En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 8 min 51 sec
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Religion
Tribune

Combattre l’hydre islamiste, oui. Mais aussi l’auto-censure des débats publics

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 3 heures 18 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 17 heures 30 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 18 heures 43 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 1 heure 19 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 3 heures 23 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 18 heures 6 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 19 heures 23 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 20 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 21 heures 40 min
Banlieues communs

Et si l’on cessait le misérabilisme à chaque fois qu’on parle des banlieues ?

Publié le 16 mars 2012
Nicolas Sarkozy est en visite à Meaux ce vendredi pour un déplacement sur le thème de la rénovation urbaine. Quel est son bilan sur la question des banlieues ?
Camille Bedin est Secrétaire nationale de l'UMP en charge de l'égalité des chances, auteur du livre « Pourquoi les banlieues sont de droite » (Plon, 2012)Bruno Beschizza est Conseiller Régional d’Ile-de-France, Secrétaire national de l’UMP en charge de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Bedin et Bruno Beschizza
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Bedin est Secrétaire nationale de l'UMP en charge de l'égalité des chances, auteur du livre « Pourquoi les banlieues sont de droite » (Plon, 2012)Bruno Beschizza est Conseiller Régional d’Ile-de-France, Secrétaire national de l’UMP en charge de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy est en visite à Meaux ce vendredi pour un déplacement sur le thème de la rénovation urbaine. Quel est son bilan sur la question des banlieues ?

Depuis quelques jours, la « banlieue » a fait irruption dans le débat politique. Comme à chaque avant-veille électorale, on feint de redécouvrir l’existence des banlieues et leurs lots de difficultés. Et une fois encore, on nous rebat les oreilles avec les sempiternels discours sur les quartiers relégués, abandonnés et perdus.

Ce constat est manifestement erroné. Pire, il est mensonger. Les habitants et les jeunes que nous rencontrons, les quartiers que nous parcourons, ne se reconnaissent pas dans ces discours misérabilistes d’un autre temps.

Nous avons un scoop : les valeurs desquelles se réclament les jeunes des quartiers, comme le travail, le mérite, le sens de la responsabilité individuelle, le respect ou encore la famille, ne sont certainement pas les valeurs mises en avant par la gauche. Ce décalage, entre le dogme socialiste et les valeurs de nos concitoyens de banlieues, n’a cessé de grandir. N’en déplaise aux caciques de gauche, l’ennemi de la jeunesse des quartiers, c’est l’immobilisme de la société, le conservatisme et la fermeture des élites, certainement pas le « monde de la finance » ! L’effort, la persévérance, le mérite ne leur font pas peur. Ils veulent réussir, gagner de l’argent et aider leurs familles en retour.

Leur idéal n’est pas l’allocation d’autonomie ou autre emploi d’avenir. C’est l’indépendance. Or, cela fait des décennies qu’on leur promet tout, sans rien leur permettre. L’assistanat leur fait horreur, la victimisation les énerve au plus haut point et ils rejettent toute forme de paternalisme. Ils n’ignorent pas, pour en avoir subi les frais, qu’il ne peut y avoir de « social » sans « travail ». Ils ne confondent pas nécessaire solidarité envers les plus fragiles et multiplication des subventions, qui placent les populations bénéficiaires dans la dépendance et engendrent le contrôle social et électoral.

En revanche, ils ont besoin de repères, de cadres et d’autorité. Face à cette réalité, la gauche a perdu toute décence : en proposant la dépénalisation du cannabis, elle parle aux bobos des centres villes et non aux milieux populaires. En refusant le rôle de l’autorité, elle nie l’importance de la transmission. En rejetant la vidéo-protection, comme dans certaines communes, elle refuse de voir la délinquance quotidienne. En justifiant les incivilités, elle pardonne par avance les coupables. En agitant, tel un hameçon, le droit de vote des étrangers, elle fait mine d’oublier que la force de la République réside dans la volonté individuelle de partager un destin commun. Surtout, elle oublie que les principales préoccupations des quartiers ne résident pas dans la régularisation massive des sans-papiers, mais bien dans l’emploi, l’éducation, le transport, le logement et la sécurité pour tous.

Il y a bien longtemps que la gauche a déserté les quartiers populaires. La force des « habitudes » et des traditions, héritées de l’après-guerre et de la décolonisation, lui confère toujours dans ces territoires un monopole électoral. En considérant ces populations comme acquises électoralement, il y a longtemps qu’elle n’agit plus et qu’elle ne les comprend plus. Bien sûr, quelques élus locaux font figure d’exception. Mais si vous bavardez un peu avec les proches de la Rue de Solferino, ils vous expliqueront que le combat de la gauche est ailleurs. Si vous discutez avec les têtes pensantes de Terra Nova, elles vous diront que les couches populaires ne sont plus rentables électoralement et qu’il vaut mieux encourager le communautarisme. Elles vous diront que le cœur de la gauche bat plutôt pour les « insiders », ceux qui sont déjà dans le système, pour mieux le conserver, pour mieux les protéger, aux dépens des plus faibles.

Les habitants des banlieues, qui vivent en marge de cette forteresse de privilèges imprenable, servent de « chair à élection » instrumentalisée. La visite « inopinée » de François Hollande dans un bâtiment, propriété de la Mairie de Paris, « occupé » par une association, en est une parfaite illustration. Au fond, le PS considère ces populations comme une force électorale d’appoint que les éléphants socialistes ont décidé de mettre en mouvement, sans conviction ni projet.

Nous rejetons en bloc cette République de la segmentation électorale et de la récupération politique. Bien sûr, la droite a une relation complexe avec les « banlieues », mélange fait d’attraction, de répulsion et surtout d’incompréhensions. Jusqu'à quand va-t-on considérer que ces territoires ne méritent aucune attention car ils ne votent pas, ou pas assez bien ? C’est au contraire en leur donnant maintenant des raisons de croire en un avenir possible, par l’école républicaine et par la fiche de paie, que ces citoyens s’exprimeront pour choisir le candidat qui portera leurs valeurs. Les certitudes sont le pire ennemi en politique. Il faut avoir le courage de les dépasser.

Telle était l’orientation du discours du 8 février 2008, prononcé par le président de la République, qui a marqué une rupture en faisant des quartiers populaires la ligne de front pour l’égalité des chances : « Tout ce qui entrave l'égalité des chances doit être combattu. Tout ce qui empêche chacun de faire valoir ses talents et ses mérites doit être corrigé. L'égalité des chances doit cesser d'être théorique pour devenir réelle ».

Telle est la réalité de son bilan, trop souvent escamoté car il est toujours moins facile d’agir que de critiquer. Le programme de rénovation urbaine constitue le retour palpable de la République réelle dans les quartiers, après des décennies d’abandon. La vie de quatre millions d’habitants vivant dans 485 quartiers est en cours de transformation totale, grâce au Plan National de Rénovation Urbaine, lancé par Jean-Louis Borloo, poursuivi par ce Gouvernement, dans une ampleur incontestée et incontestable. Plus de 16 milliards d’euros ont été injectés pour améliorer la vie de nos concitoyens. Le Grand Paris va permettre de désenclaver 157 zones sensibles, faisant de ces territoires des pôles de compétitivité pour attirer des milliers d’emplois.

Au-delà des murs, le président de la République s’est attaché à donner aux hommes, aux femmes et aux enfants qui y vivent une meilleure égalité des chances. Ainsi, la Dynamique Espoir banlieue, si elle a subi les assauts de la crise mondiale et les attaques faciles de ceux qui n’ont rien fait par le passé, a permis à des milliers de jeunes de croire en leurs talents et d’ouvrir le champ de leurs opportunités. Par l’éducation, avec la réussite éducative, les internats d’excellence, les classes préparatoires intégrées, le programme ECLAIR, ou encore par l’emploi, avec le contrat d’autonomie, l’apprentissage, l’alternance, ou l’auto-entrepreneuriat, il a fait bouger les lignes et engagé de nouvelles perspectives.

Fort de ce constat, il est grand temps de mettre fin à la litanie néo-paternaliste, toujours aussi méprisante, proférée par ceux-là mêmes qui, durant cinq années, se sont politiquement opposés à tous ces dispositifs. Le seul impératif pour les quartiers, comme pour tous les territoires oubliés de la République, est d’en finir avec les plafonds de verre d’une société sclérosée par tant de conservatismes. C’est ce projet républicain que porte Nicolas Sarkozy. Les cinq dernières années ont été la démonstration que la volonté politique pouvait abattre des montagnes face aux blocages de notre société. Le président de la République a été celui qui a accompagné celui qui veut s’en sortir, qui a débloqué des moyens pour celui qui veut entreprendre, qui a encouragé celui qui veut travailler. Il a placé l’égalité des chances au cœur de son action. C’est ce chemin vers la liberté, aussi long et difficile qu’il soit, que nous devons poursuivre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

06.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
toulonrct
- 17/03/2012 - 10:07
@nyor
je ne sais pas dans quel monde vous vivez mais surement pas dans le mien,vous y seriez très vite confronté à la triste réalité des banlieues ,mais c'est cela le plus triste:ceux qui en parlent comme vous ne les connaissent pas,ils se contentent d'étaler leurs poncifs appris par coeur dans les milieux politiquement corrects ils ne savent pas ce qu'est la peur qui imprègne ceux qui vivent dans ces quartiers et qui eux voient au quotidien ce qui s'y passe (viol,vol,racket,trafics de drogue,d'armes,fraudes aux allocs,au chômage,travail au noir etc...)les femmes soumises,les mariages blancs,la polygamie,voila notre quotidien mais vous,vous préférez voir l'ennemi de la france chez le paysan français c'est votre problème et c'est certainement ce qui vous fera perdre l'élection
NYOR
- 17/03/2012 - 01:36
Camille et Bruno
Je soutiens le fond de l'article mais alors que de poncifs idiots accumulés. La gauche ne défendrait ni le mérite, ni la famille, ni le respect ? Disons que Sarkozy vient de nous donner une leçon magistrale de respect effectivement. La seule réalité est de privilégier la réussite collective à la réussite individuelle. Pour le reste. Dans vos fantasmes. Dépénalisation du cannabis. Euh, les bobos pour reprendre un terme vraiment pas orienté, ils en sont à la cocaine mes grands, un peu de standing quand même. Alors que le trafic de cannabis est effectivement très réel en banlieue. Il y a effectivement longtemps que tout le monde a déserté la banlieue et notamment la droite en retirant la police de proximité et en parlant de la nettoyer au karcher, ce qui est extrêmement valorisant. Alors oui sur le fond de l'article, arrêtons le misérabilisme et comprenons que les banlieues, je le répète sont le futur terreau de nos élites. Mais l'exercice qui vient d'être livré là est plutôt renversant de la part d'un bord qui n'a cessé d'utiliser la banlieue comme d'un repoussoir pour récupérer les voix du FN. Défendez l'idée générale, mais cette récupération pathétique est hurler de rire.
NYOR
- 17/03/2012 - 01:29
toulonrct
N'en voit déplaise, les gens de banlieues sont des petits français aussi.