En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
J+1
Richard Ferrand quitte le gouvernement pour prendre la tête du groupe LREM à l'Assemblée nationale
Publié le 19 juin 2017
La République en marche obtient une large majorité à l'Assemblée nationale même si ses rivaux ont mieux résisté que prévu.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La République en marche obtient une large majorité à l'Assemblée nationale même si ses rivaux ont mieux résisté que prévu.
  • La République en marche et le Modem obtiennent 350 sièges, loin devant les Républicains et l'UDI (130 sièges) et le parti socialiste (29). Le détail des résultats ici.
  • Tous les ministres engagés ont été élus.
  • Jean-Christophe Cambadélis a quitté la direction du PS
  • Marine Le Pen est élue avec 7 autres députés
  • La France Insoumis pourra constituer un groupe à l'Assemblée avec Jean-Luc Mélenchon

 

21h50 : deux groupe Les Républicains (LR) pourraient voir le jour à l'Assemblée

À l'issue de la large victoire de la République en Marche (LREM) aux élections législatives, l'Assemblée nationale devrait connaître la création de deux groupes Les Républicains (LR), selon Le Figaro. L'un dit "canal historique", et le second dit "constructif", composé de députés macroncompatibles, qui affichent clairement leur volonté de travailler avec la majorité présidentielle. 

21h00 : Départ de Richard Ferrand : "C'est tout sauf une sanction", assure Benjamin Griveaux

Invité à commenter le départ du gouvernement de Richard Ferrand, le porte-parole de La République en marche Benjamin Griveaux a assuré sur BFMTV : "C'est tout sauf une sanction puisque le poste le plus stratégique à l'Assemblée nationale sera à l'évidence celui de président du groupe La République en marche".

20h00 : Edouard Philippe a remis la démission de son gouvernement à Emmanuel Macron

Le palais de l'Élysée a indiqué lundi en début de soirée que le premier ministre Edouard Philippe avait "remis la démission de son gouvernement" à Emmanuel Macron, peu après l'annonce du départ de Richard Ferrand, qui présidera le groupe LREM à l'Assemblée nationale. 

D'ici à mercredi, de nouveaux ministres ou secrétaires d'État devraient être nommés par le président de la République et son premier ministre.

18h45 : Au terme d'une entrevue avec le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kholer, puis avec le président Macron, ce lundi après-midi, Richard Ferrand a été sollicité pour prendre la présidence du groupe LREM à l’Assemblée nationale, et devra donc renoncer au ministère de la Cohésion des territoires.

14h30 : Mayotte change déjà de député

A Mayotte, la préfecture annonce une erreur de comptage. C'est donc la candidate PS Ramlati Ali qui a été élue à Mayotte à la place du candidat des Républicains.

14h : le député Meyer Habib créé la polémique

Elu dans 8e circonscription des Français de l’étranger, l'UDI Meyer Habib a déclenché la polémique en remerciant "le Tout-puissant." Il a aussi évoqué Israël, qui fait partie de sa circonscription omettant de citer les 7 autres pays qu'il encadre : Chypre, la Grèce, l’Italie, Malte, Saint-Marin, le Vatican et la Turquie.

Habib remercie le Créateur qui l'a fait élire.. Bras d'honneur à la laïcité et aux autres pays de la 8eme circonscription https://t.co/NMueZBaTtE

— Charles Enderlin (@Charles1045) 19 juin 2017

11h15 : Marine Le Pen espère un groupe à l'Assemblée

"Je ne perds pas de vue cet objectif de pouvoir, au cours des prochains mois, constituer un groupe à l'Assemblée nationale qui puisse être un groupe où nous nous entendions sur deux, trois lignes principales, tout en conservant chacun notre indépendance et sa spécificité" explique la patronne du FN lors d'une conférence de presse.

10h : "Aucune base de contestation" affirme Manuel Valls

Sur Twitter, l'ancien Premier ministre a défendu sa victoire.

Après les insultes et la haine,si visible hier soir à @VilledEvry,c'est désormais la mise en cause de mon élection.Toujours la même méthode

— Manuel Valls (@manuelvalls) 19 juin 2017

Il n'y a aucune base à la contestation de mon élection et à sa régularité.Je serai aujourd'hui à l'@AssembleeNat et j'y siégerai dès le 27.

— Manuel Valls (@manuelvalls) 19 juin 2017

J'invite chacun à respecter la démocratie et le choix des électeurs.Je ne laisserai pas passer la moindre mise en cause de mon élection

— Manuel Valls (@manuelvalls) 19 juin 2017

9h15 : La rivale de Valls va recompter les voix

"Même les journalistes ont été exclus de ce recomptage, nous on souhaite être présents à ce recomptage, ils nous l'ont refusé, ils l'ont refusé aux journalistes", a pesté sur LCI Farida Amrani, candidate de La France insoumise dans la 1re circonscription de l'Essonne face à Manuel Valls. Elle annonce qu'elle allait recompter les voix, dès ce matin.

9h10 : Le perchoir pour un fidèle de Macron ?

Alors que Thierry Solère faisait partie notamment partie de la shortlist pour le perchoir, la place devrait finalement revenir à un membre de LREM. "La République en marche! ayant une majorité claire, absolue, en particulier avec le MoDem, il est souhaitable que ça puisse être quelqu'un issu de La République en Marche!", estime  Benjamin Griveaux, député de la 5ème circonscription de Paris sur Europe 1. "Il faut quelqu'un qui ait un peu d'expérience parlementaire et dont l'autorité soit naturelle. […] Une femme peut parfaitement remplir ce rôle."

9h : Le PS en reconstruction

"Je ne suis pas convaincu qu'on va sortir un leader du jour au lendemain du chapeau." Après la défaite du parti socialiste, Julien Dray estime sur RTLqu'il faudra du temps pour reconstruire le PS

8h45 : "La discipline de groupe, c'est pas pour moi" annonce François Ruffin

"La discipline de groupe, c'est pas pour moi. On n'a pas besoin de discipline quand on est d'accord sur l'essentiel" estime le journaliste, élu dans la Somme sous l'étiquette France insoumise.

"J'ai pris trois engagements auprès des électeurs, que je m'appliquerai à moi-même : me payer au Smic, avoir un mandat révocable si 25% de mes administrés le souhaitent, et ferai gérer mes réserves parlementaires par un jury populaire tiré au sort."

8h30 : un nouveau président chez les Républicains "d'ici la fin de l'année"

"Les échecs successifs que nous avons connus, l'éloignement qui est le nôtre par rapport aux Français, méritent que l'on aille un petit peu plus loin pour essayer de comprendre et apporter une réponse" a souligné Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, sur Europe 1. Dès mercredi, il proposera "un calendrier" pour choisir un nouveau leader "d'ici la fin de l'année."

"Ce doit être un débat de fond, sur notre ligne, sur nos méthodes de travail, sur notre faculté à attirer les Français à s'intéresser à la politique et surtout aux idées qui sont les nôtres et à notre projet" estime-t-il.

8h20 : "Il faut accepter le verdict des urnes" déclare Valls

Merci à ceux qui ont permis mon élection.Il n'y a eu aucune irrégularité.Il faut accepter le verdict des urnes et respecter la démocratie

— Manuel Valls (@manuelvalls) 19 juin 2017

8h15 : "Nos électeurs attendent une vraie relève" estime Alain Juppé

Sur son blog, l'ancien Premier ministre estime que la droite fait face à trois défis :

  • Celui de son attitude vis-à-vis du gouvernement : opposition frontale ou travail constructif
  • Le défi du renouvellement de ses équipes dirigeantes. Les anciennes ont été remerciées (je m’applique le constat à moi-même) et nos électeurs attendent une vraie relève.
  • Enfin et surtout, le défi de la ligne politique et plus profondément de la vision qu’une droite humaniste régénérée pourra proposer au peuple de France

 

8h05 : "Il y a peut-être eu un défaut de mobilisation de notre camp" reconnait Christophe Castaner

Sur RTL, le porte-parole du gouvernement a salué "une majorité claire, nette, que l’on veut efficace. Et maintenant au boulot. Il y a peut-être eu un défaut de mobilisation de notre camp, mais le résultat est extrêmement positif.  Mais ce résultat nous oblige. La vraie victoire sera dans cinq ans si les choses ont vraiment bougé."

8h : démission en vue pour le gouvernement

Comme le veut la tradition, le gouvernement devrait démissionner, ce lundi. Edouard Philippe sera alors chargé de le reformer. 

7h55 : Stéphane Le Foll veut être "constructif"

"Les socialistes seront constructifs et vigilants. Je regarderai ce qui va dans le sens qui me paraît juste" souligne Stéphane Le Foll. L'ancien porte-parole fait partie des rares anciens ministres à avoir obtenu leur réélection.

"Quand on est face à une défaite historique on ne commence pas à vouloir régler des petits comptes, couper des têtes" a-t-il par ailleurs précisé, alors que le PS n'a jamais été aussi faible.

7h50 : une élection en forme de coup de balai

Ceux qui ont tenu sont rares ! 75% de l'Assemblée nationale a été renouvelée lors de ce scrutin. Seuls 142 députés ont obtenu leur réélection.   

7h45 : le FN espère un groupe

"Nous espérons former un groupe à l'Assemblée avec des indépendants", annonce Louis Aliot sur RTL. Elu député, tout comme Marine Le Pen, il doit désormais convaincre 7 indépendants pour créer ce fameux groupe.

7h25 : "La droite doit faire un inventaire des raisons de sa défaite" estime Copé

Très critique contre son parti depuis la présidentielle, Jean-François Copé martèle qu'il faut tout revoir à droite. "Nous avons perdu la présidentielle qui était réputée imperdable" explique-t-il sur France Info. "Et nous nous sommes retrouvés dans cette situation folle où la droite a été balayée par les Français (…) La droite doit faire un inventaire des raisons de sa défaite, de son organisation, de ses idées, de son leadership. L’erreur serait de commencer une nouvelle élection interne où ce sera l’électorat le plus radicalisé qui voudra voter."

7h15 : Les femmes en force

Outre la victoire de LREM, ce scrutin va clairement féminiser l'Assemblée nationale. Elles seront 223 femmes à y siéger contre 155 lors de la dernière législature. C'est un record.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 20/06/2017 - 10:44
Mr Valls,
c'est dans vos yeux qu'on lisait la haine le soir des élections. Chez les contestataires c'est plutôt l'indignation que l'on voyait. Un recours étant déposé, vous n'êtes donc que "provisoire", en espérant que le Conseil d'Etat et votre "ami" Fabius ne vous protègent pas.
Beredan
- 19/06/2017 - 22:08
Gesticulations esbroufe et prétentions ....
Cette majorité En trompe-l'œil qui veut nous faire croire qu'elle a reçu pour mission du peuple français de réformer le Pays a drainé les suffrages d'un peu plus de 7 millions d'électeurs inscrits ( sur un total de 47 millions ) , soit d'à peine 1 français sur 6. !!! .... fort de mon statut d'abstentionniste , je m'oppose par avance à toutes ses décisions portant atteinte au droit du travail , au système de retraites , à l'égalité devant l'impôt , à la sécurité sociale , à la fonction publique , à la souveraineté.
ArCoat
- 19/06/2017 - 14:26
Canteloup et les guignols!
On a les références qu'on peut. Il est triste de constater que ces (pas toujours) rigolos sont la seule source de formation politique de beaucoup de nos concitoyens. La différence de score de FI entre présidentielle et législative montre bien que ses électeurs sont plus sensibles à JLM, et à ses excès, qu'au sérieux(?) de son programme. On les retrouvera dans la rue, où ils croient que s'exerce la démocratie, et où le slogan dispense de la réflexion.