En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 9 heures 49 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 11 heures 52 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 12 heures 57 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 14 heures 4 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 14 heures 48 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 17 heures 41 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 18 heures 45 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 10 heures 15 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 12 heures 43 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 13 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 19 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Mauvaise gestion

Dette publique : non, l'Etat n'est pas en faillite mais oui, il est terriblement mal géré (et voilà les petits secrets des "arrangements budgétaires" scandaleux qui maquillent la réalité budgétaire de la France)

Publié le 17 juillet 2017
La dette publique française a atteint le chiffre astronomique de presque 2200 milliards d'euros, soir près de 99% du PIB de l'Hexagone. Un chiffre affolant qui montre aussi la mauvaise gestion de l'Etat.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dette publique française a atteint le chiffre astronomique de presque 2200 milliards d'euros, soir près de 99% du PIB de l'Hexagone. Un chiffre affolant qui montre aussi la mauvaise gestion de l'Etat.

La dette publique française est un sujet technique de préoccupations tout autant qu'un sujet passionnel.

Une chose est acquise, elle a presque doublé en dix ans suite à la profonde crise économique de 2008 (pour mémoire PIB 2009 = - 2,9%) et suite à la gestion hasardeuse de François Hollande qui prétend pourtant avoir " stabilisé " la dette (voir son allocution de renoncement).

Bien souvent des analystes inondent le lecteur de chiffres qui finissent par assombrir (à tous les sens du terme) la réflexion.

Ici, l'ambition se veut plus modeste mais clairement réaliste. La vérité ne se dilue pas, elle se confie posément.

Notre pays a une dette publique de près de 2.200 milliards soit près de 99% du PIB.

1) Le cap des 100% est déjà franchi :

Je rappelle pour les lecteurs attachés aux faits que l'Insee inclut tous les impôts sur la production dans le PIB. Autrement dit, notre PIB hors impôt aurait pour conséquence d'alourdir le ratio dette / PIB. En clair, le cap symbolique des 100% de dette est d'ores et déjà franchi.

2) Des 30 Glorieuses au laxisme budgétaire :

Depuis 1974, la France n'a jamais présenté un budget en excédent primaire. Ainsi, nous nous endettons avec une continuité politique et technique stupéfiante.

Point besoin de grande arithmétique, les faits sont clairs. Pendant tout son mandat, l'ancien élu de Tulle a fait acter par le Parlement des budgets en déficit moyen de 60 milliards (71 milliards pour 2017 corrigés à 80 mds suite à l'audit cinglant de la Cour des comptes du début de ce mois ). Le résultat n'échappe pas au principe de réalité – n'en déplaise à Jean-Marc Ayrault, Michel Sapin et autres - : la dette s'est accrue de 343 milliards pendant le quinquennat Hollande.

Il y a bien sûr le financement de notre modèle social, il y a aussi le halo de laxisme budgétaire qui entoure notre Etat notamment par le biais des agences et autres organismes bénéficiant de la fiscalité dite " affectée ".

Un effort de 10% de toute cette faune d'organismes représenterait une manne de 12 milliards ce qui est plus que conséquent.

3) L'Etat piètre gestionnaire de patrimoine financier

De même, l'Etat a bien du mal à maîtriser ses immobilisations financières.

Dans son rapport sur la certification des comptes de l'Etat pour 2016 émis fin mai 2017, la Cour des comptes émet quatre réserves substantielles dont la troisième a un intitulé non équivoque mais préoccupant : " Les anomalies relatives aux immobilisations financières ".

Dans la mesure où le patrimoine financier de l'Etat représente une valeur de 340 milliards d'euros, chacun comprend qu'un aléa de gestion de 2% - par hypothèse de travail – correspondrait à un manque à gagner de 6,8 milliards soit 10% du déficit budgétaire voté mais non tenu.

4) Bpifrance et l'évaporation comptable de 24,6 milliards d'euros

Bpifrance est un succès opérationnel mais se trouve porteur d'une sérieuse anomalie. Ainsi sa sous-filiale Bpifrance Financement bénéficie d'une garantie accordée par sa maison-mère. " Sur le fondement de la convention conclue à cet effet par les deux entités, et qu'il a cosignée, l'Etat est engagé à se substituer à elles en cas de défaut pour assurer le remboursement à leurs souscripteurs des titres obligataires émis par Bpifrance Financement. L'annexe des comptes de l'Etat ne fait cependant pas mention de cet engagement hors-bilan explicite, ni de l'encours de la garantie sur laquelle il porte et qui s'établit, fin 2016, à 24,6 milliards d'euros."

On retrouve ici, à travers la rédaction de la Cour, la sérieuse question de la dette cachée de l'Etat, à savoir les engagements hors-bilan qui s'élèvent à plus de 3.200 milliards en sus des 2.200 milliards de la dette connue dite de Maastricht. 

Le lectorat ne peut que constater que le premier ministre Edouard Philippe a sonné le tocsin pour 8 milliards de dépassement du déficit alors que près de 25 milliards sont occultés dans le hors-bilan. Vous imaginez cela dans une entreprise privée dotée de commissaires aux comptes ? D'ailleurs, qu'en pensent les autorités de surveillance de la Caisse des Dépôts et Consignations qui détient 50% de BpI ? Lourd silence…

5) Près de 30 milliards dans la nature ?

La Cour précise par ailleurs que " dans le cas de 64 entités évaluées à 10,1 milliards d'euros, l'inscription des provisions pour risques et charges ainsi que des engagements hors bilan est lacunaire ". Ce terme choisi et ciselé ne saurait stimuler la confiance des contribuables voire des créanciers étrangers de l'Etat.

La Cour a constaté que les rapports des commissaires aux comptes de 69 entités, évaluées à près de 17 mds " n'ont pas pu être obtenus " et que dans le cas de 364 entités portant une valeur de 10,4 mds, " aucune information n'est disponible ". Il faut préciser que ces 364 structures ne font pas l'objet d'une certification externe ou d'un audit interne récent. Autrement dit, près de 30 mds soit plus de 8% du patrimoine financier de l'Etat est hors contrôle. Ceci démontre de manière patente qu'il existe bel et bien des marges de manœuvre pour qui voudrait améliorer la gestion de notre Etat ! Non, François Fillon n'avait pas raison partout mais oui son diagnostic élaboré avec de vrais spécialistes de la chose publique mérite d'être relu.

6) La multiplicité pénalisante des formes juridiques     

Si la valeur nette des immobilisations financières de l'Etat s'élève à 340 mds et se composent de 1817 participations pour un total de 263 mds, il faut savoir qu'un maquis de formes juridiques se présente.

Etablissements publics nationaux, groupements d'intérêt public, sociétés d'économie mixte, sociétés anonymes cotées ou non, fondations, associations et même fonds sans personnalité juridique composent ainsi une kyrielle d'entités difficiles à monitorer par Bercy et à contrôler par la Cour.

D'autant que la Cour relève " qu'à cette diversité de formes juridiques correspondent de multiples référentiels comptables " qui sont parfois en contradiction avec les normes comptables de l'Etat notamment pour ce qui a trait au patrimoine immobilier. Voir le rapport d'information N°570 – rendu public le 31 mai 2017 -  de Messieurs les Sénateurs Michel Bouvard et Thierry Carcenac sur l'avenir du compte d'affectation spéciale " Gestion du patrimoine immobilier de l'Etat – établi par la Commission des finances.

Clairement, les valeurs retenues ne sont pas homogènes ce qui induit un flou répréhensible et ouvre la porte à d'éventuels comportements répréhensibles.

La Cour des comptes conclut sans détours sa troisième réserve, § 118 à la page 36 de son rapport : " Les incertitudes et les désaccords sur l'évaluation des participations financières de l'Etat conduisent la Cour à formuler une réserve substantielle ".

Plus loin, au § 127, " La Cour ne dispose d'aucune assurance sur la fiabilité des comptes de 433 entités représentant, fin 2016, une valeur de 27,2 mds d'euros à l'actif du bilan de l'Etat."

En matière de gestion publique, le défi est donc devant nous. A ce stade de ma contribution, les faits établis rapportent que plus de 60 milliards doivent être passés en revue critique. En matière d'équilibre sociétal, combien de temps allons-nous accepter de vivre dans un pays où les comptabilités privées sont régulièrement auditées, vérifiées, " épluchées " tandis que certaines zones du secteur public parviennent encore à s'émanciper du respect des règles comptables ?

7) Retour vers la dette publique :

Le projet de loi de finances pour 2018 ne sera pas présenté en équilibre. De son futur détourage de déficit découlera l'aggravation de notre dette. Tablons sur 50 milliards d'accroissement. A minima.

Il faut comprendre que l'Etat n'est pas en faillite comme l'a dit François Fillon en 2008, alors premier ministre : l'Etat est illiquide ( rupture de trésorerie ) mais pas insolvable du fait de sa capacité à présenter des contreparties à sa dette. C'est plus qu'une nuance factuelle et juridique.

Deux grandes familles de contreparties existent et peuvent être appelées en garanties ou en capacités de remboursement. D'une part, les actifs publics qui dépassent 5.000 milliards d'euros et relève de la comptabilité patrimoniale de l'Etat. Donc l'actif net comptable est positif sinon nul créancier ne se porterait encore acquéreur de la dette française. D'autre part, la garantie issue d'un éventuel prélèvement exceptionnel sur les dizaines de milliards de l'épargne des Français.

Dire que l'Etat est en faillite est un raccourci oratoire, l'Etat est impécunieux mais doté de solvabilités dérivées. Telle est la vérité. Tel est le jargon approprié et exact.

8) La dette et l'Histoire

On voit mal comment un pays qui ne parvient pas à présenter un budget en équilibre ( " mismanagement " ) n'aurait pas quelque inquiétude face au risque probable de remontée des taux d'intérêts à horizon 2019. Cela nous coûtera plusieurs milliards supplémentaires et l'Histoire dira si Messieurs Sapin et Eckert auront su, à leur époque, bien monitorer les tranches d'emprunts. Lorsque celles-ci étaient sursouscrites, à taux bas, il y avait probablement une action de restructuration discrète de notre dette à mener par un allongement de sa maturité qui n'est que de 7 ans.

9) L'erreur de 2018

Le gouvernement a évité de justesse de reconduire une politique à la Hollande où la procrastination budgétaire a été une réalité et un fléau. Au prix d'un zig-zag habile mais visible, il a modifié son calendrier d'exécution budgétaire en abandonnant le principe de nombreux reports pourtant annoncés devant l'hémicycle le 4 juillet.

En 2018, il se profile une erreur potentielle : elle a trait au financement du plan d'investissements de 50 milliards contenu dans le programme du candidat Macron et dont l'économiste Jean Pisani-Ferry a la charge.

Au lieu de se caler sur les acquis de la macroéconomie keynésienne et de considérer que les taux obligataires sont encore si bas que l'endettement est la voie réaliste compte-tenu du multiplicateur budgétaire, Pisani-Ferry a cru utile de déclarer : " je connais l'équation mais je n'ai pas la solution " ce qui nous amène vers une possible remise en cause – par réaffectation partielle – des crédits PIA ( plans d'investissements d'avenir décidés par Nicolas Sarkozy et opportunément relancés par Manuel Valls ).

Si ceci devait se produire, on quitterait un Meccano keynésien d'adultes pour rejoindre un frêle Lego enfantin et hybride, donc moins efficient.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
THx27
- 18/07/2017 - 16:57
vertigineux
si l'on comprend bien, on peut redresser la barre si les politiques font un bilan lucide et propose une politique sérieuse ( Fillon) . Mais ce gouvernement de réchappés du Ps en est -il capable?
Anouman
- 17/07/2017 - 19:03
Dette
Le problème n'est pas la dette mais ce qu'elle finance. Quand on finance du déficit de fonctionnement avec de la dette à moyen terme on se met dans une situation intenable puisque quand on dépense plus que ce que l'on gagne et qu'en plus on s'endette on ne peut payer cette dette que par une dette supplémentaire. C'est quelque chose qui devrait être interdit à l'état.
Pharamond
- 17/07/2017 - 16:59
L'Etau
La remontée des taux est en voie d'être concrétisée aux USA;l'Europe va inévitablement suivre et donc la France sera prise dans un étau.Les français se rendent-ils compte que leurs dépenses de santé,leurs indemnités-chômage,et 'autres dépenses sociales sont payées...par l'emprunt? Si Macron échouait,ceux qui prêtent à la France diront:stop.on ne joue plus.Le choix est entre l'adaptation au réel et donc l'acceptation de la rigueur,ou le suicide. Que les tenants du:"il n'y à qu'à" disent comment il faut s'y prendre.