En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Qui a volé ?
9 milliards de "trou" dans les comptes publics : à qui profite le crime de l'insincérité budgétaire ?
Publié le 29 juin 2017
Au plan technique, la Cour des comptes vient hélas de confirmer – sous forme d'un audit des comptes publics – un dérapage de près de 10 milliards du déficit budgétaire qui s'élève déjà à 72 milliards d'euros. Autrement dit, l'épaisseur du trait que François Hollande laisse, à titre d'ardoise, à Emmanuel Macron est de plus de 12% du déficit voté en loi de finances.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au plan technique, la Cour des comptes vient hélas de confirmer – sous forme d'un audit des comptes publics – un dérapage de près de 10 milliards du déficit budgétaire qui s'élève déjà à 72 milliards d'euros. Autrement dit, l'épaisseur du trait que François Hollande laisse, à titre d'ardoise, à Emmanuel Macron est de plus de 12% du déficit voté en loi de finances.

"Les chiffres avancés en matière de déficit ne passeront pas le crible de l'avenir". Cette phrase on ne peut plus claire est issue d'un texte rédigé pour Atlantico (et mis en ligne le 23 Septembre 2016).

Après une analyse posée de l'environnement économique et du budget pour 2017, il m'était apparu – dès l'Automne dernier - que trop d'approximations étaient au rendez-vous des travaux du duo Sapin – Hollande.

Au plan technique, la Cour des comptes vient hélas de confirmer – sous forme d'un audit des comptes publics – un dérapage de près de 10 milliards du déficit budgétaire qui s'élève déjà à 72 milliards d'euros.

Autrement dit, l'épaisseur du trait que François Hollande laisse, à titre d'ardoise, à Emmanuel Macron est de plus de 12% du déficit voté en loi de finances.

On est loin des 2,7% annoncés à renfort de coups de cymbales par Michel Sapin : on tangente en réalité les 3,2% du PIB à titre de déficit de l'Etat.

Belle performance de l'élu de Corrèze qui auto-glorifie son bilan et qui omet pourtant de dire que la France a de surcroît bénéficié de l'alignement des planètes en 2016 : parité de l'Euro compatible avec les exportations, taux d'intérêt bas, maintien en 2016 du prix du pétrole en baisse soit un équivalent d'effet relance chiffré à près de 16 milliards d'euros par Coe-Rexecode ( voir analyses étayées de Denis Ferrand)

Cette dernière année de gestion des finances publiques n'a pas été hasardeuse, elle a été non sincère car le Parlement a été amené à voter sur une loi de finances dont la présidence de la République et Bercy connaissaient les tares d'élaboration.

Il n'y a pas eu de grande rupture conjoncturelle en 2016 qui pourrait justifier les dérapages stigmatisés par la Cour des comptes. Dès lors, on ne peut que crier au loup car le flou a été une tactique d'enfumage de la Nation et de Bruxelles.

Si la dérive des coûts sécuritaires consécutive aux attentats de 2015 et aux opérations militaires extérieures (Opex) dépasse le milliard, force est de constater que les autres dérapages résultent d'une approche clientéliste de la hollandie crépusculaire. Coût des 300.000 chômeurs mis en formation, coût de la hausse du point d'indice des fonctionnaires ( avec impact sur les engagements hors-bilan de l'Etat qui incluent la charge des pensions civiles et militaires ), plan de 3 milliards ( différés dans le temps ) pour la Guyane, baisse de l'impôt sur le revenu pour les catégories modestes avec effet dès le 1er janvier 2017, etc sont autant de coups de canifs à la rigueur budgétaire.

Avec François Hollande, il y a bien eu deux poids deux mesures et les efforts ont été largement supportés par les classes moyennes qui n'intéressaient guère le candidat potentiel à sa propre succession.

Face à cette situation, le trio Macron – Philippe – Le Maire peut appeler à davantage de rigueur et sortir le marteau-pilon de la fiscalité. Attention à cette tentation d'orthodoxie budgétaire qui verrait alors le PLF pour 2018 porter plus de 20 milliards de hausse de CSG ( en contrepartie des baisses promises de charges sociales ) et les 10 milliards de comblement de l'ardoise.

J'ai beaucoup écrit sur la dette et respecte – comme tout un chacun – le principe consistant à ne pas refiler le bébé aux générations futures.

Toutefois, après analyse posée, j'estime préférable de souscrire un endettement additionnel de 10 à 15 milliards plutôt que de se lancer dans un budget contra-cyclique qui ne manquerait pas de porter atteinte à l'embellie conjoncturelle que nous avons la joie d'expérimenter depuis quelques semaines, hors effet Macron s'entend.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
07.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ombelia
- 02/07/2017 - 09:45
Le trou comblé par l'augmentation de la CSG
Heureusement que Macron qui connaissait avant son élection l'ampleur du trou avait prévu dans son programme l'augmentation de la CSG sur le dos des retraités "aisés" qui seront les vrais tondus du gouvernement Macron. Et ils vont payer les nouvelles dépenses de Macron 1er, la dernière en date étant celle du Congrès pour permettre à Macron de prêcher la bonne parole aux moutons français qui l'ont élu.
mgt
- 30/06/2017 - 13:22
Macron vous a entubé
Macron est un clone de hollande , donc meme politique : augmentation des impots , faux controle des depenses publics et promesses non tenues 50 % des français l'ont pressenti
Atlante13
- 30/06/2017 - 11:02
Vive le socialisme !
Vive Hollande, Valls, Sapin, Eckert, Macron... Pendant 5 ans, ils ont dirigé la France car ils avaient TOUS les pouvoirs, et depuis la première année n'ont cessé de nous mentir. Les valeurs de la gauche, les voila en réalité, le mensonge et l'irresponsabilité. Et le fumeux Parquet National Financier a condamné Fillon sur ordre de la gauche, mais pourquoi ne s'occupe-t-il pas du duo Sapin/Eckert qui lui a détourné près de 9 milliards d'euros et ne rend des comptes à personne?