En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Domino
Le Portugal peut-il être victime d'un scénario à la grecque ?
Publié le 16 mars 2012
Les marchés craignent toujours un scénario catastrophe pour le Portugal. Si les objectifs à court terme sur le déficit public ont dépassé les attentes de la Troïka, le risque de dérapage budgétaire est toujours présent et le pays pourrait nécessiter d'autres mesures d'austérité.
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marchés craignent toujours un scénario catastrophe pour le Portugal. Si les objectifs à court terme sur le déficit public ont dépassé les attentes de la Troïka, le risque de dérapage budgétaire est toujours présent et le pays pourrait nécessiter d'autres mesures d'austérité.

Plein de bonnes raisons nous poussent à penser que l’Europe va mieux. Les Etats tout d’abord connaissent moins de difficultés à placer leur dette et ceci malgré la baisse des notations du FESF (Fonds Européen de la Stabilité Financière), et de la France. Les primes de financement à 10 ans ont elles aussi reflué. L’Italie emprunte désormais à des taux raisonnables et l’Espagne paie encore moins chers ses emprunts.

On peut dire que la gouvernance dans la zone euro a amélioré les choses mais c’est surtout de la BCE que vient cette sortie de crise : outre le fait qu’elle sécurise les financements, elle recrée surtout une incitation à détenir la dette des Etats grâce à son programme non conventionnel de LTRO à 3 ans (Long Term Financing Operations) à 1%. Les marchés financiers eux, se portent de mieux en mieux malgré les menaces des agences de notation.

Pourtant des signes avant-coureur peuvent inquiéter, et la récente mise en défaut de la Grèce par l’ISDA ne vient pas arranger les choses : Doit-on s’inquiéter réellement de tout cela jusqu’à croire que le Portugal sera la prochaine Grèce ? En effet, malgré des avancées certaines en Europe (le nouveau traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union européenne), les rendements portugais ont atteint de nouveaux records, en avoisinant constamment en ce moment les 14%. Depuis l’abaissement de la note souveraine portugaise au rang d’investissement spéculatif « lixo », en portugais, c'est-à-dire « poubelle », les marchés, bien qu’ayant intégré dans les cours de bourse la plupart des plans d’aide financière et des difficultés de la coopération en Europe, craignent toujours un scénario à la Grecque pour le Portugal qui serait contraint de solliciter une nouvelle fois l’aide internationale. C’est pourquoi les rendements à 10 ans ne cessent de se tendre et dans ces conditions, les CDS sur le Portugal atteignent eux aussi des niveaux record.

Pourtant le Portugal sous assistance financière depuis mai 2011 diffère en de nombreux points de la Grèce. Il y a d’abord ses efforts dans la consolidation budgétaire qui apporte des résultats tangibles. Après 9,8% du PIB en 2010, le déficit public est retombé à près de 4% en 2011, soit mieux que l’objectif assigné par la Troïka. Cette amélioration résulte d’un transfert exceptionnel en provenance des fonds de pension du secteur bancaire. Elle ne sera donc pas reconduite en 2012.

Et malgré tout cela, il semble que la situation économique du Portugal s’aggrave avec une contraction du PIB d’environ 5% en 2012, contre 3% selon les prévisions officielles après déjà un repli de 2% en 2011. Il y a donc il faut le dire, un risque de dérapage budgétaire, qui nécessitera un autre round d’austérité qui pèserait sur la croissance. Nous voilà au cœur du paradoxe de Zénon...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
05.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
06.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
07.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
01.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 16/03/2012 - 13:46
Zenon?
connait pas. Une petite explication supplémentaire aurait été bienvenue; cela m'aurait évité une recherche gooogggle.
Sinon, je ne comprends pas comment des pays peuvent s'en sortir sans jouer sur l'arme monétaire (s'ils pouvaient jouer dessus, ce que le neuro rend impossible) dans la situation actuelle. Désolé, je suis bête et grand néophyte.