En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Pixabay
A l'heure allemande
Quand l'OCDE s'alarme de la divergence économique franco-allemande dont les conséquences à long terme devraient pétrifier l'Europe toute entière
Publié le 08 juin 2017
L'OCDE vient de rendre un rapport qui montre une fois de plus les grandes différences entre l'Allemagne et la France.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'OCDE vient de rendre un rapport qui montre une fois de plus les grandes différences entre l'Allemagne et la France.

L'historien Fernand Braudel (1902-1985) nous a appris à nous méfier de l'événement pour jeter un regard en profondeur sur l'histoire: au-delà de l'agitation des individus, il y a la conjoncture et les structures. Braudel a peu touché à l'histoire de son temps mais imaginons un de ses émules, dans une ou plusieurs générations, jetant un regard sur la France et l'Europe de 2017. Que retiendra-t-il? L'engouement des médias pour le très jeune président français ou bien le dur contraste du chômage entre pays membres de la zone euro? L'OCDE vient de publier l'édition 2017 de ses "Perspectives économiques" et les chiffres en sont glaçants:  en 2017 et 2018, le chômage ne devrait pas descendre beaucoup en-dessous de la barre des 10% de la population active en France; il sera plus élevé en Italie et en Espagne (11 et 16% respectivement). La croissance française ne dépassera pas 1,5%. Quel contraste avec l'Allemagne: moins de 4% de chômage, 3,5% de croissance! Les exportations françaises de biens et services resteront deux fois inférieures à celles de l'Allemagne (655 contre 1415 milliards).

Comment ne pas donner raison aux analystes de l'OCDE quand ils soulignent l'immense effort qu'il faudrait accomplir en matière de formation - en particulier pour l'acquisition des compétences de l'ère numérique? Mais une telle perspective est une perspective de moyen ou de long terme. Elle ne concerne pas seulement la France: il s'agit, pour nos pays, de s'adapter à la troisième révolution industrielle, dont l'un des moteurs est la transformation numérique. Et dans le cas de notre pays, comment ne pas souligner la quasi-impossiblilité à effectuer des investissements à la hauteur des besoins tant qu'il sera impossible de résorber les déficits publics. Nicolas Sarkozy avait choisi d'investir d'abord dans l'enseignement supérieur et laissé stagner le budget de l'enseignement scolaire; François Hollande a plutôt fait l'inverse. Macron voudra peut-être relever le défi d'un investissement éducatif généralisé mais il devra alors mettre en oeuvre d'autres restrictions pour respecter autant que possible le pacte de stabilité budgétaire sur lequel est fondé l'euro. Ce que nous livre l'OCDE comme perspective, c'est une France bénéficiant un peu d'une amélioration économique générale quand l'Allemagne en profite beaucoup. Avec les surplus commerciaux qu'elle accumule et un déficit budgétaire résorbé, il y a fort à parier que l'Allemagne fera, elle, les investissements éducatifs qui s'imposent et prendra de l'avance dans le passage à la troisième révolution industrielle.

Ce que nous disent ces quelques chiffres, c'est une divergence profonde et même accentuée entre les deux premières économies de la zone euro. Si l'euroland était animé par un sentiment de cohésion et de solidarité profond entre ses poipulations, il y aurait un moyen simple de résorber la crise et de permettre à la France ou l'Italie de réduire leur chômage: des transferts financiers massifs depuis l'Allemagne excédentaire. Ce ne serait pas de l'assistanat mais un juste retour des choses puisqu'aujourd'hui encore une grande partie des surplus allemands viennent des importations effectuées par les autres pays de la zone euro. Mais l'Allemagne n'est pas prête à faire pour l'Europe ce qu'elle a fait pour l'ancienne RDA: y transférer annuellement plusieurs pourcents de son PIB en sachant qu'elle y était gagnante sur le moyen ou le long terme. Dans l'ancienne RDA, l'Allemagne a principalement investi dans les infrastructures, l'éducation etc....; exactement ce que recommande l'OCDE.

L'unité allemande était de l'ordre du sentiment, elle ne se discutait pas. L'unification européenne est, pour l'Allemagne, de l'ordre de la raison; de la raison d'Etat. Ni le gouvernement ni la société allemande n'imaginent "payer pour la Grèce" ni même pour la France. Plus les années passent, plus la zone euro apparaît pour ce qu'elle est, une zone de profonde divergence entre les économies. L'euro est, pour l'Allemagne, un mark sous-évalué; il permet à la République de Berlin d'accumuler les surplus commerciaux, à commencer par la zone au sein de laquelle elle a tué la concurrence monétaire. L'euro est au contraire, pour la France ou l'Italie une monnaie surévaluée, qui accélère la désindustrialisation du pays.  Au bout de cette route, il y a l'inéluctable éclatement de la zone euro - vu qu'une Allemagne réinvestissant ses excédents au service d'une "nation européenne" est une chimère. Il ne s'agit pas de s'en réjouir ni d'en pleurer: mais de se demander combien de temps cela va prendre. Il s'agit en outre de se préparer, non seulement à atténuer le choc mais aussi à imaginer le monde d'après, celui d'une France redevenue une puissance monétaire libre dans le monde des changes flottants, capable d'investir dans son avenir à la hauteur des défis du XXiè siècle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 10/06/2017 - 05:31
On se sent plus intelligent...
...en lisant ces vérités, qui à force d'être répétées et surtout argumentées par M.Husson, finiront peut-être à faire réfléchir les Français avant de voter µ, et de reconduire les mêmes énarques aux affaires.
La révolution numérique a été ratée par la France, trop tard. Das Reich lui a les moyens d'investir, et de surclasser sur ce point précis la France une fois de plus.
La seule faiblesse que l'on peut identifier outre Rhin est l'impréparation du gouvernement à traiter la question migratoire, et à prévenir les risques de chaos social engendrés par l'afflux de musulmans incultes pour la plupart. Ce Lumpenproletariat ne sera pas "employable" par les industries allemandes, faute de ne pas parler la langue entre autres handicaps.
Le montant des dépenses sociales, éducation, formation, va exploser, et aura un impact sur les comptes courants, nonobstant l'inassimilation de ces "invités". Qui passeront le Rhin après avoir été déboutés du droit d'asile...Je n'ai pas entendu µ dire qu'il souhaitait sortir des accords de Schengen?
Les Français paieront également pour les coûts sociaux de ces déboutés.
A méditer!
Leucate
- 09/06/2017 - 01:11
la logique Macron
c'est de rester dans l'euroland qui nous étrangle et donc d'augmenter l'imposition. Il applique la politique de ceux qui, en sous-main, ont payé pour le faire élire. Ce qui m'amuse beaucoup, c'est que ce sont les retraités, la tranche d'âge la plus réticente au FN et à ses solutions qui va payer avant les autres. C'est ce que les chrétiens appellent "la justice immanente", on paye pour sa c....ie".
La France est coincée. Elle a refusé le changement, hé bien elle va connaître la révolution et peut-être la guerre de religion en même temps.
Alors tous en choeur: buvons buvons buvons, le sirop Macron pon pon, l'universelle panacée hé hé ..
Leucate
- 09/06/2017 - 01:05
La logique Macron
c'est de rester dans l'euroland qui nous étrangle et donc d'augmenter l'imposition. Ce qui m'amuse, c'est que ce sont les retra