En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 8 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 6 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 14 heures 25 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 7 heures 41 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 8 heures 30 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 13 heures 20 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 14 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 14 heures 26 min
© AFP
© AFP
Menace sur la République

Ce qui se cache derrière les (non) cravates : quand la France Insoumise flirte dangereusement avec la remise en cause de la légitimité de tout ce qui n'est pas elle

Publié le 29 juin 2017
Les nouveaux députés de la France insoumise ont fait parler d'eux hier en refusant de porter une cravate à l'Assemblée nationale. Mais au delà de ce fait qui peut paraître anecdotique, est-ce que la remise en cause constante des institutions et du gouvernementfont peut-être de la France insoumise un parti politique plus dangereux que le Front national ?
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les nouveaux députés de la France insoumise ont fait parler d'eux hier en refusant de porter une cravate à l'Assemblée nationale. Mais au delà de ce fait qui peut paraître anecdotique, est-ce que la remise en cause constante des institutions et du gouvernementfont peut-être de la France insoumise un parti politique plus dangereux que le Front national ?

Atlantico : Par le geste symbolique du refus de porter une cravate, par ses déclarations indiquant qu'Emmanuel Macron n'aurait pas la légitimité pour porter la loi Travail, sa volonté d'apparaître comme le représentant réel du peuple, en quoi Jean Luc Mélenchon et la France Insoumise font monter d'un cran le niveau de contestation ? En comparant avec le Front national, le procès en illégitimité formulé par la France Insoumise, et le rejet des institutions qu'il suppose, ne marque-t-il pas une nouvelle forme d'opposition ? 

Gilles-William Goldnadel : S'il s'agissait que du problème de la cravate il n'y aurait pas de raisons de s'inquiéter mais il y a une véritable dérive des insoumis déjà depuis pas mal de temps. La plus importante est la menace d'avoir recours à la rue, le troisième tour électoral si jamais Macron allait jusqu'au bout de ce qu'il considère comme une provocation sur le terrain du contrat de travail. Déjà cette menace de la rue est symbolique du fait que le jeu démocratique, pour eux, est purement "ludique". Il y a également, de manière beaucoup plus grave à mes yeux, le communautarisme dans lequel Jean-Luc Mélenchon et ses amis sont en train de sombrer. Il fut un temps pendant la campagne présidentielle où Mélenchon avait l'air d'être sur le même terrain souverainiste et patriotique que Marine Le Pen, mais dans le cadre de sa campagne législative, notamment à Marseille il a eu recours à toutes les ficelles communautaristes. Ce ne sont pas les avatars de l'affaire Obono où Jean-Luc Mélenchon a volé au secours de cette alliée directe du Parti des Indigènes de la République qui est un parti racialiste qui vont démentir mon inquiétude.

Les contestations de la victoire de Manuel Valls ne sont pas non plus de nature à me rassurer sur ces dérives des "Insoumis". On voit bien que la détestation de M. Valls c'est la détestation d'un défenseur de la laïcité, quelqu'un qui n'hésite pas à pointer l'immense problème de l'antisémitisme islamiste dans les quartiers, quelqu'un qui est un défenseur de l'autorité de l'Etat nation. On voit bien pourquoi il est détesté. 

J'étais déjà dubitatif quant au rapport entre la démocratie et celui qui se considère comme dépositaire des droits de Robespierre et Chavez réunis mais là cette nouvelle dérive communautariste à la fois m'inquiète et m'étonne.

Concernant le Front national, s'il faisait les mêmes appels à la rue que ceux de Jean-Luc Mélenchon, on parlerait de nazisme, de danger de nazisme. Or là, M. Mélenchon s'enhardit précisément parce qu'il bénéficie d'une large indulgence d'une partie des médias. D'abord parce qu'il n'est pas à droite mais à gauche mais aussi parce que la radicalité de la gauche continue de fasciner une grande partie des médias… Tout cela explique l'enhardissement du leader de la France insoumise. Si ses dernières foucades s'étaient heurtés à une large contestation des médias, Jean-Luc Mélenchon qui sait être souple et faire le gentil lorsqu'il l'estime nécessaire se serait largement adoucit. 

Quels sont les risques d'une telle stratégie alors même que Jean Luc Mélenchon a frôlé les 20% à l'élection présidentielle ? 

De manière générale le pouvoir politique aujourd'hui est très fragile et lorsque vous jouer à la fois radicalement sur la corde sociale et communautaire, tout peut arriver, même le pire.

Quels sont les moyens dont disposent le gouvernement, et les autres partis d'opposition pour faire face à cette nouvelle forme de contestation, attaquant directement les institutions ? 

Le moyen c'est la légitimité populaire, le moyen c'est l'autorité de la loi, l'autorité des forces de l'ordre… Et surtout quelqu'un qui n'est pas d'accord politiquement avec Emmanuel Macron sera solidaire du gouvernement en place en tant que légitimiste si jamais les extrémistes voulaient faire parler la violence. Il n'y a pas de doutes là-dessus. 

La réponse sera légale, culturelle, intellectuelle, il ne dépend que du corps social dans son ensemble de ne pas être les victimes de la démagogie tribunitienne de celui qui aujourd'hui très largement installe l'extrémisme et la radicalité la plus dangereuse en France.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tananarive
- 30/06/2017 - 19:23
Pénalement responsable.
Mélenchon payera t’il la note quand ses troupes auront commis des dégâts ou tuer des policiers.
Hitler avait ses SA, Mélenchon a ses gauchistes.
Tout individu ayant un cocktail Molotov à la main doit être abattu comme un combattant de l’étranger, ils veulent la guerre il faut qu’ils en payent le prix et après quelques morts ils retourneront dans leurs universités ou ils apprennent juste à revendiquer.
Anouman
- 29/06/2017 - 21:30
Légitimité
L'utilité de Mélenchon ou de Le Pen c'est d'abord de canaliser les angoisses existentielles des imbéciles qui passent leur temps à se faire des films sur leur pouvoir de nuisance potentiel. Pendant ce temps là, leurs yeux et leurs esprits embués son incapables de voir que le vrai danger a la majorité absolue à l'assemblée et quelques voix de rechange chez les LR-UDI.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 29/06/2017 - 19:22
@Kelenborn
...le doute m'étreint !...Qui se souvient encore des caves SENECLAUZE de la rue Kimburn ?....... Et pourtant celui qui y est passé ne serait-ce qu'une fois doit s'en souvenir, même 55 ans plus tard.....C'est peut-être pour ça que j'aime tant le vin.......NOSTALGIE !