En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Blague à part
La fausse impertinence des nouveaux humoristes français
Publié le 23 mars 2012
Les "humoristes impertinents" pullulent dans le paysage médiatique français... et se prennent parfois pour de nouveaux intellectuels.
François L'Yvonnet est professeur de philosophie et éditeur.Il dirige la collection « Via Latina » aux Éditions Albin Michel et la série "Philosophie" des « Carnets » de L'Herne.Il a récemment publié Homo comicus : ou l'intégrisme de la rigolade (Fayard...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François L'Yvonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François L'Yvonnet est professeur de philosophie et éditeur.Il dirige la collection « Via Latina » aux Éditions Albin Michel et la série "Philosophie" des « Carnets » de L'Herne.Il a récemment publié Homo comicus : ou l'intégrisme de la rigolade (Fayard...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les "humoristes impertinents" pullulent dans le paysage médiatique français... et se prennent parfois pour de nouveaux intellectuels.

Nous assistons depuis une bonne dizaine d’années à un phénomène paradoxal : plus les « humoristes » se multiplient  (et leur prolifération est assez prodigieuse), moins ils se distinguent du commun des rieurs, du boute-en-train des noces et banquets et plus ils revendiquent, avec une prétention extrême, un statut à part qui leur conférerait une sorte d’impunité. Ce que disait Philippe Muray des théâtreux leur va comme un gant : « Ils réclament des droits supérieurs au commun des mortels parce que rien ne les en différencie plus. »

Un phénomène à la fois agaçant et inquiétant.

L’impertinence est le maître mot de cette espèce mutante. Ils se qualifient eux-mêmes d’« humoristes impertinents ». Être impertinent, cela veut dire éreinter, mais sans risque, lancer des accusations, ridiculiser, frapper de dérision mais sans ménager la moindre possibilité de défense. L’impertinence est l’arme fatale de ces procureurs hargneux. Ils réclament des têtes. Dans le même temps, l’animalcule gondolant fait son trou dans le conformisme et l’assurance tous risques, se fait une place au soleil médiatique.

L’un de leurs mentors, Jean-Michel Ribes, dans une tribune parue dans Le Monde, pour donner de la consistance idéologique à leurs saillies, oppose avec le plus grand sérieux le « rire de résistance » (« touchant à la racine des idées ») au « rire collabo » (celui des ricaneurs qui entretient la somnolence du bon peuple). On ne sort pas du rire. Nous sommes seulement sommés de choisir entre le bon rire, le leur, qui est la norme et le mauvais rire, celui des autres. L’auteur poursuit en qualifiant l’esprit de sérieux d’étouffoir d’idées, de « cholestérol des utopies qui nous font avancer »…

On nous bassine avec l’impertinence, nouvelle tarte à la crème. On nous assomme avec le « rire de résistance ». Comme si l’esclaffement belliqueux et méchant était un acte de résistance. Comme si nous ne manquions pas d’abord de pertinence et de sérieux. Le sérieux et l’esprit de sérieux font deux, n’en déplaisent aux maîtres-penseurs de l’heure. La rigolade obligée relève très précisément de ce que Nietzsche appelait l’« esprit de sérieux » marqué par la lourdeur, la pesanteur et la cérémonie… « Être sérieux », c’est au contraire prendre en considération ce qui mérite de l’être. Ce qui n’exclut pas le rire irrévérencieux, mais le met à sa juste place.

Il y a un véritable intégrisme de la rigolade. Leur rire est la norme, disions-nous, un certain rire du moins, qui mêle le dénigrement systématique, la vulgarité et l’attaque personnelle (qui n’a rien à envier aux calomnies d’avant-guerre). La rigolade est devenue une sorte de « paradigme », un style imposé dans le traitement des questions générales, un prisme privilégié pour aborder la société et les hommes.

Le néo-humoriste occupe la place hier dévolue à l’intellectuel. Il dit le vrai et le bien. Il sermonne, il juge et condamne, dans l’hilarité générale. À force d’intimidation et de provocation, il a fini par incarner, aux yeux du public, l’esprit frondeur et la sacro-sainte liberté d’expression. Les mettre en accusation s’apparente à un crime de lèse-majesté. Quiconque ose s’élever contre ce qui s’apparente à une escroquerie intellectuelle et morale sera traité de rabat-joie, de bonnet de nuit et offert à la vindicte médiatique.

L’ayatollah bidonnant a le triomphe modeste, comme le dit l’un d’entre eux : « Il n'y a pas de limites à l'humour, à partir du moment où il y a du sens » (sic) !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
François 38
- 27/03/2012 - 15:51
Les aristocrates de l'humour!
Il fut un temps où nous avions la chance de voir et d'entendre surtout, ce qu'on appelait alors les "chansonniers". Ils avaient pour nom Pierre-Jean Vaillard, Jacques Grélo, Anne-Marie Carrière, Robert Rocca ,et j'en oublie ; un des derniers représentants de cette élite du rire et du sourire vient de nous quitter: Jean Amadou. Ces amuseurs étaient à fois drôles intelligents, acides , décapants et ce qui ne gâte rien s'exprimaient tous en un excellent Français! C'était l'aristocratie de l'humour; rien à voir avec les individus dont il est fait mention plus haut .
kassian
- 26/03/2012 - 14:51
comique
Dans la liste de ces soi-disant comiques aussi prétentieux qu'ils manquent d'impertinence (et de talent au fait) il y a Nicolas Bedos, le fils du père. Un sale type, vulgaire et mesquin qui s'écoute parler et se lance des compliments tout en cassant tout le monde, et quand on lui rend le dixième de ce qu'il inflige aux autres il crie au scandale.

Tant qu'il y aura des gens assez naze pour écouter ces petits de l'humour, aller à leurs spectacle et acheter leurs DVD, ces gnômes se verront toujours plus grands qu'il ne le sont réellement.
filkilim
- 23/03/2012 - 16:27
bestiaire
Autre espèce d'animalcule gondolant: le crayon qui se prend pour une plume...