En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

02.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

UMP : colombes et faucons…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 27 min 57 sec
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 1 heure 48 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 16 heures 9 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 19 heures 27 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 20 heures 56 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 22 heures 10 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 22 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 1 jour 4 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 33 min 8 sec
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 1 heure 42 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 2 heures 14 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 20 heures 45 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 21 heures 13 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 22 heures 23 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 23 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 1 jour 13 min
© Capture d'écran Dailymotion
© Capture d'écran Dailymotion
Paroles

La promesse d’avènement de nouveau monde sera-t-elle au quinquennat Macron ce que celle de l’inversion de la courbe du chômage a été à celui de Hollande ?

Publié le 28 juin 2017
Avec Erik Neveu
La France pays "irréformable", serait finalement réformable selon Emmanuel Macron. Mais derrière l'espoir qu'a suscité son élection, la machinerie politique semble connaître quelques défauts préjudiciable à la marche forcée préconisée par notre nouveau président.
Erik Neveu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France pays "irréformable", serait finalement réformable selon Emmanuel Macron. Mais derrière l'espoir qu'a suscité son élection, la machinerie politique semble connaître quelques défauts préjudiciable à la marche forcée préconisée par notre nouveau président.
Avec Erik Neveu

Atlantico : Après son livre "Révolution" ou ses déclarations de campagne "La France est un pays irréformable, mais nous ne proposons pas de le réformer. Nous proposons une transformation complète, radicale". Emmanuel Macron s'est imposé au travers d'une rhétorique de promesse d'un nouveau monde. Pourtant, les premiers pas du quinquennat, entre les problèmes rencontrés par le Modem, le couac gouvernemental entre Nicolas Hulot et Stéphane Travert, ou le décalage de certaines réformes, comme la baisse de charges ayant pour objectif de remplacer le CICE, laissent penser que la réalité vient rattraper les promesses de campagne. Quel risque peut courir Emmanuel Macron de voir sa promesse de "transformation radicale" se transformer en un sparadrap ressemblant à la promesse d’inversion de courbe du chômage faite par François Hollande ?

 
Erik Neveu : Il existe tant parmi les électeurs d'Emmanuel Macron que les nouveaux députés une composante qui a le désir de changements radicaux du style politique, de nouvelles politiques publiques, qui veut vraiment être « En Marche ». L'émotion exprimée par certains élus, des formes de 'frais parler' le suggèrent. Mais si on raisonne à partir de la froideur des faits et non depuis le petit nuage de Macron-mania sur lequel flottent beaucoup de commentateurs on peut revenir à une vision plus lucide. Si Macron et « En marche » avaient suscité une immense ferveur nationale pour une « Révolution », ils auraient obtenus les suffrages de plus de 20% des électeurs...et encore dans ces 20% a pesé un fort vote utile, anti Le Pen plus que d'adhésion. Il faut soit beaucoup de naïveté, soit beaucoup d'inculture politique pour penser qu'un pur produit de l'ENA, de la banque et de l’Élysée va déclencher une « Révolution ». La majorité de la population ne saurait donc être déçue de ne pas voir les contours d'un « nouveau monde » qu'elle n'attend pas de ses nouveaux élus. Cela n'exclut nullement que les nouvelles équipes au pouvoir puissent susciter des changements significatifs. On en discerne déjà avec la réforme du code du travail qui se dessine comme beaucoup plus radicale dans la remise en cause d'une série de règles et de protections que l'était la controversée loi El Khomri. On le voit dans des réformes fiscales annoncées (fiscalité locale, sortie des patrimoines financiers de l'assiette de l'ISF). On a peut être pas encore perçu le virage symbolique de la transformation annoncée de l'usage du cannabis en simple contravention – ce qui doit aussi être un énorme allégement des procédures pour les policiers. Sans cotiser au mythe du changement radical, il n'y a pas de raison de considérer à priori que Macron ne peut pas apporter à certains de ses soutiens sociologiques (citons les start-upers, cadres, titulaires de haut revenus, mais aussi des jeunes à fort niveau de diplôme soucieux d'évolutions accentuées des mœurs) de vrais changements, des réformes qui soient pour eux motifs de satisfaction.
 

La difficulté politique de réaliser une réelle transformation de la vie quotidienne des français, de leur niveau de vie, et ce, dans une période de crise, n'est-elle pas déjà un problème pour Emmanuel Macron ? Cette difficulté posée par la réalité n'est-elle pas un appel politique à surinvestir dans la communication ?

Il est toujours difficile de définir un seuil du sur-investissement dans la communication. L'opération risque de révéler autant des sympathies et antipathies de celui qui parle que des pratiques du dirigeant concerné, d'autant qu'une forme d'activisme communicationnel est une obligation pratique du métier politique. On peut accorder au nouveau Président beaucoup d'habileté dans le maniement des symboles depuis le shake hand offensif sur Trump, via la participation à des rituels d'Etat qui suggèrent la dimension sacrée du politique (Oradour...), et jusqu'au récents jeu de tennis en fauteuil roulant ou tweet sur la « France Arc-en Ciel ». L'habileté médiatique devient vite perçue comme habiletés, au sens d'artifices ou de cosmétique, si des actes ayant des effets pratiques sur la vie des populations visées ne suivent pas. Soutiens et critiques de la nouvelle majorité auront l'occasion de juger sur les faits dans les mois à venir. Mais on peut au moins observer qu'il est bien difficile de se dégager de l'ancienne politique qu'on montre du doigt. C'était voici une semaine des ministres accusés – mais aussi présumés innocents- de petits arrangements avec les ressources du parlement Européen qu'on reprochait trois mois avant au Front National. C’était hier mardi 27 juin l’élection de François de Rugy à la présidence du Parlement. L'homme à assurément une bonne connaissance de l'institution où il fait son troisième mandat et la maîtrise de nombreux dossiers. Mais quelle drôle de nouveauté et d'exemplarité éthique que de promouvoir un élu aux fidélités fluctuantes qui après s'être engagé par écrit à respecter le verdict de la primaire de gauche où il participe, piétine cet engagement quelques semaines plus tard. Communiquer est en effet un impératif quand il faut présenter du recyclé ou de l'ancien comme du neuf, flouter la frontière entre le dire et le faire.

Dans quelle mesure l'électorat d'Emmanuel Macron peut-il être conscient de cette situation d'un discours de rupture sans rupture réelle ? En quoi la sociologie de l'électorat d'Emmanuel Macron, (82% des cadres à la présidentielle, 81% des bac +3, ou 75% des personnes ayant un revenu supérieur à 3000 euros) peut-elle laisser penser à une volonté de simple révolution d'apparence ? Avec quel risque pour le reste de l'électorat ?

Rien ne permet de dire à l'heure actuelle que les choix politiques qu'exprime l'équipe gouvernementale soient contraires à des espoirs, attentes et interets des éléctorats cœur que vous évoquez, où il faudrait aussi integrer nombre de jeunes entrepreneurs ou auto-entepreneurs. Ces groupes demandent moins une rupture politique radicale qu'un recul sensible d'un certain nombre de régles et contraintes qui impactent les activités économiques, qu'un allégement de leurs contributions fiscales. C'est aussi de là que peut venir une première tension. Comment bouger les curseurs des réformes fiscales pour que le haut des classes moyennes ne subisse pas des prélévements accrus avec le sentiment que les changements profitent d'abord aux plus riches (qui va continuer à payer la taxe d'habitation ? Le beau vocable d'entrepreneur ne masque t-il pas souvent une institutionnalisation du précariat ? Suffit-il de gagner plus de 3000 euros pour avoir un patrimoine mobilier et profiter de réformes annoncées?). Comment aussi permettre des réformes de société (l'extension de la PMA par exemple) que soutiennent des jeunes urbains et diplômés mais dont certaines révulsent une partie des classes supérieures plus âgées, moins liées aux grandes métropoles qui ont aussi apporté des voix au président élu. L’autre défi tient en effet à la position des plus de 70% de français qui n'ont pas voté, ou voté pour des candidats nettement opposés à « En Marche ». Ils ne sont certes pas oubliés, dans leur composante populaire, par les engagements présidentiels sur la hausse de leur pouvoir d'achat, la relance de l'emploi par plus de flexibilité. Mais, dans l'attente d'actes et de leur effets ces groupes oscillent souvent entre trois postures. L'indifférence de ceux qui n'espèrent plus rien. Le scepticisme de ceux à qui on ne la fait plus – qui se souvient des discours prometteurs par M Yvon Gattaz (le père de Pierre) en 1986 annonçant au nom du patronat la création de 400 000 emplois avec la fin de l'autorisation administrative de licenciement ? Et qui a vu ces emplois ? Ces postures désinvesties peuvent aussi, sur un événement imprévisible, une mesure qui exaspère se transformer en colère... les matériaux combustibles ne manquent pas dans une société française très inégalitaire, où déprimes et ressentiments s'accumulent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/06/2017 - 00:53
Le "nouveau monde"...
C'était le fantasme des dictatures socialo-communistes d'avant-mur...et ça a si bien fonctionné qu'elles sont restées dans l'ancien-monde ces "démocraties populaires"...inversion du sens de l'histoire gauchiste!
gerint
- 28/06/2017 - 22:49
Rien à attendre de Macron
Sinon un affaiblissement de la société Française à travers la destruction accélérée déjà bien avancée de ses valeurs pour assurer son indistinction, sa noyade dans la mondialisation jusqu'au remplacement de sa population devenue interchangeable