En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Ligne de fiel Macron-Merkel

“Aucun cadeau pour Macron” : et si les déclarations du patron de la Bundesbank révélaient la vraie stratégie de l’Allemagne vis-à-vis de la France ?

Publié le 28 juin 2017
Le patron de la Bundesbank Jens Weidmann a déclaré dans une interview au journal Die Welt que Emmanuel Macron "ne mérite aucun cadeau". De quoi freiner Macron dans ses ambitions pour l'Europe.
Maxime Sbaihi est économiste, directeur général du think-tank GenerationLibre.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Sbaihi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Sbaihi est économiste, directeur général du think-tank GenerationLibre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patron de la Bundesbank Jens Weidmann a déclaré dans une interview au journal Die Welt que Emmanuel Macron "ne mérite aucun cadeau". De quoi freiner Macron dans ses ambitions pour l'Europe.

Atlantico : "Le Président français est un ami important et un partenaire, mais il ne mérite aucun cadeau". Ce sont par ces mots que Jens Weidmann, patron de la toute puissante Bundesbank a répondu aux propositions européennes d'Emmanuel Macron dans une interview donnée au journal Die Welt. Après un Conseil européen difficile sur le plan économique pour le Président français, la dureté des mots du maître de la Bundesbank, pressenti comme successeur potentiel à Mario Draghi, n'est-il pas un sérieux avertissement pour les ambitions européennes d'Emmanuel Macron ?

Maxime Sbaihi : La réaction de Weidmann n'est pas vraiment surprenante. Elle s'inscrit dans la tradition monétaire de la Bundesbank de s'opposer à toute mutualisation des dettes au niveau européen. Il faut d'abord souligner ici que Weidmann se prononce contre l'idée des eurobonds alors que Macron ne l'a jamais proposé. Là où le président de la Bundesbank contredit vraiment le nouveau président français c'est sur ses propositions de mettre en place un ministre et budget commun, même limité aux investissements d'infrastructures. C'est une mise en garde pour Macron mais il faut rappeler que la Bundesbank est uniquement la gardienne de la politique monétaire, via la BCE. Weidmann n'a pas été élu. En d'autres mots, il exprime un avis certes répandu en Allemagne, mais il ne sera pas à la table des négociations quand Paris et Berlin tenteront de se mettre d'accord sur une réforme de la gouvernance de la zone euro après les élections allemandes. Sa position n'est pas celle officielle du gouvernement allemand, et la Chancelière a d'ailleurs eu des mots plus conciliants dernièrement.

Pourtant, la volonté d'Emmanuel Macron de se rapprocher d'Angela Merkel ne fait que peu de doutes au regard des premières semaines du quinquennat, et des déclarations de campagne. Comment expliquer une telle réaction alors même que les positions d'Emmanuel Macron ont plutôt été dans le sens des souhaits de l'Allemagne ?

Berlin considère encore, à tort ou à raison, que ses voisins sont trop laxistes sur la gestion des deniers publics. Nombre de décideurs allemands sont encore allergiques à toute idée de mise en commun de la dépense publique, jugeant qu'il ne faut pas emprunter ce chemin tant que les règles budgétaires ne sont pas respectées, voire renforcées, dans la zone euro. Weidmann s'en fait le porte-parole. De l'autre côté du Rhin, la France est un pays qui ne parvient pas à réduire ses dépenses publiques et pour qui la Commission a déjà ajourné a plusieurs reprises la date de retour du déficit dans les clous des 3%. Forcément, ces antécédents ne jouent pas en sa faveur quand elle parle de rajouter, et surtout de partager, la dépense publique. Emmanuel Macron ou pas, cette méfiance reste de mise en Allemagne et le défi de Paris sera de savoir la désamorcer en offrant des garanties en échange.

Dans l'optique d'une élection qui s'annonce favorable à Angela Merkel, mais avec une probable nouvelle majorité, reposant, non plus sur le soutien du SPD, mais sur celui du FPD, parti des libéraux allemands, faut-il s'attendre à un durcissement des positions européennes de l'Allemagne, notamment sur la Grèce ? Quelle réaction peut-on attendre de l’exécutif français sur ces points, un durcissement français peut-il être envisagé ? 

Oui, les libéraux du FDP représentent un vrai danger pour les plans d'Emmanuel Macron concernant la zone euro. Dans une récente interview, leur président Christian Lindner s'est clairement prononcé contre ses propositions de mettre en place un budget commun et un parlement de la zone euro. Il semble ouvert à l'idée d'un ministre des finances commun mais prévient qu'il s'oppose à toute mutualisation des dettes, qui mènerait selon lui à un "système comparable à l'union soviétique". Il veut aussi voir la Grèce sortir de la zone euro. On a ici un discours ordo-libéral très ferme et surtout allant clairement à l'encontre des idées du nouveau président français. Après une traversée du désert, le FDP est un train de vivre une renaissance dans les sondages et pourrait bien redevenir le partenaire de coalition naturel de la CDU d'Angela Merkel si cette dernière ratait la marche de la majorité absolue au Bundestag. Si le FDP revenait au gouvernement, la CSU et l'aile droite de la CDU s'en trouveraient renforcée. Emmanuel Macron, ainsi que tous ceux espérant un renforcement institutionnel de la zone euro, auraient des soucis à se faire. Le risque serait de revenir alors dans la fameuse configuration du status quo où, faute d'accord entre ses deux principaux acteurs, la zone euro resterait dans sa force actuelle, c'est-à-dire incomplète et donc fragile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 28/06/2017 - 16:12
hmmm
Ce crétin de juge Burgaud chargé de l'instruction de l'affaire d'Outreau avait dit cette phrase remarquable, parlant de la Tour du Renard où étaient les prévenus:" Comment ont ils fait pour mettre tous les pédophiles dans le même immeuble".
Je me demande, moi, comment Atlantico a pu faire pour attirer les plus abrutis des lecteurs de Causeur car, comme dans la chanson d'Azanavour "Ils sont venus, ils sont tous la"
C'est même pour cette raison que tout le monde risque de ne pas comprendre combien la remarque de ce juge aussi branleur qu'ubuesque était savoureuse!
henir33
- 28/06/2017 - 12:08
aide toi le ciel t'aidera
en ce sens les gènes de Macron sont bien socialistes, il espère l'argent des allemands pour soulager sa détresse financière. De ce point de vue Fillon était plus réaliste, il mettait en priorité la remise en ordre des finances publiques avant tout renforcement européen. mais comme toujours les Français ont voté pour l'utopie, ils s'en mordront les doigts. A noter que le FDP va remettre en cause aussi le développement des EnR, notamment éoliennes, Macron sera une fois de plus pris à contre-pied
Jean-Benoit
- 28/06/2017 - 11:05
@Carl Van Eduine ! Bien dit ....
Entièrement d'accord avec vous Carl !
C' est surprenant que tout le monde pense comme vous mais que eux
font semblant de ne pas voir !
C' est maintenant qu' on va voir si le Petit ne nous emmène pas en bateau !