En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 6 heures 12 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 12 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 13 heures 56 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 14 heures 12 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 6 heures 32 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 10 heures 15 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 14 heures 26 min
© Allociné / Universal Pictures International France
© Allociné / Universal Pictures International France
Robotique

Pourquoi le grand remplacement par les robots est largement exagéré

Publié le 10 juillet 2017
Souvents décrits comme la première source de perte d'emplois à l'avenir, les robots pourraient au final créer bien plus d'emplois qu'ils n'en détruiront.
Michel Volle est économiste français.Diplômé de l'École Polytechnique et de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique, il est l'auteur d'un blog dédié à l'actualité économique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Volle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Volle est économiste français.Diplômé de l'École Polytechnique et de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique, il est l'auteur d'un blog dédié à l'actualité économique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Souvents décrits comme la première source de perte d'emplois à l'avenir, les robots pourraient au final créer bien plus d'emplois qu'ils n'en détruiront.

Atlantico : Plusieurs études académiques ont, par le passé, souligné l'impact négatif potentiel des robots sur l'emploi. Pourtant, un nouveau rapport semble indiquer que cet impact serait exagéré, notamment en raison d'effets différenciés selon le type de robots, si certains d'entre eux remplacent certaines taches, d'autres sont créateurs d'emplois. Quelle est la réalité de la situation, comment expliquer des vues parfois aussi divergentes d'une étude à l'autre ? 

Michel Volle : Le mot "robot" a plusieurs définitions différentes. Pour ceux qui croient réalisables les promesses de la série Westworld le robot doit être un humanoïde que rien ne distingue d'un être humain, si ce n'est son fonctionnement intime : des chercheurs japonais s'efforcent de le concevoir pour remplir les tâches ménagères. 

Pour d'autres, et c'est sans doute l'opinion la plus répandue, le robot est la machine qui, dans une usine, exécute automatiquement des tâches comme souder ou peindre les carrosseries des voitures, remplir et étiqueter des récipients de produits alimentaires, etc. 

D'autres enfin - et c'est mon point de vue - pensent que nos équipements informatiques - systèmes d'information, ordinateurs de bureau, téléphones et tablettes "intelligents", etc. - sont des robots car ils accomplissent automatiquement la tâche pour laquelle ils ont été programmés. La programmation s'applique aux tâches répétitives et bien définies : la robotisation n'est donc de façon générale rien d'autre, dans nos entreprises, que l'automatisation des tâches répétitives physiques ou mentales.

Cette automatisation crée des emplois car il faut concevoir les automates, les construire, les superviser et assurer leur entretien. Elle en détruit aussi, car une part importante des emplois de la main d'oeuvre, et aussi des emplois intellectuels, était consacrée à des tâches répétitives dans le monde antérieur à l'informatisation.

La question est de savoir s'il existera plus d'emplois créés que d'emplois détruits. Il faut situer cette question dans l'évolution historique pour pouvoir lui répondre. 

Ainsi, il apparaîtrait que les robots qui représentent une menace réelle pour certains emplois seraient des robots "totalement autonomes, multitâches, et sans opérateur humain", ce qui limiterait sensiblement le spectre de l'intitulé "robots". En se basant sur une telle définition, quels sont, dès lors, les emplois les plus menacés ?

L'automatisation, et de façon plus générale l'informatisation, ont introduit dans les entreprises, l'économie et la société une transformation qui frappe d'obsolescence nombre des raisonnements, règles et formes d'organisation auxquelles le système technique antérieur les avait habituées. 

Lorsque les tâches répétitives sont automatisées, la main d'oeuvre de naguère disparaît en effet pour faire place, dans l'emploi, à un "cerveau d'oeuvre", c'est-à-dire à des personnes à qui l'entreprise demande d'accomplir des tâches qui, n'étant pas répétitives, demandent de l'initiative, du discernement et l'esprit de responsabilité. 

Mais nos entreprises se trouvent dans une phase de transition : elles peinent donc à définir les raisonnements, règles et organisations qui conviennent à une société informatisée ou, comme on dit, "numérique", et à l'emploi comme à la formation des compétences du "cerveau d'oeuvre". 

Voici donc la réponse à votre question : dans la phase de transition, l'automatisation détruit des emplois ; lorsque les entreprises auront atteint la maturité dans la société informatisée, de nouveaux emplois leur seront nécessaires - et ce ne seront pas seulement les emplois que demande la conception, la supervision et la maintenance des automates. 

A l'inverse, quels sont les secteurs dans lesquels l'automatisation et la robotisation pourraient être créateurs d'emplois ? 

Regardons les produits qu'élabore une économie informatisée : leur conception est complexe, car ils comportent de nombreux automatismes ; ils se présentent non comme des biens destinés à des consommateurs, mais comme des assemblages de biens et de services destinés à des utilisateurs ; chacun de ces assemblages est produit par un réseau d'entreprises partenaires. 

On voit dès lors se dessiner le contenu des emplois du "cerveau d'oeuvre" : 

- d'une part la conception des produits avec la définition et la programmation des automates, le montage du partenariat, l'organisation des services, etc ; 

- d'autre part  les services qui contribuent à la qualité du produit : conseil avant-vente, financement d'un prêt, information et formation du client, assurance, entretien et maintenance, remplacement et recyclage en fin de durée de vie, etc.

Certaines entreprises de taille intermédiaire l'ont compris : je pense à Axon', aux Cuisines Schmidt et à quelques autres. La plupart des grandes entreprises, par contre, restent enfermées dans une ornière dont leur organisation ne sait pas sortir : 

- elles préfèrent avoir des sous-traitants, avec lesquels elles peuvent être autoritaires, plutôt que des partenaires avec lesquels il faudrait savoir traiter d'égal à égal ;

- elles sont conscientes de l'importance des compétences techniques qui exigent l'"esprit de géométrie" dont parlait Pascal, mais négligent les compétences relationnelles qui demandent l'"esprit de finesse" : elles croient que les services peuvent être produits par des personnes incompétentes et mal payées, voire même par des automates. L'accueil téléphonique et, de façon générale, la relation avec le client sont négligés ou de mauvaise qualité. 

-alors qu'elles délèguent d'importantes responsabilités à leurs agents, elles les enferment dans une organisation qui concentre la légitimité (droit à la parole, à l'écoute et à l'erreur) dans les niveaux de la hiérarchie. Or être responsable sans être légitime, c'est la formule de l'enfer : cela explique le stress qui est si répandu dans les grandes entreprises.

Une économie informatisée parvenue à maturité est une économie de la qualité : ses produits se diversifient en variétés adaptées chacune aux besoins d'un segment de clientèle. Or s'il existe une limite à la quantité (de nourriture, par exemple) qu'un individu peut consommer, on ne peut pas assigner de limite à des besoins qui s'expriment en termes de qualité. Cette économie est donc dotée d'un potentiel de croissance illimité, mais d'une croissance qui pourra respecter les exigences de l'écologie car elle sera sobre en quantité.

C'est pourquoi on peut penser que l'économie pourra en principe parvenir, après avoir traversé la phase de transition, au plein emploi de la force de travail sous des formes certes différentes de l'emploi actuel. La question cruciale n'est donc pas de savoir si les robots vont on non détruire l'emploi, et dans quel secteur : elle est de savoir si, comment et quand nos entreprises sauront s'adapter aux transformations que l'informatisation (ou si l'on veut le "numérique") a introduites dans le système productif et l'économie.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 10/07/2017 - 20:07
tous ces ordinateurs pour simplifier le travail de burau!
Et la majorite des citoyens sont employes ded bureau....
jerome69
- 10/07/2017 - 16:08
cela détruit des emplois !
Quoiqu'en dise Mr Volle, la robotisation détruit des emplos. je travaille dans l'industrie depuis +30ans et je vois bien les jobs disparaitre. Mais aussi dans la vie de tous les jours, plus de caissière dans les magasins--> caisse automatique; idem pur les péages.
pour reprendre l'exemple de l'ordinateur, depuis son arrivée en entreprise , le nombre de secrétaires et d'assistantes a été fortement réduit. je vous parle pas dans les ateliers où les robots ou automatisme remplace ce que faisait l'homme.
le plus grave dans tout cela c 'est que les emplois supprimés sont des job à basse qualification ce qui supprime des emplois pour les personnes arrivant sans ou avec un faible formation.
cela crée effectivement des job technique, quand ils sont en France. car la conception d'un ordi ou sa fabrication ne sont pas faite dans lhexagone.
mais on ne peut pas aller contre, surtout en France où c'est le seul moyen de résister à la concurence. ( ce qui explique aussi la forte productivité individuel, car l humain qui reste est entouré de robot en france, ce qui n 'est pas le cas dans les pays où la main d'oeuvre est moins chère)
patafanari
- 10/07/2017 - 11:44
French Tech
A l'Assemblée Nationale, les robots en marche ont été mis
en place avec un certain succès.