En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Danger
Nucléaire : l’irresponsabilité de Nicolas Hulot
Publié le 15 juillet 2017
La déclaration faite lundi par Nicolas Hulot sur la sortie partielle du nucléaire pour ramener sa part dans le mix électrique français à 50%, relève essentiellement de l’effet d’annonce.
Jean-Pierre Schaeken Willemaers est  président du Pôle énergie, climat, environnement de l’Institut Thomas More, auteur de L’utopie du tout renouvelable (ed Académie royale de Belgique, 2017) 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Schaeken Willemaers
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Schaeken Willemaers est  président du Pôle énergie, climat, environnement de l’Institut Thomas More, auteur de L’utopie du tout renouvelable (ed Académie royale de Belgique, 2017) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La déclaration faite lundi par Nicolas Hulot sur la sortie partielle du nucléaire pour ramener sa part dans le mix électrique français à 50%, relève essentiellement de l’effet d’annonce.

Voilà pour la surface des choses. Mais, sur le fond, une telle déclaration est irresponsable car elle habitue les Français à l’idée d’une sortie « facile » du nucléaire, alors que celle-ci n’est pertinente ni d’un point de vue politique, ni d’un point de vue économique

Politiquement, il s’agit avant tout d’un slogan cher aux écologistes, fondé sur une idéologie de sortie du nucléaire, quelles qu’en soient les conséquences. Or il est amusant de relever que, selon le dernier Eurobaromètre, le climat constitue une priorité pour 7% des citoyens européens seulement et figure au neuvième rang de leurs préoccupations (loin dernière l’immigration, le terrorisme et l’emploi). Autrement dit, l’abomination du nucléaire n’est apparemment pas partagée par une majorité de citoyens. Les Verts ont quasiment disparu de la scène politique française mais trouvent en quelque sorte en Nicolas Hulot leur apothéose…

 

Autre point qui prouve l’approche doctrinaire de ce dossier : le remplacement du nucléaire par du renouvelable ne peut être revendiqué au nom d’une quelconque politique « en faveur du climat » (qui serait contre, au passage ?!) puisque la génération d’électricité d’origine nucléaire n’émet pas plus de gaz à effet de serre (GES), sur un cycle complet de vie, que l’éolien terrestre ou le photovoltaïque et moins que l’éolien en mer.

 

Economiquement, le raisonnement ne tient pas davantage à l’analyse. Arrêter un tiers des réacteurs nucléaires sur une courte période soulève la question de la capacité de la production électrique de substitution d’assurer, à bas coût, la sécurité d’approvisionnement et donc l’adéquation de l’offre à la demande. Les centrales nucléaires amorties produisent une électricité bon marché et de manière continue, les interruptions n’étant dues qu’aux entretiens et réparations éventuelles, contrairement à l’électricité renouvelable intermittente qui constituerait l’essentiel du renouvelable : la disponibilité d’une capacité supplémentaire d’hydraulique est limitée et nettement plus longue à mettre en place.

 

Sans le tiers des réacteurs nucléaires, l’équilibre du système électrique ne peut être assuré qu’en augmentant considérablement la pénétration de l’éolien et du photovoltaïque, source intermittente d’électricité requérant de lourds investissements dans le renforcement et la numérisation des réseaux électriques, le stockage de l’électricité et la gestion compliquée de la demande et, en particulier, une réduction de 20% de la consommation. Ce dernier objectif est illusoire malgré l’amélioration de l’efficacité énergétique, vue la numérisation irréversible et galopante de l’économie, extrêmement énergivore et la pénétration des véhicules électriques pour autant qu’elle se concrétise.

 

Une sortie significative du nucléaire entraînerait donc une augmentation importante de la facture d’électricité préjudiciable à la rentabilité des entreprises et aux exportations ainsi qu’au pouvoir d’achat des ménages et, probablement, l’exploitation de centrales au gaz pour l’équilibre du réseau électrique.

 

En outre, si après l’arrêt programmé des réacteurs nucléaires, il s’avérait que la production renouvelable ne suffisait pas à satisfaire la consommation, ce à quoi il faut s’attendre, un dernier recours serait l’importation d’électricité. Or, les pays voisins de la France ne sont pas en mesure de satisfaire sa demande, toute leur production étant nécessaire pour répondre à leurs propres besoins (en raison précisément de… leur politique climatique), à l’exception de l’Allemagne grâce à son parc de centrales au charbon et au lignite (les deux sources les plus émettrices de GES) qu’elle a, d’ailleurs, étendu par de nouvelles constructions. Outre le fait que, dans ce cas de figure, cette dernière serait maîtresse du jeu et qu’elle imposerait le prix élevé qu’elle souhaite, ne serait-il pas incohérent, pour un gouvernement qui se veut green-friendly, d’importer de l’électricité « sale » ?

 

Il serait de loin moins coûteux et plus responsable de continuer à exploiter la plupart des réacteurs en prolongeant leur durée de vie de dix ou de vingt ans, moyennant les mises à niveau requises par l’Autorité de sûreté nucléaire. Bien entendu, ceci exigerait une clarification de la politique électrique. De tels investissements sont, en effet, exclus sans un cadre législatif permettant une rentabilité suffisante.

 

Ce texte a été initialement publié sur le site de l'Institut Thomas More

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 17/07/2017 - 13:26
SUITE
Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres,
> > > > > et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.
Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à
> > > > > travers la France,
Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’'automobile.
Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.
Pourquoi-pas31
- 17/07/2017 - 13:24
LIRE C'EST > > > > > TRÈS INSTRUCTIF
Que tu aies une voiture « Diesel » ou non, lis ceci :
C'est une très bonne analyse démontrant que nos politiques (et les verts) nous font du spectacle:
La paranoïa du DIESEL ne concerne
> > > > > que les automobiles !
Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus !
Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il faut leur révéler les données de l’'industrie maritime qui a démontré
> > > > > qu'’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé,
les 5 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’'automobiles de la planète.
Vous savez, ces porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées,
> > > > > aujourd’hui,
> > > > > ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe.
Ces malheureux 15 navires font partie d’'une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui
> > > > > sillonnent les mers.
Beredan
- 17/07/2017 - 01:04
Question :
Cet électron libre , ce pantin Bouffi d'orgueil est-il au Gouvernement pour faire sa propre promotion et jongler avec les réacteurs nucléaires , ou bien pour se contenter d'exécuter les instructions du Premier Ministre et appliquer le programme du Chef de l'Etat ?