En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 2 heures 3 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 9 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 12 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 13 heures 34 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 5 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 9 heures 15 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 13 heures 49 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 8 heures
© Oli SCARFF / AFP
© Oli SCARFF / AFP
Bonnes feuilles

Comment les "experts" travaillent sur les scènes d'attentats (et se préparent au pire)

Publié le 25 juin 2017
Une goutte de sueur, un cheveu, une odeur ou une image capturée par une caméra de vidéosurveillance en disent parfois plus que de longs témoignages. Ce sont ces traces que les spécialistes de la police technique et scientifique (PTS) collectent, analysent et comparent. Malgré les représentations populaires que nous avons de ces experts en pleine action, leur travail reste méconnu. Extrait de "Les experts entrent en scène : la révolution de la science criminelle" de Richard Marlet, aux Editions First (2/2).
Richard Marlet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Commissaire divisionnaire honoraire, Richard Marlet a dirigé les services de l'identité judiciaire et de la documentation criminelle du 36 quai des Orfèvres. Il vient de publier Les experts entrent en scène : la révolution de la science criminelle,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une goutte de sueur, un cheveu, une odeur ou une image capturée par une caméra de vidéosurveillance en disent parfois plus que de longs témoignages. Ce sont ces traces que les spécialistes de la police technique et scientifique (PTS) collectent, analysent et comparent. Malgré les représentations populaires que nous avons de ces experts en pleine action, leur travail reste méconnu. Extrait de "Les experts entrent en scène : la révolution de la science criminelle" de Richard Marlet, aux Editions First (2/2).

Les échantillons prélevés sur la scène d’attentat sont d’abord examinés à l’œil nu ou au moyen d’instruments d’optique en vue d’identifier éventuellement des éléments du système de mise de feu par exemple. Un débat est ouvert entre les spécialistes sur l’ordre des priorités d’analyses : génétiques, papillaires, physico-chimique. Il faut absolument éviter qu’une technique puisse empêcher, compromettre ou fausser les résultats d’une autre.

Aux fins de séparer et d’identifier les composants des substances explosives ou des résidus de détonation, trois méthodes chromatographiques (GC) peuvent être utilisées, couplées à la spectrométrie de masse (MS) : la chromatographie sur couche mince (CCM), celle en phase liquide haute performance (HPLC) et la chromatographie en phase gazeuse, déjà abordée pour les incendies. Il s’agit à chaque fois de soumettre les constituants d’un mélange à l’action simultanée de deux phases, l’une stationnaire et l’autre mobile afin de les séparer selon leur affinité à chaque phase. À la sortie des composés du chromatographe, on dispose un ou plusieurs détecteurs qui ont la propriété de déceler la présence d’un composé et de donner un signal électrique proportionnel à sa concentration dans la phase mobile. Tous ces appareils disposent de bases de données pour l’identification des composants. Les nouvelles technologies permettent de « miniaturiser » les systèmes d’analyse pour pouvoir travailler sur des échantillons de plus en plus petits. Mais les prélèvements effectués sur les scènes d’attentat sont en général « sales » car contaminés et rendent les opérations de préparation extrêmement compliquées.

La mise en évidence de la nature de l’explosif mais surtout de son système de mise de feu permet de vérifier le sérieux d’une revendication. Les artificiers des groupes terroristes privilégient souvent un mode de déclenchement et apportent ainsi une touche personnelle, une signature. En constituant des bases de données sur les engins explosifs improvisés (Bomb Data Center), on peut lier les scènes d’attentats entre elles et donner des pistes sur les chimistes des groupes terroristes et les endroits où ils ont pu être formés.

Depuis plusieurs années, on craint qu’à l’explosif ne soit ajouté un agent chimique, biologique ou radiologique. Le 20  mars 1995, un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo a fait 11  morts. Plusieurs milliers de personnes, craignant d’avoir été contaminées, ont envahi les différents hôpitaux de la capitale japonaise. Peu après l’effondrement du bloc soviétique, un trafic de matières radioactives a vu le jour. Une semaine après les attentats du 11 septembre 2001, aux États-Unis, ce sont des enveloppes contenant le bacille du charbon qui ont été adressées à cinq médias et deux sénateurs causant la mort de cinq personnes. En 2007, à Ramadi, en Irak, plusieurs attentats suicides ont été commis avec des camions chargés de chlore et de TNT.

En France, les plans Piratox (risques chimiques), Biotox (risques biologiques) et Piratome (risques nucléaires et radiologiques) ont été remplacés en 2010 par un plan unique, Pirate NRBC76. Plusieurs circulaires du secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale ont établi les doctrines nationales d’emploi des moyens de secours et de soins face à des actions terroristes mettant en œuvre des matières radioactives, biologiques ou chimiques dangereuses.

La Police nationale peut s’appuyer sur une unité dédiée (Constox), tandis que les missions d’identification de toxiques sont dévolues aux services d’incendie et de secours. La Gendarmerie nationale dispose, quant à elle, d’une cellule nationale (C2NRBC) avec des moyens de prélèvements, de levées de doutes et d’analyse.

Des simulations grandeur nature d’attaques terroristes à la bombe sale sont régulièrement réalisées. Pour se préparer au pire.

Extrait de "Les experts entrent en scène : la révolution de la science criminelle" de Richard Marlet, aux Editions First

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ascopi
- 25/06/2017 - 12:11
et les experts de l'IRCGN ?
L'investigation explosif ainsi que l'ensemble des analyses forensiques sont réalisés en gendarmerie par l'IRCGN (Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale) curieux de ne pas en parler
https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/ircgn/L-Expertise-Decodee/Identification/Le-Groupe-d-Investigations-en-milieu-Degrade-GRID