En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Sécu

Sécurité sociale: comment la technostructure occulte ses dérives

Publié le 09 juin 2017
France Stratégie, qui est l'ancien Commissariat au Plan, a produit une étude sur l'évolution des dépenses de santé. Elle obéit à un présupposé idéologique: le système de protection sociale est neutre sur le niveau de dépense, sauf aux États-Unis, bien entendu, où le choix d'une privatisation large est forcément coûteux.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
France Stratégie, qui est l'ancien Commissariat au Plan, a produit une étude sur l'évolution des dépenses de santé. Elle obéit à un présupposé idéologique: le système de protection sociale est neutre sur le niveau de dépense, sauf aux États-Unis, bien entendu, où le choix d'une privatisation large est forcément coûteux.

Donc, que le système soit quasi-nationalisé comme en France ou qu'il intègre des éléments de concurrence comme en Allemagne n'a aucune importance: en bout de course, la dépense de santé est la même pour une population donnée.

Un parti pris idéologique

Cette manière obsessionnelle de ne pas traiter les sujets scientifiquement, ni avec rigueur, en fermant la porte au débat par des phrases lapidaires est agaçante. Dans le cas de l'étude de Pierre-Yves Cusset pour France Stratégie, la technique de délégitimation est manifeste.

Voici comment l'auteur explique que la seule étude qui existe sur l'impact économique et sanitaire des choix d'organisation de la protection sociale (celle du FMI de 2010) ne mérite pas d'être retenue:

"y a-t-il des arrangements institutionnels plus efficaces que d’autres en matière de maîtrise des dépenses ?" (page 38) (...)

"La convergence des niveaux de dépenses de santé, évoquée dans la première partie, se nourrit en tout cas certainement aussi d’une certaine convergence des modes de régulation du système de soins." (page 39)

Au fond, tous les systèmes se ressemblent et nul n'est besoin d'étudier leurs différences. On en reste un peu scotché, puisque, scientifiquement, ce relativisme ne tient pas. 

Quand la France dépensait une fortune pour sa santé

Pierre-Yves Cusset pourrait en effet se borner à quelques constats évidents. Le graphique produit dans l'étude méritait par exemple un commentaire un peu objectif :

Si la visualisation des données est peu lisible, le graphique en lui-même est assez connu. Il montre qu'avant l'instauration des objectifs nationaux de dépense d'assurance-maladie, créés par les ordonnances Juppé de 1995, la dépense totale de santé dans le PIB en France est l'une des plus élevées du monde industrialisé. Elle progresse par exemple beaucoup plus vite qu'en Suède, qui n'est pas réputée pour ses politiques néo-libérales. 

Il serait évidemment intéressant de se demander si la dépense de santé en France est longtemps restée plus élevée que dans les autres pays industrialisés parce que notre système de sécurité sociale remboursait à guichets ouverts toutes les dépenses ordonnées par les médecins.

Une étude du FMI systématiquement minorée

Pierre-Yves Cusset cite d'ailleurs l'étude du FMI de 2010 qui a le bon goût d'avoir examiné ce sujet: celui de l'impact négatif ou non du système de sécurité sociale sur les dépenses de santé. Cette étude propose un tableau analytique (en anglais) qui cherche à évaluer les gains ou les économies procurés par tel ou tel choix d'organisation.

Il est donc avéré que la dépense de santé est impactée par les modes d'organisation de la protection sociale, et que tous les modes ne se valent pas. Certains rendent la santé plus coûteuse que les autres. 

Mais l'étude de France Stratégie évite précautionneusement d'ouvrir cette boîte de Pandore qui risquerait de mettre à mal les dogmes de la technostructure sur les vertus innombrables et infaillibles de la sécurité sociale. Il est donc moins rigoureux scientifiquement mais plus commode dans le petit monde de la bien-pensance étatique, de tordre la réalité en expliquant que tout se vaut, et en se dispensant de le prouver.

La comédie de la propagande officielle

Dans tous les cas, on prendra donc bien soin de ne pas prendre le papier de Cusset pour autre chose que ce qu'il est: à savoir un document de propagande sans rigueur scientifique, dont l'objet est d'expliquer que la santé est bien gérée en France et que la sécurité sociale est un système d'organisation qui n'a plus à être interrogé. 

Bien entendu, quand on regarde les faits, on sait que c'est faux, et il existe un discours scientifique qui permet de l'établir. Mais les bienfaits politiques de la sécurité sociale, qui permettent de maintenir l'illusion d'une protection et qui produisent une déresponsabilisation, sont trop importants, aux yeux de la technostructure, pour être examinés librement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

05.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 09/06/2017 - 22:54
COUTEUSE FRANCE STRATÉGIE
Il va falloir un jour s'interroger sur l'apport réel de France Stratégie et sur la rigueur de ses méthodes. Son étude sur le loyer fictif comportait déjà une grossière erreur de calcul, Son étude sur la Sécurité sociale fuit les conclusions et les comparaisons qui ne correspondent pas à ses présupposés. France Stratégie, c'est une centaine de personnes dont les coûts sont beaucoup plus évidents que les apports qui rejoignent souvent le plaidoyer pro domo ou les provocations de Terra Nova l. Mais cette dernière a l'immense avantage de fonctionner gratuitement (ou presque).
vangog
- 09/06/2017 - 20:10
Le système de SS n'est pas seulement coüteux
dans son fonctionnement, il est idéologiquement mauvais! Car l'équilibre du déficit du système de santé (j'utilise, à dessein, une phraséologie gauchiste...), repose sur le découragement de l'offre de soin, appelé improprement "maitrise des dépenses de santé". Ce "découragement de l'offre de soin" touche seul la France gauchiste, qui ne peut maitriser d'aucune autre manière que comptable la progression de son déficit. Et ce "découragement de l'offre de soin" va croissant: il touche l'industrie pharmaceutique, par l'intermédiaire de la fixation stalinienne de prix très inférieurs aux prix de marché, et par l'intermédiaire de quotas de production que n'auraient pas désavoués les gosplans socialistes...le découragement des études de médecine en fait partie, ainsi que des diverses professions de santé, qui ont à affronter de multiples baisses de leurs actes et déremboursements, tout cela impactant évidemment toute la chaine de santé...le résultat socialiste est minable, et contribue à la décroissance généralisée...seuls les écolo-trotskystes réactionnaires et allergiques à toute croissance applaudissent, car leurs diktats écolo-régressifs sont appliqués avec zèle par le pouvoir gauche