En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 5 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 30 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 44 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 21 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 19 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 35 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 59 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 34 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 55 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 56 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 20 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 34 min
Intoxiqués à la dette

Astronomique... Les 40 000 milliards de dollars empruntés par les États de l’OCDE aux marchés depuis 2008

Publié le 15 mars 2012
La dépendance des États aux marchés financiers pourrait leur coûter cher...
Isabelle Mouilleseaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dépendance des États aux marchés financiers pourrait leur coûter cher...

Ne vous étonnez pas que les marchés nous dictent leur loi... Savez-vous combien auront emprunté les seuls États de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) entre 2008 et 2012 sur les marchés financiers ? 40 000 milliards de dollars !

Pour mettre ce chiffre en perspective, les gigantesques réserves de change de la Chine dont on parle tant, sa phénoménale « force de frappe », s’élèvent à … 3 300 milliards de dollars.

40 000 milliards… C’est une preuve aussi éclatante que terrifiante de notre dépendance aux marchés financiers. Il ne faut pas s’étonner ensuite que ces mêmes marchés nous dictent leur loi. Pourquoi diable nous sommes-nous mis dans une telle situation de dépendance…

Ne nous sommes nous pas livrés pieds et poings liés aux marchés à force de leur emprunter du cash pour assurer depuis des décennies notre train de vie ? Train de vie que nous n’avons jamais su financer par nous même, en créant effectivement de la richesse ?

10 500 milliards de dollars à trouver rien qu'en 2012 !

Lorsqu’un pays a un budget déficitaire, ses ressources sont inférieures aux dépenses. Il doit donc financer son déficit en recourant aux marchés. C’est ce qu’on appelle le besoin de financement.

De même, un État très endetté doit en permanence refinancer la dette qu’il a accumulée et qu’il se traîne. Les États doivent donc réémettre des emprunts pour rembourser leurs emprunts qui arrivent à échéance (on fait « rouler » les emprunts). C’est ce qu’on appelle le besoin de refinancement. Il est de 100 et 122 milliards d’euros rien que pour la France en 2012 et 2013.

Mettons donc bout à bout tous ces besoins pour les pays de l’OCDE. A quel montant aboutissons-nous ? 10 500 milliards de dollars pour 2012. Les gouvernements de l’OCDE devront trouver cette somme astronomique pour financer leur « frasques », rien que sur 2012.

30% de la dette de l’OCDE arrivera à échéance sur les trois prochaines années, et devra donc être refinancée…

Relever le défi sera plus qu’audacieux !

Pourquoi ? Parce que les levées de fonds seront aussi massives que concentrées dans le temps. Et à ce stade, il n'est pas encore question des besoins de financement des pays « émergents », ni des banques, ni des entreprises, qui eux aussi se financent sur les marchés et sont donc en concurrence direct avec les « États en manque de cash ».

Parce que les taux d’intérêt sont globalement ridiculement bas (parfois les taux réels sont mêmes négatifs), ce qui ne devrait pas favoriser la bousculade des investisseurs au portillon.

Parce que les obligations souveraines sont aujourd’hui devenues « à risque ». Alors qu’avant elles étaient 100% sûres. Et le basculement progressif de la zone euro en « mode récession » pour 2012 ne fait qu’exacerber ce risque.

Parce que les États doivent impérativement émettre des obligations à plus long terme (ils doivent réduire la part des obligations à très court terme qui rend le pays fragile à toute hausse des taux courts). Malheureusement, les investisseurs préfèrent les échéances courtes moins risquées…

Les banques sous perfusion des liquidités des banques centrales

Prêteriez-vous une très grosse somme d’argent à un ami dont le train de vie dépasse largement ses moyens, qui de surcroit est super endetté, dont les revenus sont assurés de baisser en 2012, et tout ça pour un rendement quasi nul ? Moi non. A moins d’avoir vraiment trop d’argent, « à ne plus savoir qu’en faire » !

Nous en sommes là. Les banques centrales ont injecté des milliers de milliards de cash dans le système depuis 2008, et cela continue de plus belle. Tout ceci n’est pas un hasard… C’est précisément pour éviter la pénurie de cash au moment où les « états en manque » se tournent vers les marchés.

Synthétisons :

  • L’OCDE a des besoins gigantesques d’argent frais sur 2012 ;

  • Elle est totalement dépendante du bon vouloir et des caprices des marchés financiers (jamais bon…) ;

  • Pour être bien certaines que l’argent sera là au bon moment, les banques centrales noient la planète finance dans un océan de cash papier ;

  • Mais malgré tout ces efforts, on ne peut exclure le risque de liquidités à un moment ou un autre.


Vous dites ? Un risque d’inflation et de bulles en tous genres à terme ? Vous croyez ? Et c’est pour cela que vous détenez de l’or physique ? Ce n’est pas une mauvaise idée…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 16/03/2012 - 02:11
Mais quels riches ont pu prêter ces 40 Téra $?
Mais quels riches ont bien pu prêter ces 40 Téra $ aux Etats de l'OECD?
Quelques familles hyper-riches possèdent des Téra $:
Abdallah, Mohammed, Assad, Ben Ali, Mubarak, Gaddafi, Suharto, Khamenei, Rockefeller, Rothschild!
Ils s'entendent entre eux, pour manipuler tout le monde, comme larrons en foire...
La liste Forbes des soit disant "les plus riches" les ignores complètement!
De 2007 à 2012, ces hyper-riches (= "le marché") ont envoyé valser tous les gouvernements, et ils ont gagné tous ensemble beaucoup de Téra $ supplémentaires, contre les banques en 2008, puis contre les PIIGS en 2011, en spéculant à la baisse, puis à la hausse, puis à la baisse, puis à la hausse...
letroll
- 15/03/2012 - 22:52
la règle d'or :-))
nous serons sauvés grâce à la règle d'or .... promesse d'ivrogne :-))
tout ça va finir dans une faillite générale et peut-être même dans le sang
Seb Per
- 15/03/2012 - 14:49
auto-endettement = auto-selection
quand on crée de l'argent, on crée de la dette sur le futur, quelle que soit sa forme ( bon du tresor, argent, reconnaissance de dette). Cette dette circule et se diffuse sur toute la planete. L'humanité se projette ainsi dans son avenir, elle crée sa propre auto-sélection naturelle. Les faibles s'appauvriront, les forts s'enrichiront, rien de nouveau. De temps en temps, des événements violents ( révolutions, guerres) viennent rebattre les cartes. Seuls le progres de la connaissance et la créativité viennent accumuler de la valeur, le reste est ... RIEN. La preuve : reprenons l'exemple de l'auteur et supposons qu'on trouve un jour un énorme gisement d'or aisément exploitable; la valeur de l'or deviendra réduite á sa valeur utilitaire, c'est à dire quasi rien. La valeur actuelle de l'or résulte de la conviction globale que sa rareté se prolongera. Ce qui n'est pas faux mais totalement virtuel. Il en va de meme pour la création monetaire. Nous avalons ce que nous créons.