En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 7 min 43 sec
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 min 15 sec
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 1 heure 58 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 13 heures 39 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 14 heures 15 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 17 heures 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 18 heures 33 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 19 heures 12 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 13 min 41 sec
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 51 min 20 sec
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 13 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 17 heures 17 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 18 heures 12 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 18 heures 58 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 19 heures 56 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Capitaine du navire

Pourquoi l’arrivée d’Emmanuel Macron au Conseil européen peut laisser plus entrevoir une accélération de l’Europe comme elle est qu’un véritable renouveau

Publié le 28 juin 2017
Les dirigeants européens ont profité du premier Conseil européen d'Emmanuel Macron, jeudi à Bruxelles, pour tenter de donner l'image d'une Europe avançant unie vers une sortie de crise.
Yves Bertoncini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dirigeants européens ont profité du premier Conseil européen d'Emmanuel Macron, jeudi à Bruxelles, pour tenter de donner l'image d'une Europe avançant unie vers une sortie de crise.

Atlantico : Si la presse est unanime face à "l'opération séduction" d'Emmanuel Macron lors du conseil européen, quel pourrait être le résultat de cette opération? Si un changement de cap européen n'est pas à l'ordre du jour, l'ambition d'Emmanuel Macron n'est elle pas simplement de conserver l'approche européenne en cours, tout en tentant une légère accélération? 

Yves Bertoncini : En France comme en Europe, Emmanuel Macron produit un « effet placebo » : il plait à beaucoup, et c’est très utile pour convaincre et entraîner ses compatriotes et ses homologues de l’UE. C’est d’autant plus utile qu’il a entrepris de rompre avec le « franco-scepticisme » qui ronge notre pays, mais aussi sa crédibilité auprès de ses partenaires. « La France peut y arriver » nous dit-il, elle doit cesser de blâmer l’Europe et le monde et mieux utiliser ses nombreux atouts. De fait, si la France se redresse au niveau national et si elle prend des initiatives ambitieuses au niveau européen, elle sera vraiment « de retour » et pourra peser encore plus sur l’évolution de la construction européenne.

Emmanuel Macron ne pourra cependant guère s’appuyer à Bruxelles sur la verticalité « jupitérienne » qu’il revendique en France : il n’est que l’un des capitaines du Paquebot européen, dont le cap ne peut réellement changer qu’avec l’assentiment des autres et de manière progressive.Ce qui va aider Emmanuel Macron est qu’un changement de cap européen est bel et bien en germe depuis quelques semestres : d’une part sous l’effet des menaces qui entourent l’UE (terrorisme islamiste, chaos syrien et libyen, agressivité de Poutine…), alors même que notre allié et protecteur américain est devenu imprévisible ; d’autre part suite au vote en faveur du Brexit, qui a conduit les 27 à réaffirmer leur désir de rester ensemble et de relancer leur projet commun ; enfin parce que la longue parenthèse de « l’Europe-FMI » est en train de se refermer, une fois que la question de la dette grecque aura été traitée…

Tous ces événements produisent un alignement des planètes favorable à une relance de la construction européenne, dont Emmanuel Macron sera l’un des acteurs clés. Il n’est nul besoin de prétendre qu’il serait l’une de ces « planètes »,mais simplement d’évaluer où ses talents de navigateur pourront conduire l’UE, au-delà de son entrée en matière réussie sur la scène européenne.

N'y a t il pas un danger, pour l'Union européenne, de sur-jouer un renouveau européen alors même que ses orientations ne semblent pas être modifiées? 

L’« air du renouveau » entonné depuis quelques temps fait directement écho aux prophéties catastrophistes de ces dernières années. Souvenons-nous en effet qu’après le « vote Brexit », nombre d’observateurs ont entonné le refrain de la dislocation de l’UE et de la mort de l’Europe… « The Economist » s’est par exemple fourvoyé en confondant l’europhobie britannique et les euroscepticismes continentaux, tout en prédisant que le Brexit susciterait un « effet domino » incitant d’autres pays à quitter l’UE…Il est donc bienvenu aujourd’hui que les 27 pays de l’UE expriment leur volonté de défendre leurs intérêts et leurs valeurs dans le monde, qu’ils redonnent du sens à leur aventure commune et qu’ils lui fixent de nouveaux objectifs, notamment en matière de sécurité collective.

L’Europe de ces dernières années a été absorbée par la gestion de crises (euro, réfugiés, Brexit, terrorisme islamiste…) : ce fut une Europe de pompiers et de maçons. Il est salutaire que l’Europe des architectes soit de retour, et que les responsables politiques nationaux et européens développent une vision prospective dece que la construction européenne doit devenir, alors que nous représentons 6% de la population mondiale... Charge à eux ensuite bien sûr de ne pas s’en tenir à dresser des « plans sur la comète », mais de les accompagner de mesures et d’initiatives concrètes, mises en œuvre sur la durée. Ce qui s’est passé en matière de sécurité collective depuis quelques mois et lors du dernier Conseil européen donne une bonne illustration des changements en cours – même si beaucoup doit encore être fait pour donner un débouché aux bonnes résolutions européennes, ce qui ne sera pas toujours aisé.

3 - Emmanuel Macron a pu séduire ses partenaires sur des questions de défense et de lutte anti-terroriste, mais peine à convaincre sur des dossiers économiques, comme par exemple sur la limitation des investissements chinois. En quoi le cadre d'action du Président français est il restreint ? Les grandes orientations économiques de l'Union sont elles hors de son atteinte ?

Il est vrai qu’Emmanuel Macron sera davantage audible, et même leader, en matière de sécurité collective : les menaces sont-là, tout autour de l’Europe et sur notre sol, la plupart des pays de l’UE sont persuadés que « l’union fait la force » face à ces menaces, la France est en première ligne et dotée de grandes capacités d’action et de projection... Nos partenaires n’ont à vrai dire pas besoin d’être « séduits » sur ce registre, mais convaincus d’agir davantage, y compris de manière commune.

A l’inverse, promouvoir « l’Europe qui protège » en matière économique et commerciale expose immédiatement la France au soupçon de protectionnisme, alors que nombre d’Européens s’en défient, bien au-delà de la seule Allemagne. Sur ces enjeux, Emmanuel Macron avance sur une ligne de crête : il se trouve directement confronté au dilemme « entre la palabre inefficace et le coup de menton solitaire » dont il a justement annoncé vouloir sortir dans un entretien récent à des médias européens.

L’exemple de la Chine est éclairant : bien sûr que, dans l’idéal, il serait bon de mieux contrôler ses investissements en Europe ou d’obtenir qu’elle ouvre davantage ses marchés publics. En même temps, n’oublions pas de regarder la lune, plutôt que le doigt : les investissements chinois sont providentiels dans nombre de pays de l’UE, en particulier au Sud ; que les entreprises chinoises gagnent des marchés publics en Europe, notamment parce qu’elles sont moins chères, est très positif pour les contribuables des pays concernés ; la Chine est un débouché commercial majeur pour les exportations européennes, et dont dépendent des millions d’emplois sur notre continent ; importer des produits chinois est bon pour notre pouvoir d’achat, à défaut de l’être pour certaines de nos industries…

Emmanuel Macron a désormais tous les pouvoirs pour transformer la France et « la redresser dans la justice » : il peut donc être « prophète en son pays », davantage qu’au niveau communautaire, bien peu de règles ou contraintes européennes l’en empêcheront, il y sera même encouragé... La France ne peut en revanche à elle seule remodeler les règles du marché unique européen et le conduite de la politique commerciale de l’UE. L’UE ne sera jamais « la France en plus grand », quand bien même notre pays y est « plus égal que d’autres », y compris quand il est guidé par un Président charismatique.A lui donc de trouver le bon point d’équilibre entre l’affirmation d’ambitions européennes raisonnables et le risque d’un retour des frustrations françaises classiques vis-à-vis d’une Europe marchande perçue comme trop libérale ou trop naïve. Ne soyons pas naïfs nous non plus !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Patrick LOUVET
- 24/06/2017 - 18:45
Yves Bertoncini : Votre article est nul de chez nul
Tout a fait d'accord avec les deux point de vue ci-dessus.
Yves Bertoncini au moins SYLVESTRe lorsqu'il publie ses articles les signes et n'oblige pas a aller voir suivre le contributeur pour voir qui a pu ecrire de pareilles inepties.
Jean-Benoit
- 24/06/2017 - 15:45
Le PIPO EN MARCHE !
cet édito est une pseudo-propande pour l'Europe des escros (Junker et cie) en fait le gamin nous fait son cinéma qui était prévu depuis longtemps par ceux qui nous l'on vendu comme une lessive(a qui profite le crime?)On commence a voir plus clair,hélas.
je suis bien d'accord avec Vangog ci-dessus !
vangog
- 24/06/2017 - 12:58
Macron = collabo des envahisseurs!
dans la grande tradition gaucho-centriste de collaboration avec les envahisseurs de la France!l'honneur de la France, c'est de résister aux envahisseurs!