En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 4 heures 54 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 15 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 12 heures 44 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 30 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 9 heures 58 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 9 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 27 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 5 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 27 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 15 heures 59 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 16 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Du rififi dans les urnes

Législatives : le grand remplacement est arrivé

Publié le 13 juin 2017
"L’électorat qui a voté dans ma circonscription est à vomir". Henri Guaino a exprimé tout haut ce qu’ont dû ressentir nombre de barons (et baronnes) éliminés (ou en ballotage très défavorable) dès le premier tour des législatives. Ils auraient bien dissout le peuple, ce peuple si éloigné d’eux et de leur caste. Quels saligauds, ces électeurs.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"L’électorat qui a voté dans ma circonscription est à vomir". Henri Guaino a exprimé tout haut ce qu’ont dû ressentir nombre de barons (et baronnes) éliminés (ou en ballotage très défavorable) dès le premier tour des législatives. Ils auraient bien dissout le peuple, ce peuple si éloigné d’eux et de leur caste. Quels saligauds, ces électeurs.

Au lieu de choisir mécaniquement le bulletin de leur député sortant ou du parti « officiel » d’opposition comme à chaque élection, réflexe du « vote utile », les électeurs se sont abstenus ou, pire, ont apporté leur voix à Emmanuel Macron. Un vieux monde s’effondre, emportant dans sa chute LR et le PS plombés par leur bilan accablant et leurs guerres intestines. Cette purge électorale depuis si longtemps espérée fait plaisir dans l’immédiat. Mais le champ de ruines laissé par Emmanuel Macron nous promet des années périlleuses pour notre démocratie sans alternative solide. 

Emmanuel Macron est parvenu à transformer l’abstention en véritable levier de sa propre victoire, il l’emporte haut la main avec 2,3 millions de voix en moins qu’à la présidentielle. Malgré l’opacité de son projet, la seule certitude qu’il change les règles du jeu a suffi pour séduire un Français votant sur trois. L’abstention record sous la cinquième république n’en est pas moins préoccupante. Abstention par lassitude à l’égard des vieux partis, par fatalisme - à quoi bon ajouter son bulletin aux autres en plein tsunami électoral – par révulsion envers un jeu politico-médiatique perçu comme verrouillé - ou par découragement face au coup d’Etat permanent de l’Etat nounou.

L’infantilisation accélérée des Français va-t-elle s’interrompre avec la nouvelle majorité ? Rien n’est moins sûr, même si elle nous promet de desserrer certains carcans. Le renouvellement pour plusieurs mois de l’état d’urgence ou son insertion par petits bouts dans le droit ordinaire n’est pas de bon augure. 

Si Emmanuel Macron déçoit, et il décevra forcément compte tenu du degré quasi-messianique des attentes, le pays aura besoin d’une expression démocratique alternative. Particulièrement au moment où les vagues populistes ne cessent de grossir sur des cycles de plus en plus courts. L’effondrement des vieux partis exige de reconstruire une offre politique digne de ce nom. Les Français veulent du changement, pas du consensus mou. En reculant sur le projet de Fillon jugé trop réformateur, les Républicains ont commis une erreur tragique.  

L’avenir de la droite se trouve dans un projet libéral assumé. L’offre exclusivement conservatrice-clientélistea échoué tandis que l’offre libérale était quasi absente du scrutin. Face au réformisme social-démocrate de Macron, l’offre ne peut être que libérale, ardente promotion d’une société civile forte fondée sur la décentralisation des pouvoirs et la liberté individuelle face au jacobinisme rénové de République en Marche. Les conservateurs devront s’associer aux libéraux comme les socio-démocrates de la république en Marche l’ont fait avec les « progressistes ». 

N’oublions pas qu’avec 15% des suffrages de l’ensemble des Français, Emmanuel Macron aura une majorité de trois quarts des sièges, de quoi transformer notre Constitution sans contrepouvoir pour l’en dissuader (il reste le Sénat, mais pour combien de temps ?). Les Républicains et les socialistes hurlent contre le risque d’hégémonie de République en Marche. Mais qui a bloqué l’introduction de la proportionnelle pendant 20 ans ? Qui a verrouillé le pouvoir à son profit au détriment de toutes les autres sensibilités, de toutes les nouvelles têtes ? La défaite est d’autant plus cuisante que les grands perdants se voient exclus de la forteresse dont ils ont eux-mêmes érigé les murailles. Emmanuel Macron a annoncé l’introduction de la proportionnelle. Tiendra-t-il parole pour favoriser le renouvellement régulier du personnel politique et un vote en faveur des projets plutôt que de barons indéboulonnables (la surprise Macron est l’exception qui confirme la règle) ? 

Nous ne sommes probablement pas au bout de nos surprises avec Emmanuel Macron. S’il réforme le Code du travail en inversant la hiérarchie des normes, nous aurons fait un grand pas en avant. L’alignement du régime de retraite du public sur le privé risque de coûter très cher aux contribuables, il n’en constitue pas moins une mesure d’équité nécessaire. Mais ces mesures ne suffiront pas à relancer l’activité de nos entreprises, aussi remarquables soient-elles. L’urgence, c’est le poids de la dépense publique et l’organisation de l’Etat, sur lequel Macron est d’un flou inquiétant. C’est l’Ecole qui meurt de sa centralisation absurde - sans doute inspirée du modèle soviétique. Espérons que Jean-Michel Blanquer sera l’excellent Ministre de l’Education nationale que ses positions laissent augurer, à condition que Macron le soutienne dans ses projets d’autonomie des établissements. 

Ne boudons pas notre bonheur de voir tant de têtes arrogantes et incompétentes tomber.Observons la méthode d’Emmanuel Macron pour faire passer les mesures que ni la droite, ni la gauche n’ont eu le courage d’assumer. Mais ne baissons pas la garde face à la « révolution » annoncée par tous, à commencer par son auteur. Une tâche immense nous attend, reconstruire la droite que ses dirigeants actuels ont dépouillée de toute charpente idéologique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Shebear88
- 19/06/2017 - 12:47
Le vin est tiré
... il faudra donc le boire. Un peu dommage à mon sens cette majorité absolue. Mais les Français adorent mettre tous leurs œufs dans le même panier, quitte à se montrer versatiles ensuite. J'attends de voir ces fameuses ordonnances et les réactions, ou l'absence de réactions, qu'elles vont susciter. Pour le moment tout va bien.
cloette
- 13/06/2017 - 18:39
@Gerint
Ce quinquennat qui s'annonce m'inquiète. Les abstentions, l'assemblèe hétéroclite ( le ministre de l'Education par contre est bien choisi ) . ... Seront ils compétents , intégrés, non idéologues , non sectaires , ne pratiquant pas les deux poids deux mesures ........ .Les médias béats ne me rassurent pas .
gerint
- 13/06/2017 - 13:52
@Cloette
Ol y a plus de 50% d'abstentions et votes nuls ou blancs. Beaucoup de Français se détachent du vote. Quand nombre de LR et de PS se déclarent compatibles avec Macron et servir de force d'appoint, quand Les LR de cet acabit annoncent leur prise du pouvoir au parti, pour qui Les gens de Droite hors FN et Les gens de Gauche hors FI pourraient -ils voter? Ils se résignent où se renfrognent, voire se radicalisent attendant l'heure des combats dans la rue puisque rien n'est possible à l'Assemblée