En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 11 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 11 heures 36 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 13 heures 52 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 14 heures 30 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 19 heures 52 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 19 heures 57 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 3 heures
© AFP
© AFP
Entretien Françoise Degois

Françoise Degois : "François Hollande n'avait pas tout à fait tort en considérant qu'Emmanuel Macron ne gouvernerait pas avec la droite et voilà pourquoi"

Publié le 06 juin 2017
Françoise Degois dépeint dans son livre "Il faut imaginer Sisyphe heureux" les cents derniers jours de François Hollande en tant que président de la République. Elle revient sur le regard qu'il portait sur la campagne présidentielle et sur son affection pour Emmanuel Macron.
Françoise Degois est une journaliste et une conseillère politique française. Elle est également l’auteur de Quelle histoire ! Ségolène Royal et François Hollande (Plon) et Femme debout (Denoël).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Degois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Degois est une journaliste et une conseillère politique française. Elle est également l’auteur de Quelle histoire ! Ségolène Royal et François Hollande (Plon) et Femme debout (Denoël).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Degois dépeint dans son livre "Il faut imaginer Sisyphe heureux" les cents derniers jours de François Hollande en tant que président de la République. Elle revient sur le regard qu'il portait sur la campagne présidentielle et sur son affection pour Emmanuel Macron.

Atlantico : François Hollande a déclaré : "Emmanuel ne voudra pas gouverner avec la droite. Il devra trouver des accords avec la gauche de gouvernement, c’est-à-dire avec nous." A travers votre livre, François Hollande semble faire preuve de beaucoup d'anticipation, de justesse et d'intelligence dans l'analyse. Comment expliquer cette erreur d'analyse vis-à-vis du gouvernement d’Emmanuel Macron aujourd'hui ?

Françoise Degois : François Hollande a toujours eu une affection particulière pour Emmanuel Macron. Il le voyait comme son successeur, quelqu'un de très brillant, surdiplômé et faisant preuve de beaucoup d'humour. Il lui a donné les plus hautes responsabilités. Ainsi, Macron a été ministre de l'économie mais aussi secrétaire général adjoint de l'Elysée. Il avait la pleine confiance de François Hollande. Avant l'arrivée de Jean-Pierre Jouyet, il était son secrétaire général chargé de l'économie. François Hollande a aussi confié son programme économique à Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle.

Mais l'ex-président de la République a fait une mauvaise analyse. Il se targuait de voir arriver de loin tous les candidats à la présidentielle seulement, il parlait des gens de sa génération, Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius... En réalité, il n'a pas vu venir Emmanuel Macron.

Sur cette phrase «Emmanuel ne voudra pas gouverner avec la droite», on peut dire qu'il n'a pas tout à fait tort. Il a finalement pris un Premier Ministre de droite, des ministres régaliens de droite et les postes des valeurs sont à la gauche ou au centre. Il y a eu une forme d'aveuglement par rapport à Emmanuel Macron de la part de François Hollande malgré les alertes de beaucoup de ses proches. Il était convaincu qu’il ne le trahirait pas. Mais in fine, celui qui l'a trahi avec méthode, pour reprendre ses propres mots, c'est bien Macron.

François Hollande, et c'est ce que j'ai voulu montrer dans ce livre, est quelqu'un qui ressent des émotions même s'il a choisi de ne pas les montrer. Il n'a pas spécialement de faiblesses, mais il a de l'affect, beaucoup plus que pour Manuel Valls par exemple.

On lit entre vos lignes que François Hollande décidait de ne pas soutenir Emmanuel Macron officiellement de peur qu'il ne perde. Pourquoi cette décision ?

François Hollande a toujours considéré que l'alternance, c'est la droite. Il comprend très vite que l'affaire Pénélope est une voie royale pour Emmanuel Macron. Il connait très bien la politique et sait que François Fillon allait avoir beaucoup de mal pour se sortir de cette affaire. Rappelons qu’avant cette affaire, François Fillon était bien parti pour remporter la présidentielle.

Notons aussi que François Hollande ne vaut pas laisser sa place à Jean-Luc Mélenchon. Il ne met pas Jean-Luc Mélenchon et Marine le Pen (qu’il déteste) sur le même plan, mais il a une haine envers la gauche que représente Mélenchon.

Son cauchemar était d'être le président qui aurait permis à Marine Le Pen d'accéder au pouvoir. Il ne veut pas que l'on se souvienne de lui de cette façon. Apporter son soutien à Emmanuel Macron n'est pas une solution parce que cela l'aurait certainement plombé dans l'opinion. Le poids de l'héritage du quinquennat aurait été plus limpide et l'image de marionnette de François Hollande aurait été plus claire. Il le sait.

Donc il ne soutient pas Macron officiellement, mais dans les gestes, il montre qu'il a un point de vue. Il a cherché à ce que Macron soit son héritier sans que ce soit officiel et il l'a fait dans les quinze derniers jours. François Hollande a réussi la meilleure des sorties possibles. Elle est assez honorable.

Vous laissez entendre que François Hollande est jaloux de Jean-Luc Mélenchon. D'où vient cette jalousie ? S'agit-il d'une question de ligne politique ou d'un rapport entre la France des technos et une France plus politique ?

François Hollande a une certaine forme d'admiration pour le tribun qu'est Jean-Luc Mélenchon, même s'il s'en cache. Dans les années 2005-2006, avec Henri Emmanuelli, Jean-Luc Mélenchon incarnait une gauche qui pense et qui réfléchit. Il a animé la gauche socialiste qui a lancé de nombreux concepts dont la démocratie participative. François Mitterrand avait une vraie affection pour Mélenchon. Il voyait en lui un tribun et avait de l'admiration pour ceux qui savaient porter le fer politiquement.

François Hollande n'a jamais été de cette école-là. Il était plutôt de l'école Jospin, Aubry, DSK, des technos qui sont des cérébraux. Rien à voir avec Jean-Luc Mélenchon qui est plutôt fait de chair et de sang. Cela lui donne la capacité d'être adulé par les foules.

Lors de congrès du parti socialiste, notamment le congrès du Mans en 2005, Mélenchon avait mené la campagne pour le non au referendum sur la constitution européenne. Il n'avait pas encore été exclu du PS. Il arrive dans la salle en étant sifflé par l'assistance pendant trois minutes. Mais sa puissance lui a permis de retourner cette salle et il fini par la quitter sous un tonnerre d’applaudissement.

Chez François Hollande, il y a une forme de jalousie de voir Mélenchon meilleur que lui dans la capacité à toucher le cœur des gens et ce, même s'il a été réélu premier secrétaire du PS. Mélenchon injecte une passion que lui n'a pas. Ce n'est pas un hasard si Mélenchon et Ségolène Royal s'entendent si bien tous les deux. Ils ont cette façon de faire de la politique, de parler aux tripes, de parler simplement. Ils ont une pensée simple, presque de classe alors que pour Hollande, c'est plutôt la classe moyenne qui fait de la politique. Il lui manque la fibre populaire.

Mais cette distance vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon est d'autant plus injuste que c'est grâce à son électorat que François Hollande a été élu président de la République en 2012. Ce vote est décisif.

François Hollande est tout aussi atypique que les gens à qui il succède et qui vont le précéder. Il est impossible d'avoir une psyché normale pour accéder à cette fonction. Ce n'est pas un colérique, il contrôle ses émotions, mais il a comme chez Sarkozy, Chirac ou Macron un désir d'absolu, de reconnaissance, il veut rentrer dans l'histoire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AlainAFZ
- 07/06/2017 - 15:55
Que c'est beau....
je n'ai pas pu retenir mes larmes....
jurgio
- 07/06/2017 - 15:09
Hollande a fait preuve d'un peu de clarvoyance
et dans ce petit peu de clairvoyance, le hasard l'a beaucoup aidé. D'un autre côté, ses thuriféraires sont restés complètement aveugles.
kelenborn
- 07/06/2017 - 14:13
fallait-Il?
Fallait-il vraiment qu'Atlantico envoie un stagiaire à la cave pour remonter cette créature qui est aussi charismatique qu'un pot de chambre, et encore pas celui du Roi Dagobert
Koutoubia a raison: non seulement elle est vulgaire et mal embouchée, mais elle est symbolique de ce que fut la Hollandie: elle a du dispenser son pauvre talent dans les latrines d'un quelconque cabinet ministériel, voila qu'elle ressurgit des chiottes pour nous sortir une analyse de merde dont elle est coutumière: ben oui, Flamby s'est planté mais...il n'a fait que ça!!! alors , pas besoin d'une journaleuse , au surplus compromise avec cette bande de charlots pour nous le rappeler! Elle fait parie d'une petite camarilla merdeuse qui a trahi le parti de Jaurès et de Blum, et en d'autres temps , elle aurait eu sa tête au bout d'une pique! Peut être pas, au fond,car Danton aurait dit au boureau:"montrez ma tête au peuple , elle en vaut la peine" ...celle de Degois pourrait juste faire peur au Père Lustucru!
MK