En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 5 min 8 sec
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 38 min 53 sec
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 58 min 23 sec
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 13 heures 37 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 15 heures 28 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 17 heures 40 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 19 heures 11 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 20 heures 11 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 22 min 21 sec
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 49 min 44 sec
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 1 heure 35 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 15 heures 9 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 15 heures 56 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 57 min
© Reuters
© Reuters
État d'urgence et droit commun

Projet de loi anti-terroriste : ni de quoi s'alarmer, ni de quoi se rassurer

Publié le 08 juin 2017
Le Monde a révélé le 7 juin que le gouvernement souhaitait introduire dans le droit commun les mesures exceptionnelles de l'état d'urgence. S'il faut éviter d'écouter les cris d'orfraie qui paniquent devant une telle annonce, force est de reconnaître qu'une telle mesure pose quelques problèmes.
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Monde a révélé le 7 juin que le gouvernement souhaitait introduire dans le droit commun les mesures exceptionnelles de l'état d'urgence. S'il faut éviter d'écouter les cris d'orfraie qui paniquent devant une telle annonce, force est de reconnaître qu'une telle mesure pose quelques problèmes.

Atlantico : Selon Le Monde, le gouvernement préparerait une loi "renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure" qui viserait à introduire dans le droit commun des mesures propres à l'état d'urgence. Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermeture de lieux de culte, zones de protection et de sécurité etc... relèveraient alors du droit commun. Au regard du contexte actuel que connaît le pays, quelles sont les mesures qui relèvent plus de l'affichage politique et celles qui peuvent être considérées comme une conséquence logique de ce même contexte ? 

Guillaume Jeanson : Dans son dernier livre intitulé « sans autorité quelle liberté » paru en avril dernier, l’ancien général de gendarmerie Bertrand Soubelet ne mâche pas ses mots au sujet de l’Etat d’urgence et de sa sortie : « l’état d’urgence n’empêchera jamais les attentats et les actions déjouées ces derniers mois par les services spécialisés ne lui doivent rien. Son prolongement jusqu’à l’été 2017 repose uniquement sur l’incapacité à gérer politiquement la levée de l’état d’urgence si d’aventure un attentat se produisait après. Cette posture qui relève de la tétanie et d’une absence de vision et de courage donne la mesure du manque de stature des responsables politiques. La situation de notre pays et le caractère éphémère de l’état d’urgence auraient dû inciter le gouvernement à faire évoluer la législation du « temps normal » pour donner aux services et aux forces de sécurité des moyens juridiques supplémentaires. » Dans le contexte actuel marqué par une recrudescence des attentats frappant nos pays voisins, la mort et la disparition de plusieurs ressortissants français dans les attentats de Londres et la poursuite d’une vive menace ciblant l’hexagone - comme en témoigne encore l’attaque d’un policier, survenue cette semaine à Paris sur le parvis de Notre Dame – les français attendent de leurs dirigeants que toutes les mesures utiles et efficaces soient prises pour lutter contre le terrorisme. Il est donc à cet égard rassurant de voir que le nouvel exécutif n’entend pas se résigner. Par ce texte en préparation, le premier ministre semble en effet vouloir doter les services des moyens juridiques dont ces derniers estiment avoir besoin. Bien sûr, un certain nombre de mesures ont déjà été intégrées dans le droit commun. On citera pour mémoire et sans prétendre à l’exhaustivité la loi du 3 juin 2016 qui permet notamment d’assigner à résidence des personnes de retour de la zone irako-syrienne, autorise le parquet à ordonner des perquisitions de nuit et facilite les contrôles de bagages, de véhicules et les enquêtes administratives sur les personnes ayant accès aux sites accueillant de grands évènements. Mais ces derniers jours, certaines voix, à l’instar de Céline Berthon, secrétaire générale du Syndicat des commissaires de la police nationale, ont souligné qu’« il y a trois mesures de nature importante dont les services ont besoin hors état d’urgence : les perquisitions administratives, les assignations à résidence et les fermeture de lieux de culte ». En droit commun, les perquisitions nécessitent en effet un cadre judiciaire et non une simple décision du préfet. Les assignations à résidence permettent, quant à elle, une certaine main mise sur des individus tout en économisant les équipes de surveillance. L’état d’urgence autorise enfin le ministère de l’intérieur à fermer des mosquées et des salles prière là où la police du culte relève en principe des attributions du maire. 

Plutôt que de s’essayer à dissocier entre chacune de ces mesures lesquelles témoigneraient davantage que d’autres d’un certain « affichage politique », rappelons quelques chiffres pour mesurer l’importance quantitativement décroissante de leur utilité depuis l’ouverture de l’état d’urgence : entre le 14 novembre 2015 et le 25 mai 2016, il y a eu 3750 perquisitions qui ont débouché sur 605 procédures générales et 36 procédures terroristes. Entre le 21 juillet et le mois de décembre 2016, il y a eu 542 perquisitions qui ont débouché sur 65 procédures générales et 25 procédures terroristes. Au 12 mai dernier, il restait selon le journal Le Monde, 68 assignations à résidence en vigueur, contre près de 400 au cours des trois premiers mois de l’état d’urgence.

Ceci doit donc nous conduire à relativiser la portée de ces mesures, de même que celle de cette prolongation de l’état d’urgence qui se dessine. Comme nous l’indiquions déjà il y a six mois, la faute du précédent gouvernement est d'avoir fait de l'état d'urgence le symbole de sa lutte contre le terrorisme. L’état d’urgence a en effet opéré au fil des mois une mutation progressive, en passant du statut de mesure pleinement effective et nécessaire à celui d’instrument douteux de communication de crise. C’est sans doute ce qui a contribué à expliquer le fait que si l'utilité de l'état d'urgence a été initialement reconnue par les parlementaires en charge de son contrôle, l'opportunité de ses prolongations a pu en revanche soulever par la suite de sérieuses réticences. La commission des lois de l’Assemblée nationale chargée de son suivi a d’ailleurs souligné en février dernier que l’intérêt de ce dispositif dans la lutte anti-terroriste était désormais très réduit. De fait, et comme l’a également rappelé le conseil d’état, l’état d’urgence est un régime d'exception qui n'a jamais été conçu pour une telle longévité. Le piège de l’instrumentalisation de l’état d’urgence à des fins de communication politique semble s’être refermé sur François Hollande qui n’a pas su faire autrement que de renvoyer à son successeur la décision de sa sortie. Ce piège est de faire croire que l’efficacité de la lutte contre le terrorisme passera en premier lieu par la prolongation de l’état d’urgence. C’est un leurre. Si cette prolongation offrira toujours davantage de facilités aux autorités pour mener leur action, l’essentiel des mesures efficaces à prendre est cependant ailleurs et il ne faudrait pas l’oublier : spécialisation et moyens accrus pour la justice anti-terroriste, le renseignement et adaptation de l’univers carcéral et probatoire aux défis multiples que représentent notamment la radicalisation et le retour prochain sur notre sol des combattants et autres « lionceaux de Daech ».

Quelle sont les forces et les faiblesses d'un tel projet de loi, en quoi ce qui pourrait être assimilé à une mise à l'écart de l'autorité judiciaire peut être vue favorablement ou défavorablement, toujours dans le contexte actuel ? 

Certes, suivant la lettre de l’article 66 de la constitution, « nul ne peut être arbitrairement détenu. L'autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi. » Les jurisprudences du Conseil constitutionnel, du tribunal des conflits et du Conseil d’Etat ont cependant subi de nombreuses évolutions quant à la détermination exacte de ce périmètre. Sans vouloir initier ici un débat de constitutionnaliste, il va de soi que le nouvel équilibre induit par ce que nous révèlent aujourd’hui les médias de cet avant-projet de loi pourrait heurter le principe suivant lequel l'autorité judiciaire demeure la garante des libertés individuelles. Cette appréciation devra cependant être nuancée au cas par cas, suivant la lettre du texte qui sera effectivement débattu, je l’espère avec vigilance, par les nouveaux députés.

Mais évoquer la lettre de la constitution pour pénétrer l’esprit de nos institutions devrait peut-être nous conduire également à nous remémorer un autre texte du bloc de constitutionalité : l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. » Ce but ne change jamais, mais il n’existe aucune formule définitive qui garantirait le bon équilibre entre nos différents droits fondamentaux, et notamment entre la liberté et la sûreté. Telle législation, salutaire en temps ordinaire, peut parfaitement se révéler nuisible lorsque des périls extraordinaires et inédits nous menacent. Il faut donc être capable de réévaluer constamment le droit existant pour l’adapter si nécessaire à des circonstances nouvelles et imprévues. Vouloir changer l’état du droit, renforcer les garanties de notre sécurité en limitant davantage certaines libertés ne saurait donc en soi être considéré a priori comme illégitime. Il faut, encore une fois, en juger au cas par cas, selon les circonstances et la formulation précise des nouvelles lois en discussion.

Pour ce qui concerne en tout cas les attentes des citoyens, précisons qu’une enquête IFOP réalisée pour Le Figaro et publiée au mois de juillet 2016, révélait que 81% des personnes interrogées se montraient prêts à accepter davantage de contrôle et une certaine limitation de leurs libertés. On apprend également cette semaine, avec la publication du baromètre Fiducial de la sécurité, réalisé par Odoxa et publié le 6 juin dernier, que 87% des français « réclament la mise en place systématique de périmètres de sécurité avec fouille pour les rassemblements de plein air quelle que soient leur nature (feux d’artifice, fêtes, spectacles) ». Placer le curseur entre liberté et sûreté est toujours un exercice délicat. La loi "renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure" que débattront prochainement ceux qui sortiront vainqueurs des prochaines élections législatives saura-t-elle ainsi être, suivant l’expression consacrée, l’« expression de la volonté générale » ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 09/06/2017 - 14:05
vangog
les gros qui vivent à nos frais au Conseil constitutionnel viennent de supprimer le projet de loi qui autorisait l'interdiction du territoire...

On rêve..
votons bien aux législatives
vangog
- 08/06/2017 - 15:13
Ne pas les tolérer sur le sol français!!!!!
Selon les bisounours gauchisants, nous devrons subir le "retour des lionceaux de daesch" en plus de l'ineptie loi Hollandienne consistant à empêcher les candidats au jihadisme à aller se faire tuer hors de France. On s'aperçoit que le socialisme à inversé toutes les valeurs...et Macron prolonge cette collaboration historique du gauchisme avec l'islamisme. Seule la mise au ban de l'idéologie islamiste sauvera la France de la décomposition sociétale promise par l'islam et le socialisme. Il ne faut pas attendre que la loi s'impose aux citoyens, car les juristes sont trop lents, trop idéologisés, trop contradictoires...les citoyens doivent faire la loi, eux-mêmes: fermeture des mosquées radicales, mise au ban de l'idéologie islamiste, expulsion des prêcheurs de haine, interdiction de retour des combattants, reintroduction de la double peine etc...