En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 2 heures 38 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 4 heures 5 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 14 heures 11 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 3 heures 22 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 10 heures 24 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 12 heures 46 sec
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 13 heures 11 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 14 heures 16 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 14 heures 29 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Capitaine du navire

Pourquoi l’arrivée d’Emmanuel Macron au Conseil européen peut laisser plus entrevoir une accélération de l’Europe comme elle est qu’un véritable renouveau

Publié le 28 juin 2017
Les dirigeants européens ont profité du premier Conseil européen d'Emmanuel Macron, jeudi à Bruxelles, pour tenter de donner l'image d'une Europe avançant unie vers une sortie de crise.
Yves Bertoncini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dirigeants européens ont profité du premier Conseil européen d'Emmanuel Macron, jeudi à Bruxelles, pour tenter de donner l'image d'une Europe avançant unie vers une sortie de crise.

Atlantico : Si la presse est unanime face à "l'opération séduction" d'Emmanuel Macron lors du conseil européen, quel pourrait être le résultat de cette opération? Si un changement de cap européen n'est pas à l'ordre du jour, l'ambition d'Emmanuel Macron n'est elle pas simplement de conserver l'approche européenne en cours, tout en tentant une légère accélération? 

Yves Bertoncini : En France comme en Europe, Emmanuel Macron produit un « effet placebo » : il plait à beaucoup, et c’est très utile pour convaincre et entraîner ses compatriotes et ses homologues de l’UE. C’est d’autant plus utile qu’il a entrepris de rompre avec le « franco-scepticisme » qui ronge notre pays, mais aussi sa crédibilité auprès de ses partenaires. « La France peut y arriver » nous dit-il, elle doit cesser de blâmer l’Europe et le monde et mieux utiliser ses nombreux atouts. De fait, si la France se redresse au niveau national et si elle prend des initiatives ambitieuses au niveau européen, elle sera vraiment « de retour » et pourra peser encore plus sur l’évolution de la construction européenne.

Emmanuel Macron ne pourra cependant guère s’appuyer à Bruxelles sur la verticalité « jupitérienne » qu’il revendique en France : il n’est que l’un des capitaines du Paquebot européen, dont le cap ne peut réellement changer qu’avec l’assentiment des autres et de manière progressive.Ce qui va aider Emmanuel Macron est qu’un changement de cap européen est bel et bien en germe depuis quelques semestres : d’une part sous l’effet des menaces qui entourent l’UE (terrorisme islamiste, chaos syrien et libyen, agressivité de Poutine…), alors même que notre allié et protecteur américain est devenu imprévisible ; d’autre part suite au vote en faveur du Brexit, qui a conduit les 27 à réaffirmer leur désir de rester ensemble et de relancer leur projet commun ; enfin parce que la longue parenthèse de « l’Europe-FMI » est en train de se refermer, une fois que la question de la dette grecque aura été traitée…

Tous ces événements produisent un alignement des planètes favorable à une relance de la construction européenne, dont Emmanuel Macron sera l’un des acteurs clés. Il n’est nul besoin de prétendre qu’il serait l’une de ces « planètes »,mais simplement d’évaluer où ses talents de navigateur pourront conduire l’UE, au-delà de son entrée en matière réussie sur la scène européenne.

N'y a t il pas un danger, pour l'Union européenne, de sur-jouer un renouveau européen alors même que ses orientations ne semblent pas être modifiées? 

L’« air du renouveau » entonné depuis quelques temps fait directement écho aux prophéties catastrophistes de ces dernières années. Souvenons-nous en effet qu’après le « vote Brexit », nombre d’observateurs ont entonné le refrain de la dislocation de l’UE et de la mort de l’Europe… « The Economist » s’est par exemple fourvoyé en confondant l’europhobie britannique et les euroscepticismes continentaux, tout en prédisant que le Brexit susciterait un « effet domino » incitant d’autres pays à quitter l’UE…Il est donc bienvenu aujourd’hui que les 27 pays de l’UE expriment leur volonté de défendre leurs intérêts et leurs valeurs dans le monde, qu’ils redonnent du sens à leur aventure commune et qu’ils lui fixent de nouveaux objectifs, notamment en matière de sécurité collective.

L’Europe de ces dernières années a été absorbée par la gestion de crises (euro, réfugiés, Brexit, terrorisme islamiste…) : ce fut une Europe de pompiers et de maçons. Il est salutaire que l’Europe des architectes soit de retour, et que les responsables politiques nationaux et européens développent une vision prospective dece que la construction européenne doit devenir, alors que nous représentons 6% de la population mondiale... Charge à eux ensuite bien sûr de ne pas s’en tenir à dresser des « plans sur la comète », mais de les accompagner de mesures et d’initiatives concrètes, mises en œuvre sur la durée. Ce qui s’est passé en matière de sécurité collective depuis quelques mois et lors du dernier Conseil européen donne une bonne illustration des changements en cours – même si beaucoup doit encore être fait pour donner un débouché aux bonnes résolutions européennes, ce qui ne sera pas toujours aisé.

3 - Emmanuel Macron a pu séduire ses partenaires sur des questions de défense et de lutte anti-terroriste, mais peine à convaincre sur des dossiers économiques, comme par exemple sur la limitation des investissements chinois. En quoi le cadre d'action du Président français est il restreint ? Les grandes orientations économiques de l'Union sont elles hors de son atteinte ?

Il est vrai qu’Emmanuel Macron sera davantage audible, et même leader, en matière de sécurité collective : les menaces sont-là, tout autour de l’Europe et sur notre sol, la plupart des pays de l’UE sont persuadés que « l’union fait la force » face à ces menaces, la France est en première ligne et dotée de grandes capacités d’action et de projection... Nos partenaires n’ont à vrai dire pas besoin d’être « séduits » sur ce registre, mais convaincus d’agir davantage, y compris de manière commune.

A l’inverse, promouvoir « l’Europe qui protège » en matière économique et commerciale expose immédiatement la France au soupçon de protectionnisme, alors que nombre d’Européens s’en défient, bien au-delà de la seule Allemagne. Sur ces enjeux, Emmanuel Macron avance sur une ligne de crête : il se trouve directement confronté au dilemme « entre la palabre inefficace et le coup de menton solitaire » dont il a justement annoncé vouloir sortir dans un entretien récent à des médias européens.

L’exemple de la Chine est éclairant : bien sûr que, dans l’idéal, il serait bon de mieux contrôler ses investissements en Europe ou d’obtenir qu’elle ouvre davantage ses marchés publics. En même temps, n’oublions pas de regarder la lune, plutôt que le doigt : les investissements chinois sont providentiels dans nombre de pays de l’UE, en particulier au Sud ; que les entreprises chinoises gagnent des marchés publics en Europe, notamment parce qu’elles sont moins chères, est très positif pour les contribuables des pays concernés ; la Chine est un débouché commercial majeur pour les exportations européennes, et dont dépendent des millions d’emplois sur notre continent ; importer des produits chinois est bon pour notre pouvoir d’achat, à défaut de l’être pour certaines de nos industries…

Emmanuel Macron a désormais tous les pouvoirs pour transformer la France et « la redresser dans la justice » : il peut donc être « prophète en son pays », davantage qu’au niveau communautaire, bien peu de règles ou contraintes européennes l’en empêcheront, il y sera même encouragé... La France ne peut en revanche à elle seule remodeler les règles du marché unique européen et le conduite de la politique commerciale de l’UE. L’UE ne sera jamais « la France en plus grand », quand bien même notre pays y est « plus égal que d’autres », y compris quand il est guidé par un Président charismatique.A lui donc de trouver le bon point d’équilibre entre l’affirmation d’ambitions européennes raisonnables et le risque d’un retour des frustrations françaises classiques vis-à-vis d’une Europe marchande perçue comme trop libérale ou trop naïve. Ne soyons pas naïfs nous non plus !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Patrick LOUVET
- 24/06/2017 - 18:45
Yves Bertoncini : Votre article est nul de chez nul
Tout a fait d'accord avec les deux point de vue ci-dessus.
Yves Bertoncini au moins SYLVESTRe lorsqu'il publie ses articles les signes et n'oblige pas a aller voir suivre le contributeur pour voir qui a pu ecrire de pareilles inepties.
Jean-Benoit
- 24/06/2017 - 15:45
Le PIPO EN MARCHE !
cet édito est une pseudo-propande pour l'Europe des escros (Junker et cie) en fait le gamin nous fait son cinéma qui était prévu depuis longtemps par ceux qui nous l'on vendu comme une lessive(a qui profite le crime?)On commence a voir plus clair,hélas.
je suis bien d'accord avec Vangog ci-dessus !
vangog
- 24/06/2017 - 12:58
Macron = collabo des envahisseurs!
dans la grande tradition gaucho-centriste de collaboration avec les envahisseurs de la France!l'honneur de la France, c'est de résister aux envahisseurs!