En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

03.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 1 heure 25 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 3 heures 17 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 7 heures 1 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 8 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 9 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 10 heures 2 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 10 heures 37 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 2 heures 30 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 3 heures 48 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 5 heures 50 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 6 heures 43 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 11 heures 7 min
Enough is enough

Attaque islamiste à Londres : que faire pour que le "ça suffit" de Theresa May soit effectivement suivi d'effets ?

Publié le 05 juin 2017
"Il suffit!", s'est exprimée en substance Theresa May, lors d'une déclaration officielle, au lendemain des attaques qui ont fait sept morts et 48 blessés à Londres, dans la nuit du 3 juin. Un attentat qui intervient après d’autres, depuis mars, dont le précédent s’est produit à Manchester il y a seulement une quinzaine de jours.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Il suffit!", s'est exprimée en substance Theresa May, lors d'une déclaration officielle, au lendemain des attaques qui ont fait sept morts et 48 blessés à Londres, dans la nuit du 3 juin. Un attentat qui intervient après d’autres, depuis mars, dont le précédent s’est produit à Manchester il y a seulement une quinzaine de jours.

Certes, on entend revoir l’organisation des forces de police qui sont chargées de cette question au regard de la montée des risques, mais surtout de ces attentats qu’elles n’ont pas été en mesure d’empêcher. Pour autant, on sait parfaitement que le problème principal est ailleurs. Il tient à l’illusion d’une moindre menace relativement à une Angleterre tolérante, fermant les yeux le plus souvent, avec des bobbies qui font respecter la loi, au moins en apparence dans ces circonstances, sans arme.
 
Un attentat qui crée une nouvelle donne : La fin de la tolérance vis-à-vis de l’extrémisme islamique
 
La Première ministre a condamné l'attentat, avertissant qu'il fallait "que cela cesse". "Il est temps de dire « assez ! » face au terrorisme. Nous ne pouvons et ne devons pas prétendre que les choses puissent continuer ainsi", a-t-elle assénée, ajoutant qu'il y avait "trop de tolérance" vis à vis de l'extrémisme au Royaume-Uni. Il serait temps, lorsque l’on sait combien dans ce pays on a laissé se développer l’extrémisme islamique, les prêcheurs de haine déverser leur poison dans la rue, en toute impunité, au nom du droit à la différence.   
 
On a longtemps cru que le caractère insulaire, l’accueil de la finance islamique mondiale, la tolérance à l’extrémisme musulman qui recrutait pour Al-Qaïda sur le territoire britannique dans l’ombre du communautarisme, protégeait de ces attaques, jusqu’à découvrir que c’était pour beaucoup des citoyens de la Couronne qui s’adonnaient à cette violence terroriste en se revendiquant d’un autre Etat, l’Etat islamique. Comment a-t-on pu penser par exemple, que de banaliser les Tribunaux islamiques qui appliquent tranquillement la charia avec la bénédiction du Juge anglais, en faisant des femmes de confession musulmane des citoyennes britanniques de seconde zone, était sans conséquence sur la cohésion sociale de ce pays, sur l’état de la citoyenneté ? Un encouragement à porter au-dessus de la loi civile la loi religieuse qui est tout le contraire de l’Etat de droit. Ce qui n’est qu’un aspect mais assez significatif des dérives du multiculturalisme anglais. Si on réfléchit au fait que dans la loi il existe encore le délit de blasphème, la religion de la Reine étant religion officielle, on voit encore là un autre aspect de cette brèche.
 
On explique dans un commentaire sur France 2, paraphrasant les milieux officiels britanniques, que l’on commence à mettre en cause le communautarisme, le principe de communautés identitaires séparées, qui rendrait plus difficile le contrôle des personnes susceptibles de commettre des attentats. Eurêka ! On se rappelle des déclarations d’Angela Merkel ou de David Cameron, il n’y a pas si longtemps, expliquant que le multiculturalisme était un échec dans leurs pays au regard des enjeux de l’intégration. Une belle leçon de choses qui n’en est qu’à ses balbutiements, tant l’idéologie clientéliste qui a fait élire un « maire musulman » à Londres est tenace. On oublie aussi trop souvent de rappeler, que ce multiculturalisme n’est pas ce système de pacification des différences que l’on prétend. La presse britannique se fait régulièrement l’écho de violences intercommunautaires, car ces groupes identitaires distincts se font concurrence, avec des intérêts divergents qui ne recouvrent que rarement l’intérêt du pays, ou en apparence seulement, lorsqu’on achète leurs voix par un clientélisme politico-religieux qui est un des secrets de la politique anglaise.
 
Selon un sondage mené en décembre dernier auprès de 3 000 Britanniques d'obédience musulmane pour Policy Exchange[1], 96% ne croiraient pas dans la version officielle des attaques du 11 septembre 2001. Pour 31%, c'est le gouvernement américain qui en est à l'origine et non Oussama Ben Laden, 7% que les attaques sont le résultat d'un complot juif, et 58% ne se prononcent pas. Deux britanniques musulmans sur cinq seraient favorables à l'introduction de la charia dans le pays. Il a également révélé que  40 % étaient en faveur de classes où on pratique la ségrégation sexuelle, tandis que 44 % pensent que les écoles devraient être en mesure de forcer les filles à porter la robe islamique traditionnelle. En avril 2016, une enquête menée au Royaume-Uni publiée dans le Times, posait la question de savoir si les musulmans britanniques ne constituaient pas une « nation dans la nation » ? Elle révélait que seulement 34% des musulmans seraient prêts à dénoncer une personne qui a des liens avec le terrorisme en Syrie. Dame Louise Casey, membre du gouvernement britannique en charge des questions d'intégration à ce moment, a publié une étude révélant que 75% des musulmans, vivant totalement coupés du reste de la société, pensent que le Royaume-Uni est un pays islamiste (sic !).  Des signes avant coureurs des risques terroristes qui se tapissent dans l’ombre du communautarisme, qui auraient sans doute du attirer l’attention sur les fragilités d’un modèle d’organisation sociale qui est une véritable bombe à retardement.
 
La laïcité, meilleure pour l’intégration et pour le travail de contrôle des risques terroristes
 
Si aucun pays n’est à l’abri du terrorisme, le Royaume-Uni est bien plus empêtré que la France dans cette situation, car notre laïcité nous protège mieux. A poser le principe de l’égalité de tous devant la loi, elle favorise par exemple le mélange au lieu de la séparation. Cette absence de séparation des individus sur une base ethnico-identitaire garantit ainsi bien mieux l’intégration, additionnée à une école laïque qui fait passer l’accès au savoir avant l’affirmation des différences. Les couples mixtes sont 27% en France avec les unions des Français de l’étranger, un tiers de plus qu'au Royaume-Uni. Une situation qui crée aussi de meilleures conditions pour la police, dans son travail de contrôle des risques terroristes, au regard d’individus moins susceptibles de se cacher que dans une société formée de groupes communautaires séparés.
 
Une lecture de la situation qui devrait inviter en France à moins de complaisance vis-à-vis de ceux qui portent un discours de division, de haine, en faisant un usage « à tort et à travers » des procès en « islamophobie ». Et ce, jusqu’à notre République, régulièrement accusée de racisme d’Etat, parce que justement elle s’oppose au multiculturalisme juridique, c’est-à-dire aux séparations identitaires qui feraient voler en éclat l’intérêt général et favoriserait toutes les dérives extrémistes dans leur ombre. 
 
Une montée des périls en France qui va avec le recul du modèle républicain
 
C’est bien cette menace que pointe le dernier rapport du Sénat sur la radicalisation qui désigne « un communautarisme hostile à la République » comme constituant un « terreau » de la radicalisation. Une radicalisation qui se diffuse un peu partout dans nos banlieues, avec 20.000 individus concernés aujourd’hui, un salafisme totalement hostile à la République, à ses valeurs, avec des pratiques contraires à nos lois comme la polygamie, laissé libre d’agir pour approcher dans les mosquées les plus fragiles, et les amener à une mise à part où tout peut se produire. On doit être plus que jamais attentif à une situation en escalier vers la radicalisation[2], qui est très bien décrite par l’identification des différents groupes repérés, qui posent problème, au sein des musulmans. Selon l’étude de l’Institut Montaigne de septembre dernier, intitulée « Un islam français est possible", un groupe de 28% des musulmans qualifié d'autoritaire, est pour le port du voile intégral, considèrent que la Charia est au-dessus des lois de la République, et utilisent l'Islam comme instrument de révolte. Si on rajoute que, selon l’enquête de l’Observatoire Sociovision de novembre 2014, 47% des musulmans souhaitent une société où chacun peut exprimer publiquement son appartenance religieuse, contrairement à une tendance générale qui s’exprime à 82% en faveur de plus de discrétion dans l’espace public en matière de religion, et encore le constat d’un refus du mélange au-delà de la communauté de croyance qui s’élargit à la mesure de l’extension du port du voile dans notre société, on voit l’annonce de bien des problèmes. Loin de toute chasse aux musulmans, il s’agit au contraire de protéger nos concitoyens de confession musulmane de ceux qui portent en eux le risque de toutes les violences, dont ils sont d’ailleurs aussi les victimes lors des attentats.
 
Des pistes à explorer pour contrer la montée des périls
 
Pour que nos concitoyens de confession musulmane puissent eux-mêmes trouver à faire qu’émergent, face à ce mouvement de fermeture dangereux, au risque de la radicalisation, d’autres courants, plus modérés, plus démocratiques, il faut sortir d’une logique de parti unique mise en place avec le Conseil français du culte musulman, pratique en terme de gestion, mais erronée dans les faits. Car elle procède d’une globalisation de la question islamique qui tend à étouffer toute autre approche, alors que la République a besoin d’interlocuteurs qui sortent réellement de la société civile, démocratiquement représentatifs, et non de l’influence extérieure de tel ou tel pays « ami », dont on organise aussi au passage l’ingérence. Pour les Anglais, le premier pas est sans ambiguïté celui de la sortie du multiculturalisme.
 
Le fait qu’outre-Manche on critique la laïcité française, la considérant comme opposée à cette tolérance inconsidérée qui a conduit à la situation explosive que connait le Royaume-Uni, pendant que dans l’hexagone, certains ne cessent de faire son procès en mettant au pinacle le multiculturalisme et le chacun ses droits selon sa différence, pourrait faire sourire, si cela n’était pas révélé dans ces circonstances dramatiques dues à la barbarie fasciste de l’islamisme. La laïcité de notre République apparait donc comme notre sauvegarde, qu’il faut défendre et promouvoir. A condition qu’encore, au contraire, on ne la brade pas. De ce point de vue, la loi de « moralisation politique », présentée récemment par le gouvernement, ferrait bien d’ajouter à ses intentions des propositions visant à stopper un clientélisme politico-religieux grâce auquel certains n’hésitent pas à se faire élire.
 
Une prise de conscience au Royaume-Uni qui bouscule le multiculturalisme
 
Theresa May a aussi affirmé que des discussions "difficiles" et potentiellement "embarrassantes" étaient nécessaires au Royaume-Uni pour faire face à la propagation de l'extrémisme. (…)  Nous faisons face à une nouvelle tendance dans la menace qui nous touche, car le terrorisme engendre le terrorisme", a affirmé la Première ministre, ajoutant que cinq attentats "crédibles" ont été déjoués durant ces derniers mois par les services de sécurité et de renseignement. Effectivement, c’est bien vu, mais un peu tard tout de même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/06/2017 - 21:20
@langue de pivert Vous nous manquerez, camarade!
Mais soyez-en certain! La résistance à la pensée unique s'organise dans les maquis de toutes les régions de France, et les collabos de l'islamisme et du délabrement sociétal doivent se faire du mauvais sang, car la colère populaire (Ooooooh, populiste!) ne les épargnera pas...
langue de pivert
- 06/06/2017 - 17:51
Il(s) ne sont pas bien sûr !
De mémoire c'est même 3 comm' qui sont passés à la trappe ! Je vais faire une grosse détox cet été : mon abonnement se termine le 11 après je vais prendre mois par mois ou partir provisoirement ou définitivement : c'est à eux de voir ! Charbonnier est maître chez lui ils font ce qu'ils veulent ! Moi aussi ! Je suis un homme libre !
langue de pivert
- 06/06/2017 - 17:41
ISABLEU . vangog.
§§§ Parce que la publicité ne suffit pas en France à équilibrer les comptes d’un média indépendant, parce que nous préférons dépendre de nos lecteurs plutôt que de monnayer notre liberté éditoriale, Atlantico a besoin de vous. §§§ Mon abonnement se termine et je sens que Atlantico n'a plus besoin de moi ! Et moi je me passerais de lui sans problème ! Pourquoi encourager un média qui censure ses propres lecteurs ? J'ai quitté le Fig pour les mêmes raisons (leur présentation c'est quand même, pour le même prix, nettement plus professionnel (classement, orthographe, "ergonomie", présentation, possibilité de stocker ses commentaires, d'en faire le suivi facilement etc) ☺ Bon la ligne éditoriale...c'est une autre histoire ! Ce que je dis au café du commerce en toute liberté devant un magistrat ou un commissaire de police je ne peux pas l'écrire dans Atlantico ? Il n'y a pas de délit d'opinion en France...sur Atlantico parfois ! Mes propos sont pleins de tact et de délicatesse ! Il ne sont pas poète les censeurs ! Prenez bien soin de vous mes ami(e)s la stasi macronienne rode !