En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 11 min 44 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 14 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 6 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 8 heures 40 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 17 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 9 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 2 heures 48 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 3 heures 39 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 6 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 17 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 10 heures 51 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 11 heures 32 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Capitaine du navire

Pourquoi l’arrivée d’Emmanuel Macron au Conseil européen peut laisser plus entrevoir une accélération de l’Europe comme elle est qu’un véritable renouveau

Publié le 28 juin 2017
Les dirigeants européens ont profité du premier Conseil européen d'Emmanuel Macron, jeudi à Bruxelles, pour tenter de donner l'image d'une Europe avançant unie vers une sortie de crise.
Yves Bertoncini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dirigeants européens ont profité du premier Conseil européen d'Emmanuel Macron, jeudi à Bruxelles, pour tenter de donner l'image d'une Europe avançant unie vers une sortie de crise.

Atlantico : Si la presse est unanime face à "l'opération séduction" d'Emmanuel Macron lors du conseil européen, quel pourrait être le résultat de cette opération? Si un changement de cap européen n'est pas à l'ordre du jour, l'ambition d'Emmanuel Macron n'est elle pas simplement de conserver l'approche européenne en cours, tout en tentant une légère accélération? 

Yves Bertoncini : En France comme en Europe, Emmanuel Macron produit un « effet placebo » : il plait à beaucoup, et c’est très utile pour convaincre et entraîner ses compatriotes et ses homologues de l’UE. C’est d’autant plus utile qu’il a entrepris de rompre avec le « franco-scepticisme » qui ronge notre pays, mais aussi sa crédibilité auprès de ses partenaires. « La France peut y arriver » nous dit-il, elle doit cesser de blâmer l’Europe et le monde et mieux utiliser ses nombreux atouts. De fait, si la France se redresse au niveau national et si elle prend des initiatives ambitieuses au niveau européen, elle sera vraiment « de retour » et pourra peser encore plus sur l’évolution de la construction européenne.

Emmanuel Macron ne pourra cependant guère s’appuyer à Bruxelles sur la verticalité « jupitérienne » qu’il revendique en France : il n’est que l’un des capitaines du Paquebot européen, dont le cap ne peut réellement changer qu’avec l’assentiment des autres et de manière progressive.Ce qui va aider Emmanuel Macron est qu’un changement de cap européen est bel et bien en germe depuis quelques semestres : d’une part sous l’effet des menaces qui entourent l’UE (terrorisme islamiste, chaos syrien et libyen, agressivité de Poutine…), alors même que notre allié et protecteur américain est devenu imprévisible ; d’autre part suite au vote en faveur du Brexit, qui a conduit les 27 à réaffirmer leur désir de rester ensemble et de relancer leur projet commun ; enfin parce que la longue parenthèse de « l’Europe-FMI » est en train de se refermer, une fois que la question de la dette grecque aura été traitée…

Tous ces événements produisent un alignement des planètes favorable à une relance de la construction européenne, dont Emmanuel Macron sera l’un des acteurs clés. Il n’est nul besoin de prétendre qu’il serait l’une de ces « planètes »,mais simplement d’évaluer où ses talents de navigateur pourront conduire l’UE, au-delà de son entrée en matière réussie sur la scène européenne.

N'y a t il pas un danger, pour l'Union européenne, de sur-jouer un renouveau européen alors même que ses orientations ne semblent pas être modifiées? 

L’« air du renouveau » entonné depuis quelques temps fait directement écho aux prophéties catastrophistes de ces dernières années. Souvenons-nous en effet qu’après le « vote Brexit », nombre d’observateurs ont entonné le refrain de la dislocation de l’UE et de la mort de l’Europe… « The Economist » s’est par exemple fourvoyé en confondant l’europhobie britannique et les euroscepticismes continentaux, tout en prédisant que le Brexit susciterait un « effet domino » incitant d’autres pays à quitter l’UE…Il est donc bienvenu aujourd’hui que les 27 pays de l’UE expriment leur volonté de défendre leurs intérêts et leurs valeurs dans le monde, qu’ils redonnent du sens à leur aventure commune et qu’ils lui fixent de nouveaux objectifs, notamment en matière de sécurité collective.

L’Europe de ces dernières années a été absorbée par la gestion de crises (euro, réfugiés, Brexit, terrorisme islamiste…) : ce fut une Europe de pompiers et de maçons. Il est salutaire que l’Europe des architectes soit de retour, et que les responsables politiques nationaux et européens développent une vision prospective dece que la construction européenne doit devenir, alors que nous représentons 6% de la population mondiale... Charge à eux ensuite bien sûr de ne pas s’en tenir à dresser des « plans sur la comète », mais de les accompagner de mesures et d’initiatives concrètes, mises en œuvre sur la durée. Ce qui s’est passé en matière de sécurité collective depuis quelques mois et lors du dernier Conseil européen donne une bonne illustration des changements en cours – même si beaucoup doit encore être fait pour donner un débouché aux bonnes résolutions européennes, ce qui ne sera pas toujours aisé.

3 - Emmanuel Macron a pu séduire ses partenaires sur des questions de défense et de lutte anti-terroriste, mais peine à convaincre sur des dossiers économiques, comme par exemple sur la limitation des investissements chinois. En quoi le cadre d'action du Président français est il restreint ? Les grandes orientations économiques de l'Union sont elles hors de son atteinte ?

Il est vrai qu’Emmanuel Macron sera davantage audible, et même leader, en matière de sécurité collective : les menaces sont-là, tout autour de l’Europe et sur notre sol, la plupart des pays de l’UE sont persuadés que « l’union fait la force » face à ces menaces, la France est en première ligne et dotée de grandes capacités d’action et de projection... Nos partenaires n’ont à vrai dire pas besoin d’être « séduits » sur ce registre, mais convaincus d’agir davantage, y compris de manière commune.

A l’inverse, promouvoir « l’Europe qui protège » en matière économique et commerciale expose immédiatement la France au soupçon de protectionnisme, alors que nombre d’Européens s’en défient, bien au-delà de la seule Allemagne. Sur ces enjeux, Emmanuel Macron avance sur une ligne de crête : il se trouve directement confronté au dilemme « entre la palabre inefficace et le coup de menton solitaire » dont il a justement annoncé vouloir sortir dans un entretien récent à des médias européens.

L’exemple de la Chine est éclairant : bien sûr que, dans l’idéal, il serait bon de mieux contrôler ses investissements en Europe ou d’obtenir qu’elle ouvre davantage ses marchés publics. En même temps, n’oublions pas de regarder la lune, plutôt que le doigt : les investissements chinois sont providentiels dans nombre de pays de l’UE, en particulier au Sud ; que les entreprises chinoises gagnent des marchés publics en Europe, notamment parce qu’elles sont moins chères, est très positif pour les contribuables des pays concernés ; la Chine est un débouché commercial majeur pour les exportations européennes, et dont dépendent des millions d’emplois sur notre continent ; importer des produits chinois est bon pour notre pouvoir d’achat, à défaut de l’être pour certaines de nos industries…

Emmanuel Macron a désormais tous les pouvoirs pour transformer la France et « la redresser dans la justice » : il peut donc être « prophète en son pays », davantage qu’au niveau communautaire, bien peu de règles ou contraintes européennes l’en empêcheront, il y sera même encouragé... La France ne peut en revanche à elle seule remodeler les règles du marché unique européen et le conduite de la politique commerciale de l’UE. L’UE ne sera jamais « la France en plus grand », quand bien même notre pays y est « plus égal que d’autres », y compris quand il est guidé par un Président charismatique.A lui donc de trouver le bon point d’équilibre entre l’affirmation d’ambitions européennes raisonnables et le risque d’un retour des frustrations françaises classiques vis-à-vis d’une Europe marchande perçue comme trop libérale ou trop naïve. Ne soyons pas naïfs nous non plus !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Patrick LOUVET
- 24/06/2017 - 18:45
Yves Bertoncini : Votre article est nul de chez nul
Tout a fait d'accord avec les deux point de vue ci-dessus.
Yves Bertoncini au moins SYLVESTRe lorsqu'il publie ses articles les signes et n'oblige pas a aller voir suivre le contributeur pour voir qui a pu ecrire de pareilles inepties.
Jean-Benoit
- 24/06/2017 - 15:45
Le PIPO EN MARCHE !
cet édito est une pseudo-propande pour l'Europe des escros (Junker et cie) en fait le gamin nous fait son cinéma qui était prévu depuis longtemps par ceux qui nous l'on vendu comme une lessive(a qui profite le crime?)On commence a voir plus clair,hélas.
je suis bien d'accord avec Vangog ci-dessus !
vangog
- 24/06/2017 - 12:58
Macron = collabo des envahisseurs!
dans la grande tradition gaucho-centriste de collaboration avec les envahisseurs de la France!l'honneur de la France, c'est de résister aux envahisseurs!