En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

07.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
Rien que ça !
Chicha, piscine gonflable et système "chromecast" : les objets improbables dont disposait un détenu dans sa cellule de prison
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Le chant du périnée" : Une conférence musicale pianotée par André Manoukian

il y a 15 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"La fin de l’individu ; voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence artificielle" de Gaspard Keonig : Bientôt la naissance d’une intelligence égale à celle de l’Homme ?

il y a 15 heures 43 min
light > Media
Franche rigolade
Johson, Trudeau et Macron se moquant de Trump à l'Otan : SNL recrée la vidéo et parodie les trois chefs d'Etat
il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
(Lourdes) peine
Mélenchon condamné à trois mois de prison avec sursis : le président de LFI dénonce un "cirque médiatico-judiciaire"
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 20 heures 12 min
pépites > Economie
Fraude
E-commerce : Fraude à la TVA massive découverte par Bercy
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Berlin 33" de Sébastien Haffner : Seul (en scène et dans la salle) face à Hitler

il y a 15 heures 49 min
pépites > Politique
Oupsi
Retraites : Jean-Paul Delevoye avait oublié de faire état de ses liens étroits avec le monde de l'assurance
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Santé
Vraie viande, fausse viande, même combat

Les plus gros mangeurs de viande végétale ne sont pas du tout ceux que vous croyez

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 19 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 20 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Dette

Restructuration de la dette grecque en vue : mais au fait, qui sont ceux à qui Athènes doit aujourd'hui de l'argent ?

Publié le 15 juin 2017
Alexis Tsipras appelle une nouvelle fois à un réaménagement de la dette en Grèce. Une question d'actualité puisqu'elle devrait être abordée aujourd'hui entre les ministres des finances de la zone euro. Pour autant, avant d'en arriver à ce résultat la route est encore longue car trouver une réponse politiquement acceptable et économiquement viable
Sébastien Villemot est économiste au département analyse et prévision de l'OFCE, ses recherches portent sur la dette publique et les politiques macroéconomiques en zone euro. Il est l'auteur du blog :http://sebastien.villemot.name/
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Villemot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Villemot est économiste au département analyse et prévision de l'OFCE, ses recherches portent sur la dette publique et les politiques macroéconomiques en zone euro. Il est l'auteur du blog :http://sebastien.villemot.name/
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Tsipras appelle une nouvelle fois à un réaménagement de la dette en Grèce. Une question d'actualité puisqu'elle devrait être abordée aujourd'hui entre les ministres des finances de la zone euro. Pour autant, avant d'en arriver à ce résultat la route est encore longue car trouver une réponse politiquement acceptable et économiquement viable

Atlantico : Dans une Tribune publiée par le Monde, Alexis Tsipras, premier ministre grec appelle une nouvelle fois à un réaménagement de la dette de son pays, une question qui devrait être soulevée lors d’une rencontre prévue ce 15 juin des ministres des finances de la zone euro. Alors que la crise perdure depuis l’année 2010, comment comprendre la problématique de la dette grecque au travers du prisme des débiteurs créditeurs ? Qui sont ceux qui ont contracté la dette à l’origine et quels sont ceux qui sont aujourd’hui « à risque » pour la question du réaménagement ? Comment ce transfert s’est-il opéré, et à quelles conditions ?

Sébastien Villemot : La crise grecque a débuté fin 2009, lorsque le gouvernement a reconnu que les statistiques des finances publiques étaient manipulées depuis plusieurs années. La dette publique s’élevait alors à 300 milliards d’euros, soit 126 % du PIB, ce qui représentait un niveau certes élevé, mais a priori pas catastrophique, et qui était la conséquence d’une mauvaise gestion des deniers publics, de divers cadeaux fiscaux, mais également de la crise financière mondiale.

Les créanciers de la Grèce étaient alors à 95 % des agents privés : majoritairement des banques, mais également des fonds d’investissement, des fonds de pension ou des assureurs. Et, conséquence de la libéralisation des marchés et de l’intégration européenne, la majorité de ces créanciers ne résidait pas en Grèce, mais au Royaume-Uni, en France ou en Allemagne.

En quelques années, la situation s’est totalement inversée : la dette grecque est aujourd’hui détenue à 75 % par les autres États de la zone euro, soit directement, soit indirectement par le biais d’institutions (le Fonds européen de stabilité financière, le Mécanisme européen de stabilité et la Banque centrale européenne).

Comment ce transfert de propriété s’est-il opéré ? C’est la conséquence des décisions prises par les dirigeants de la zone euro en 2010, Sarkozy et Merkel en tête, qui voulaient éviter à tout prix que les banques françaises et allemandes encaissent des pertes. Plutôt que d’organiser à ce moment-là une restructuration de la dette grecque, ils ont préféré gagner du temps pour permettre aux banques de désengager : le premier plan d’assistance financière de 2010 a ainsi permis que soient remboursés les créanciers privés dont les prêts arrivaient bientôt à échéance. Puis, en 2012, une restructuration a finalement dû être actée au vu de la gravité de la situation, mais celle-ci a été organisée de façon à permettre aux banques qui ne l’avaient pas déjà fait de se désengager avec des pertes limitées.

Le discours général évoque régulièrement le fait que les Européens ont « payé » pour la Grèce ? Qu’en est il dans la réalité ? Qui ont été les véritables débiteurs de l’économie grecque depuis la survenance de la crise ?

Il faut insister sur le fait que les contribuables européens n’ont à l’heure actuelle rien donné à la Grèce, ni encaissé aucune perte. L’aide financière fournie n’a consisté qu’en des prêts, et ceux qui sont déjà arrivés à échéance ont été remboursés (certes grâce à de nouveaux prêts). Et même en ce qui concerne les taux d’intérêts demandés à la Grèce, ceux-ci sont légèrement au-dessus des coûts de financement des États européens, ce qui signifie que ces derniers ne font aucune perte dans l’opération, mais enregistrent même de légers gains.

En réalité, les seuls à avoir aujourd’hui « payé » pour la crise grecque sont les Grecs eux-mêmes, et ils ont payé bien plus que ce qui était nécessaire. Leur économie est exsangue, le taux de chômage comme le taux de pauvreté sont très élevés. Cet effondrement économique, sans précédent pour un pays européen en temps de paix, est largement imputable aux politiques d’austérité absurdes qui ont été imposées en contrepartie de cette assistance financière. Il aurait été possible de faire autrement, c’est-à-dire de construire une stratégie de remboursement compatible avec le redressement du pays, mais l’aveuglement idéologique et les rapports de force politique ont empêché qu’une telle solution émerge.

À l’inverse, on peut considérer que les créanciers privés, en particulier les banques, s’en sont tirés à très bon compte. La soi-disant « discipline de marché » a bien mal fonctionné. D’une part les marchés financiers n’ont pas exercé en amont leur fonction de contrôle, car ils ont prêté à un État qui manipulait ses comptes (d’ailleurs avec la complicité de la banque Goldman Sachs). D’autre part ils ont encaissé peu de pertes, alors qu’une logique de responsabilisation voudrait qu’ils soient bien plus mis à contribution.

Au regard de la configuration actuelle, quelle serait une solution économique acceptable par tous pour permettre une fin de crise ? Quels en sont les enjeux politiques ?

Malheureusement, et c’est toute la difficulté de la situation, on voit mal comment pourrait émerger une solution qui soit à la fois politiquement acceptable par toutes les parties et économiquement réaliste.

Ce qui est en discussion à l’heure actuelle au sein de l’Eurogroupe, c’est une restructuration limitée de la dette grecque qui serait effective à l’horizon du second semestre 2018, c’est-à-dire lorsque prendra fin le programme actuel d’assistance financière. Concrètement, il s’agirait d’augmenter les délais de remboursement des prêts, et de prendre quelques mesures techniques pour limiter la hausse de la charge d’intérêts (par anticipation de la remontée future des taux, qui surviendra avec la normalisation inévitable de la politique monétaire). La tribune publiée aujourd’hui par Tsipras s’inscrit dans le cadre de cette discussion, ce qui montre qu’un point d’équilibre politique est probablement à portée de main.

À l’OFCE nous avons mené une analyse de ce scénario de restructuration, et la conclusion à laquelle nous sommes parvenus est qu’il n’est pas réaliste. Un retour aux marchés dans ces conditions dès 2018, donc à des taux nettement plus élevés que ceux proposés aujourd’hui à la Grèce, conjugué à la remontée future des taux d’intérêt déjà évoquée, conduirait à un emballement progressif de la dette (par effet « boule de neige »), et donc à une nouvelle crise.

Autrement dit, ce qui semble politiquement possible aujourd’hui n’est pas cohérent d’un point de vue économique.

Un scénario soutenable du point de vue économique consisterait à accorder une remise substantielle de la dette grecque, par exemple en la ramenant à 100 % du PIB (contre 179 % aujourd’hui). Cela permettrait un retour aux marchés dans de bonnes conditions, et aurait un effet très positif sur la confiance, favorable à l’investissement. L’impact serait bien sûr négatif sur les finances publiques des autres États de la zone euro, mais il faut toutefois en relativiser la portée, car il s’agirait d’un coût de seulement 1,2 % du PIB de la zone euro, pouvant être étalé dans le temps. Et, au-delà de la dimension purement financière, cela enverrait un signal positif sur l’avenir de la zone euro, qui montrerait sa capacité à surmonter ses crises et à maintenir sa cohésion. Cependant, un tel scénario semble politiquement inenvisageable du côté des pays créanciers, en particulier pour l’opinion publique allemande qui a le sentiment de déjà payer trop pour les Grecs.

Un autre scénario consisterait à ce que les pays créanciers s’engagent à refinancer la dette grecque jusqu’en 2050 en lui garantissant des taux d’intérêt faibles (ceux auxquels ces États se refinancent eux-mêmes). Il faudrait également renoncer à imposer à la Grèce des politiques d’austérité tant que l’économie n’a pas redémarré. Cette solution aurait l’avantage d’être neutre financièrement pour les créanciers. Mais elle demanderait un revirement idéologique de ces derniers. Et surtout, elle impliquerait une perte importante de souveraineté pour la Grèce, qui se retrouverait dans une situation de dépendance pour plusieurs décennies, ce qui rend un tel scénario politiquement difficile à accepter pour elle.

On le voit, la crise grecque, qui dure pourtant depuis près de huit années, n’est toujours pas prête d’être résolue…

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

07.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 15/06/2017 - 23:59
@Anouman
Exactement. Et de plus, les grecs ne sont pas non plus irresponsables de ce qu'il leur arrive.
Anouman
- 15/06/2017 - 21:16
Dette
"En réalité, les seuls à avoir aujourd’hui « payé » pour la crise grecque sont les Grecs eux-mêmes". Soit c'est de la mauvaise foi soit c'est de l'ignorance. Dans les deux cas c'est pitoyable. L'Europe a obligé les créanciers privés à abandonner la moitié de leurs créances. Et forcément il y a quelqu'un qui l'a payé mais pas les Grecs.
hermet
- 15/06/2017 - 18:55
Reset
Il faut faire défaut sur une partie des dettes, pas seulement les grecs tous les européens, c'est la seule solution pour sortir de la crise et faire une grande puissance européenne, et c'est les vieux qui vont en payer le prix fort ce qui est normal puisque c'est eux qui ont voulu l'Europe et détruit les états nation européens.