En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 8 heures 39 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 12 heures 51 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 13 heures 28 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 16 heures 42 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 18 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 20 heures 25 sec
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 20 heures 49 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 8 heures 54 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 13 heures 6 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 14 heures 33 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 16 heures 3 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 17 heures 21 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 19 heures 5 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 19 heures 34 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 21 heures 13 min
© Reuters
Les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité.
© Reuters
Les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité.
Deutsche qualitet

Le modèle allemand, cette tartufferie économique !

Publié le 27 mars 2012
Première économie de la zone euro, peu ébranlée en apparence par la crise, les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité. Une image qui fait oublier que le pays traîne quelques casseroles.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Première économie de la zone euro, peu ébranlée en apparence par la crise, les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité. Une image qui fait oublier que le pays traîne quelques casseroles.

Ce qui est admirable, avec les germanolâtres qui pullulent ces derniers temps, c’est leur désinvolture au sujet de la croissance. Alors qu’un économiste consacre 90% de son agenda à la croissance économique (études sur la « soutenabilité » de la dite croissance, comparaisons dans le temps et dans l’espace), le RFA-baba et l’allemaniste primaire ne semblent pas gênés des performances minables enregistrées outre-Rhin depuis la réunification : 1,2% de croissance en moyenne annuelle, contre 1,1% au Japon. Bien entendu, l’Allemagne est un pays de cocagne et le Japon l’homme malade de l’économie mondiale, à la lecture de ces chiffres c’est évident! 

Est-ce que cette faible croissance germanique serait vertueuse et pérenne, c’est à dire tirée par l’innovation ? Bof. Regardons la croissance annuelle moyenne de la productivité par tête de 1999 à 2011 (données Datastream) : Allemagne 0,76%, c’est mieux que la France (0,68%) ou que l’Italie (0,37%), mais c’est moins bien que la Suède (1,49%) et nettement moins bien que les Etats-Unis (2,32%). A quelques exceptions près (SAP, BASF…), l’Allemagne est peu présente dans le secteur high tech, et ses gains de productivité dans le secteur des services sont déplorables.

Ajoutons que, depuis 22 ans, les 18 millions d’attardés qui roulaient il y a peu en Trabant auraient du soutenir la croissance allemande par un effet de rattrapage (quand on part de très bas, il est plus facile de progresser) ; il n’en a rien été et l’on voit même des commentateurs inattentifs qui en font un argument de réhabilitation de la croissance allemande au motif que les transferts vers l’ex-RDA ont coûté cher, mais passons. Avec 1,3 enfant par femme et une convergence désormais aux deux tiers réalisées entre la RFA et la RDA en termes de productivité, l’Allemagne ne risque de toute façon pas d’enregistrer dans les années à venir des performances de croissance très supérieures à celles, minables, des années 90 et 2000

On nous dit qu’à défaut de croitre l’Allemagne crée de l’emploi. C’est faux. Primo, la durée de travail hebdomadaire par tête a reculé de 7% depuis 1999 (alors qu’elle a progressé de 2% en Suède et aux Etats-Unis, et n’a reculé que de 3% dans la France des 35 heures ; données Natixis). Deusio, la baisse récente du taux de chômage en Allemagne masque un faible taux de participation (en hausse certes de 2 points entre 2002 et 2006 du fait des réformes Schröder, mais encore inférieur à 60%, contre 67% en Suède et 65% aux Etats-Unis ; données Banque mondiale) : ce n’est pas difficile d’enregistrer un taux de chômage à 7% quand on paye les gens à rester chez eux ou quand ils ne font même plus l’effort de faire semblant de rechercher du travail.

On nous dit qu’à défaut d’être très productive et innovante et vectrice d’emplois l’Allemagne conquiert des parts de marchés (la « compétitivité »). C’est bien là le drame mercantiliste, cette réduction du débat à la capacité exportatrice, une réduction parfaitement affligeante dans une économie mondiale de plus en plus immatérielle et parfaitement absurde quand on connait la réalité de la fragmentation des chaines de valeur globales. Au fond, le problème avec l’Allemagne c’est qu’elle ne respecte pas l’impératif catégorique kantien : si son modèle mercantiliste était appliqué par tous les pays, il faudrait plusieurs Terre ou plus exactement il faudrait de nombreux extraterrestres avec qui commercer, car par définition tous les pays du monde ne peuvent pas avoir une balance commerciale excédentaire. Je changerai donc d’avis sur le modèle Allemand le jour où nos amis de Krypton, de Vega et de Coruscant se manifesteront.

Une des explications de la bonne santé des exportations manufacturières allemandes est par ailleurs systématiquement oubliée dans le débat public : les Allemands profitent à plein de l’euro. Ce dernier a été conçu pour faciliter une spécialisation à l’échelle du continent, sur le modèle des économies d’agglomération que l’on observe aux USA (au passage, ce projet de l’euro est foncièrement incompatible avec l’idée très française de saupoudrage industriel, mais passons) ; les allemands se sont spécialisés là où ils disposaient d’un avantage comparatif, très classiquement. De plus, ils ont été protégés des « dévaluations compétitives » (entre 1949 et 1989, le franc français par exemple a perdu environ 30% de sa valeur tous les 10 ans…), autrement dit les allemands bénéficient désormais d’une sorte de détente monétaire relative qui ne dit pas son nom avec plus de 50% de ses partenaires commerciaux. Sympa !

Ajoutons que le bilan des finances publiques allemandes n’est pas aussi sain qu’on le croit, le hors-bilan réserve bien des surprises et à peu près rien n’est provisionné pour la suite (ni la sortie du nucléaire, ni le vieillissement). L’Allemagne a en effet multiplié comme à plaisir les bombes à retardement budgétaires. Beaucoup de gens n’ont pas beaucoup entendu parler des structures de défaisance louches et de HRE (Hypo Real Estate) : dommage, ces dossiers correspondent à 20 fois le Crédit Lyonnais et échappent aux radars budgétaires pour mieux permettre toutes les tartufferies.

 Si l’Allemagne semble se porter bien (la fable du borgne au pays des aveugles, en vérité), c’est en raison de facteurs à la fois temporaires et peu avouables : un effet ciseaux positif sur les taux d’intérêt pour la période récente (du fait du flight to quality associé à une crise européenne que l’Allemagne entretien avec maestria, les taux longs allemands sont enfin très inférieurs au rythme de sa croissance nominale, après une longue période où les taux étaient trop hauts en Allemagne pour permettre comme ailleurs des folies immobilières), et l’hypocrisie budgétaire la plus éhontée (faites ce que je dis, l’austérité, ne faites surtout pas ce que je fais, subventionner le temps partiel et les banques).

Mais le pire, ce n’est pas tant la trahison par rapport à Kant que la trahison par rapport à Clausewitz (le refus de tout Schwerpunkt monétaire), c’est cette influence germanique calamiteuse sur la politique monétaire en zone euro, cette fausse orthodoxie, cette version pervertie du monétarisme qui conduit toujours à agir trop peu et trop tard. Milton Friedman se retournerait en effet dans sa tombe s’il écoutait les logorrhées verbales d’Axel Weber et de Jürgen Stark depuis le début de la crise (en caricaturant à peine : « une inflation par les coûts ou par le pétrole, ça existe », « la politique monétaire est accommodante puisque les taux baissent », « on peut supporter un taux de change euro-USD à 1,50 », « étendre le bilan de la BCE, c’est forcément inflationniste », « la déflation est un fantasme », « les agrégats monétaires n’ont plus rien à nous apprendre », « le banquier central peut donner des leçons aux gouvernements démocratiquement élus et les discipliner », etc.). Nous sommes tous victimes d’une secte (la Bundesbank) à qui on aurait donné les clés du Vatican et les codes de la force de frappe nucléaire. Et l’on feint de s’étonner ensuite de la « japonisation » du continent.    

Est-ce à dire qu’il n’y a rien à prendre dans ce « modèle », pour nous français ? Effectivement : les seuls points positifs du modèle allemand (un vieux fonds capitaliste familial qui fait que l’on traite sérieusement la question de la profitabilité des PME en ne les surchargeant pas trop d’impôts comme l’ISF ou de réglementations comme le SMIC, un fédéralisme accompagné d’un très faible nombre de fonctionnaires fédéraux…) ne sont pas spécifiquement allemands et feraient plutôt penser à un pays anglo-saxon (horrensco referens !). Dès que les allemands germanisent en rond (cogestion, retour au charbon, mercantilisme…), ils font du sur-place, et nous font reculer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alfan46
- 30/03/2012 - 10:22
Article tendancieux et faux...
Teinté de social-démo bien pensante.
Il n'y a pas à philosopher les chiffres parlent d'eux même.
Cependant il est bon de souligner, puisqu'il fait un parallele ente les 2 pays:
l'Allemagne est un pays qui il y a 10 ans a entrepris des réformes courageuses, et ou le mot "liberalisme" n'est pas un gros mot..
La France est un pays frileux, peureux, qui n'a pas pu ou voulu entreprendre des réformes et qui est asphyxié par une dette proche de 1800 milliards d'euros et une croissance nulle et 10% de chômeurs...
A qui l'avenir?
EuroWarrioR
- 27/03/2012 - 18:19
C'est normal que les
C'est normal que les Allemands tournent en rond ! Nous commençons
À peine à nous rendre dignes de leurs efforts !

Le président a- t-il parlé de modèle Allemand ? Il s'agit de ne s'occuper que de ce qui fonctionne.

Article intéressant, quoique très technique, mais dont le ton repoussant, avec parfois une dialectique à l'apparence socialiste peu enviable semble - pour changer - vouloir entraîner le débat au dernier sous-sol de la germanophobie.
ACL
- 27/03/2012 - 16:47
Stimulant
Et intéressant. Vous exagérez un peu en mettant en avant certains faits et chiffres sans y associer d'autres éléments qui plaident en faveur de l'économie allemande.
Ce qui permet à quelques commentateurs de publier quelques bourdes rigolotes et qui font surtout apparaître leur refus de tout raisonnement personnel.

Néanmoins, cela permet de faire apparaître la catastrophe que le système français fait vivre à ses entreprises à coup de charges sans contrepartie et de paralysie bureaucratique.
La confusion chez les politico cumulards fonctionnaires entre l'entreprise qui est seule créatrice d'emploi et le vilain patron qu'il faut punir est la vrai raison du chômage français