En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

L’Europe face au dilemme biélorusse

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 34 min 40 sec
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 heure 6 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 2 heures 57 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 3 heures 33 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 6 heures 3 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 18 heures 37 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 19 heures 26 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 47 min 27 sec
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 heure 22 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 3 heures 13 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 3 heures 51 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 19 heures 1 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 19 heures 59 min
Repos

Saviez-vous que même avec les RTT et les ponts, vous avez moins de vacances aujourd'hui que les travailleurs français du Moyen-Age ?

Publié le 17 juillet 2017
Soixante-cinq : c'est le nombre de jours travaillés en plus aujourd'hui par un Français comparé à un paysan du XIVème siècle. Une différence qu'il convient d'analyser au prisme de la conception que nous avons du travail, qui découle de la modernité.
Jawad Mejjad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jawad Mejjad est docteur en sociologie, chercheur au Ceaq-La Sorbonne, enseignant et responsable pédagogique au Cnam, et gérant d'une société industrielle (Ermatel).Ses réflexions et ses recherches portent principalement sur les valeurs et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Soixante-cinq : c'est le nombre de jours travaillés en plus aujourd'hui par un Français comparé à un paysan du XIVème siècle. Une différence qu'il convient d'analyser au prisme de la conception que nous avons du travail, qui découle de la modernité.

Atlantico : A l'heure actuelle, un Français travaille environ 215 jours par an, sans compter les jours fériés, les vacances et les week-ends qui sont chômés, soit environ 3 jours sur 5. En comparaison, au XIVe siècle, on estime qu'un paysan n'était actif que 150 jours par an, soit moins de la moitié de l'année (2 jours sur 5). Qu'est-ce qui explique cette différence ?

Jawad Mejjad : C'est que nous ne parlons pas de la même chose. Le travail tel que nous le comprenons et le pratiquons n'a pas toujours existé. C'est une invention récente, dans le sillage de la modernité. Pour le dire autrement, un paysan du XIVe siècle ne se représentait pas le monde de la même manière que nous, modernes. Et le guerrier grec ou romain avait encore une autre conception de la vie. Chaque période a sa propre épistémè pour reprendre Michel Foucault, c'est-à dire-l'ensemble des valeurs indiscutables et indiscutées qui la fondent. 

Deux croyances nous trompent dans la manière dont nous nous voyons. La première est que notre monde social est là depuis toujours et la seconde est que notre société est moderne, c’est-à-dire que les autres sont archaïques, que nous sommes devant, sur l’autoroute de l’Histoire et du progrès, et qu’ils sont derrière. Avec l’angoisse actuelle que nous sommes en train d’être rattrapés par les Chinois, les Indiens, les Brésiliens, etc. Et l'idée fausse que le Moyen Age était attardé.

De fait, c’est faux et c’est l’idéologie même de la modernité (en effet, nous sommes modernes, mais dans le sens de porteurs des valeurs de la modernité), qui porte en elle celle du progrès.  Les périodes sociales ont une durée de vie, et se succèdent dans l’Histoire. Chaque société vit selon des représentations et des valeurs qui lui sont propres.  Pour l’Occident, un découpage grossier de l’Histoire nous donne les périodes suivantes : les Anciens, l'Empire chrétien, la modernité.

Ainsi, pour les Anciens (les Grecs et les Romains), l'idéal de vie se trouve dans le recherche de la gloire. Car c’est la gloire qui donne un écho éternel aux actions dignes d’être retenues par l’Histoire, et vous confère l’immortalité. Il faut être glorieux, et une vie brève mais louée pour sa bravoure, est de loin préférable à une vie longue sans gloire. L’activité par excellence pour cela est la guerre. Un Grec ou un Romain ne travaillait pas, le travail était dédié aux esclaves. Ce monde a vécu jusqu'au Ve siècle, car Rome a mis cinq ans pour mourir.

La chrétienneté, notamment à travers la valeur d’humilité, va prendre le contrepoint total de la gloire, qui, poussée trop loin, devient de l'orgueil. L'idéal de vie pour un chrétien est de gagner le Paradis, et l'activité noble est la prière. Ce qui exlique le nombre de jours fériés au Moyen Age, jours dédiés à Dieu. Les valeurs de la chrétienneté, pour des raisons trop longues à expliciter ici, vont perdre de leur évidence à la Renaissance, pour laisser se développer celles de la modernité.

La modernité va mettre en avant l'individu libre et autonome, avec comme idéal de vie la satisfaction des besoins. D'où notre société de consommation. Or pour satisfaire nos besoins, nous avons besoin d'argent et nous ne pouvons plus avoir recours qu'au travail pour avoir de l'argent, le prendre à autrui par la guerre ne faisant plus partie de nos valeurs. C'est ainsi que le travail s'est trouvé valorisé au XVIIIe siècle, avec un développement majeur au XIXe et XXe siècles. 

Cette comparaison doit-elle nous faire considérer que l'on travaille trop aujourd'hui, et ce à rebours des discours prônant l'augmentation du temps de travail ou critiquant le nombre excessif de jours fériés en France ?

Le fait même de nous poser la question est un signe que la valeur travail a perdu de son évidence. Dire que l'on travaille trop est comme dire pour un chrétien qu'il prie trop. C'est un fait qu'actuellement il y a une désacralisation du travail, qui a tendance à ne plus être conçu que comme un moyen de subsistance. On n'attend plus du travail qu'il vous réalise, comme auparavant. Il n'est qu'à regadrer l'évolution de l'image du rentier ou du retraité pour s'en convaincre. Rappelons la publicité par exempe du gagnant du Loto qui va nargeur ses collègues et qui montre que dès qu'on en a les moyens, on arrête de travailler. Dans les années 1970, au moment de la mise en place des retraites anticipées, il était fréquent que les candidats au départ partent tristes et honteux, inquiets de ce qu'ils vont devenir en arrêtant de travailler, et il n'était pas rare que quelques mois après s'être arrêtés ils décédaient. La situation est toute autre aujourd'hui où le candidat à la retraite va organiser un pot de départ, fier de son départ et heureux de se retrouver à la retraite.

On ne compte plus sur le travail seul pour se réaliser, les activités complémentaires se multiplient pour s'épanouir : sport, voyage, musique, dessin, danse, etc. Sans parler du développement et de la valorisation du bénévolat et de choix d'activités moins lucratives : la tendance est claire chez les jeunes; mais aussi nombre de cadres supérieurs, de chefs d'entreprises, de consultants vont consacrer un partie de leur temps à enseigner ou intervenir dans des associations. Nous allons de plus en plus parler d'activité, plus que de travail. Et donc ce temps des autres activités est à prendre sur le temps de travail, d'où l'impression que l'on travaille trop. On découvre que l'on peut très bien vivre sans le travail comme valeur, et il n'est plus politiquement incorrect de le dire:  rappelons-nous Laurence Parisot, l'ancienne patronne du Medef  qui disait  "La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ? ". Et nous voyons se développer plusieurs manières de travailler, le salariat n'étant plus la forme privilégiée. Et pour compléter l'analyse, il faudrait prendre en compte nos besoins à satisfaire, et notre remise en compte du progrès infini; et par conséquent la valorisation de la richesse et la prévalence de l'économie. 

L'urbanisation et l'exode rural ont joué un rôle essentiel dans cette modification de nos calendriers professionnels. Le mode de vie urbain pousse-t-il à travailler plus ?

Le mode urbain est une conséquence de la modernité, dans le sillage de la révolution industrielle. C'est dans ce cadre que le travail moderne a été inventé, à travers le salariat. Dans l'Histoire, traditionellement pour avoir de l'argent, il y avait deux moyens : soit exploiter la Nature (cueillette, chasse, agriculture, mines, etc. ), soit le prendre aux autres (guerre, razzia, pillage, etc.). La modernité a banni la guerre, et a privilégié le commerce comme activité principale. L'organisation sociale s'en est suivie, avec des lieux de production centralisés où le travail va être disponible, et où il est facile de satisfaire ses besoins, et qui vont agir comme des aimants pour vider les campagnes. Le développement des villes va imposer son propre rythme de vie aux habitants, organisé en fonction du travail, et des lieux de consommation : le fameux metro-boulot-dodo.

Le développement des villes a aussi pour conséquence l'instauration de la famille nucléaire au détriment de la vie communautaire dans des famillles élargies, avec comme conséqence le délitement de la solidarité, et à donc ne compter que sur soi-même pour subsister. Et donc de fait, le mode urbain, par plusieurs facteurs, a poussé à travailler plus. Toutefois, les évolutions actuelles dans l'organisation de la ville suivent l'évolution de la société, et son basculement progressif vers la postmodenité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires