En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

La discrimination positive... pas si positive

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 20 min 40 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 21 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 20 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 21 heures 28 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 6 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 22 heures 36 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 46 min 30 sec
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 15 heures 32 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 1 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 22 heures 37 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Armée et solidarité des territoires

Emmanuel Macron coupe sèchement la morphine aux militaires et la réduit doucement aux collectivités territoriales...

Publié le 18 juillet 2017
Réduction des crédits, acte 2. Après la douche froide administrée aux Armées, quel régime pour les collectivités locales (communes, départements, régions, métropoles), accusées d'avoir fait gonfler de manière très excessive la masse des fonctionnaires au cours des dernières décennies, et de contribuer largement au déficit des finances publiques ?
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réduction des crédits, acte 2. Après la douche froide administrée aux Armées, quel régime pour les collectivités locales (communes, départements, régions, métropoles), accusées d'avoir fait gonfler de manière très excessive la masse des fonctionnaires au cours des dernières décennies, et de contribuer largement au déficit des finances publiques ?

A l'inverse des Armées auxquelles une augmentation des crédits avait été promise, les élus, dans le collimateur de la Cour des Comptes, connaissaient la philosophie des discours qui allaient leur être tenus: "Economies",10 milliards à trouver pendant le quinquennat 2017-2022, et "Réformes". Ils avaient pu faire passer leur message avant la  Conférence des  Territoires convoquée à l'instigation d' Emmanuel Macron : oui à un "pacte financier", ou plus largement un pacte de confiance, mais pas de nouveau "big bang territorial" à l'image de celui qui a transformé la carte des Régions de France sous François Hollande. Ils avaient eu l'occasion de le dire à l'occasion de diverses rencontres à Matignon et à l'Elysée .Le président du Sénat Gérard Larcher l'a répété à deux reprises en introduisant successivement le Premier Ministre le matin et le Président de la République l'après-midi. Il avait une petite chance d'être entendu dans la mesure où on ne manie pas plus six cent mille élus locaux comme les militaires , soumis à la loi du silence. Gérard Larcher a eu beau alerter que les "élus locaux n'en peuvent plus", la première salve a été assénée par Edouard Philippe, qui a annoncé que ce ne seraient pas dix mais treize milliards d'économies qui seraient réclamées aux collectivités locales en cinq ans. "Nous devons diminuer notre montant de dépenses publiques",a-t-il asséné.

Une fois ce choc encaissé, ils ont attendu Emmanuel Macron qui a confirmé le montant mais a assorti cette demande d'une série d'annonces qui exaucent une partie de leurs souhaits. Il n'y aura pas de big bang territorial mais  de la souplesse pour les départements qui voudront fusionner, voire pour ceux qui pourraient se fondre dans une métropole. Il n'y aura pas non plus de fermeture de classes dans les zones rurales. On va se préoccuper de la revitalisation des centres villes qui dépérissent ...

Evoquant les normes honnies par les élues, le chef de l'Etat a annoncé l'adoption du système "deux pour un " (pas de nouvelle norme adoptée sans suppression de deux normes anciennes ); ainsi que la couverture du très haut débit pour tout le pays dès 2020 (-elle avait été promise pour 2022, mais explique Emmanuel  Macron " je sais que j'aurai encore 2021 pour rattraper les retards", a-t-il déclaré sous les rires avant d'ajouter plus gravement  "la fracture numérique est la première chose qui nourrit les extrêmes"). A cela s'ajoute une loi  d'orientation des mobilités, pour revoir la politique des transports, notamment de proximité, la création d'une Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, et la décision de réunir la Conférence des Territoires tous les six mois. S 'il se montre inflexible sur la suppression de la taxe d'habitation, "un impôt injuste " selon lui, qui prive les collectivités locales d'une grande  partie de leurs ressources, il  annonce une refonte de la fiscale locale ,et  laisse entrevoir la possibilité de reverser une partie de l'impot national  (CSG ou CRDS qui sont progressives ), aux collectivités locales et laisse entendre que le RSA ne sera plus à la charge des départements mais sera recentralisé, ce que les départements réclament précisément . Cette série d'annonces fait que les réactions des élus locaux ont été beaucoup plus nuancées que ce que l'on pouvait attendre a priori. Si Olivier Dussopt, président de l'Association des petites villes qualifie le montant de treize milliards d'in juste " et si François Baroin, le président de l'Association des Maires de France a déclaré : "Nous ne sommes pas favorables à ces 13 milliards de baisse. Nous ne l'étions déjà pas quand Emmanuel Macron n'en annonçait que 10. On ne peut pas s'essuyer une nouvelle fois les pieds sur les collectivités locales", le président de l'AMF  a ajouté :" j'aimerais avoir bien compris qu'il n'y aucun effort en 2018  et qu'après, tout le monde se mettra autour de la table ", c'est parce qu'il veut pouvoir analyser les conséquences réelles  de ces treize milliards d'économies. Vont-elles impacter la croissance parce que les collectivités n'auront plus les moyens d'investir dans les travaux publics ?

L'augmentation du nombre de fonctionnaires territoriaux  était-elle uniquement destinée à l'amélioration des services publics au service de la population qui augmente dans les centres urbains, comme le prétend Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse? On a peine à le croire ..."Vos problèmes sont les miens, mais croyez bien que les miens sont aussi un peu les vôtres", a déclaré Emmanuel Macron en concluant son propos. Le cadre est contraint, celui de la dépense publique, est contraint mais le chef de l'Etat laisse le débat ouvert. Les élus procèdent du suffrage universel, à l'inverse du Chef d'Etat Major des Armées qui a été nommé. Mais dans les deux cas, se pose la question de la confiance. Entre Pierre de Villiers et Emmanuel Macron, elle est durement mise à l'épreuve, voire brisée. Avec les élus locaux  on en est pour l'heure encore au stade de la méfiance.   

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mingus
- 20/07/2017 - 09:38
C'est table ouverte !!!
l'explosion de nos impôts locaux et des élus irresponsables ?
Avec la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des votants, la taxe, on pourra l'augmenter, sans craindre pour sa réélection !!!
Il ne reste que 20% de mécontents pourquoi se gêner !!!
c'est table ouverte !!!
essentimo
- 20/07/2017 - 08:35
Comment
peut-on avoir des problèmes de matériel de guerre alors qu'il semble que nous ayons une industrie de ce genre florissante ?
francisquinze
- 19/07/2017 - 21:36
On ne rabote pas une pièce vermoulue.
Tout récemment, le Président Macron a fustigé l'irresponsabilité d'un Etat Africain, soulignant le caractère illusoire de toute politique économique, tant que n'y étaient pas résolus les problèmes de natalité (7 enfants par famille avait-il déclaré...)
On peut s'étonner que concernant notre pays où l'absence de contrôle des flux migratoires a conduit à d'énormes disparités inter-ethniques de natalité, il n'ait pas été amené à tirer les mêmes conclusions...
En attendant, on se contentera de simples coups de rabot par ci par là tout en restant dans le déni des véritables problèmes qui plombent l'avenir du pays.