En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 41 sec
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 heure 32 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 3 heures 26 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 5 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 8 heures 44 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 2 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 heure 2 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 3 heures 56 sec
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 3 heures 50 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 5 heures 45 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 8 heures 30 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 8 heures 57 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 3 heures
© Bryan R. Smith / AFP
© Bryan R. Smith / AFP
Profit

L'étrange sérénité des marchés financiers dans un monde où s'accumulent les nuages noirs

Publié le 14 juin 2017
La montée des tensions politiques, géopolitiques ou militaires dans le monde ont de quoi ravir les marchés financiers pour qui, la situation mondiale est un rêve devenu réalité.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La montée des tensions politiques, géopolitiques ou militaires dans le monde ont de quoi ravir les marchés financiers pour qui, la situation mondiale est un rêve devenu réalité.

Le monde voit monter partout des tensions politiques et militaires. De leur côté, les marchés financiers sont très heureux. Est-ce donc qu’ils attendent seulement, pour se faire une idée, les propos apaisants de Janet Yellen, qui monte très doucement ses taux d’intérêts, ou ceux de Mario Draghi qui se donne encore deux ans pour commencer à le faire ? Est-ce donc qu’ils adorent cette étrange économie américaine en plein emploi (4,3% de taux de chômage), où les salaires augmentent de 2,5%, à peine plus que l’inflation ? Est-ce qu’ils s’intéressent toujours à cette Angleterre secouée mais en plein-emploi, où les salaires augmentent moins vite que les prix ? Est-ce qu’ils regardent partout cette inflation si faible, avec une économie mondiale qui va partout mieux ? Est-ce qu’ils se disent qu’ils ont enfin trouvé la formule magique pour avoir la croissance et l’emploi, mais sans l’inflation ?

Ce serait une formule financière d’autant plus magique que, sur terre, les choses sont de plus en plus compliquées. Le Qatar vient de se voir lâché par ses voisins, amis et alliés. Sa croissance, sa bourse et sa monnaie plongent. L’Iran est montré du doigt comme jamais par le Président Trump : ce serait la source majeure du terrorisme islamiste. Il le serait donc bien plus que les royaumes du Moyen-Orient, alors qu’il vient d’élire un Président relativement modéré. La Corée du Nord continue ses essais de missiles, en faisant de rapides progrès et sans écouter les conseils chinois de modération. Londres se cherche une majorité forte, pour se séparer au mieux de l’Europe. L’Italie craint ses futures élections, tout comme l’Autriche, avec la montée du populisme. La Catalogne prépare son référendum d’autonomie… Et pendant ce temps, le Congrès américain poursuit ses auditions, publiques et internes, sur les interventions de la Russie aux dernières élections. Il semblerait qu’elles aient eu lieu…

Et la bourse est toujours bien orientée. Les taux américains à 10 ans sont à 2,2%, les taux allemands à 0,28% et français à 0,52% soit un écart de 24 points de base avec l’Allemagne, le tiers d’il y a trois mois ! La Fed avertit quand même d’une bourse américaine top haute, notamment pour les high tech. Apple, Alphabet, Microsoft, Facebook et Amazone baissent alors un peu, et expliquent à eux seuls la baisse du Nasdaq. Mais l’idée est que tout ceci est temporaire, de simples prises de bénéfices, après une incroyable remontée. Et d’ailleurs, qu’acheter d’autre que ces valeurs si la digitalisation mondiale de l’économie se poursuit ? Et pourquoi s’inquiéter si Donald Trump met en œuvre les baisses d’impôt qu’il annonce pour les entreprises, et plus encore celles pour faire rapatrier les 2,2 trilliards de dollars de trésorerie qui stationnent hors des Etats-Unis ? Et s’il met aussi en place les simplifications bancaires qui viennent d’être annoncées, pour permettre aux banques régionales de faire plus de crédit en allégeant les surveillances et les tests qui pèsent sur elles ? 

Où va donc ce monde d’après crise ? En mieux ou pas ? En mieux disent les marchés : il faut qu’il se refasse et adopte la révolution de l’information. Cette vision explique la vision des bourses mondiales et des marchés financiers. Il y aura plus de croissance, plus efficace, avec une remontée de l’emploi sans inflation dans les pays industrialisés, puis ailleurs. C’est la fin de la finance folle des années 2000 et le début des services de proximité avec séances de formation pour des salariés peu qualifiés, avec des salaires modérés. C’est aussi le départ des salariés « largués » par les nouvelles technologies et le maintien des autres : ils se forment plus, mais ne revendiquent plus.

Pas sûr dit la politique : pendant que les marchés financiers rêvent de cette « révolution technologique de velours », rien n’est joué dans la société. L’empire américain, sous la houlette de Donald Trump n’est plus le même. Face à une demande de protection qui monte partout, il n’envisage plus d’être présent partout, si les pays qu’il protège ne font pas plus d’efforts militaires eux-mêmes. Face à la montée de la Chine, il n’envisage plus une contre-alliance commerciale (TTIP), mais plutôt de forcer la Chine à cesser ses politiques de dumping - commercial, réglementaire, social ou monétaire. Face à la Russie, il veut une armée allemande plus puissante… Et ainsi de suite.

Nous vivons deux révolutions conjointes. Le monde économique est en bouleversement global, poussé par la révolution de l’information. Il rêve que tout va bien se passer avec ces deux outils de mesure : le PIB et l’inflation. Mais le monde politique aussi change, et doit absorber ces changements. L’empire américain entend renforcer Rome en diminuant ses frais. L’empire chinois veut avancer, par l’intérieur cette fois et avec de plus solides amis. Les tensions religieuses demeurent, au moins. Partout, on imagine que ce sont les bonnes nouvelles qui vont mieux circuler, alors que nous voyons (aussi) l’inverse.

Surtout, les risques démographiques ne sont pas vus. Pourtant, à la fin de ce siècle, il y aura 11,2 milliards d’êtres humains contre 7,3 aujourd’hui, avec un peu plus d’asiatiques (4,9 milliards contre 4,4) et de nord-américains (500 millions contre 350), moins d’européens (650 millions contre 740) et surtout plus d’Africains (4,4 milliards contre 1,2). Ce sont même eux qui expliqueront la croissance de la population du globe. Sans problème ? Pour les marchés, tout se passe comme si la révolution de l’information fera mieux vivre et communiquer ce monde en explosion démographique qui, à son tour, communiquera et consommera plus. 

Les marchés financiers rêvent : l’inflation et le chômage du trimestre ne sont pas les deux paramètres des pays industrialisés. Leurs entreprises mondiales qui changent le monde feraient mieux de le décrire. Le personnel politique qui change sous nos yeux, plus jeune, devrait aussi s’en soucier. 

Car, comme toujours, il va y avoir un brusque réveil. Plus d’inflation que prévu ? Des élections qui tournent mal ? Un missile qui rate ? Une bavure ? Un Président qui s’énerve ? Une série perdante ? Nul ne sait, mais il ne faut jamais s’endormir sur une sélection de bonnes nouvelles : elle annonce les autres.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/06/2017 - 22:10
Tout va bien partout...excepté dans les pays socialistes...
pardon! Macronistes...la Grèce socialo-communiste à besoin d'une nouvelle rallonge de trésorerie...pourtant, ces 9 milliards auraient pu être utiles à l'Europe pour commencer à construire la Silicon Vallee qui devrait voir émerger les géants européens du digital qui pourraient concurrencer les américains...avec les nains politiques qui gouvernent l'UE, on en est très loin...Cuba, la France, le Portugal, l'italie sont dans un état lamentable après les ravages du socialisme...pardon! Macronisme...Pour ceux qui ont choisi le changement libéral (le vrai!), ça va, oui!