En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 42 min 2 sec
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 1 heure 38 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 3 heures 59 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 5 heures 49 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 23 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 54 min 52 sec
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 3 heures 46 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 5 heures 35 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 20 heures 25 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 23 heures 43 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 1 jour 1 heure
© DON EMMERT / AFP
© DON EMMERT / AFP
On dit merci qui?

Merci Donald Trump ?

Publié le 04 juin 2017
Le Président Trump a décidé de quitter l’accord de Paris, pour des raisons de politique interne. Son choix doit conduire les grandes puissances à clarifier leurs objectifs : internes ou externes, court terme ou long terme.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président Trump a décidé de quitter l’accord de Paris, pour des raisons de politique interne. Son choix doit conduire les grandes puissances à clarifier leurs objectifs : internes ou externes, court terme ou long terme.

Quand les Etats-Unis se retirent ainsi d’une part du leadership mondial, ils créent un vide, qui sera comblé. Par la Chine avec la Russie ou bien par l’Europe, avec une partie de l’Afrique ? Nous dirons « merci » à Donald Trump, si nous avons, pour Europe, autrement dit pour nous, la vision qu’il n’a plus. Voici venu le temps de la responsabilité et de la maturité.

Ecoutons le Président Trump : « C’est le moment de mettre Yougstown, Ohio, Détroit, Michigan, et Pittsburgh, Pennsylvanie… devant Paris. "It is time to make America great again". Jeudi 1er Juin, Donald Trump annonce en ces termes qu’il entend se retirer de l’accord de Paris, dit Cop 21. Faut-il se féliciter de cette décision largement annoncée, après le temps des regrets qu’elle implique ? Faut-il regretter que Rome s’occupe surtout d’elle et laisse tomber l’Empire, sous prétexte qu’il est trop cher à réguler, à protéger, et que les provinces ne cotisent pas assez ?  Ou bien est-ce le moment de se prendre plus en main, en nouant des alliances qui correspondent plus à nos besoins à long terme et à nos moyens ?

De fait, les Etats-Unis quittent la cohorte mondiale dont l’objet était d’infléchir la montée de la température dans le monde entre 1,5 et 2% à horizon 2100, chacun faisant tous ses efforts pour atteindre 1,5%. Quelques jours auparavant, à l’Otan, le Président Trump avait également demandé aux grands pays d’investir plus, au moins 2% de leur PIB, pour se protéger face à la Russie, et au Japon face à la Chine (même si c’est plus compliqué pour lui).

Ce double choix américain, climatique et militaire, est surtout politique, interne et à court terme. La preuve en est, pour le climat, la masse d’erreurs que comprend le discours du 1er juin, en voici deux. D’abord, la Cop 21 n’est pas contraignante. Elle « invite » toutes les parties à le signer et fonctionne sur la base de mesures des efforts de chacun et de l’émulation, pour un bien collectif mondial : la survie de l’espèce. Ensuite, les Etats-Unis sont les plus importants pollueurs par tête : 16 tonnes par an d’émission de CO2, contre 8 pour un Chinois, 7 pour un européen ou 2 pour un Indien. Quand Donald Trump dit que la Chine est le premier pollueur du monde (29% du total contre 14% pour les Etats-Unis), il oublie simplement qu’il y a plus de Chinois que d’Américains. Ajoutons que Chine et Inde, qui doivent se développer donc consommer plus d’énergie, se sont néanmoins tous deux engagés à freiner, puis à stabiliser dans le temps, leurs émissions. Et ont maintenu leur appel, après le discours de Donald Trump.

« Pittsburg » prime : la baisse de popularité du Président, l’enquête sur les liens avec la Russie, le témoignage la semaine qui vient de l’ancien directeur du FBI pèsent. Il s’agit, pour Donald Trump, de consolider son électorat qui est en large part le même que celui des Sénateurs qui se préparent (pour moitié d’entre eux) aux élections dans un peu plus d’un an. Un « Trump fort » les aide, ce qui implique de l’aider en retour : vote du nouveau texte pour remplacer l’Obamacare, puis sur les propositions fiscales et le budget, puis sur le plafond de la dette… Les marchés financiers avaient anticipé ce choix présidentiel : ils n’ont pas été surpris et ont continué de monter. L’appétit pour le risque boursier continue, d’autant plus que les  compagnies ont clairement indiqué, comme les villes, qu’elles poursuivraient leurs efforts d’économie d’énergie et de recherche. Les Etats-Unis doivent en effet continuer à avancer sur les technologies propres, solaire, automobile, smart grids… au risque de perdre leur avance, si elles arrêtent.

Est-ce que la Chine va prendre la place américaine, en conduisant les émergents ? C’est le risque : la politique mondiale a horreur du vide et ce départ américain doit être comblé. Le 15 mai, la Chine réunit 64 pays à Pékin autour de son projet OBOR (One Belt One Road), soit 1/3 du PIB du monde et 60% de sa population. Elle veut plus de liens et d’échanges entre Asie et Europe, dans les cinquante ans qui viennent : un vrai projet. Quelques jours plus tard à Taormina, les 26 et 27  mai, se réunit un autre tiers du PIB mondial, mais avec 10% de la population et 7 pays seulement : le G7. Il discute et se distend, sur la sécurité et le climat, jusqu’au discours du 1er juin de Donald Trump. OBOR est là, si Trump s’en va.

Que va donc faire la zone euro ? Réagir ou périr, en regardant la démographie – dont on ne parle jamais. 2100, l’horizon climatique de la Cop 21, c’est aussi le moment où le continent européen aura 650 millions d’habitants, contre plus de 740 aujourd’hui et le continent africain 4,4 milliards, contre 1,2 aujourd’hui. Si la sécheresse s’installe, on imagine ses effets migratoires et violents. Or l’Europe est évidemment proche de l’Afrique, et Pittsburgh est bien loin (ce qui explique les choix américains). Un accord zone euro, Maghreb et Franc CFA (la zone euro en Afrique) : c’est fou. Tout comme le discours du 1er juin de Donald Trump ou surtoutcelui de Robert Schuman, le 9 mai 1950, lançant la CECA, entre France et Allemagne. On voit le temps qu’il a fallu, et le succès atteint, avec ses imperfections. C’est aujourd’hui un autre appel qui nous attend, pour nous protéger et nous renforcer, par les armes à l’Est, par des accords au sud. Il s’agit toujours de paix, de croissance et d’échange, avec des enjeux et des risques au moins cinq fois plus importants – fonction des populations en jeu.

Merci Donald Trump ? Merci au « pollueur clandestin », qui pollue au moins autant, alors que les autres font des efforts pour polluer moins, comme on dit pour ce « passager clandestin » qui ne paye pas ? Plutôt non !Merci à celui qui nous pousse à chercher plus avant pour avancer, économiser et contredire scientifiquement les « climatosceptiques » ? Plutôt oui. Ou alors, merci à celui qui nous permet ce fantastique paradoxe de l’histoire : nous reprendre et nous renforcer ? Merci Donald Trump,mais si nous comprenons qu’il nous laisse à nos risques, à nos responsabilités, à notre courage, à nos idées et à nos nouvelles alliances.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/06/2017 - 11:19
cop
Le vrai problème est démographique et c'est dans ce domaine qu'il aurait fallu des accords contraignants. Pour nous protéger il faudra des accords à l'est et des armes au sud.
moneo
- 05/06/2017 - 09:13
lecture contrariante
Mr Betbèze allez sur contrepoints aujourd'hui et arrêtez le psittacisme
par contre votre titre est excellent : Trump,après sa visite impériale en arabie saoudite, riche en contrats, vient de réussir un coup diplomatique fumant avec la rupture des relations diplomatiques de l'Arabie saoudite des émirats et de l'Egypte avec le Quatar pour cause de financement du terrorisme par le Quatar.... le Quatar notre chouchou , va falloir que Macron soutienne le Quatar sinon le PSG va couler-:)))
vangog
- 04/06/2017 - 21:33
"Pas contraignant, la COP 21"???? Vous rigolez, Betbeze
Si 100 milliards d'Euros, évoluant en quelques années vers 250 à 300 milliards puis à un "financement infini", ne sont pas contraignants, alors je ne sais pas ce qu'il vous faut! La COP21 a été une machine à inventer de nouvelles taxes, notamment sur le carburant, mais on attend la prochaine invention enarcho-ecologiste: la taxe carbone...et tout cela est très contraignant pour le contribuable français...Trump a eu parfaitement raison de désolidariser l'Amerique de cette foutaise écologiste! Il aurait pu faire comme la Chine: dire qu'il continuait à respecter cette coperie "peu contraignante", et ne rien faire pour diminuer le nuage de fumée au dessus de ses centrales à charbon, ou les fleuves pollués irrémédiablement par les usines de production de panneaux solaires...mais non! Il a eu la franchise de faire ce qu'il avait promis à ses électeurs...et ca, les bobos et les énarques ne comprennent pas!