En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 heures 34 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 11 heures 12 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 12 heures 1 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 12 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 13 heures 16 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 13 heures 53 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 15 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 9 heures 32 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 11 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 12 heures 22 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 12 heures 54 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 13 heures 30 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 15 heures 29 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 15 heures 50 min
© AFP
© AFP
Tristesse

Kwassa kwassa : pourquoi la très mauvaise blague d'Emmanuel Macron en dit long à la fois sur sa vision des Comoriens et sa perception des défis migratoires

Publié le 04 juin 2017
La mauvaise blague de Macron sur les kwassa qui "ramènent du comorien" installe le mépris social au pouvoir, comme les révélations de Valérie Trierweiler avaient dévoilé le mot terrible de François Hollande pour les "sans dents". Il n'aura pas fallu beaucoup de temps pour découvrir qu'Emmanuel Macron est empli de la morgue énarchique pour le petit peuple.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mauvaise blague de Macron sur les kwassa qui "ramènent du comorien" installe le mépris social au pouvoir, comme les révélations de Valérie Trierweiler avaient dévoilé le mot terrible de François Hollande pour les "sans dents". Il n'aura pas fallu beaucoup de temps pour découvrir qu'Emmanuel Macron est empli de la morgue énarchique pour le petit peuple.

Mais quelle mouche a bien pu piquer le Président pour qu'il évoque avec autant d'inhumanité devant une caméra de télévision les Comoriens morts dans la traversée vers Mayotte? En dehors d'un ancrage du mépris social si profond que son expression serait devenue un automatisme inconscient, ou une forme de banalité quotidienne - comme si tout le monde le partageait, on ne lui voit pas d'explication. 

Les Comoriens sont-ils des choses?

Dans la phrase "Le kwassa-kwassa pêche peu, il apporte du comorien", on voit bien le message qui passe. Le Comorien n'est pas un humain, c'est une chose, un objet, un animal, un poisson de pêche...

On en reste interloqué. On estime à plusieurs milliers le nombre de Comoriens noyés dans la traversée depuis 20 ans. Cette hécatombe n'a rien de risible. Elle appelle un minimum de compassion. 

On n'ose imaginer les conséquences si cette phrase était sortie de la bouche de Jean-Marie Le Pen. Mais là, elle est tout simplement venue d'un Président de la République qui a fait campagne contre la haine et a enjoint, il y a un mois, aux Français de voter pour lui au nom des principes d'humanité. 

On n'est plus ici dans le simple registre du cynisme politique. On est au-delà, dans la duperie, l'imposture. Entre la pêche aux Comoriens morts et le détail des chambres à gaz, on peine à voir la différence de nature. Sauf que Jean-Marie Le Pen était la honte de la vie politique, le pestiféré, alors qu'Emmanuel Macron obtiendra sans doute une majorité à l'Assemblée Nationale, après avoir obtenu 20 millions de suffrages le 7 mai. 

Le mépris social, vrai visage du Boboland

Si l'on admet l'hypothèse qu'Emmanuel Macron est d'abord l'émanation des bobos parisiens, et des bobos de quelques autres villes, alors on comprend mieux à quoi servent les interminables leçons de morale qui émanent de ces milieux. 

Facialement, les bobos interdisent toute forme de malveillance. La vie du bobo est organisée autour de la culture de l'excuse: un crime commis par un Celte est monstrueux, mais le même crime commis par un musulman devient la preuve de la discrimination des minorités et la manifestation de l'irresponsabilité humaine. 

Cette façon discrète de ne pas reconnaître le principe de responsabilité aux "minorités visibles" a enfin son explication avec Emmanuel Macron. En fait, pour le bobo, le Noir, l'Arabe, le Musulman n'est pas un homme comme lui. L'universalité n'existe pas. Le Comorien, par exemple, n'appartient pas vraiment à l'espèce humaine. Il est un objet, une chose. 

Mais on pourrait dire la même chose de ces banlieusards qui roulent dans de vieilles voitures polluantes, ou de ceux qui prennent les voies sur berge pour rentrer chez eux. Quelle horreur! toute cette plèbe...

Le macronisme est-il une réaction nobiliaire?

On avait cru voter pour la tolérance contre le mépris. On avait cru voter pour l'ouverture sur le monde contre le repli. On a en fait voté pour un Président qui justifie ses propos méprisants par "un humour de mauvais goût". 

Mais même dans les milieux où l'humour gras, raciste, homophobe ou islamophobe est pratiqué, il n'est pas sûr que quelqu'un se serait hasardé à railler des pauvres hères morts en pleine mer. Qui trouve cela drôle?

En réalité, la sortie d'Emmanuel Macron ne relève pas de l'humour. Elle relève de la haine ordinaire, de l'indifférence méprisante pour le sort des petites gens. 

Comme François Hollande, plus peut-être que lui (qui avait, en Corrèze, pris le pli de serrer la main de ces petites gens), Emmanuel Macron ne ressent aucune empathie pour les pauvres, les sans-grades, les gueules cassées de l'histoire qui poursuivent des chimères au péril de leur vie. Ces gens-là ne sont pas de la même race que lui.

C'est en ce sens que le macronisme n'est certainement pas un modernisme. Il est une réaction nobiliaire. Il est la forme de la reprise en main de la société par les élites économiques de ce pays, par le gouvernement profond, qui est bien décidé à gagner une sournoise lutte des classes savamment dissimulée par le marketing politique du nouveau Président. 

Savamment dissimulée, mais insuffisamment quand même, puisque son sentiment de triomphe est tel, aujourd'hui, que sa parole se libère et dissipe ses ambiguïtés. 

 

Cet article est également consultable sur le blog d'Eric Verhaeghe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 12/07/2017 - 14:15
curieux
L'alemagne a besoin d'immigration pour avoir plus de travailleurs? Et la france a des ouvriers en chomage? Frontiere commune non? En plus le travail des francais ete apprecie en alemagne de 1940 a 1945. Y a un probleme maintenant? Coupez l'assistanat comme l'a fait la chine. les gens bougerons leur cul pour bouffer. Illetres ou pas.
edac44
- 06/06/2017 - 09:19
Le Noir, l'Arabe, le Musulman, les pauvres, les illéttrés etc.
Le Noir, l'Arabe, le Musulman, les pauvres, les illettrés et pourquoi pas les "sans dent", et tout "çà : " beurk, la France des "lumières" n'en veut pas ou plutôt n'en veut plus, raz le bol de la "racaille islamique", raz le bol des assistés à vie, véritables fouteurs de merde !... mais chut, on n'a pas le droit de le dire, surtout devant une caméra et bien d'avantage si l'on est (re)connu et supposé respectable !... Alors haro sur le politique qui tiendrait ce genre de propos que la France d'en bas pratique jusqu'à "plus soif" au café du commerce !..,
Quant à Mayotte, n'est-elle pas devenue la première maternité de France quand toutes les femmes des iles Comoriennes devenues indépendantes, préfèrent "pondre" leur progéniture en terre de France pour toucher la prime braguette !...
Encore un mot sur nos prisons surpeuplées : on y parle d'avantage l'Arabe ou le wolof mais plus rarement en ... mauvais français.
Si le communautarisme engendre le terrorisme et ne protège plus "nos amis" les anglais, que dire de, l'intégration à la française sinon que c'est un remarquable fiasco depuis des dizaines d'années mais encore, un gouffre financier à la charge du contribuable bien français.
edac44
- 06/06/2017 - 09:01
Le Noir, l'Arabe, le Musulman, les pauvres, les illéttrés et ...
Le Noir, l'Arabe, le Musulman, les pauvres, les illettrés et n'oublions pas les "sans dent", tout "çà" beurk, la France n'en veut pas !... mais chut, on n'a pas le droit de le dire, surtout devant une caméra et plus si l'on est connu et supposé respectable !... Alors haro sur le politique qui tiendrait ce genre de propos que la France pratique jusqu'à "plus soif" au café du coin,