En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 32 min 56 sec
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 1 heure 47 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 2 heures 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 13 heures 54 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 57 min 28 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 14 heures 7 min
La main dans le sac

Fadettes : la mise à mort du journalisme d'investigation ?

Publié le 13 mars 2012
Pour retrouver des policiers corrompus, l'IGS s'est permis de récupérer les listes d'appels d'un journaliste de Canal Plus. Le secret des sources de celui-ci se retrouve ainsi parfaitement oublié. Problème : toute forme d'investigation, dès lors qu'elle touche à des sujets liés à l'illégalité, risque d'être largement remise en question.
Eric Morain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Morain est avocat au barreau de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour retrouver des policiers corrompus, l'IGS s'est permis de récupérer les listes d'appels d'un journaliste de Canal Plus. Le secret des sources de celui-ci se retrouve ainsi parfaitement oublié. Problème : toute forme d'investigation, dès lors qu'elle touche à des sujets liés à l'illégalité, risque d'être largement remise en question.

Dans une décision rendue le 24 février dernier, et dont Le Monde s'est fait l'écho, la Cour d'appel de Paris a de nouveau mis en cause et censuré les méthodes de certains policiers de l'IGS et du Procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye, dans une affaire où les fadettes d'un journaliste de Canal+ avaient été requises de son opérateur téléphonique.

Rappelons que l'exploitation de ces fadettes, qui se présentent sous la forme d'un listing adressé par l'opérateur sur réquisition policière, permettent de connaître : les noms, adresse et état-civil des personnes appelées ou qui vous ont joint directement ou par sms, l'heure et la durée de ces appels, et l'endroit précis - dans un périmètre d'environ 100 mètres, voire moins en agglomération - où vous vous trouviez lors de ces conversations ou réception de messages. Au travers de différents recoupements, ces informations permettent aux services d'enquête de vous suivre à la trace mais à la différence des écoutes téléphoniques, ce repérage se fait a posteriori.

Dans l'affaire qui nous occupe, un journaliste respectable et expérimenté décide de faire un reportage de 52 minutes sur les méthodes des paparazzi. Camera à l'épaule, il va filmer à plusieurs reprises et longuement, un autre journaliste-paparazzi, ou supposé tel, en train de "planquer" devant le domicile d'une vedette de la télévision puis de suivre son véhicule. Le paparazzi est filmé flouté, sa voix est modifiée; nous avons tous déjà vu ce genre de reportage. Le hic est que ce paparazzi appelle à un moment donné un de ses contacts supposé être un policier pour lui demander de regarder sur le fichier des cartes grises le nom du propriétaire de la voiture qu'il suit; pendant cette opération, le journaliste-réalisateur continue de filmer. Si l'enquête révélera que pas moins de 96 policiers avaient consulté ce fichier au travers du nom de cette vedette de la télévision - preuve que ce reportage n'était pas dénué de sens... - consulter un tel fichier en dehors toute mission et des nécessités du service est un délit pour un policier; se faire rémunérer pour ce faire aussi. Le journaliste-réalisateur a donc filmé puis diffusé la commission de plusieurs délits. Fin du premier acte.

L'Inspection Générale des Services - située à Paris - saisira le Parquet de Nanterre qui autorisera immédiatement ce service à réquisitionner les opérateurs téléphoniques aux fins d'identification. Ni une ni deux, l'IGS s'exécute : les fadettes et la géolocalisation sur plusieurs mois du journaliste-réalisateur sont demandées et obtenues auprès d'Orange. A aucun moment la question d'une éventuelle violation du secret des sources ne posera problème, ni aux enquêteurs, ni au Procureur de la République de Nanterre, ni même au juge d'instruction par la suite. Fin du deuxième acte.

Saisie d'une demande d'annulation de la procédure eu égard justement à la violation du secret des sources du journaliste-réalisateur, la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris fera droit à cette demande mais avec une motivation qui ne peut qu'inquiéter l'avenir du journalisme d'enquête et d'investigation de terrain, qu'il soit de presse écrite, télévisée ou radiophonique.

La Cour estime en effet que la caractérisation du trouble à l'ordre public - première condition prévue par la loi sur la protection des sources des journalistes pour porter atteinte à celle-ci - était remplie par le fait que ce reportage mettait en évidence des faits de corruption active et passive de fonctionnaires publics. Elle censurera toutefois la procédure sur la deuxième condition - cumulative - prévue par la loi, à savoir que la mesure n'était pas nécessaire et proportionnée, d'autres investigations pouvant être faites utilement plutôt que de se précipiter immédiatement, et par facilité, pour demander les fadettes du journaliste-réalisateur.

Ouf ? Pas si sûr. En effet, et à suivre la motivation de la Cour, cela signifie que tout reportage qui viendrait filmer la commission d'un délit permettrait à des enquêteurs de considérer comme avéré un trouble public et donc comme légitime, après quelques autres investigations sans succès, d'aller interroger les fadettes du réalisateur pour savoir où la scène a été filmée et avec qui il était en contact peu avant, pendant et après, permettant ainsi de remonter un fil qui aurait été impossible de dérouler sans. C'est la fin des reportages dans les cités ou ailleurs sur les trafics de stupéfiants ou d'armes, c'est la fin des reportages sur les escroqueries, les magouilles et carambouilles, les arrières cuisines sans hygiène ou l'exploitation en sous-sol de main d’œuvre.

C'est la fin d'un certain journalisme qu'on peut qualifier de citoyen consistant à vouloir montrer et ne pouvant le faire qu'en garantissant l'anonymat à ceux qui sont filmés, qui, sinon, auraient refusé de l'être. Filmer des délits est nécessaire, non pas pour satisfaire un voyeurisme, mais parce que cela participe nécessairement de l'information sur le respect ou pas des normes qui fondent notre société. Utiliser les journalistes comme des auxiliaires de police à leur insu ou des indics malgré eux est un danger qu'il faut très vite tuer dans l’œuf pour que les mauvaises habitudes de certains ne deviennent pas un usage général.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 13/03/2012 - 11:01
LemduNord il est plus facile d'être simplet
Concernant le N°2 de la police de Lyon et autres sbires ce n'est pas un journaliste d’investigation qui a fait le boulot et pourtant cela est sorti dans la presse.
Faire croire qu'il n'y a que les journalistes pour dire la vérité est débile car l'intérêt du journalisme est de faire le buzz avec vérité ou pas il en a rien à foutre de la vérité. Il y a même des erreurs judiciaires qui ont été du aux journalistes. ( c'est en école de la magistrature )
Ravidelacreche
- 13/03/2012 - 10:07
Ah! c'est pour ça les caméras cachées ?!
C'est la fin d'un certain journalisme qu'on peut qualifier de citoyen consistant à vouloir montrer et ne pouvant le faire qu'en garantissant l'anonymat à ceux qui sont filmés,
Imragen
- 13/03/2012 - 09:17
Lemdunord
Je ne vois pas en quoi, le fait d'écrire que les journalistes ont aussi des responsabilités et qu'ils s'abritent trop souvent derrière un statut hyper-protecteur, revient à dire que je leur interdis de parler de corruption.
Votre raisonnement mériterait d'être détaillé, car dans l'état actuel, il me paraît fortement simplificateur.
Et puis la corruption est elle le seul sujet ? Vous devez être au courant d'événements qui étaient connus de tous mais qui n'ont jamais donné lieu à des articles. Sans remonter trop loin, je crois qu'un citoyen peut raisonnablement se poser la question suivante : pourquoi n'y a t il eu aucun article (sinon l'intervention vite réprimée d'un humoriste) sur les dérives sexuelles d'une personnalité bien connue ?
Mais peut être n'est ce pas politiquement correct ?