En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 13 heures 21 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 16 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 17 heures 35 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 18 heures 20 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 21 heures 12 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 22 heures 16 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 13 heures 47 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 16 heures 14 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 17 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 44 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 22 heures 46 min
Place aux mots

On refait l’émission : La "continuité" affichée par Hollande est-elle adaptée à une campagne qui change ?

Publié le 16 mars 2012
Le candidat socialiste était ce jeudi l'invité de l’émission politique de France 2 "Des paroles et des actes". Analyse de la rhétorique "hollandienne".
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat socialiste était ce jeudi l'invité de l’émission politique de France 2 "Des paroles et des actes". Analyse de la rhétorique "hollandienne".

Règle première de la rhétorique : tout bon discours est de circonstance ! L’émission de France 2 « des paroles et des actes » de ce jeudi devait être l’occasion pour François Hollande d’adapter sa rhétorique à la nouvelle situation provoquée par l’égalité des scores de premier tour avec Nicolas Sarkozy. Exercice réussi ?

La guerre des valeurs continue !

Le premier point frappant qui a occupé tout le début du discours et a fait l’objet de « piqûres de rappel » tout au long de l’émission est resté dans la continuité du discours tenu jusqu’ici par François Hollande : la « guerre de l’ethos », c'est-à-dire du caractère et des valeurs qui oppose les deux principaux candidats.

Hollande n’a cessé de tracer un autoportrait en miroir inversé par apport à Sarkozy : « humilité », « sérénité » , « mesure », « rassemblement », « justice », et enfin empathie à l’égard de la « souffrance des Français », face à un rival présenté explicitement ou non, comme son contraire sur tous ces points. 

François Hollande a raison d’insister sur l’ethos, car sa personnalité est considérée comme plus représentative et plus sympathique que celle de Nicolas Sarkozy. Mais son ethos pose encore un sérieux problème, autour duquel l’essentiel du débat a tourné : la « crédibilité du chef » chez un homme qui n’a jusqu’ici pas tranché des questions essentielles.

Rhétorique défensive sur le fond...

Or, interrogé sur ces questions qui font mal (fiscalité, nucléaire, Europe) François Hollande a déployé les grands stratagèmes défensifs de la rhétorique : la contextualisation (« il faut replacer les 75% dans l’ensemble de la réforme fiscale » ; « il faut replacer le nucléaire dans l’ensemble de la politique énergétique ») et surtout la substitution, c’est –à dire le changement de sujet- dont on il a usé et abusé : interrogé sur les alourdissements fiscaux, il répond par la croissance ; sur la fiscalité des grandes entreprises, par celle des petites ; sur le coût du travail, par l’impôt sur les bénéfices ; sur les économies budgétaires, par une nouvelle décentralisation ; et sur l’OTAN, par l’Afghanistan !

On pourrait multiplier les exemples qui montrent la poursuite de la stratégie d’évitement du candidat socialiste. Certes, on aura eu au final –et au forceps- des précisions, partielles au demeurant, sur la tranche à 75% et les renégociations européenne et atlantique ; mais rien sur les questions capitales de la charge fiscale et des économies budgétaires, au cœur de l’agenda électoral.

… Et offensive contre Nicolas Sarkozy

A moins que le recours, plus intense que d’habitude, à l’attaque ad hominem ne soit parvenu à masquer les tours de passe-passe sur le fond. Attaque visant à la disqualification de l’adversaire interpellé longuement sur le thème : « vous qui avez augmenté la dette et le déficit,  comment osez-vous me faire la leçon ? »

Adversaire renvoyé à ses propres contradictions : « puisque vous voulez renégocier Schengen et les conventions fiscales, pourquoi ne pourrais-je pas renégocier le pacte de stabilité ?

Et enfin le sarcasme, version agressive de l’humour bien connu –et jusqu’ici masqué -de François Hollande, utilisé à l’égard de Jean-François Copé, « qui ne prend pas les grandes décisions et se bat pour 2017 ! » bref qui ne joue pas dans la cour de grands de 2012…  Il est vrai que ses adversaires ont prêté le flanc à cette contre-attaque. Nicolas Sarkozy en se montrant « eurocritique » à Villepinte et Jean-François Coppé en étant trop « invasif » dans le débat de jeudi soir.

Finalement, la rhétorique de François Hollande, à ce stade, est plutôt marquée par la continuité que par la rupture, avec les semaines précédentes, sarcasme en plus.  On le mesure à ce véritable « tic » qui est la signature rhétorique de François Hollande : le rythme ternaire (« redressement, justice   jeunesse »). En tout cas, l’effet recherché est clair : « moi, je suis dans la continuité et la fidélité avec moi-même ». Continuité qu’il faudrait démontrer sur le fond et qui est peut-être risquée dans une campagne qui, elle, change !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 16/03/2012 - 19:28
L'anti-Sarkosysme primaire de Hollande
ne le rend pas "empathique" pour la plupart des Français, dont Sarkosy est le président, qu'il le veuille ou non. Et même en insistant et en s'infligeant un discours Hollandais, on ne peut que constater le manque d'empathie d'un homme qui triche avec son image et avec les mots: une grosse voix forcée, des attitudes empruntées et un discours haché feraient dire à un prof de théâtre: manque de sincérité, manque de spontanéité, manque d'humour, donc manque d'empathie!...
Nico Attal
- 16/03/2012 - 18:44
"L'éthos" se resserre autour du candidat Hollande
L'ethos est supposé être le point fort de Hollande. On voit bien qu'il n'en est rien. Sur les affaires crapuleuses intéressants le PS, dont il s'honore d'avoir été la figure de proue, Monsieur Propre n'a rien vu, rien entendu, rien dit, rien fait et tout laissé faire. Encore, les affaires connues du public ne sont-elles que la partie émergée de l'iceberg de la corruption socialiste car la gestion clientèliste des régions nous réserve sans doute beaucoup d'autres surprises.
NYOR
- 16/03/2012 - 18:09
toulonrct / Nico Attal / Petit poucet
Et Sarkozy les talonnettes ? On continue dans le débat de haute volée ? Le troll, d'accord avec vous sur DSK... Forcément tous complices. Surtout DSk qui fréquentait tous les milieux.
Nico Attal : on lui prête les lunettes de Sarkozy ? Celle qui lui ont permis de ne rien trouver à redire dans la gestion des hauts de seine des Pasquas et Balkany ? Mauvaise foi quand tu nous tiens...
Et Nicolas s'est aussi tu sur DSK.. Qui pourrait croire que le président, avec ses services généraux, ignorait quoi que ce soit de son plus dangereux candidat ? Petit Poucet, enfin quelqu'un qui réfléchit un peu... Mou et gentil et à la tête du PS après ces cinq dernières années ? Il faut être de la dernière naïveté pour le croire.