En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© REUTERS/Regis Duvignau
Zombie
Coma avancé pour le PS : qui est encore en situation de relever le parti après la claque promise aux législatives ?
Publié le 05 juin 2017
C'est presque sûr : les élections législatives seront une hécatombe pour le Parti Socialiste et l'incertitude est totale quant à celui ou celle qui sera le ou la plus apte à reprendre les rênes du parti.
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est presque sûr : les élections législatives seront une hécatombe pour le Parti Socialiste et l'incertitude est totale quant à celui ou celle qui sera le ou la plus apte à reprendre les rênes du parti.

Atlantico : Le PS est menacé très fortement pour les législatives. Qui dans le personnel politique a le plus de cartes en main pour prendre la relève ?

Virginie Martin : On pourrait d'abord citer Benoît Hamon, même si pour lui le verre est à moitié vide (ou à moitié plein). C'est quand même lui qui a porté la campagne du PS pendant la présidentielle, cela lui donne de la légitimité avec la primaire. D'un autre côté le score obtenu au premier tour est faible voir très faible, donc ça le fragilise. Quelque part il est de son devoir politique et pour l'avenir aussi de s'imposer dans ce débat. Cela me paraît normal qu'il soit fortement présent et impliqué dans ce débat. D'autant plus qu'il peut fédérer les Jadot Montebourg Aubry… La ligne pourrait correspondre à pas mal de gens. 

Maintenant, on peut dire qu'il faudrait un visage nouveau pour apporter un peu de fraicheur. Le problème c'est que l'on ne voit pas vraiment qui pourrait correspondre à la définition. Après il y a Anne Hidalgo dont la légitimité n'est pas contestée et qui bénéficie d'un fort réseau parisien. Il y a aussi des gens  Comme Najat Vallaud-Belkacem à condition qu'elle gagne dans sa circonscription pour avoir une "rampe de lancement". Si elle échoue, elle aura plus de temps mais moins de possibilité d'expression naturellement via l'assemblée…

Il faut que chacun d'entre eux soit clair et ferme par rapport aux positions à venir. Il faudra se positionner de manière assez fine entre un Mélenchon qui est dans l'opposition presque systématique au nouveau gouvernement et une gauche qui s'est gentrifiée embourgeoisée qui s'appelle "En Marche !", qui n'est pratiquement plus une gauche d'ailleurs au vu de la composition du gouvernement. Ce n'est plus vraiment la gauche mais l'électorat de gauche a beaucoup suivi et une autre partie de l'électorat s'est radicalisé pour suivre Mélenchon. Il s'agit maintenant de savoir se positionner entre ces deux postures.

D'après vous, quel corpus idéologique risque de s'imposer, lesquels vont s'opposer et, in fine est-ce qu'une unification de la gauche autour d'un corpus idéologique commun est une utopie ? 

Je pense qu'il est possible d'avoir une gauche alternative d'une certaine manière. Ce n'est pas forcément celle qui a son logiciel postmarxiste à la Mélenchon qui en plus refuse l'Europe, ni l'individualisme libéralisé de Macron. C'est plus cette gauche qui est dans la tradition socialiste, égalitaire, écologique, humaniste, citoyenne… C'est tous ces mots clés qu'il faut retrouver. Finalement Macron n'impose plus la "touche française" à l'Europe ou dans le monde. Il s'y fait, il dit que la France n'a plus d'exception politique, que l'on est compatible avec le capitalisme, les contraintes budgétaires…

Il n'y a qu'à voir le maire de New-York qui est complètement "macronmaniac"…

Il me semble que la ligne d'Hamon, qui n'est pas si éloignée de celle d'Hidalgo et me paraît intéressante, pourrait s'imposer. Maintenant il pourrait y avoir une ligne un peu moins "radicale" qui serait portée par Najat Vallaud-Belkacem. Elle a dit à plusieurs reprises qu'elle pouvait être "légitimiste à l'égard de Macron et voter ce qu'il fait quand ce sera possible". Le problème c'est que cela pourrait entraîner une confusion pour les électeurs. Pour la clarté du débat et du bienfait démocratique il faut que la ligne soit claire. 

Quel scénario vous semble le plus probable pour l'après législatives ? 

Il faudra voir qui seront les députés PS qui seront à l'Assemblée nationale. Si ils seront "macroncompatible" ou pas. Il va falloir vérifier un par un si ce sont de "vrais" députés PS ou des députés "En Marche !" camouflés. 

Aujourd'hui il y a un exemple à Marseille, il y a une prétendante à la députation qui est PS, son suppléant a demandé l'investiture En Marche sans l'avoir et il est revenu auprès de la candidate PS. Pourquoi Fillon, Le Pen ou Mélenchon ont réussit ? Car la ligne était claire.

Après les législatives, il faut voir aussi si Macron ne va pas changer de gouvernement, séduire de nouvelles têtes à gauche et à droite qui succomberont au chant des sirènes ce qui, de fait, affaiblirai encore plus le PS et Les Républicains. Il est difficile d'élaborer un scénario qui tienne debout sans avoir ces cartes là en main. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 06/06/2017 - 10:55
le destin du PS
... n'est pas la mort mais je lui prédis plutot un destin similaire au PCF, au CNI ou au MRG : un ex-grand parti à 25 % qui ne va pas nourrir mais devenir un micro parti à 1 ou 2 % grâce à quelques scores locaux ... il est complètement disqualifié à l'échelon nationale mais à l'échelon local des personnalités, des militants idéalistes ou des pseudos-intellectuels (dont Virginie Martin) vont souffler sur les braises jusqu'à s'étouffer. On notera que "agréger des courants" au PS devient sur le papier de plus en plus facile car il y a de moins en moins de monde. Virginie, c'est amusant de te voir te ridiculiser chaque mois mais réfléchit un peu : Aubry ça fait rêver ? Hamon en dehors du MJS il a du charisme ? Et Najat tu crois vraiment que des enseignants vont voter pour elle (hormis ceux qu'elle a fait recruter pour enseigner l'arabe). Arrête de parler du PS, c'est le passé.
vangog
- 05/06/2017 - 21:45
@Michel Plahiers J'ai versé une larme à la lecture
de la magnifique oraison funèbre de "la gauche dont vous fûtes". Ensuite, les autres posts, j'ai laissé tomber...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/06/2017 - 19:33
L'égalité pour quoi faire ??
L'égalité n'existe vraiment et heureusement, qu'après la mort. Et bien le PS qui en avait plein la bouche (de l'égalité) est en train de s'étouffer avec, Et c'est tant mieux ! ..........
D'un autre côté, la droite lfonctionarisée (la plus con du monde) fait la même chose et attend les législatives pour mourir, sans parler du FN qui ne sait plus ou il habite.
Bon vent....!