En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 6 heures 16 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 1 heure 30 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 7 heures 54 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 19 heures 35 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 22 heures 16 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 50 min 5 sec
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 6 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 7 heures 39 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 20 heures 8 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 23 heures 19 min
Europe forte

Schengen : comment l'Europe peut-elle gérer ses frontières de manière efficace ?

Publié le 12 mars 2012
Dans son discours de Villepinte, Nicolas Sarkozy a indiqué être prêt à suspendre la participation de la France aux accords de Schengen qui instaurent la libre circulation des hommes et des marchandises au sein des 26 pays signataires s'ils n'étaient pas révisés dans un délai de 12 mois après son éventuelle réélection afin de permettre de mieux contrôler les flux migratoires.
Henri Labayle est professeur agrégé des Facultés de droit françaises, en poste à la Faculté de Bayonne à l’Université de Pau.il dirige le CDRE, laboratoire de recherches spécialisé en matière européenne et notamment en matière de droits fondamentaux, d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Labayle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Labayle est professeur agrégé des Facultés de droit françaises, en poste à la Faculté de Bayonne à l’Université de Pau.il dirige le CDRE, laboratoire de recherches spécialisé en matière européenne et notamment en matière de droits fondamentaux, d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son discours de Villepinte, Nicolas Sarkozy a indiqué être prêt à suspendre la participation de la France aux accords de Schengen qui instaurent la libre circulation des hommes et des marchandises au sein des 26 pays signataires s'ils n'étaient pas révisés dans un délai de 12 mois après son éventuelle réélection afin de permettre de mieux contrôler les flux migratoires.

L’espace « Schengen » alimente périodiquement la polémique, à l’occasion du printemps arabe ou des candidatures bulgares et roumaines. Il faut pourtant en avoir conscience : de la migration des hommes d’affaires en costumes gris peuplant les avions européens du matin aux voyages nordiques du troisième âge vers le soleil, l’espace européen s’est ouvert à ses citoyens. Cette réussite majeure n’est pas célébrée à la hauteur du milliard de déplacements qu’elle permet chaque année. Bien au contraire, une face cachée de Schengen se superpose à cette image positive. Elle est faite de la misère humaine des refoulés de Sangatte, il y a peu, ou de ceux qui fuient la persécution par la frontière gréco-turque, aujourd’hui.    

Faut-il alors être gagné par l’euro-béatitude et traiter cet effet induit par l’ignorance ? Non. Traverser l’Europe d’un coup d’ailes, le temps d’un bal à Vienne, et réclamer martialement le retour des guérites est-il plus cohérent ? Pas davantage. Là, comme dans tout, l’équilibre est la règle et gérer les contradictions est nécessaire.

Cette confrontation éternelle entre dimension libertaire et réalités sécuritaires fonde le débat que ravive Nicolas Sarkozy dans son discours de Villepinte. Renvoyant dos à dos les tentations du repli et « l’effet dévastateur » de l’ouverture européenne, il résume la complexité de la protection offerte par les frontières. Faut-il partager son jugement quant à l’identité des intérêts nationaux et européens ? Sans aucun doute. Faut-il croire à la menace de voir la France suspendre sa participation à Schengen ? C’est beaucoup moins certain.

Schengen part d’un constat pragmatique : maintenir des contrôles dans un espace s’ouvrant à la libre circulation devenait impossible. Faute d’empêcher ce mouvement irrépressible, mieux valait l’organiser. Le projet fut donc d’une simplicité biblique. Supprimer les contrôles à l’intérieur pour les reporter à la périphérie de cet espace, c’est-à-dire aux frontières le séparant du restant du monde.

Construire un espace intérieur ouvert à la libre circulation exigea donc une approche radicalement différente des contrôles policiers et douaniers. Abandonner la frontière « ligne » au profit de la frontière  « zone » permit de fluidifier les échanges, unifier les procédures commandant l’accès au territoire commun obligea à s’aligner sur les plus exigeants. Cela était nécessaire mais pas suffisant.

La mise au contact de systèmes nationaux différents pouvait donner prise aux risques d’un « déficit sécuritaire », par un effet de vases communicants. D’où des « mesures compensatoires » sécuritaires accréditant l’image d’une Europe « des polices » quand elle aurait voulu être celle des « citoyens »… D’où un climat de défiance mutuelle entre États, loin du laxisme dépeint dans les cercles souverainistes. Mise à l’écart des candidats à l’entrée le temps qu’ils fassent la preuve de leurs capacités, évaluation mutuelle des situations nationales, épée de Damoclès de la menace d’un retour en arrière, voilà la réalité de Schengen.

Elle masque presque, au plan technique, un formidable défi, matériel comme financier. Il fallut libérer les frontières terrestres, redéfinir les circulations intérieures de tous les aéroports internationaux pour que ne s’y croisent jamais bagages ou personnes venant de l’intérieur et de l’extérieur de cet espace, concevoir et réaliser un Système d’information Schengen capable de gérer près de 20 millions de « signalements » fournis par les Etats partenaires. Sa mise en oeuvre explique notre sentiment d’appartenance européenne, lorsque nous choisissions le couloir libre de surveillance par lequel nous quittons nos aéroports. Il est celui de 26 Etats parties à Schengen.

La colonne vertébrale de Schengen repose sur la responsabilité des partenaires engagés. Elle fait du policier de Malte ou de Kuznica  le garant de la sécurité française ou danoise… Aussi, lorsque la Grèce fait la démonstration de son impuissance à juguler en 2011 la pression migratoire de plus de 60.000 migrants clandestins à sa frontière turque, lorsque ses fonctionnaires en charge du problème se comptent par dizaines quand il en faudrait des centaines, lorsque le sort désastreux réservé à ses demandeurs d’asile lui vaut condamnation sur condamnation par la Cour européenne des droits de l’Homme, comment s’étonner de voir les Etats de seconde ligne, ceux vers lesquels se dirigent les migrants entrés indûment dans l’espace Schengen, monter au créneau ?   

Encore faut-il le faire de manière objective. Dès le premier jour, les Etats ont refusé le cadre et la « méthode communautaire » pour en traiter, lui préférant la « coopération » interétatique. Restant expressément maîtres de la défense de leur sécurité et de leur ordre public, les Etats ont estimé que Schengen ne pouvait être soluble dans le modèle européen orthodoxe, malgré son intégration dans les traités à Amsterdam. Ils ont donc dessiné cet espace en tenant soigneusement la Commission à l’écart et en se réservant l’évaluation de leurs défaillances mutuelles. 

 

Aussi, le procès en sorcellerie intenté à Schengen, s’il est pour partie justifié, est mal instruit. Il est le leur. Les États, et eux seuls, pilotent le dispositif. Tout ancien ministre de l’Intérieur le sait bien. Si technocratie il y a, elle est celle des couloirs de la place Beauvau autant que du Berlaymont et les décideurs y ont rang de préfets. Le vœu d’un « gouvernement politique de Schengen » est-il crédible lorsque l’on sait que la totalité du dispositif a été adopté à l’unanimité des ministres de l’Intérieur des Etats membres...? Quant à la place des tribunaux, se faire le chantre du génie français oblige à se souvenir que c’est aux juristes français que les tribunaux européens doivent leur place dans les traités.

Il reste la gestion de la crise de Schengen. Les termes de Nicolas Sarkozy sont réalistes : « discipline », « sanction des États », « respect des frontières » s’imposent à l’esprit. Eviter le mimétisme de la crise monétaire en matière sécuritaire est une précaution responsable, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Les discours convenus doivent s’y plier : l’aspiration sécuritaire pèse lourd dans les urnes nationales, à chaque scrutin en Europe. L’Union a, ici, un impératif d’efficacité pour justifier la plus value du projet européen et invoquer une « réforme structurelle » mérite l’examen.

Elle passera difficilement par une suspension unilatérale de nos obligations européennes. D’abord parce que Schengen est devenu droit de l’Union européenne et qu’il n’est pas possible de se délier de nos obligations européennes. Ensuite parce que le droit de l’asile et de l’immigration ne relèvent pas matériellement du registre de la frontière que gère le « Code Frontières Schengen ». Enfin parce que, derrière la pression, se dessine en contrechamp un autre débat européen majeur : celui de l’Europe à plusieurs vitesses. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Septentrionale
- 14/03/2012 - 02:58
@fifi90 , 08:58, 08:59
votre analyse est juste et intéressante comme d'habitude
Gérard Leclerc (ancien suppôt de DSK donc de n'importe succédanné PS)... président de la chaîne parlementaire ...?! ...a montré son habituelle malhonnêteté intellectuelle par amalgame que vous dénoncez à ce sujet, lundi LCP 09:00
amandina
- 13/03/2012 - 12:07
schengen la bas pas d africains et de maghrebins
le luxembourg un pays riche super riche u bcp d entreprises ont leur siege devinez pourquoi !!!!! quand on va la bas j y suis allee on est estomaques pas de masures, pas de clios ce ne sont que grosses berlines villas de reves peut etre financees par l europe !!!!! en plus en tant que français ( j y suis allee en 2002 ) on nous parle pas en français juste pour nous vexer nos faire comprendre qu on ne ns aime pas, dommage le luxembourg ets un tres joli pays
Djib
- 12/03/2012 - 19:53
On ne peut qu'adhérer aux principes
des accords de Schengen: assurer la libre circulation intra européenne et protéger l'Europe à ses frontières extérieures. Ce qui en revanche ulcère la majorité silencieuse des Français et des autres Européens, c'est l'idéologie droit de l'hommiste qui a gangrené les institutions et les juridictions européennes, dont notamment la CEDH, qui vient récemment de condamner lourdement l'Italie pour avoir, après les avoir secouru en haute mer, ramené des émigrés clandestins en Libye.