En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 4 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 34 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 28 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 32 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 35 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 23 heures 13 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 13 heures 52 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 14 heures 52 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 19 heures 59 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 37 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 7 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 30 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 14 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 22 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 23 heures 17 min
A la rescousse

La Cour des Comptes regrette que Bercy maltraite les entreprises

Publié le 23 juin 2017
Bercy a-t-il du mépris pour les entreprises? C'est ce qui transparaît en filigrane d'un référé de la Cour des Comptes sur l'organisation de la direction générale des entreprises, dont nous publions le texte aujourd'hui.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bercy a-t-il du mépris pour les entreprises? C'est ce qui transparaît en filigrane d'un référé de la Cour des Comptes sur l'organisation de la direction générale des entreprises, dont nous publions le texte aujourd'hui.
"Dans ce contexte, les effectifs nombreux de la DGE (650 équivalents temps pleins - ETP - à fin 2014) ne sont pas aujourd'hui un atout pour une direction qui devrait être avant tout experte et stratège. Avec un secrétariat général occupant environ un quart des effectifs, l'attachement porté aux tâches de gestion (gestion statutaire des personnels fonctionnaires de La Poste et de France Télécom ; gestion de deux corps de fonctionnaires du ministère chargé de l'industrie) apparaît éloigné du cœur de métier de la direction. Un dispositif plus resserré, mieux armé pour mobiliser les compétences externes, serait probablement plus efficace."
Cour des Comptes
Référé DGE
 

1- Une réforme pertinente

Amorcés à la fin de la décennie quatre-vingt-dix, les regroupements dont la DGE est issue se sont succédé progressivement jusqu'à la création, en janvier 2009, de la direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services (DGCIS). Le périmètre de compétences étant alors, pour l'essentiel, stabilisé, la transformation de la DGCIS en DGE, en septembre 2014, a consisté en une réorganisation et un nouveau projet managérial internes.

Au-delà du souci de rationalisation administrative et d'économie de moyens, cette longue réforme, menée par étape mais avec continuité par les gouvernements successifs, a reposé sur une double logique de politique publique : englober l'ensemble des secteurs productifs, de l'industrie aux services, au commerce, à l'artisanat et au tourisme ; couvrir de façon transverse les problématiques des entreprises, quels que soient leur taille et les facteurs de leur compétitivité.

Sans doute ambitieux, et donc risqué, ce parti apparaît pertinent face à la désindustrialisation et à l'affaiblissement de la compétitivité de l'économie pour que le Gouvernement puisse disposer d'une vision d'ensemble de l'appareil productif. À cet égard, le regroupement des administrations centrales concernées a utilement complété le couplage des compétences économiques et industrielles dans la répartition des portefeuilles ministériels, le ministre chargé de l'économie ayant également la responsabilité de l'industrie et de la plus grande part du secteur tertiaire marchand.

La DGE a ainsi joué un rôle clé dans le développement des politiques industrielles ou tournées vers le commerce, l'artisanat et les services. Elle est un point d'appui essentiel pour les travaux du conseil national de l'industrie et des comités stratégiques de filières.

2- Une réforme cependant inachevée

Toutefois, le regroupement des administrations centrales ne suffit pas, notamment lorsque les cloisonnements ministériels perdurent. Ainsi en matière énergétique, pour l'agroalimentaire, la construction, l'aviation civile ou l'espace, la vision et l'action censément globales du ministre chargé de l'économie se heurte à des partages d'attributions anciens que les particularismes administratifs, et souvent les organisations professionnelles elles-mêmes, s'attachent à conforter. Des comitologies spécifiques viennent doubler celle du conseil national de l'industrie et des comités stratégiques de filière. La cohérence de l'action de l'État en pâtit. Les nécessaires approches interministérielles ont du mal à s'imposer quand elles sont portées par une autorité ministérielle investie d'une mission transverse. Ainsi notamment, la double compétence des ministres chargés de l'économie et des affaires étrangères en matière de tourisme est une source de complexité.

Par ailleurs, la réorganisation administrative n'est pas complètement achevée. S'il est heureux que se poursuive le rassemblement au sein de la DGE de petites entités précédemment dispersées, encore faut-il qu'il s'agisse d'une véritable intégration. La dualité actuelle entre le service de l'économie du numérique et l'agence du numérique participe plutôt d'une superposition. Les services, le commerce et l'artisanat restent moins bien pris en charge par la direction que l'industrie manufacturière. L'interpénétration croissante entre industrie et services peine à émerger dans une organisation où le numérique, l'industrie et les services relèvent de trois services distincts. De façon générale, l'expertise sectorielle de la direction, souvent de qualité, est toutefois inégale et parfois en-deçà des attentes.

3- Un défi managérial difficile à relever

Le cadre des ministères économiques et financiers n'offre pas nécessairement les conditions les plus propices à la montée en puissance d'une nouvelle direction. Ainsi, le partage des rôles entre la direction générale du Trésor, aux préoccupations plus macroéconomiques, et la DGE, à vocation plus microéconomique, reste flou. Par ailleurs, la contraction des crédits d'intervention, les dessaisissements au profit du commissaire général à l'investissement résultant de la gouvernance des investissements d'avenir et la place déterminante rapidement prise par Bpifrance ont radicalement changé la donne pour une direction qui doit aussi, en interne, fédérer des cultures administratives très différentes. Le défi managérial est donc incontestablement difficile à relever. Pour être efficace, la DGE doit être reconnue notamment pour son expertise ; sa vocation par nature interministérielle est subordonnée à sa capacité à s'imposer auprès des autres parties prenantes, administratives aussi bien que professionnelles.

Dans ce contexte, les effectifs nombreux de la DGE (650 équivalents temps pleins - ETP - à fin 2014) ne sont pas aujourd'hui un atout pour une direction qui devrait être avant tout experte et stratège. Avec un secrétariat général occupant environ un quart des effectifs, l'attachement porté aux tâches de gestion (gestion statutaire des personnels fonctionnaires de La Poste et de France Télécom ; gestion de deux corps de fonctionnaires du ministère chargé de l'industrie) apparaît éloigné du cœur de métier de la direction. Un dispositif plus resserré, mieux armé pour mobiliser les compétences externes, serait probablement plus efficace. La démarche « cap compétitivité » n'est pas parvenue à transformer en profondeur les modes de fonctionnement.

4- Une administration centrale insuffisamment ancrée dans la réalité des territoires

Malgré de réels efforts pour travailler plus étroitement avec le réseau des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE), la DGE peine à surmonter ses handicaps : une position de partie prenante minoritaire au sein de ce réseau interministériel issu d'une fusion de services déconcentrés encore inaboutie ; les incertitudes induites par la loi no 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoraile de la République (loi NOTRe) sur la répartition future des compétences entre l'État et les nouvelles régions en matière de développement économique ; les doublons locaux que constituent les réseaux des commissaires au redressement productif et des représentants uniques aux investissements, mais aussi la montée en puissance des implantations locales de Bpifrance. La culture d'administration centrale de la DGE, mais aussi, à certains égards, son organisation interne sont également des freins à des relations plus étroites, plus quotidiennes et plus collaboratives entre services centraux et déconcentrés. A ces deux niveaux, la transformation passe par une évolution des métiers, des cultures et des organisations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 23/06/2017 - 18:03
Plus simplement,
les haut-fonctionnaires et élus (excusez le pléonasme) se fichent de notre gu**le.