En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Justice

Cette jolie et si discrète promotion accordée à la présidente du syndicat de magistrats mise en examen pour le Mur des Cons

Publié le 14 juillet 2017
En accordant une promotion à l'ancienne présidente du syndicat de la magistrature (SM) mise en examen dans l'affaire du Mur des Cons, la ministre Belloubet n'a pas tardé à retrouver les vieilles habitudes de l'État vis-à-vis des syndicalistes.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En accordant une promotion à l'ancienne présidente du syndicat de la magistrature (SM) mise en examen dans l'affaire du Mur des Cons, la ministre Belloubet n'a pas tardé à retrouver les vieilles habitudes de l'État vis-à-vis des syndicalistes.

La peu connue ministre Belloubet en fait la triste expérience à ses dépens: de nos jours, peu d'informations restent cachées bien longtemps. Ainsi, quelques jours après sa nomination inattendue, la garde des Sceaux attire l'attention en accordant une promotion (en l'espèce la vice-présidence de la Cour d'Appel de Bordeaux) à François Martres, ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature, épinglée en son temps à cause de son Mur des Cons.

Françoise Martres, symbole d'une magistrature arrogante et partisane

On se souvient de cette affaire du mur des cons: le local du Syndicat de la Magistrature avait un mur couvert de photos de "cons", parmi lesquels on comptait essentiellement des hommes politiques de droite et des justiciables qui avaient osé contester le fonctionnement de la justice. La révélation de cette étrange totem peu compatible avec l'image d'impartialité qui devrait coller à la magistrature avait fait scandale. Elle jetait une lumière crue sur le peu de cas que certains magistrats en France font du justiciable et de ses droits. 

L'information avait débouché sur la mise en examen de la juge. Malgré ce petit incident de carrière, l'intéressée devrait être promue par la nouvelle ministre.

On mesure immédiatement la portée symbolique du geste.

La politisation des magistrats, une technique vieille et dangereuse

C'est une technique vieille comme le monde: accorder une promotion à un syndicaliste éminent pour se ménager des arrières. Je te promeus, et, en échange, tu me ménages. Le langage courant appelle ce système l'échange de bons procédés.

L'inconvénient, quand il se produit dans la magistrature, est que personne ne sait jusqu'où il peut aller. Le jeu d'influence ne concerne pas ici n'importe quel type de personnel. Il touche directement aux institutions de la République, à la confiance du citoyen dans le régime qui l'administre et à la séparation des pouvoirs.

Accorder une promotion à un syndicaliste engagé et contesté n'est donc pas un geste neutre. C'est une décision politique dont personne ne peut ignorer qu'elle sera vécue comme la recherche d'une contrepartie.

Cette promotion est gênante pour un gouvernement criblé d'affaires

Dans le cas de Françoise Martres, on ne pourra s'empêcher de rapprocher les bonnes grâces de la ministre et la situation judiciaire compliquée de l'équipe au pouvoir depuis mai. Les premiers jours du nouveau quinquennat ont montré deux évidences. 

La première est que l'équipe Macron a du souci à se faire. Entre l'affaire Ferrand, l'affaire Modem et l'affaire Pénicaud, le Président a intérêt à nouer des relations positives avec la magistrature. Il ne suffit bien entendu pas d'une nomination d'u syndicaliste pour y arriver, mais il est sûr que ça ne peut rien gâcher que d'y procéder. 

La deuxième est que le Parquet a beaucoup ménagé Emmanuel Macron quand il rudoyait François Fillon et Marie Le Pen. La promotion de Françoise Martres constitue là aussi un clin d'oeil gênant à un système que beaucoup de Français ont mal vécu. 

Bref, cette promotion ne peut pas ne pas être vécue comme provocatrice. 

Macron et ses petites entourloupes

Reste qu'à Versailles, Emmanuel Macron déclarait qu'il souhaitait, à l'avenir, réformer les règles de promotion dans la magistrature. Certes, la nomination de Françoise Martres ne relève pas du CSM. Mais elle illustre la complexité d'une intention simple: entre proclamer la nécessaire indépendance de la justice et faire preuve d'une bienveillance attentive, la conciliation des contraires est souvent difficile. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

07.

Inégalités : petits contre-arguments aux nouvelles thèses de Thomas Piketty sur la propriété privée

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 16/07/2017 - 17:04
mepris a L'égard de ceux qui ne sont rien
En decorant une gauchiste intégriste qui a cautionné le mur des cons..
Une honte supplémentaire pour ce gouvernement entouré par les affaires et qui recompense des mis en examen ou promeut des suspects de fraude et de vols..
J'ai la nausée
jurgio
- 16/07/2017 - 14:08
La justice du coup de langue
Vous êtes gêné d'un côté par une affaire ? Favorisez le côté opposé. En France, un syndicat ne saurait mourir.
REVERJOVIAL
- 16/07/2017 - 13:07
les vices de la 5e
La Ve république est vicié par les privilèges hérités de la royauté et renforcés par le suffrage universel qui fait de notre président un monarque républicain qui donne rarement l'exemple une fois au pouvoir !