En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Frieda/Wikipedia
Le Prince
L’affaire Ferrand oblige Macron à accepter un big bang moral, et ça n’a rien à voir avec la politique. Relisez vite Machiavel ...
Publié le 06 juin 2017
La loi de moralisation présentée par François Bayrou est une loi d‘opportunité qui va très loin mais qui ne servira à rien. C’est le moment de lire ou relire Machiavel…
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La loi de moralisation présentée par François Bayrou est une loi d‘opportunité qui va très loin mais qui ne servira à rien. C’est le moment de lire ou relire Machiavel…

La loi de moralisation, rebaptisée au dernier moment « loi pour la confiance », a été présentée par François Bayrou comme la loi la plus importante de ce début de quinquennat. On veut bien le croire, puisque c’est le premier projet.On veut bien le croire parce que c’est la perspective de ce projet qui avait scellé l’alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron. C’est donc ce projet demandé par le président du Modem, qui lui a permis d’obtenir un poste de ministre d’Etat.

Le projet Bayrou est donc trèsimportant parce que le gouvernement pense que face à l’affaire Richard Ferrandqui éclabousse tout le mouvement En Marche, cette loi peut calmer le jeu.

Une fois qu’on a dit cela, on n’a rien dit, parce que cette loi de moralisation ne servira àrien. Elle est confuse,floue et radicale, donc compliquée. Il faut moraliser le comportement politique, ok. Mais comment surveiller,contrôler et empêcher les débordementssystémiques et contaminants ?Il faudra dessiner la frontière entre la morale et la politique, entre la vie privée et la vie publique, entre l’ambition de faire entrer la sociétécivile et de tout faire pour que cette société civile ne puisse pas respirer dans l’hémicycle.

Les conflits réels ou potentiels relatant les petites et grandes combines pour contourner la loi vont«feuilletonner » pendant tout le quinquennat. Pas d’emplois familiaux, d’accord, mais de quelle famille parle-t-on ? De la famille officielle,illégitime ou recomposée ? Pas de cumul avec une activité professionnelle, mais de quelle activité parle-t-on ? L'enseignement oui, mais la médecine non, et le chef d’entreprise qu'on a incité à se présenter pour qu’il nous apporte sa lecture de la situation ne pourra plus exercer. Si son entreprise est petite, elle mourra. La majorité des chefs d’entrepriseélusdéputés sera en faillite au bout de 6 mois.Ça n’est évidemment pas le but.

Le risque de cette loi est d’accoucher d’une usine à gaz qui sclérosera l’activité et freinera la modernité. Pas de fou, pas d’aventurier, pas d’inventeur.

Cette loi de moralisation est de même essence que le principe de précaution que Jacques Chirac, dans un excès de démagogie, avait offert aux écologistes.Le principe de précaution a sclérosé l'expérimentation et l'innovation dans tous les domaines. Et si la France est une mined’intelligence, cette intelligence s’est expatriée à l’étranger.

Au-delà des risques de coups de freins, cette loi contient évidemment des menaces d’inquisitions. Tout savoir et savoir tout sur tout le monde, quel programme. Jamais Robespierreau début de son parcours n avait imaginé tomber dans un régime de la Terreur aussi brutalement. Danton l’avait prévenu et il en est mort.

Le projet présenté par François Bayrou est évidemment dangereux parce que, dans le climat anxiogène actuel, cette loi permet tout et n’importe quoi.

Il y a certes un problème dans le comportement des hommes politiques, mais il suffisait de s’attaquer au système : durée du mandat et contrôle objectif des faits de corruption. Le reste est affaire de comportement personnel qu’on imagine encore apprendre à l‘école pour vivre ensemble.La morale personnelle, c’est de la responsabilité acquise par l’éducation, mais l’école apprend- elle encore la vertu, et le respect des autres, pas sûr.

Le comble dans ce projet de loi, c’est que François Bayrou n’amême pas introduit d’amnistie pour les fautes commises avant la loi. Ferrand se trouve obligé de se défendre de comportements légaux vieux de plus de 20 ans. Ils sont devenus immoraux.

Faute d’être catholique pour défendre une loi aussi punitive. Michel Rocard,lui, qui avait écrit le projet de loi de moralisation des financements politiques, avait introduit une amnistie pour les « crimes » commis avant la loi. Au moins, on apurait le passé. Michel Rocard était protestant. Question d’éducation,d’école.

Beaucoup d’observateurs pensent que Emmanuel Macron, dont l‘ADN politique est fondée sur le pragmatisme et le respect absolu de la liberté individuelle, n'aurait pas proposé un tel barnum législatif, constitutionnel et règlementaire. L’application va tellement à l’encontre du dynamisme et de la diversité dont on a besoin. Mais c’eut été politiquement incorrect que de refuser cela à François Bayrou, qui pense avoir la légitimé pour définir la morale politique.

Donc le coup est parti. Macron pensait gagner du temps en espérant que les faiblesses humaines découvertesdernièrement chez ceux qui donnaient des leçons ne fassent pas trop perdre de voix.

Si la France se plonge dans un débat sur « la morale enpolitique », la France n’est pas sortie du piège parce que c’est un piège. Une idée : le ministre de l’Education nationale pourrait remettre Machiavel au programme de la 3ème ou de la seconde. L’introduction à la morale y est plus accessible que chez Kant, qu’on parcourt très vite en classe de terminale.

Nicolas Machiavela passé une partie de sa vie àétudier le fonctionnement de l‘Etat. Il n’a pasbonne presse en France à tel point qu’il a donnéson nom au machiavélisme. Un comportement pervers et absolu au sommet le plus haut.

En fait, Machiavel, c’est tout le contraire, et le machiavélisme n’a rien de dangereux. Tous les chefs d’Etat de génie l’ont pratiqué. Et beaucoup de philosophes ont reconnu chez Macron, pendant la campagne, des traits de comportement conceptualisés par Machiavel.

Né à Florence, Machiavel fait des études de droit puis exerce des fonctions politiques importantes à une époque compliquée. L’Italie est la proie d’invasions étrangères qui la pillent et la rendent instable ; le pays repose sur de petits Etats divisés et instables. On dirait aujourd’hui des petits privilèges, des communautés, des groupes corporatistes.

En réaction contre cette instabilité, Machiavel souhaite unifier l’Italie afin de recouvrer la paix et la force du pays, comme d’autres ambitionnent de restaurer la puissance de la France.

Parce que les dirigeants, selon Machiavel, doivent rechercher toujours à conquérir le monde. Peu morale, cette conquête vient du fait que l’homme n’est pas sociable par nature, et son seul but est d’avancer tout en se conservant (importance du désir de conservation). Mû par un désir de conquête, l’homme qui possède le pouvoir devient un prince, dont les modalités d’exercice du pouvoir diffèrent selon les cas.

Si la principauté est héréditaire, les coutumes instaurées reposent sur la raison et la mémoire. Cet Etat ne connait pas la violence car il est institué depuis longtemps.

Si la principauté est nouvelle, le pouvoir est encore peu institué et tout peut arriver. Les bases ne sont pas établies.C’est vrai des Etats monarchiques, militaires et c’est aussi vrai des démocraties modernes. C’est là où Machiavel est passionnant.

A la différence de ses contemporains, Machiavel ne décrit pas la nature du gouvernement, mais les moyens de conservation du pouvoir. Il oppose sa vision à toutes celles des Anciens en ce qu’il n’étudie pas le meilleur régime qui n’est pour lui qu’une utopie ; il préfère considérer l’homme comme il est et non comme il devrait être. Il considère qu’il existe dans toute république deux humeurs : l’une pour le peuple et l’autre pour les grands, et que seule leur désunion amène à la création de lois favorables à la liberté.

Machiavel considère ainsi que le prince (celui qui détient l’autorité politique) doit user de tous les moyens nécessaires à la réalisation de ses objectifs : selon une phrase qui lui est attribuée, « la fin justifie les moyens ». Le prince doit conserver le pouvoir autant qu’il peut ; le but étant d’être efficace afin de parvenir le plus rapidement possible à ses fins.

Certains princes conservent le pouvoir par la ruse, par la force, par l’argent, d’autres par la puissance et la redistribution du produit de cette puissance.

Machiavel considère cette méthode juste dans la mesure où tout homme bénéficiant du pouvoir agirait de la même manière que le prince. L’Etat use de la force, mais dans le but de mettre en place des lois pour le bien du peuple. Le prince a besoin du peuple pour se maintenir au pouvoir et le peuple a besoin d’être écouté...

Dans Le Prince, son œuvre majeure, au chapitre XV, Nicolas Machiavel écrit : « En politique mieux vaut pour être utile, considérer la vérité effective de la chose plutôt que l'imagination qu'on s’en fait. Beaucoup se sont imaginés des républiques et des principautés que jamais personne n’avuesvéritablement. Ni vues. Ni connues. Parce qu’il y a un tel écart entre la façon dont on vit et celle dont on devrait vivre, que celui qui délaisse ce qui se fait pour ce qui devrait se faire apprend plutôtà se perdre qu’à se sauver.... De là, il est nécessaire à un prince, s’il veut se maintenir au pouvoir, d’apprendre à pouvoir ne pas être bon, et d’en user et n'en pas user selon la nécessité ... »

Au chapitre XVIII, Machiavel est encore plus clair (aujourd’hui on dirait cynique ou machiavélique). « Il est louable à un prince de tenir sa parole, de vivre avec intégrité sans employer la ruse, chacun en convient. Cependant, l’expérience de notre temps (on est au 16e siècle) montre que les princes qui ont fait de grandes choses sont ceux qui ont tenu peu compte de leur parole, et qui ont su, grâce à la ruse, circonvenir l'esprit des hommes et à la fin ils ont vaincu ceux qui se sont fondés sur la loyauté... »

« Un prince prudent, ne doit pas tenir sa parole lorsque la promesse qu‘il a faite tourne à son désavantage, et qu’ont disparu les raisons qui lui avaient fait promettre.

En général, les raisons de justifier le manquement à la parole donnée n’ont jamais fait défaut aux princes »

« La condition pour se maintenir au pouvoir et cela quelles que soient les promesses, est d’apporter ce que le peuple attend ou croit attendre... »

« La morale n’est donc pas nécessaire à l’exercice de la politique tant que le prince n’oubliera pas que le peuple croit le contraire »

Le Prince, Nicolas Machiavel, (Edition poche)

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
05.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
06.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MonacoPhil
- 14/06/2017 - 17:45
Faux problèmes
Finalement tout cela n'a aucun sens. enfin si, un seul, celui de la complaisance avec l'électeur, qui va comme d'habitude se faire rouler dans la farine.
Avoir le culot de présenter la limitation de mandat du projet comme une révolution importante, est du foutage de g... puisque l'élu ne pourra se faire élire AU MEME POSTE pas plus de X fois. Remplacer X parce que vous voulez. Un petit coup maire, et hop député pas plus de trois fois, sinon ce serait indécent... et puis sénateur, ça fait une jolie fin de carrière, ou député européen, c'est bien aussi (est-ce limité?)
Les français ont mal élu le candidat socialiste des Drahi et autres Niel, après une manipulation scandaleuse et l'absence totale de travail journalistique. Et pour couronner le tout une majorité stalinienne avec 35% d'électeurs (exprimés).
La où ça risque d'être amusant est qu'il finisse, entre cette élection hallucinante, quelques sénateurs et de nombreux ralliements (toujours possibles) en septembre par avoir la majorité des 3/5 au congrès.
Je pensais qu'on allait bien se marrer mais à ce point là...
Totor Furibard
- 06/06/2017 - 12:55
Merci Papy Sylvestre de votre franchise.
On se doutait bien que vous apparteniez à la sphère des néolibéraux les plus radicaux, mais on pensait que l'aspect éthique, et notamment la gestion des conflits d’intérêts, qui fait profondément parti du système politique anglo-saxons, ferait aussi parti de votre vision.
Mais pas du tout ! Néolibéral: oui, Éthique: mais non pourquoi ? ...
Pourtant les affaires actuelles nous le montrent: les comportements de d'abus de pouvoir, trafic d'influence, détournements de fonds, abus de biens sociaux, corruption passive et active sont monnaie courante chez nos politiciens. Pourquoi ? Parce que la loi est laxiste, punit mal ces délits, et surtout ne cherche pas à les prévenir. Pour les prévenir, il faut empêcher les conflit d’intérêt, comme dans tous les pays (souvent du nord de l'Europe) ou la corruption est très faible (et elle ne l'est pas en France !) . Rappel pour les ignares: On est en situation de conflit d’intérêt quand on la possibilité de profiter d'une situation pour son compte personnel: Peu importe si on en profile ou non ! Réglementer les conflits d’intérêt est tout l'objet de ce genre de loi, et ce n'est pas compliqué, comme papy Sylvestre le prétend.
Ouligan
- 05/06/2017 - 23:28
Respecter ses engagements
En effet il faut se méfier de la "morale collective" en politique comme ailleurs.Mais puisqu'il est de bon ton de parler de "moralisation" c'est porteur semble t il allons y,mais en ce cas la principale mesure de moralisation devrait etre d'imposer aux élus de respecter les engagements pris durant les campagnes utilisés pour se faire élire.La seconde devrait etre une mesure de démocratisation,assurer par de nouveaux modes de scrutin une véritable représentativité de nos assemblées.Le reste si ça peut un certain temps amuser la galerie....