En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 13 heures 15 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 16 heures 52 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 4 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 4 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 20 heures 56 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 20 heures 56 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 13 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 16 heures 55 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 17 heures 32 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 18 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 38 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 20 heures 56 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 20 heures 56 min
© AFP
© AFP
Défilé

Trump invité au 14 juillet : coup de com ou conversion d’Emmanuel Macron à la realpolitik?

Publié le 28 juin 2017
Entre notre Président et celui des Etats-Unis, les relations sont plus complexes que ce qu'on en fait généralement dans les journaux. Si Emmanuel Macron a pu vouloir donner l'impression d'être indépendant face à Trump, il semble qu'il ait désormais besoin de lui.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre notre Président et celui des Etats-Unis, les relations sont plus complexes que ce qu'on en fait généralement dans les journaux. Si Emmanuel Macron a pu vouloir donner l'impression d'être indépendant face à Trump, il semble qu'il ait désormais besoin de lui.

Il y a quelques jours Emmanuel Macron défiait, à deux reprises, le président américain: par une poignée de main musclée puis en invitant les chercheurs américains travaillant sur le réchauffement climatique à venir s'installer en France. Et puis voici qu'aujourd'hui la France s'aligne sur les Etats-Unis qui disent anticiper sur une nouvelle attaque chimique en Syrie. Au passage, le président français fait savoir qu'il a réitéré une invitation déjà adressée à Donald Trump à venir assister au défilé du 14 juillet, pour le centième anniversaire de l'intervention des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale.

Que se passe-t-il? Y a-t-il, sinon une cohérence, du moins une possibilité de rendre compte de cet enchaînement de positions qui apparaissent à première vue contradictoires à quelques semaines d'écart? Contrairement à ce que croit la postérité, rares sont les hommes politiques qui anticipent, encore plus rares ceux qui maîtrisent les événements - ou du moins réussissent à préserver la ligne qu'ils se sont fixée. Personne ne mettra en cause l'intelligence ni l'énergie du nouveau président français; mais la meilleure façon de "le suivre", c'est d'observer une succession d'événements.

Le président français rentre d'un sommet européen où il est loin d'avoir obtenu ce qu'il voulait. Ou plutôt, il s'est vu renvoyer, par ses collègues européens, la monnaie de sa pièce (franco-allemande). Macron veut-il un budget européen et un gouvernement de la zone euro? Le président de la Bundesbank fait savoir qu'il n'y a aucun cadeau à attendre pour le nouveau chef de l'Etat français: traduisez, "que la France remette son budget à l'équilibre et l'on verra après". Peut-être le président français s'est-il réjoui de savoir que le patronat allemand, lui, souhaite sa réussite - mais il n'a pas entraîné le Conseil européen vers une ligne de protection commerciale vis-à-vis de la Chine, ce qui aurait déplu au même patronat allemand. Quant à Angela Merkel, elle s'est réjoui de pouvoir dire que toutes les positions énoncées lors du sommet par l'Allemagne et la France avaient été concertées - traduisez: "aucune initiative française!".

La dure loi des relations franco-allemandes dans l'Europe de la monnaie unique s'impose au nouveau président français comme à ,ses prédécesseurs. Mitterrand, le premier, avait oublié la maxime du Cardinal de Richelieu: "Les rois doivent bien prendre garde aux traités qu'ils font; mais une fois signés, ils les doivent observer avec religion", c'est-à-dire respecter la parole donnée. Mitterrand avait très mal négocié Maastricht et ses successeurs ont eu les mains liées. Jacques Chirac pensait pouvoir s'asseoir sur les principes du pacte monétaire européen; Hollande voulait défier "la finance". Mais, pour parodier une célèbre formule angaise sur "le football, sport qui se joue à 22 et où à la fin c'est l'Allemagne qui gagne", "l'Europe, c'est une entité qui se construit à 26 mais où à la fin c'est toujours l'Allemagne qui impose les règles". Macron et tout son volontarisme font l'expérience vécue naguère par Nicolas Sarkozy.

Il semble bien qu'Emmanuel Macron se soit dit qu'il fallait regagner ailleurs la marge de manoeuvre perdue au sein de l'Union Européenne (avait-elle jamais été gagnée, d'ailleurs?). Vers qui se tourner? Vers la Chine que l'on vient de froisser en prônant du protectionnisme européen à son égard? Vers la Russie à propos de qui on n'a pas su exploiter l'extraordinaire main tendue par Poutine à Versailles? Non. Emmanuel Macron reste, pour l'instant, un homme qui déploie son action dans des coordonnées occidentales. Si le "petit timonier" berlinois noue coince, tournons-nous vers le "grand timonier", à Washington. Quoi, vers Donald Trump? Le nouveau président français verserait-il dans la "realpolitik"? Ou bien n'est-ce qu'un nouveau coup de com? En tout cas, il se dit qu'il a une chance de desserrer l'embrassade allemande, en se tournant vers les Etats-Unis.

Mais qu'obtiendra Emmanuel Macron? Le président américain viendra-t-il à Paris? A-t-il des raisons de faire plaisir à un responsable politique qui s'est adressé directement à des citoyens américains en critiquant une décision de leur président, au mépris de toutes les règles diplomatiques - qui plus est entre aliiés. Ou alors, s'il vient, ce sera pour voler la vedette à son homologue français. Ajoutons qu'il ne semble pas que le président français puisse faire autre chose, pour l'instant, que de s'aligner sur la ligne américaine et épouser les querelles de Donald Trump: tolérer Assad tout en le menaçant de frappes aériennes; se rapprocher de l'Arabie saoudite aux dépens du compromis avec l'Iran qu'avait construit Obama.

Le président français est-il condamné à alterner entre l'alignement sur l'Allemagne et l'alignement sur les Etats-Unis en espérant se préserver, grâce à cela un petit espace? A quand une vraie realpolitik permettant l'établissement d'une marge de manoeuvre - la reconquête de l'indépendance est encore très éloignée?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/06/2017 - 10:09
Donald va lui demander de le suivre dans sa croisade
anti-Qataris, anti-Iran et, par voie de conséquence, anti-Turque...il faut s'attendre à une recrudescence des attentats commandités par ces pays pendant l'été. Le petit Manipulateur Macron devra choisir entre sa position de vice-chancelier d'Allemagne, et l'alliance avec le grand-frère US. C'est là qu'on verra s'il a les cojones de choisir...
Liberte5
- 28/06/2017 - 14:24
Quelque soit le Président Français, les marges de manoeuvres ...
sont quasi nulles. Avec un chômage à 10%, des millions de pauvres, un déficit chronique depuis plus de quarante ans, une dette qui augmente chaque année, des mauvais classements internationaux dans l'enseignement, l'innovation, les universités, la criminalité, l’insécurité etc;, etc; vous n'avez aucune chance s'être considéré. Vous êtes à la remorque des grands. Si D. Trump vient, c'est vers lui que le succès ira. Et cela me réjouit.
C3H5.NO3.3
- 28/06/2017 - 14:10
politique réaliste
« A quand une vraie realpolitik permettant l'établissement d'une marge de manoeuvre »

Quand le budget de la France sera excédentaire.