article 7, la possibilité de lancer des « procédures d'infractions » contre Varsovie a été évoquée. Quelles seraient les conséquences de ces deux sanctions pour le pays ? 

Florent Parmentier : L’article 7 des traités de l’Union européenne concerne la possibilité de priver un Etat de ses droits de vote au Conseil : elle n’a pour le moment encore jamais servi, mais constituerait une mise au ban de l’Union européenne. Cette mise à l’écart entrainerait probablement un renforcement de la polarisation du débat en Pologne entre majorité et opposition, entre les Polonais connectés ayant profité de la transition et ceux qui se trouvent marginalisés. On peut en conclure que cela renforcera l’instabilité du pays. Quant à la possibilité de lancer les « procédures d’infraction » au droit de l’UE, elle est souhaitée par certains à la Commission, qui ne veulent pas être à nouveau accusés d’être trop conciliant comme elle en avait été accusé à propos des manœuvres de Viktor Orban. 

Une chose est sûre : le poids de la Pologne se trouvera amoindrie dans les prochains mois, quand bien même elle trouverait des alliés en Europe Centrale. L’incertitude provoquée par les tensions actuelles est encore renforcée par le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. 

 

Cyrille Bret : Pour la politique intérieure des deux pays, l’établissement de sanctions contribuerait sans doute, dans un premier temps, à renforcer les partis au pouvoir, le PiS et le Fidezs. En effet, les sanctions auraient pour effet de regrouper les opinions publiques autour de leurs dirigeants. Mais dans un second temps, les gouvernements en question seraient assurément contestés par les partis d’opposition sur le thème : le PiS et le Fidezs placent en situation de faiblesse la Pologne et la Hongrie dans l’économie de l’UE, dans la géopolitique du continent et dans les institutions de Bruxelles. Là encore, les dirigeants politiques de Pologne et de Hongrie voient leurs bénéfices à court terme mais oublie les conséquences de long terme.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

07.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

01.

L'alcool pire que l'héroïne

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

06.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paul Emiste
- 23/07/2017 - 08:18
Mouarf!
Est ce que l´UE s´intéresse à la socialie française, où une bonne partie de la justice, la "culture", les médias d´état, les associassions sont sous le joug de l´idéologie socialo-communiste?! Ben non, quand c´est de l´autre bord c´est normal, et surtout ne plus toucher aux "progrés sociétaux" de nos gauchos de service, ce serait le "retour de la morale", alors qu´on doit se farcir leur vide spirituel sidéral!
totor101
- 22/07/2017 - 12:35
Rappel
Avec la GB la Pologne est un des bras des USA en Europe ....
L'Europe gagnerait à diminuer sa surface en augmentant son entente ! ! ! !
Alors Polxit ? Pourquoi pas .....
ajm
- 21/07/2017 - 23:14
Mitteleuropa Allemande.
Il ne faut pas oublier que la Pologne est la première ,et de très loin , usine cachée du "made in Germany" . Les Polonais sont très éduqués, disciplinés et bosseurs, parlant facilement plusieurs langues. Ils ont tous les avantages des Allemands en beaucoup moins chers. Jamais Madame Merkel ne les poussera dehors.