En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 37 min 1 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 heures 50 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 22 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 22 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 33 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 40 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 2 heures 52 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 25 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 40 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 7 heures 53 min
© Pixabay
© Pixabay
Tribune

Quand une cour sud africaine s'attaque au seul pilier encore intact de la mondialisation

Publié le 19 juillet 2017
Avec Joël Ruet
Les leaders du G20 se réunissaient les 7 et 8 juillet dans la ville portuaire de Hambourg ; symbole du commerce, ils y cherchaient les clés d’une mondialisation par l’investissement.
Joël Ruet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joël Ruet est économiste, chercheur CNRS au CEPN (Centre d'économie de Paris-Nord) et associé au Centre de Recherche en Gestion de l’Ecole Polytechnique. Il a enseigné à l'École des Mines de Paris, à HEC-Paris, à l’université Jawaharlal Nehru ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les leaders du G20 se réunissaient les 7 et 8 juillet dans la ville portuaire de Hambourg ; symbole du commerce, ils y cherchaient les clés d’une mondialisation par l’investissement.
Avec Joël Ruet

 

A des milliers de kilomètres au sud, la mise en saisie conservatoire d’un anodin bateau d’engrais africain mouillant dans un port d’Afrique serait-elle en passe de devenir un symbole de la part d’ombre de la « nouvelle mondialisation » : rétive au commerce ; politisant l’investissement ; instrumentalisant les cours de justice locales, discret détricotage des avancées de la gouvernance multi-latérale ?

Les dangers d’une dé-mondialisation sont déjà nets : déni du commerce international par le président américain, investissement ouvertement politisé quand une Arabie Séoudite décomplexée impose au grand jour à l’Afrique de renier le Qatar, exemples parmi d’autres d’un rétro-pédalage mondial. La mondialisation n’a certes jamais atteint la vertu, mais a marqué des progrès. L’ouverture au commerce international a diffusé les savoir-faire. L’essor des diplomaties économiques marque une formalisation au lieu de conditionnalités sourdes, leur coordination sert le multi-latéralisme : le G20 lance un « compact avec l’Afrique » pour co-définir avec le continent des cadres communs d’investissement, et de même une Chine qui relance la croissance mondiale par l’investissement mutualise ses efforts avec plus de 70 pays actionnaires de la Banque Asiatique d’Investissements. À l’heure où le G20 chinois puis le G20 de Hambourg tentent un vrai multilatéralisme, des coups de boutoir délétères menacent. 

Du moins, à côté du commerce et de l’investissement, le dernier pilier du triptyque, le droit international, semblait-il protégé. Agrégatif, collectif par construction, il ne dépend pas d’un texte unique ou d’une convention rayable d’un trait. Illusion. Il est fragile, et s’expose à tout risque de « précédent ». Or cette époque repolitisée en sourdine recherche ce précédent, via des cours de justice s’arrogeant la compétence de bloquer le commerce sur des bases politiques.  Ainsi, deux bateaux affrétés par la compagnie minière marocaine Phosboucraa ont été saisis début mai à la demande de l’organisation indépendantiste Front Polisario, l’un à Panama, l’autre en Afrique du Sud. Raison invoquée ? Les cargaisons (55 000 tonnes de phosphates) appartiendraient au peuple Sahraoui selon la Constitution de décembre 2015 de la « république autonome sahraouie démocratique (RASD) ». Panama a très vite rendu son jugement, le 14 juin, se déclarant non-compétente, sur une affaire de « politique internationale » jugeant d’absence de preuve que « la cargaison appartenait aux requérants », sans existence juridique : la RASD n’est pas reconnue par la communauté internationale. Bref, une affaire très éloignée de la Convention de 1999, régissant la saisie pour créance maritime à une personne physique ou morale. A l’inverse, dans son avis rendu le 15 juin, la Haute Cour d’Afrique du Sud a décidé de surseoir à la saisie, de se doter de compétences complémentaires lui manquant pour renvoyer vers un jugement sur le fond,  bien qu’actant (article 4 de son arrêt) de la « nouveauté et de la complexité en droit international ». Le mot est dit, il y a nouveauté, donc possible jurisprudence. Elle aussi très décomplexée, la cour déclare par les tous premiers mots de son arrêt que « le territoire du Sahara Occidental est dit-on (sic.) le seul territoire africain sujet à un régime colonial ». Mention étonnante pour une question orthogonale aux compétences de cette juridiction. Sur le fond, l’évolution future du territoire est régie par un processus clair et défini entre les Nations-Unies, le Maroc et la communauté internationale. Un débat existe au sein de l’Union Africaine (UA), que le Maroc vient de ré-intégrer en janvier 2017, où parmi d’autres l’Afrique du Sud soutient les revendications du Front Polisario. Si la politique offre des espaces disjoints –intra-UA, ONU, etc.- il n’y a en revanche qu’un seul droit international. Si les espaces des processus politiques ont des durées dans le temps, explicites ou implicites, le droit économique fait date. Ainsi cette affaire en apparence « locale » concerne toute la mondialisation. 

 

Un effet de précédent légitimerait tout mouvement à faire saisir toute cargaison à tout moment non seulement en Afrique du Sud -la crédibilité de ses ports étant dès à présent entachée pour le transit et l’investissement futur- mais, avec une épée de Damoclès généralisée dès lors qu’un mouvement quelconque se sentirait autorisé à se saisir en justice de la « complexité », surtout une fois dépassée par jurisprudence  la « nouveauté »; avec son corollaire de décrédibilisation de toute économie dont les cours de justice s’arrogeraient de telles prérogatives. 

 

Les cours africaines pourraient avoir un apport positif au multi-latéralisme fondé sur les objectifs du développement durable des Nations-Unies, adoptés par l’Union Africaine : approfondir la contribution du droit au progrès économique en bâtissant une continuité entre d’une part des règles internationales de responsabilité d’entreprise et de développement inclusif qui patiemment émergent dans la communauté internationale, et d’autre part la contribution concrète des entreprises aux objectifs de développement durables. Que les cours de justice sécurisent le statut des entreprises –minières et autres- soucieuses de l’environnement, de la responsabilité sociale, de l’inclusivité des parties-prenantes, et le pilier du droit viendrait crédibiliser l’investissement responsable. Loin de là, la cour sud-africaine, au sein d’un continent en déficit de commerce avec lui-même, porte un coup au troisième pilier de la mondialisation quand les deux autres sont déjà attaqués. 

 

Que le multi-latéralisme ait ses failles est une évidence, mais qui voudrait sérieusement qu’aux cadres onusiens de traitement de question politiques clés et complexes, soient substituée une jungle d’arrêts rendus, mouvements contre mouvements, par cours locales ou commerciales interposées ? Qui veut d’un monde où, en lieu et place d’une mondialisation régulée, il deviendrait loisible de passer des arrêts dont les premiers alinéas allégueraient avec légèreté de politique lointaine, assortie d’un « dit-on » ?  

 

Par Balveer Arora, Céline Bak, Joël Ruet, Adam Thiam & Matthieu Wemaere 

Balveer Arora est Chairman, Centre for Multilevel Federalism & Former Rector, Jawaharlal Nehru University, New Delhi ; Céline Bak est Senior Fellow, Centre for International Governance Innovation, Cabnada, et membre du Think Tank 20 du G20 ; Adam Thiam est éditorialiste malien et spécialiste des questions pan-africaines ; Joël Ruet est Président de The Bridge Tank et membre du Think Tank 20 du G20 ; Matthieu Wemaere est avocat aux barreaux de Bruxelles et de Paris.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires