En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 25 min 28 sec
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 59 min 28 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 16 heures 45 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 18 heures 23 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 21 heures 17 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 22 heures 25 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 23 heures 5 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 23 heures 37 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 1 jour 4 min
décryptage > Economie
Destruction massive de productivité

Pourquoi les booms immobiliers sapent notre futur économique

il y a 49 min 43 sec
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 17 heures 25 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 22 heures 42 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 23 heures 15 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 23 heures 56 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 1 jour 1 heure
© JOEL SAGET
© JOEL SAGET
Le compte n’est pas bon

Insincérité, nous (re)voilà : pourquoi les trois engagements budgétaires pris par Edouard Philippe n’ont quasi aucune chance d’être tenus

Publié le 05 juillet 2017
S’il marque le coup d’envoi de l’action gouvernementale, le discours de politique générale du Premier Ministre, Edouard Philippe, est également la voiture balais de plus d’un an de campagne électorale.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S’il marque le coup d’envoi de l’action gouvernementale, le discours de politique générale du Premier Ministre, Edouard Philippe, est également la voiture balais de plus d’un an de campagne électorale.

Atlantico : Formation professionnelle, efficacité des ministères, niches fiscales, inflation salariale de la fonction publique, aides au logement, les différentes sources d'économies évoquées par le Premier ministre dans son discours de politique générale sont-elles conformes aux ambitions annoncées de réduction des dépenses publiques ? Un tel plan est il réaliste ? Comment le gouvernement pourra t il tenir ses engagements ?

Philippe Crevel : Nous avons eu le droit à un cycle riche de promesses, d’annonces, de propositions. Un sentiment de lassitude commence à nous étreindre. Le Premier Ministre, dans son discours du 4 juillet a tenté tout à la fois de décliner les engagements pris par le Président et répétés lors du Congrès de Versailles et de colmater autant que possible les déficits publics. Les sources d’économies avancées apparaissent bien ténues et floues. La refonte de la formation professionnelle est un serpent de mer que nul n’a pu attraper depuis une vingtaine d’années. La réforme des aides au logement constitue également un défi sur lequel de nombreux gouvernements ont échoué. Le Gouvernement travaillerait sur l’idée que les étudiants, les jeunes devraient opter entre le rattachement au foyer fiscal de leurs parents et l’octroi des aides. Par ailleurs, la mise à plat des aides au logement entraînent bien souvent la collusion des associations défendant le logement social et du secteur du bâtiment. Il faudra, à la rentrée, du courage au Gouvernement pour ouvrir ce chantier. Il pourra se fonder sur les travaux de la Cour des Comptes qui soulignent que la politique du logement de ces trente dernières années a avant tout contribué à l’augmentation des prix. Sur les niches fiscales, le Gouvernement risque de se tromper de combat. Si ces niches existent, c’est en raison du niveau excessif des impôts. Elles atténuent la progressivité et le poids des prélèvements. De ce fait, leur suppression nécessite une réforme de fonds des impôts et de l’impôt sur le revenu en particulier. Faute de quoi, elles réapparaîtront tout aussi vite qu’elles auront été supprimées. Avec le gel de l’indice de la fonction publique, le Gouvernement opte pour la facilité. Je bloque les compteurs. En revanche, à terme, ce n’est pas tenable. Il faudrait revoir la politique des ressources humaines et mettre un terme au code de la fonction publique qui n’est plus adaptée aux temps nouveaux.

Au regard des annonces faites par le Premier Ministre, qui seront les gagnants et les perdants budgétaires de ce quinquennat ?

Les retraités acquittant la CSG seront évidemment pénalisés par son relèvement de 1,7 point. Dans l’attente de l’application de la flat tax, les épargnants pourraient figurer au rang des victimes de la CSG. En effet, les prélèvements sociaux devraient passer de 15,5 à 17,2 % au 1er janvier 2018. Les fonctionnaires devraient être également perdants avec le gel de l’indice même s’ils peuvent compter sur le GVT, Glissement Vieillesse et Technicité qui leur permet d’améliorer leur traitement. Au niveau des gagnants, il faut noter les salariés grâce à la baisse des charges sociales qui aura un effet plus élevé que la hausse de la CSG. Les indépendants et les fonctionnaires pourraient profiter de mesures leur permettant de profiter d’une baisse de la taxation équivalente à celle des salariés. Les travailleurs non salariés pourraient à terme être couverts face au risque de chômage. Par ailleurs, comme ils le réclament, le Régime Social des Indépendants devrait  a minima être adossé au régime général des salariés.

Concernant le volet entreprises et les investisseurs, les promesses faites durant la campagne semblent être minorées, ou reportées, aussi bien du point de vue de la réforme de l'ISF, prévue en 2019, de l'IS, dont l'objectif à 25% est fixé à 2022, comme celle du CICE, dont le champ d'application apparaît rétréci. Les promesses de campagnes ont elles fondues à l'aune du rapport de la Cour des Comptes ? Comment expliquer que des réformes prétendues prioritaires pour relancer l'économie françaises par le gouvernement soient ainsi reportées ?

Comme tous les Présidents et gouvernements passés, quelques semaines après les élections, un tri est opéré au niveau des promesses. Le rappel à l’ordre de la Cour des Comptes savamment orchestré offre au nouveau pouvoir la possibilité d’étaler dans le temps les réformes. L’objectif de coller au plus près de la barre des 3 % impose des reports, des abandons, des remises en cause plus ou moins importantes. C’est ainsi qu’Edouard Philippe a décidé de reporter en 2019 plusieurs mesures, l’exonération des biens mobiliers de l’assiette de l’ISF, l’instauration de la flat sur les produits de l’épargne financière également reportée en 2019 la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés qui sera de 25 % en 2022. Plusieurs dispositifs ont été revus en mode mineur. Cela concerne la transformation du CICE en baisse pérenne de charges sociales. Le Premier Ministre a simplement annoncé que cela s’appliquera aux salariés payés au SMIC. L’exonération des heures supplémentaires semblent de son côté oubliée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 06/07/2017 - 12:04
Toujours aussi con,
Ganesha - 05/07/2017 - 13:55 - Vous n'êtes plus dans les poubelles de l'histoire, vous avez été recyclé ?
jurgio
- 06/07/2017 - 10:36
Habituel : l'ancien ministre des Finances « ignorait » tout...
On connaît le coup socialiste du budget : larges promesses de réductions et augmentations diverses, puis... en ouvrant le grand Livre : « Oh ! on a déjà trop dépensé ! »
Alain Proviste
- 06/07/2017 - 09:46
RIEN NE CHANGE
J'étais frappé lors de la campagne par la naïveté des macronistes, persuadés que tout rentrerait dans l'ordre, que tout irait mieux etc. C'était déjà sous-estimer la sclérose des élites, alors si on ajoute la mentalité dominante et la masse critique des bénéficiaires de la redistribution = fonctionnaires + retraités + prestataires d'alloc' diverses (sic)... Donc on se retrouve logiquement avec des hausses d'impôts proches et certaines et des baisses lointaines et hypothétiques.