En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 48 min 47 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 12 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 17 heures 10 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 21 heures 56 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 22 heures 58 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 1 jour 14 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 13 heures 13 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 16 heures 35 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 18 heures 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 22 heures 36 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 23 heures 54 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 jour 35 min
© Gilles BASSIGNAC / AFP
Les 308 députés de la République en marche, ce samedi.
© Gilles BASSIGNAC / AFP
Les 308 députés de la République en marche, ce samedi.
Formation continue

Séminaire pour la majorité : ce que les alternances de 1958 et de 1981 nous apprennent des conséquences d'un renouvellement massif sur le travail des parlementaires

Publié le 25 juin 2017
Les députés La République en marche ont rendez-vous durant le week end à l'hôtel de Lassay pour officiellement "plonger dans le travail parlementaire". Deux jours de formation pour ceux issus de la société civile qui ont beaucoup à apprendre.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés La République en marche ont rendez-vous durant le week end à l'hôtel de Lassay pour officiellement "plonger dans le travail parlementaire". Deux jours de formation pour ceux issus de la société civile qui ont beaucoup à apprendre.

Atlantico : Au cours de ce week end, les députés En Marche ! se réunissent à l'hôtel de Lassay afin de se "plonger dans le travail parlementaire", ce qui est parfois compris comme un week end de "formation" pour de nombreux députés qui feront leur premier mandat. En prenant exemple sur les cas de 1958 et de 1981, ou un réel renouvellement de l'assemblée avait pu se produire, que peut on attendre du travail parlementaire pour les prochaines années ? 

Jean PETAUX : Si on prend en effet comme références pour répondre à votre question les législatives de 1958 et de 1981 qui ont été l’occasion de deux grands « remplacements » des députés élus à l’Assemblée nationale on constate de vraies différences. En 1958 le parti gaulliste n’a pas la majorité parlementaire à lui seul. Il lui faut, entre autres, l’apport des Indépendants emmenés par un jeune et  fringant leader : Valéry Giscard d’Estaing encore dans l’ombre de la figure populaire d’Antoine Pinay. Pour autant les gaullistes, au nombre de 200, quand les Indépendants étaient 117, vont vite être baptisés par Le Canard Enchainé du nom de la chaussure des militaires : le godillot. Les « députés-godillots » ont donc été des députés qui « marchaient au pas », au rythme et à l’allure fixé par le général de Gaulle, futur chef de l’Etat (il sera élu fin décembre 1958, après Noël), véritable « chef de corps » de cette armée de fantassins-députés. Pour autant cette armée de parlementaires dévoués va être rudement secouée par la politique algérienne du général de Gaulle jusqu’au 19 mars 1962. Pire encore, quelques mois plus après la signature des Accords d’Evian et la paix en Algérie, de Gaulle pousse les feux de la réforme du mode d’élection du président de la République. C’est l’étincelle qui conduit à l’explosion immédiate : la « chambre de 1958 », presque « introuvable », renverse (ce sera la seule fois jusqu’à aujourd’hui sous la Cinquième République) le gouvernement Pompidou par le vote d’une motion de censure. La réponse du président de la République : il répond par l’arme dont il dispose : dissolution de l’Assemblée. La nouvelle « chambre »  compte dans ses rangs 233 députés gaullistes UNR-UDT et 18 Républicains indépendants. Les gaullistes et les apparentés au gaullisme sont presque majoritaires à eux seuls et le côté « caporalisé » de la … « chambrée » ressort encore davantage. Le général de Gaulle et Georges Pompidou, son premier ministre, n’ont aucune envie de voir la majorité parlementaire « prendre ses aises »… En 1981 la situation est comparable peu ou prou à celle de 1958 et surtout de 1962. François Mitterrand choisit, dès le mois de juin 1981 de placer à la tête du groupe parlementaire PS (qui a la majorité à lui seul puisqu’il affiche au compteur un insolent : 265 députés sur 491)  un « fidèle d’entre les fidèles » : Pierre Joxe. Joxe est le fils de Louis Joxe, grand ministre du général de Gaulle, énarque, magistrat à la Cour des Comptes, Pierre Joxe sait ce que c’est que l’Etat. Il va être un remarquable président de groupe avant d’intégrer le gouvernement Fabius, le 16 juillet 1984. Pierre Joxe a eu le même parcours que Richard Ferrand : ministre en mai il revient à l’Assemblée en juin pour présider le groupe. A une différence, et elle est de taille, symboliquement : Pierre Joxe ne faisait pas l’objet d’une enquête préliminaire comme Richard Ferrand… Joxe dirigea d’une main de fer le groupe socialiste et il fallait bien le faire, confronté  d’une part à la pression mitterrando-élyséenne et d’autre part à la propre inexpérience parlementaire de sa pléthorique « armée ».

Les expériences de 1958 et 1981 montrent que plus une majorité est forte et plus elle a tendance à « ruer dans les  brancards ». Mais elle soulignent aussi que plus un groupe majoritaire est important plus il est soumis à la discipline. Autrement dit au début de la mandature les « néo-députés » vont vouloir apparaître comme de « vrais » députés. C’est à ce stade que les ennuis risquent de s’accumuler pour le gouvernement qui peut, à son tour, pêcher par impatience en voyant ces parlementaires, pour la plupart débutants, ralentir l’action gouvernement.     

Quels sont les risques qui font face à une Assemblée inexpérimentée ? N'y a t il pas un risque de voir les fonctions politiques être "dépassées" par les fonctions techniques ? 

Les risques sont évidents : impotence ; dissidence (quand on est nombreux on est plus courageux pour commencer à… « fronder » !) ; adoption de textes de loi alourdis par une nuée d’amendements que le gouvernement par lassitude aura laissé passer. On voit bien que pour contrer ce tropisme, il peut être tentant pour le gouvernement de circonvenir le groupe majoritaire en l’affublant d’une « garde rapprochée » faite de hauts fonctionnaires du Sénat et de l’Assemblée, tous technocrates et plutôt hostiles aux finasseries de tel ou tel parlementaire porteur des revendications de « sa terre d’élection ».

A terme, et en prenant toujours exemple sur les précédents que sont 1958 et 1981, quels sont les risques de voir à terme, pour la majorité,des députés gagner de l'expérience, mais également une certaine autonomie ? L'inexpérience peut elle amener à la dissidence ? 

Il y a une faible probabilité pour que des députés REM, gagnant en autonomie et en expertise du fonctionnement de la Vème République se mettent dans la peau de « frondeurs »… Mais c’est pourtant bien dans cette direction que risque d’aller le groupe REM quand il aura gagné en expertise et en autonomie par rapport au gouvernement d’Edouard Philippe. Reste qu’il faudra un temps long et précieux pour que tout cela adviennent. En 1981 le groupe PS à l’Assemblée, sous l’impulsion de son président, Pierre Joxe, montra une seule fois une velléité de rébellion : il s’agissait de voter une loi rétablissant les généraux putchistes d’avril 1961 à Alger, dans leurs grades mais surtout leurs droits à pensions. Pierre Joxe, menacé de mort comme toute sa famille, par les activistes de l’OAS, ne pouvait accepter ce genre de projet de loi destiné, en quelque sorte, à passer l’éponge sur des méfaits passés. Il le fit spectaculairement savoir au président Mitterrand qui ne changea pas une virgule au texte gouvernemental…  

On verra bien sur quel texte l’énorme groupe majoritaire que constitue désormais REM se rejouera le psychodrame de 1981… Mais il est clair que dès lors que les députés « En Marche ! » vont se sentir plus à l’aise dans l’exercice de leur mandat parlementaire,  ils vont s’affranchir de la tutelle gouvernementale (et surtout présidentielle) »

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 25/06/2017 - 13:49
Combien tout cela va-t-il
Combien tout cela va-t-il nous coûter......
Depuis 1958 tout le monde sait que les députés et sénateurs ne servent à rien, sauf en cas de cohabitation...... La politique décidée par le président est mise en application par les hauts fonctionnaires.... Tous les présidents avaient préalablement été parlementaires. Aujourd'hui même plus
......alors à quoi servent-ils ??