En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

06.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 11 heures 7 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 16 heures 17 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 16 heures 46 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 17 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 19 heures 23 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 21 heures 43 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 9 heures 21 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 10 heures 16 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 16 heures 31 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 17 heures 3 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 18 heures 59 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 21 heures 16 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 21 heures 47 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Echec

Autorité, sécurité, Immigration, islam politique... : ces enquêtes qui montrent comment la droite s'est montrée incapable de gagner sur des idées pourtant majoritaires dans le pays

Publié le 04 juillet 2017
Son principal tort : être rester dans un discours trop défensif et la nostalgie d'une France disparue, incapable de transmettre le patrimoine de la nation.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Son principal tort : être rester dans un discours trop défensif et la nostalgie d'une France disparue, incapable de transmettre le patrimoine de la nation.

Atlantico : Selon un sondage Ipsos Le Monde publié en 2016, 88% des français considèrent que la France "a besoin d'un vrai chef pour remettre de l'ordre, alors que 84% d'entre eux pensent que l'autorité est une valeur qui est trop souvent critiquée. Dans le même temps, un nouveau sondage Ipsos Sopra Steria indique que 65% de français estiment qu'il y a trop d'étrangers, 61% pensent que ces derniers ne sont font pas assez d'efforts pour s'intégrer, et que seuls 40% d'entre eux considèrent que l'Islam est compatible avec les valeurs de la société française. Au regard de tels résultats, comment expliquer la victoire d'Emmanuel Macron sur des valeurs telles que le "progressisme " ou la "tolérance" ou, plus frontalement, comment expliquer que les candidats qui ont porté des thèmes apparaissant comme majoritaires ne sont pas parvenus à remporter la Présidentielle ?

Edouard Husson : Les sondages donnent un instantané, une vision statique, à un moment donné, de l'opinion. De l'opinion sur un sujet, une question. Une campagne politique se développe de manière dynamique et elle inclut, en ce qui concerne la présidentielle, la question de l'adéquation entre la société et une personne. Pardonnez-moi ces évidences. Mais si 65% des Français estiment, dans un sondage, qu'il y a trop d'étrangers, il en reste 35% à ne pas partager cette opinion. Emmanuel Macron, en admettant que ses électeurs aient tous été xénophiles, a rassemblé seulement 24% des voix au premier tour, c'est-à-dire, raporté aux inscrits, à peu près la moitié de ce gisement d'électeurs. 
Regardez aussi combien le chiffre des hostilités diminue au fur et à mesure que les ressortissants d'autres pays présents sur le territoire français sont replacés dans leur contexte: 39% des Français interrogés ne pensent pas que les efforts des étrangers pour s'intégrer soient insuffisants; 40% ne voient pas d'incompatibilité entre l'Islam et la République.  
On ne fait pas de politique avec de bons sentiments. Mais on n'en fait pas non plus en étant seulement négatif. La structure d'un discours politique est aussi vieille que l'humanité: il y faut deux ingrédients, un bouc émissaire et, par contraste, les valeurs qui soudent la communauté, son identité. Une identité ne peut pas être seulement contre, elle doit aussi faire appel à la soif de positif qui habite toute communauté humaine. La force du discours de Macron, c'est qu'il a fait appel à tous les "hommes de bonne volonté" contre les passéistes et les xénophobes. En face, la faiblesse de la droite, c'est qu'elle cumule, durant la campagne présidentielle,deux discours négatifs. Fillon ne se contente pas de dénoncer le totalitarisme islamiste; il promet une cure d'austérité. Quant à Marine Le Pen, elle ne dénonce pas seulement l'euro, elle veut aussi "remettre la France en ordre", ce n'est pas très exaltant. Dans les deux cas il n'y a aucun idéal, aucune exaltation de ce qui fonde positivement la nation. 

Maxime Tandonnet : Il faut remarquer qu’Emmanuel Macron a été élu avec un niveau d’adhésion au premier tour assez faible : 17% des électeurs inscrits. Idem aux législatives : compte tenu du taux d’abstention considérable, de plus de 50%, En Marche a obtenu une majorité absolue en sièges à l’Assemblée nationale avec 16% des participants. Le camp conservateur était probablement majoritaire dans le pays en termes d’idées. Il a perdu en raison de la puissance électorale du fn de 20 à 25 qui lui enlève une grande partie de son potentiel. Depuis 1980, c’est à cela que sert le fn très médiatisé : faire perdre le camp républicain. Il a perdu aussi en raison du gigantesque scandale touchant François Fillon, qui a broyé le débat d’idées. De fait les questions de fond ont été totalement évacuées de cette campagne présidentielle. C’est là toute l’absurdité du présidentialisme français. On vote pour une image, en fonction des passions du moment, attisées par les médias. Les idées et les projets n’ont plus grand-chose à voir avec le scrutin dans un contexte de conditionnement collectif qui fait peine à voir…  

Quels ont été les erreurs commises par ces candidats "conservateurs" vis à vis de l'électorat ? Faut il y voir une incapacité d'apparaître comme des candidats "acceptables", un trop plein d'idéologique, ou de "populisme" ? ​  Quel a été le rôle des personnalités elles mêmes dans cette défaite ?

Edouard Husson : En France, la grande faiblesse des "conservateurs", c'est qu'ils restent dans le discours défensif. Ils sont soit dans la nostalgie d'une France disparue soit dans la dénonciation de tous les ennemis qui assiègent la nation. En fait, ce ne sont pas de vrais "conservateurs" au sens qu'a ce mot dans la tradition politique britannique. Le conservatisme politique n'a pas pour but premier de conserver mais de transmettre. Il s'agit de maintenir bien vivant le patrimoine de la nation et même, de le moderniser. Depuis trente ans, la famille Le Pen dénonce les ennemis de la nation, les forces qui menacent d'en détruire la susbstance mais ni le père ni la fille n'ont vraiment développé l'image d'une France positive, modernisée, reprenant l'initiative. La droite dite de gouvernement, elle, quand elle présente une face conservatrice, se concentre sur quelques valeurs "bourgeoises" et 'familiales" mais elle exalte rarement la créativité du pays - Fillon; quand elle ne veut pas rester sur la défensive, cette même droite est prête à jeter par-dessus bord le passé pour participer à la modernité - Juppé. Le seul qui a réussi, ces dernières décennies, à formuler un authentique conservatisme à la française, c'est Charles de Gaulle, le Disraeli français. Mais remarquez comme il est capable de faire vivre le passé d'une part; et de donner un contenu moderne à cette France dont il exalte l'histoire millénaire, d'autre part. Chez de Gaulle, on identifie une troisième dimension du conservatisme: l'acceptation du monde tel qu'il est. De Gaulle ne rejette ni la société industrielle ni l'existence du bloc soviétique: il se demande comment la France pourra continuer à exister, à grandir, dans un monde façonné par ces manifestations de la modernité. Il passe un compromis avec elle afin d'en contenir l'expansion et de disposer d'un espace où peut se déployer "sa" France. 

Maxime Tandonnet : En dehors des maladresses de communication lors du scandale, oui de nombreuses erreurs ont été commises. Le candidat républicain, à mon sens, en a trop fait sur l’aspect identité chrétienne, par exemple quand il a déclaré "je suis chrétien". C’est peut-être vrai mais ce n’est pas l’objet de l’élection présidentielle, dans une République indivisible et laïque. On n’imagine pas le général de Gaulle, catholique pratiquant, déclarer lors des présidentielles de 1965 "je suis chrétien". La religion est personnelle. Et puis, peu importe la croyance d’un candidat, la seule chose qui doit compter, dans une République démocratique, c’est l’orientation politique qu’il donne, la ligne qu’il entend faire suivre au pays. Donc, il me semble que M. Fillon s’est trop enfermé dans une posture traditionnelle. Un candidat aux présidentielles devrait parler de sa vision du pays, et le moins possible de lui-même. Il aurait pu parler davantage de la politique migratoire de la France et de l’intégration des populations étrangères dans notre pays. Il avait un excellent programme pour cela. Un discours de réalisme et de fermeté, foncièrement républicain est possible sur ces sujets, sans dériver dans l’identitaire, le "je suis chrétien" maladroit dans une République qui ne reconnaît aucune distinction d’origine ni de religion. Je pense que in fine, cela l’a desservi. 

Inversement, et toujours au regard de ces sondages, comment expliquer que la majorité des électeurs aient pu porter la victoire d'Emmanuel Macron, incarnant volontairement le ni-droite ni-gauche, ou le "pragmatisme" face à l'idéologie ? Comment LREM a t elle pu séduire ces électeurs "majoritaires" ?

Edouard Husson : Historiens, sociologues, vous diront qu'un courant idéologique ou un parti politique rassemblent rarement plus de 20% des individus adultes dans une société. Que vous soyez xénophile ou xénophobe, vous aurez seulement de 15 à 20% de l'opinion derrière vous. Il vous faudra conquérir, si vous voulez la majorité, une part de l'immense zone grise qui constitue le coeur d'une société. Instinctivement, la plupart des politiques identifient un ennemi, dont la dénonciation leur assure l'adhésion d'une minorité compacte puis ils développent un discours positif pour enrober la dénonciation de l'ennemi et puiser dans la "zone grise", en jetant les filets le plus loin possible. Macron a fait quelque chose d'inhabituel: il a décidé de s'installer au coeur de la "zone grise" et réussi à conquérir le pouvoir sans un ennemi très identifié, sinon le parti du passé et de l'exclusion. Vous remarquerez son mal à fixer ses électeurs aux législatives. En 2007, Nicolas Sarkozy avait manié une xénophobie feutrée pour constituer un socle électoral; puis il avait exalté, positivement, la France du travail. Hollande, en 2012, a joué sur un autre ressort, classique à gauche, celui de la dénonciation de l'argent; puis il a vanté sa capacité à réconcilier les Français et il a pu ainsi se construire une majorité, présidentielle puis parlementaire. Macron, lui, se retrouve avec une énorme majorité, élue au centre, uniquement parce qu'il a cassé les règles d'un jeu qui veut qu'habituellement la gauche affronte la droite. Le contenu de la campagne de Macron, c'est "ni xénophobie ni haine sociale". La droite et la gauche sont provisoirement privées de leurs ressorts inavouables. Mais pour durer, il faudra que Macron identifie un ennemi plus consistant que les ectoplasmes dénoncés durant sa campagne présidentielle et qu'il structure une vision plus substantielle de la France telle qu'il l'imagine. 

Maxime Tandonnet : Encore une fois, il faut relativiser l’adhésion initiale à LREM qui a bénéficié du contexte chaotique de 2017. Mais je crois surtout que le principe du succès de ce mouvement tient en un mot : le dégagisme. L’affaire Fillon est venue après une succession de scandales qui profondément traumatisé les Français : DSK, Cahuzac, Thévenou, "les sans dents", les livres de confidence du président Hollande, puis, cerise sur le gâteau, cet épouvantable psycho-drame qui a entaché les présidentielles. Il me semble que les votes de 2017, présidentielles puis législatives, ont été dominés par un immense mouvement d’humeur contre la classe politique. M. Macron a su avec un talent formidable, incarner le renouvellement à un moment donné. Sur cette vague de mécontentement, il a triomphé. Toutefois les visages ont changé mais les problèmes et les inquiétudes des Français demeurent. A aucun moment, sur un cycle électoral de six mois, les questions de fond n’ont été abordées. Tout s’est joué sur fond de polémiques, de postures et d’images. Nous sommes encore dans la phase d’éblouissement. Mais la France risque de payer un jour ces élections sans débat démocratique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/07/2017 - 18:28
@leucate
Ça a commencé en 1974 avec Giscard....
1er président de gauche de la 5ieme..
Leucate
- 05/07/2017 - 14:57
La seconde gauche
Depuis l'infame Chirac, par faiblesse morale ou par conviction :., peu importe, ce qui était la droite est devenu une seconde gauche avec des politiciens énarques d'ailleurs interchangeables qui choisissaient le PS ou le RPR.UMP.LR pour y faire carrière, aujourd'hui ils vont à "en marche"..
Comme il n'y a pas besoin de trente six gauches en France, il est donc normal que le PS et LR soient actuellement à la portion congrue tandis que la majeure partie de ces anciens partis s'est rassemblée 'fraternellement" autour de l'ancien ministre des finances Macron.
lafronde
- 05/07/2017 - 12:58
@liberté5
Vous visez juste avec la soumission de la Droite parlementaire envers les medias - qu'elle a abandonné à la Gauche et aux progressistes, et qui lui ont pourri sa campagne - et son auto-censure au politiquement correct, inauguré à Droite par Chirac-Juppé en 1995 ! Vous êtes plus optimiste que moi sur le gouvernement Macron-Philippe, mais on verra. Entre lui et le FN il n'y a plus forcément de place pour une stratégie présidentielle (comme on l'a vu en avril) donc je crois que le parti LR d'oppostion, donc non-progressiste ou conservateur devrait suivre une stratégie parlementaire : 1 exiger l'élection de la représentation nationale comme 1er scrutin du quinquennat, et sans interférence présidentielle. La Droite doit avoir une stratégie medias : 2 exiger l'application des libertés publiques dans les medias audiovisuels - Art. 34 de notre Constitution. Enfin la Droite devrait abandonner la réduction du débat politique au combat présidentiel : c'est trop réducteur, et trop risqué. La Droite devrait faire un programme national limité au strict nécessaire, et laisser ses candidats-députés affiner une offre politique locale, mais localement majoritaire. Si besoin politiquement incorrecte