En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 7 heures 45 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 10 heures 4 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 10 heures 54 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 13 heures 32 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 15 heures 39 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 20 heures 21 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 9 heures 39 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 10 heures 24 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 13 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 57 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 16 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 21 heures 16 min
© Flickr
© Flickr
Avis de tempête

Cette récession américaine qui s’annonce et dont personne ne veut regarder la menace en face

Publié le 17 juillet 2017
L'économie américaine pourrait de nouveau entrer en récession. Certains facteurs sont en train de s'additionner pour qu'elle puisse s'installer. La reprise économique pourrait ne pas durer.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économie américaine pourrait de nouveau entrer en récession. Certains facteurs sont en train de s'additionner pour qu'elle puisse s'installer. La reprise économique pourrait ne pas durer.

Se préparer pourquoi ? Parce qu’elle s’approche. Problèmes politiques (familiaux) croissants de Donald Trump + hausse des taux dans une reprise américaine dopée et très spéciale, " vieille " et fragile = récession. Nous sommes au bord d’un retournement des inquiétudes, pour des raisons politiques, qui s’ajoutent aux autres.

D’abord, dopée, la reprise américaine l’est encore, après la grande récession de 2008, la crise financière des subprimes. Le taux de chômage monte à 10 %  en 2010, Lehmann explose, les taux d’intérêt passent à zéro et, pour faire baisser les taux longs, la Banque centrale américaine achète pour 4500 milliards de dollars de bons du trésor et de prêts hypothécaires. Cahin-caha, la reprise se met en place mi-2009.

Très spéciale ensuite, cette reprise américaine, qui s’étire à 2 % l’an en moyenne. Rien à voir avec les " hausses Champagne " à 2 et 4 % par trimestre d’avant, qui effaçaient les plaies. Cette fois, la reprise est lente, graduelle. Elle conduit à un taux de chômage très bas, 4,4 % de la population active, mais sans hausse des salaires. Sur un an, cette dernière s’établit en effet à 2,3 %, la moitié de ce qui se passait en 1998-2000 ou en 2006-2007 – et avec une inflation qui atteint à peine 2 % ! Certes il y a de nouveaux jobs, mais à un rythme qui ralentit à 180 000 sur les six derniers mois, et surtout avec un taux de participation de la population à l’emploi de 63 %, contre un maximum de 67 % en 2001. Ce " plein emploi nouveau " n’implique ni hausse de salaire, ni mouvement massif vers l’emploi ! Beaucoup d’américains ne peuvent travailler (pas qualifiés, techniquement dépassés, alcool, drogues ?) ou ne veulent pas travailler plus (10% des jeunes non qualifiés jouent quatre heures par jour à des vidéo-games !). 

" Vieille " aussi cette reprise américaine, qui dépasse 96 mois. C’est la troisième en durée, derrière celles de 1991-2001 (120 mois) et de 1961-1969 (106 mois). Elle sera la plus longue de l’histoire américaine si elle " tient " jusqu’en juin 2019 ! Pas sûr !

Fragile donc, car les politiques monétaires restent accommodantes et parce que tout le monde s’inquiète du début de normalisation de la politique monétaire. D’ici quelques mois, la Banque centrale américaine dira quand elle va commencer à vendre ses obligations. Décembre ? Normalement, ceci devrait prendre au moins cinq ans, avec l’idée de garder plus d’obligations en portefeuille qu’avant la crise (2000 milliards de dollars contre 1000 ?). Mais ceci veut dire aussi que les taux courts et longs vont monter, donc aussi les taux réels, puisque l’inflation n’est toujours pas là, plus le dollar. 

Plus vulnérable que jamais aux chocs politiques : c’est dans ce changement de paysage, pas de " reprise classique " avec la révolution technologique qui se poursuit, que l’économie américaine avance. Et en politique, avec Donald Trump, nous sommes servis – parce que toute sa stratégie fiscale et boursière est en jeu ! Ses problèmes personnels et familiaux, liés à la Russie, freinent l’acceptation de ses lois. Il est empêtré par la répudiation-remplacement de l’Obamacare. Il doit attendre pour les baisses promises de fiscalité, alors que le plafond de la dette approche (mi-octobre au plus tard). Or le supplément de croissance lié à son élection vient largement d’un effet-richesse. La bourse a salué son arrivée (plus 15% en quelques semaines), mais le Standard and Poor’s et le Dow Jones n’aiment plus désormais que les messages d’apaisement de Janet Yellen en matière de hausses de taux. Mauvais signes, au fond.

La bourse " marche " normalement à la hausse attendue des profits qui vient de la baisse des taux – fini, du dollar faible – fini, de la baisse des salaires – fini. Elle aimerait la croissance par la demande interne, avec plus de salaires et d’emploi qu’aujourd’hui et ne croit pas trop à cette stratégie de rééquilibrage des échanges bilatéraux que mène Donald Trump. Ce qui fait son bonheur, ce sont Apple et les autres tech. Ce sont ces montées boursières sans exemple qui attirent bons esprits et capitaux, font naître les brevets et permettent les achats de start-ups. Les Etats-Unis sont aujourd’hui dans une longue et " vieille " reprise qui débouche sur un nouveau monde. Il y aura moins de réseaux de distribution, plus d’échanges directs, pilotés et informés par les big data, plus de robots et moins d’inflation, et peut-être aussi plus d’efficacité.

Se préparer comment, ici ? D’abord en disant qu’elle s’approche, qu’il faut se  renforcer en économie privée et en budget, sachant que la politique monétaire ne pourra rien faire. Or ce risque n’est dans aucun débat : on parie sur un renforcement de la croissance française (et de la zone euro) sur le quinquennat, sans aucun accroc !

Réduire donc les charges des entreprises pour remonter leur rentabilité, réduire rapidement la dépense publique en modernisant les administrations, flexibiliser les entreprises surtout. On oublie que, quand la récession américaine se manifestera, les taux courts seront encore à zéro ou pas loin, que la dette publique française sera égale au PIB, que le taux de chômage sera élevé. 0n ne voit pas que ce qui a permis à l’Allemagne d’amortir la crise de 2008 et de repartir, c’est le dialogue social. Les salariés ont accepté des réductions d’horaires et de salaires dans les plus grandes entreprises notamment, avec promesse de retour à la normale avec la croissance. Ce qui fut fait. En France, c’était l’idée inverse qui prévalait (prévaut ?) : amortir le choc externe par la demande interne. Si nous ne changeons pas vite de logiciel et n’inscrivons pas les ordonnances dans une perspective de protection de la croissance à long terme, nous regretterons le temps passé à discuter, comme aujourd’hui, des avantages à maintenir, face au grand risque qui vient.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 18/07/2017 - 15:33
Même si aux USA il y a des problèmes, que dire
de ceux qui structurent la France. Les États Unis sont réactifs et savent s'adapter aux situations qui évoluent. En France nous avons des problèmes qui nous plombent depuis 40 ans et pour lesquels les gouvernements successifs, par manque de courage, n'ont jamais voulu régler. Si demain les choses sont plus difficiles aux USA,alors en France......!!!!